Archives de catégorie : Actualités

Colloque : “Le mythe Le Brun, entre attaques et critiques”.

Nicolas de Largillière, Portrait de Charles Le Brun, XVIIe siècle, 232 x 187 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : colloque.
Date de l’événement : 16 et 17 décembre 2019.
Lieu : Centre allemand d’histoire de l’art, Paris.

organisées à l’occasion du 4e centenaire de la naissance de Le Brun par le Centre Georges Chevrier (Université de Bourgogne, UMR 7366) et le Centre allemand d’histoire de l’art

16-17 décembre 2019, Centre allemand d’histoire de l’art, Paris

Les colloques dédiés à un artiste à l’occasion d’un anniversaire ont souvent pour objet de construire ou d’alimenter une consécration. Le but de celui-ci est tout autre : il s’agit au contraire d’analyser comment s’est forgée une légende noire.
Avant même la disparition de Colbert, d’importantes figures de la cour de Louis XIV, comme Louvois, des artistes, comme Pierre Mignard ou Simon Jaillot, cherchèrent à mettre en difficulté l’autorité que Le Brun avait prise dans le domaine des arts. Cette rivalité se transforma en critique acerbe dans les publications de Roger de Piles autour de 1700. Jugées porteuses d’un discours dépassé et officiel, marquées par un coloris tranché perçu comme sans nuances, les œuvres de Le Brun ont souvent servi, depuis Watteau, de repoussoir. Continuer la lecture

Soutenance de thèse : “La peinture animalière en France au XVIIIe siècle (1699-1793) : quand l’animal devint sujet”.

Anonyme, Singerie, école française du XVIIIe siècle, marché de l’art.

Type : Soutenance de thèse.
Date :  10 janvier 2019.
Lieu : Lille, université de Lille, campus Pont de bois (Villeneuve d’Ascq) – Salle A1.152

 

Madame Loreline Pelletier soutiendra publiquement ses travaux de thèse intitulés “La peinture animalière en France au XVIIIe siècle (1699-1793) : quand l’animal devint sujet”.

Il fallut attendre les prémices du XVIIIe siècle pour qu’en France, sous l’impulsion d’artistes flamands, quelques peintres commencent à s’intéresser aux animaux. À l’heure à laquelle était rejetée la thèse cartésienne de l’animal-machine au profit d’un regard nouveau sur la sensibilité animale, et alors qu’était débattue la question de l’âme des bêtes, les animaux, jusqu’alors cantonnés au rôle de simples figurants, acquirent une place nouvelle dans la peinture. Pourtant, malgré les nombreuses études portant sur la représentation des animaux à travers le temps, la peinture animalière demeure encore très peu étudiée. Cette thèse n’a pas pour objet la représentation des animaux dans la peinture mais bien la peinture animalière considérée comme un genre pictural à part entière. Au premier plan de compositions aux thématiques diverses où il est mis en exergue, l’animal, désormais seul sur la toile, est devenu sujet. Qu’est-ce qui unit Le Singe antiquaire de Chardin au Portrait d’un Cavalier King Charles de Jean-Baptiste Huet ? Comment l‘Hallali de cerf d’Alexandre-François Desportes et l’Allégorie du Feu de Jean-Baptiste Oudry entrent-elles en résonance ? C’est au prisme de la figure centrale des animaux que ces œuvres, pourtant si différentes, sont appréhendées dans cette étude. En envisageant les animaux comme sujet(s) – celui des peintres et de leurs contemporains, mais aussi celui de ce travail –, et tout en interrogeant la notion fondamentale de genre pictural ainsi que la multiplicité du terme même de « sujet », cette thèse entend mettre en lumière le développement ainsi que la construction théorique et pratique de la peinture animalière française du XVIIIe siècle.

Continuer la lecture

Soutenance de thèse : « Un sculpteur romain à la cour de France : alliances, fortune et œuvre de Jean-Baptiste Tuby (1629-1700) ».

Jean-Baptiste Tuby, L’île du Printemps, jonchée de fleurs, figure de flore à demi-couchée entourée de 4 amours tenant des guirlandes de fleurs s’échappant du vase central, 1672-1675, sculpture, Versailles, jardin du château de Versailles.

Type : Soutenance de thèse.
Date :  14 décembre 2019 à partir de 14h.
Lieu : Tours, université de Tours.

Monsieur Antoine Maës soutiendra publiquement ses travaux de thèse intitulés « Un sculpteur romain à la cour de France : alliances, fortune et œuvre de Jean-Baptiste Tuby (1629-1700) », dirigés par Madame Marion Boudon-Machuel.

Soutenance prévue le samedi 14 décembre 2019 à 14h00. Lieu : Université de Tours – Centre d’études supérieures de la Renaissance – 59, rue Néricault-Destouches – 37013 TOURS Salle : Rapin. Entrée libre.

Né à Rome en 1629, Jean-Baptiste Tuby fit toute sa carrière dans le royaume de France. Devenu « sculpteur ordinaire du roi » en 1659, probablement peu après son installation à Paris, il connut une ascension rapide dès les premières années du règne de Louis XIV. Agréé et reçu à l’Académie royale de Peinture et de Sculpture en 1663, puis logé à la manufacture des Gobelins à partir de 1664-1665, il reçut ses lettres de naturalité en 1672. Le sculpteur fut régulièrement sollicité pour contribuer à l’embellissement des résidences royales, en particulier Versailles, où il donna la pleine mesure de son talent, et prit également part à l’exécution de prestigieux monuments funéraires. Il travailla souvent à partir de dessins fournis par Charles Le Brun, Premier Peintre du roi, qu’il sut traduire avec virtuosité dans différents matériaux, notamment le marbre et le plomb, tout en insufflant son propre style. Parmi les treize enfants connus que Tuby eut avec ses deux épouses successives, seul Jean-Baptiste II Tuby entreprit une carrière de sculpteur. Celle-ci ne fut toutefois pas aussi féconde que celle de son père, décédé en 1700. Continuer la lecture

Soutenance de thèse: La communauté des peintres et sculpteurs parisiens : de la corporation à l’Académie de Saint-Luc (Bruno Guilois)

Jean Guélard, frontispice pour l’édition des Lettres patentes de l’Académie de Saint-Luc, Paris, 1738.

Type : Soutenance
Date :  23 novembre 2019
Lieu : Paris, Galerie Colbert, Centre André Chastel
 

Bruno Guilois (Université Paris Sorbonne) soutiendra sa thèse sur :

La communauté des peintres et sculpteