2023 – Art et amitié aux XVIIe et XVIIIe siècles en Europe

Couverture : Nicolas Lancret, Pique-nique après la chasse, v. 1735-1740, huile sur toile, 61,5 x 74,8 cm, Washington, National Gallery of Art. © Samuel H. Kress Collection.


Type :
 Actes du colloque international Art et amitié aux XVIIe et XVIIIe siècles en Europe.
Publication & Diffusion : à partir de décembre 2023, dans les bibliothèques spécialisées en Histoire de l’art.
Comment se procurer cet ouvrage ? L’ouvrage n’est pas commercialisé mais peut être obtenu en souscrivant une adhésion premium au GRHAM (40€).
Présentation de l’ouvrage : le vendredi 23 février, de 18h à 20h, en salle Jullian (Galerie Colbert, 1er étage), en compagnie de plusieurs auteurs qui présenteront leurs travaux respectifs. La présentation sera suivie d’un pot auquel vous êtes chaleureusement conviés.
Éditeur : Paris, Éditions du GRHAM – ISBN: 978-2-9559546-4-5 Continuer la lecture de 2023 – Art et amitié aux XVIIe et XVIIIe siècles en Europe

Publication : “Amateurs et restaurateurs de tableaux à Paris (1789-1870)”.

Barbara Jouves-Hann, Amateurs et restaurateurs de tableaux à Paris (1789-1870), Paris, Editions de la Sorbonne, 2024, 352 p.

Présentation de l’éditeur :

Préoccupés par la conservation de leur collection de peintures, les amateurs d’art parisiens font appel, entre 1789 et 1870, aux restaurateurs de tableaux, une profession qui, à la même époque, se définit indépendamment de celles du marchand, de l’expert ou même du peintre. Si le restaurateur intervient sur les œuvres, il joue aussi un rôle de guide auprès de ces amateurs dans leur connaissance, voire leur apprentissage, des procédés picturaux. Progressivement, cette prise en compte de la matérialité de l’œuvre contribue à l’intégration de l’amateur de tableaux au sein des commissions muséales en tant que conseiller, avant qu’il acquière un statut privilégié au musée à partir des années 1860 par le legs de ses œuvres. En abordant ainsi différents aspects de la collection privée au prisme des méthodes de restauration et des moyens de conservation des tableaux mis en œuvre au XIXe siècle, s’écrit ici une histoire des collections, de la restauration et de la conservation, mais aussi une histoire des pratiques, et avant tout une histoire de mouvement et de goût. Continuer la lecture de Publication : “Amateurs et restaurateurs de tableaux à Paris (1789-1870)”.

Base de données : La collection d’art de l’Académie royale de peinture et de sculpture.

Type : base de donnés.

Le DFK Paris a le plaisir de présenter la base de données de la collection d’art de l’Académie royale de peinture et de sculpture :
https://www.dfk-paris.org/fr/page/academie-database-3846.html
Basée sur les inventaires de Nicolas Guérin (1715) et d’Antoine-Nicolas Dezallier d’Argenville (1781), la base de données répertorie 653 peintures, sculptures, estampes et plâtres rassemblés par l’Académie royale de peinture et de sculpture au cours de son siècle et demi d’existence (1648-1793). Elle établit leur localisation actuelle et leur emplacement dans le Louvre au XVIIIe siècle. La base de données fournit des liens utiles vers les textes originaux des inventaires et vers les Procès-verbaux. Elle est disponible en anglais et en français et sera d’une grande utilité pour les spécialistes de l’art français des XVIIe et XVIIIe siècles. Continuer la lecture de Base de données : La collection d’art de l’Académie royale de peinture et de sculpture.

2023 – Figures de veuves à l’époque moderne (XVIIe et XVIIIe siècles) : Images d’un statut social accepté, caché, revendiqué ?

Type : Actes du colloque international Figures de veuves à l’époque moderne (XVIIe et XVIIIe siècles) : Images d’un statut social accepté, caché, revendiqué ?
Publication & Diffusion : à partir de novembre 2023, bibliothèques spécialisées en Histoire de l’art et membres du GRHAM.
Éditeur : Paris, Editions du GRHAM.

Figures de veuves à l’époque moderne (XVIIe et XVIIIe siècles) : Images d’un statut social accepté, caché, revendiqué ?

Sous la direction de Florence Fesneau et Maël Tauziède-Espariat

Le présent ouvrage réunit les actes du colloque organisé par le grham (Groupe de Recherche en Histoire de l’Art Moderne) le 15 juin 2021 à Paris (Galerie Colbert / Institut National d’Histoire de l’Art). Il regroupe une sélection de neuf études portant sur le statut des veuves et leurs représentations aux XVIIe et XVIIIe siècles. Ces contributions mettent en lumière les diverses appropriations et mises en scène de ce statut par les veuves ou leurs contemporains. Paradoxalement, si les veuves apparaissent comme des acteurs sociaux importants, elles sont étonnamment peu représentées dans la culture visuelle occidentale. Malgré ce hiatus entre le monde et ses représentations, les actes du colloque nuancent l’idée, portée par certains courants féministes, selon laquelle les femmes étaient invisibilisées au sein des sociétés de la période moderne.

Continuer la lecture de 2023 – Figures de veuves à l’époque moderne (XVIIe et XVIIIe siècles) : Images d’un statut social accepté, caché, revendiqué ?

Publication : Frédéric Cousinié, Tensivité des images. Surgissement, Révélation, Extase, Apothéose dans la France du XVIIe siècle, Paris, Mare & Martin, 2023

Frédéric Cousinié, Tensivité des images. Surgissement, Révélation, Extase, Apothéose dans la France du XVIIe siècle, Paris, Mare & Martin, 2023, 382 p., 52 ill. coul., 39 euros (isbn : 2362220729) (en librairie : 22 septembre).

https://www.mareetmartin.com/livre/tensivite-des-images

Résumé :

Sous quelles formes le corps du Christ et le corps chrétien se sont-ils manifestés dans les représentations visuelles ?

Quatre modalités déterminantes ont été identifiées dans les œuvres de Nicolas Poussin, de Simon Vouet et de leurs contemporains du XVIIe siècle français : le Surgissement épiphanique du divin en ce monde, la Révélation d’un Dieu s’offrant à l’épreuve de la reconnaissance durant sa vie terrestre, l’Extase visionnaire où l’âme tend vers l’union et la connaissance de Dieu, l’Apothéose et le mouvement d’ascension de l’âme faisant retour vers son principe divin.

L’analyse formelle, rhétorique et kinésique, attentive au langage corporel, ne peut être dissociée de son inscription dans l’univers spirituel et théologique du siècle étudié. Cette double lecture permet de comprendre les postures corporelles comme autant d’expressions, de reprises et de prolongements d’un mouvement d’origine divine : une dynamique amoureuse, initiée dès l’acte de la Création, puis accomplie par la Grâce et suscitant les propres motions du sujet chrétien.

Au-delà, nous constaterons que les multiples tensions qui affectent les visages, les corps mais aussi le temps et l’espace pictural relèvent d’une forme de tension plus générale, caractéristique de l’art de ce siècle : une tensivité des images qui permet de repenser l’analyse des représentations de l’époque moderne.

Table des Matières

Introduction

Première Partie : Le corps du Christ

I – Surgissement – Le Miracle de saint François Xavier (1641) de Nicolas Poussin : production de la sainteté et advenue de Dieu

Construire la sainteté

« L’irruption du surnaturel »

YHWH ou /et Jupiter

Rhétorique et Théologie du surgissement

II – Révélation – Le Christ et la femme adultère de Nicolas Poussin (1653) et de Nicolas Colombel (1682) : l’épreuve de la reconnaissance

La scène d’une « expérience cruciale »

Illisibilité du texte et geste d’écriture

Lectures de l’illisible : « Je suis »

Autres lectures, autres temps, autres lieux

Morales posturales

construction auctoriale

Seconde Partie : Le corps des saints

III – Extase – La vision cosmique de saint Benoît au XVIIe siècle : voir et savoir mystique

La vision de saint Benoît et ses peintres

Postures et savoirs

Sciences humaines ou science des saints

L’immortalité de l’âme

Le « monde raccourci »

La face de Dieu

IV – Apothéose – Retournement et retour en Dieu chez Simon Vouet

De la maniera à la théologie

récits et images de la conversio

Les fondements théologiques de la conversio

Conclusion – De la tension à la tensivité des images

 

 

Publication : Ingrid Bonnal, Orazio Gentileschi : Loth et ses filles. Un inceste légitimé, préface de Giovanni Careri, Paris, éd. 1:1 (ars), 2023

 

4e de couverture :

La renommée actuelle d’Orazio Gentileschi a souffert du succès toujours grandissant de son ami Caravage et de celui de sa fille Artemisia propulsée, malgré elle, sur le devant de la scène par le viol subi et le procès humiliant qui suivit. En vérité les deux Gentileschi ont accompli, d’abord ensemble, puis chacun de son côté, une carrière européenne remarquable auservice de commanditaires puissants et prestigieux comme le duc Carlo Emanuele de Savoie, auquel Orazio livra, au début des année 1620, le tableau qui est au cœur de ce livre.

Il s’agit de l’une des nombreuses versions autographes de Loth et ses filles, actuellement conservé à la National Gallery du Canada. Le pari d’Ingrid Bonnal est de situer cette œuvre singulière dans la constellation de questions formelles, historiques, théologiques et politiques qu’elle implique sans jamais s’éloigner du tableau lui-même et réussissant, au contraire, à aiguiser le regard du lecteur/spectateur jusqu’au moindre détail.

https://editions1sur1.wordpress.com/home/

Ingrid Bonnal, Orazio Gentileschi : Loth et ses filles. Un inceste légitimé, préface de Giovanni Careri, Paris, éd. 1:1 (ars), 2023, isbn : 979-10-97193-06-5, 74 pages, 18 ill. n & b

Publication : Matthieu LETT, Les escaliers d’honneur dans l’Europe des cours (1670-1760). Architecture et décor d’une pièce d’apparat, Genève, Droz, 2023, 480 p., 183 illustrations.

Entre les années 1670 et 1760, les grands escaliers d’honneur devinrent un espace d’apparat privilégié au sein des résidences princières européennes. Ils incarnaient à la fois le rang et les ambitions de leurs commanditaires. Continuer la lecture de Publication : Matthieu LETT, Les escaliers d’honneur dans l’Europe des cours (1670-1760). Architecture et décor d’une pièce d’apparat, Genève, Droz, 2023, 480 p., 183 illustrations.

Publication : “Décoration intérieure et plaisir des sens (1700-1850)”

Noémi Duperron (dirs.), Barbara Jouves-Hann (dirs.), Maxime Georges Métraux (dirs.), Marc-André Paulin (dirs.) et Bérangère Poulain (dirs.), Décoration intérieure et plaisir des sens (1700-1850), Rome, Artemide edizioni, 2022, 166 p.

 

Présentation de l’éditeur :

Dès le début du XVIIIe siècle, l’idée de plaisir — comme recherche de sensations agréables — devient une composante essentielle et constante de la société. Selon l’historien Paul Hazard, la sensation permet alors à l’individu de prendre conscience de l’existence du monde qui l’entoure, et devient une préoccupation centrale pour les hommes de lettres et les artistes. Dans les espaces intérieurs, ce nouveau rapport de proximité entre l’homme sensible et les murs, le mobilier ou les objets du décor se ressent au travers des interrogations sur la place du plaisir sensoriel dans la distribution, l’ameublement et l’ornementation.

Ce paradigme est au cœur des articles présentés dans cet ouvrage. Focalisés sur la production européenne entre 1700 et 1850, leurs auteurs examinent les sensations sous l’angle de la culture matérielle, des normes sociales ou de l’usage des différentes pièces du logement, que celui-ci ait été édifié, théorisé ou simplement imaginé. En s’appuyant sur des méthodologies variées, les différentes études montrent le rôle central joué par le plaisir, le confort, la commodité ou encore l’agrément dans la conception des intérieurs à cette période. Affectant toutes les échelles de l’habitat, de la construction du bâtiment à la décoration de ses recoins les plus intimes, les sens du toucher, de l’odorat, de la vue ou de l’ouïe sont autant d’éléments auxquels les architectes, les artistes et les artisans devaient prêter attention pour satisfaire les exigences de leurs utilisateurs aux perceptions aiguisées. Continuer la lecture de Publication : “Décoration intérieure et plaisir des sens (1700-1850)”

Publication: Rebecca DUFFEIX, Alexandre-Évariste Fragonard (1780-1850), Paris, Arthena, 2022, 520 p., 1691 ill.

Reconnu jusqu’aux années 1830 comme un artiste majeur, Alexandre-Évariste Fragonard (1780-1850) a été injustement éclipsé au profit de son père, le célèbre Jean-Honoré. Peintre d’Histoire en vogue, artiste « troubadour », Alexandre-Évariste est un créateur au talent éclectique. Précoce – il présente son premier dessin au Salon à treize ans -, il n’aura de cesse d’explorer avec succès tous les domaines : peinture, dessin, gravure et sculpture. Si ses scènes d’Histoire nationale – François Ierarmé chevalier par Bayard, Jeanne d’Arc sur le bûcher ou La Bataille de Marignan –, sont entrées dans notre imaginaire, Fragonard a également fourni de nombreux dessins pour des recueils de gravures, des modèles de formes et de décors pour la manufacture de Sèvres ou pour des costumes de l’Opéra. Fidèle aux leçons de son maître David, « Fragonard fils », nous montre aussi ses dons de coloriste, aux effets de lumière audacieux et maîtrisés, hérités de son père, et ses évocations de Bradamante ou de la statue du commandeur de Dom Juan peuvent être qualifiées de romantiques.

La monographie que lui consacre Rebecca Duffeix est éditée par Arthena (135€). Pour recevoir l’ouvrage et rédiger un compte rendu: asso.grham@gmail.com

Plus de détails sur le contenu de l’ouvrage: Table_matieres_Fragonard

 

Publication : L’Attention au monde : Paysages gravés du XVIIe siècle, catalogue d’exposition (Rouen, Maison de l’Université, 29 septembre-4 novembre 2022), avec des essais de H. Brunon, F. Cousinié, A. Domènech, S. Hilaire, L. Pérez-Oramas, D. Ribouillaut, Paris, éd. 1 :1, 2022

L’ouvrage accompagne l’exposition accueillie à la Maison de l’Université de Rouen (Place Emile Blondel, Mont-Saint-Aignan) du 29 septembre au 4 novembre 2022.

Elle regroupe une trentaine d’œuvres gravées consacrées au paysage et dues à des artistes actifs entre France, Flandres et Italie au XVIIe siècle : Claude Le Lorrain, Sébastien Bourdon, Henri Mauperché, Israël Silvestre, Francisque Millet, mais aussi les graveurs d’origine flamande Albert Flamen, Herman van Swanevelt, Mathieu Montaigne, Abraham Genoels ou, également actif à Paris, le florentin Stefano Della Bella. Le catalogue reproduit les œuvres exposées et comprend un ensemble d’essais signés des principaux spécialistes du paysage ou des jardins de l’époque moderne dont Hervé Brunon (CNRS), Denis Ribouillault (Université de Montréal), Sylvain Hilaire (Université de Versailles Saint-Quentin), Luis Pérez-Orams (Museum of Moderne Art, New York). En contrepoint de l’exposition, sont également exposées des œuvres d’Antonio Domenech, Koen Broucke et Xisco Mensua offrant une perspective contemporaine sur le paysage

4e de couverture : Si nombre de peintres du XVIIe siècle s’attachèrent au paysage en France, l’histoire de l’art n’a retenu que quelques noms éminents : Le Lorrain, Nicolas Poussin ou Gaspard Dughet avant tout, dont les carrières furent presque exclusivement italiennes. Ajoutons, à Paris, Pierre Patel, Sébastien Bourdon, Henri Mauperché ou Francisque Millet, que complètent quelques plus rares mais précieuses œuvres de Philippe de Champaigne et de Laurent de La Hyre. D’autres « païsagistes », naguère célèbres, Jacques Fouquières, Benoît Dubois, Thomas Pinagier, François Bellin, Michel Lanse, Pierre Forest, Guillerot ou Charles Hérault, ont vu leur production presque entièrement perdue. C’est ailleurs, c’est-à-dire dans la gravure (eau-forte ou burin), qu’abondent les représentations nous permettant d’apprécier ce que fut ce « genre » pictural ou, plus précisément selon André Félibien, ce « talent » particulier, qui s’imposa en France comme dans toute l’Europe au XVIIe siècle.

Info. Editeur : https://editions1sur1.wordpress.com/home/

L’Attention au monde : Paysages gravés du XVIIe siècle, catalogue d’exposition (Rouen, Maison de l’Université, 29 septembre-4 novembre 2022), avec des essais de H. Brunon, F. Cousinié, A. Domènech, S. Hilaire, L. Pérez-Oramas, D. Ribouillaut, Paris, éd. 1 :1, 2022, 132 pages, 20 euros (ISBN : 979-10-97193-05-8)

Publication : Frédéric Cousinié, Paysage du paysage. Nicolas Poussin, Claude Gellée Le Lorrain, Sébastien Bourdon, Dijon, Presses du réel – Œuvres en société, 2022

 

4ème de couverture

À travers plusieurs paysages emblématiques de Poussin, du Lorrain, de Bourdon et de quelques-uns de leurs contemporains du XVIIe siècle, ce livre se propose de faire apparaître ce que nous désignons comme le paysage du paysage. À savoir le paysage mental, culturel, idéologique, entrelacé au paysage réel ou représenté, et co-constitué par lui dans une simultanée émergence.
Les représentations discursives naguère dominantes, formées par la littérature artistique, la théorie de l’art et l’esthétique, tendaient à absolutiser et à réifier le paysage dans une illusoire et apaisante clôture. Sans doute, comme nous y incitent nombre de recherches, faut-il désormais le considérer davantage comme un espace relationnel, pluriel, voire conflictuel – une Oïkologie, ouvrant sur une écologie culturelle – où s’articulent non seulement de multiples êtres ou objets mais également d’autres champs référentiels décisifs pour l’historien.
La philosophie naturelle permet ainsi d’envisager la question des météores et des divers accidents atmosphériques chez Nicolas Poussin ; la littérature spirituelle réformée est rapprochée de la peinture de Sébastien Bourdon ; un certain nombre de discours mais aussi de pratiques – agraires, sociales, économiques, politiques et diplomatiques – constituent le cadre de référence dans lequel certains des tableaux du Lorrain ont été produits.
Le paradoxe de ce paysage construit, dénaturalisé, culturalisé, rendu à sa puissance dialectique, est l’existence qu’il semble reprendre. Il s’impose avec la force à nouveau de l’évidence sinon de la violence, et renverse la relation de l’objet (paysage) à son sujet premier : un spectateur devenu paysage.

Extraits et table des matières : https://www.lespressesdureel.com/ouvrage.php?id=8550&menu=0

Frédéric Cousinié, Paysage du paysage. Nicolas Poussin, Claude Gellée Le Lorrain, Sébastien Bourdon, Dijon, Presses du réel – Œuvres en société, 2022, 446 pages, 51 ill., 32 euros (ISBN : 978-2-37896-232-6)

 

Tableaux de fruits peints à Paris au milieu du XVIIe siècle : le catalogue inédit du « sieur de Somme » (publication de Claudia Salvi-Faré)

Pour citer cet article: Claudia Salvi-Faré, "Tableaux de fruits peints à Paris au milieu du XVIIe siècle : le catalogue inédit du « sieur de Somme »", Carnet de recherche du Groupe de Recherche en Histoire de l'Art Moderne (GRHAM), mis en ligne le 12 juin 2022, consulté le ...

Introduction

Vers le milieu du XVIIe siècle, le marché de l’art parisien stimule la production de natures mortes de format réduit que Pierre Dupuis (1610 – 1682), Paul Liégeois (actif en France au milieu du XVIIe siècle), Pierre-Antoine Lemoine (vers 1605 – 1665), Jean Garnier (1632 – 1705) et Jean-Baptiste Monnoyer (1636 – 1699) ont tous alimentée. Il s’agit toujours de compositions en frise, peintes sur un fond uni avec une rangée de fruits, parfois deux, posées à même une plinthe simulant invariablement la pierre. Cette plinthe est parfois ornée de motifs (Dupuis, Monnoyer, Lemoine), ou encore parée d’une draperie unie (Liégeois, Dupuis)[i].

Cette production est spécifiquement française du fait de la mesure extrêmement surveillée de ces mises en scène. À la différence des grands maîtres contemporains hollandais et flamands, ces natures mortes bannissent les objets trop ouvragés, les contrastes chromatiques trop chatoyants, la dramatisation des lumières comme de la touche. Continuer la lecture de Tableaux de fruits peints à Paris au milieu du XVIIe siècle : le catalogue inédit du « sieur de Somme » (publication de Claudia Salvi-Faré)

Publication : “Rhapsodic Objects : Art, Agency, and Materiality, 1700–2000”.

BIRO Yaëlle Biro (dirs.) et ETIENNE Noémie (dirs.), Rhapsodic Objects : Art, Agency, and Materiality, 1700–2000, Berlin, De Gruyter, 2022, 236 p.

Présentation de l’éditeur :

Circulation and imitation are key factors in shaping the material world. The authors in this volume explore how technical knowledge, immaterial desires, and political agendas impact the production and consumption of visual and material culture across times and places. Their essays map multidirectional transactions for cultural goods in which source countries can be positioned at the center. Rhapsodic—literally to stitch or weave songs—paired with objects—from thrown against—intertwines complexity and action. Rhapsodic objects thus beckons to the layered narratives of the objects themselves, their making, and their reception over time. The concept further underlines their potential to express creativity, generate emotion, and reveal histories—often tainted with violence. Continuer la lecture de Publication : “Rhapsodic Objects : Art, Agency, and Materiality, 1700–2000”.

Publication : “Luisa Roldán”.

HALL-VAN DEN ELSEN Catherine, Luisa Roldán, Los Angeles, Getty Publications, 2021, 144 p.

Présentation de l’éditeur :

Luisa Roldán (1652–1706), also known as La Roldana, was an accomplished Spanish Baroque artist, much admired during her lifetime for her exquisitely crafted and painted wood and terracotta sculptures. Roldán trained under her father and worked in Seville, Cádiz, and Madrid. She even served as sculptor to the royal chambers of two kings of Spain. Yet despite her great artistry and achievements, she has been largely forgotten by modern art history. Written for art lovers of all backgrounds, this beautifully illustrated book offers an important perspective that has been missing—a deeper understanding of the opportunities, and the challenges, facing a woman artist in Roldán’s time. With attention to the historical and social dynamics of her milieu, this volume places Roldán’s work in context alongside that of other artists of the period, including Velázquez, Murillo, and Zurbarán, and provides much-needed insight into what life was like for this trailblazing artist of seventeenth-century Spain. Continuer la lecture de Publication : “Luisa Roldán”.

Publication : “Scottish Portraiture, 1644–1714: David and John Scougall and Their”.

VAN DE PUTTELAAR Carla, Scottish Portraiture, 1644–1714: David and John Scougall and Their Contemporaries, Turnhout, Brepols, 2021, 2 vol. , 756 p.

Présentation de l’éditeur :

This book is the first comprehensive publication on Scottish portraiture from the period 1644 to 1714, with an emphasis on the painters David Scougall (1625–1685) and his son John Scougall (1657–1737). It is based on in-depth art historical and archival research. As such, it is an important academic contribution to this thus far little-researched field. Virtually nothing was known about the Scougall portraitists, who also include the somewhat obscure George Scougall (active c. 1690–1737). Thorough archival research has provided substantial biographical information. It has yielded life dates and data on family relations and also has shown that David Scougall had two parallel careers: as a portrait painter and as a writer (solicitor). The legal community in which the Scougalls were embedded has been defined, as well as an extended group of sitters and their social, economic, and family networks. The book includes a catalogue raisonné of the oeuvre of David Scougall. Continuer la lecture de Publication : “Scottish Portraiture, 1644–1714: David and John Scougall and Their”.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search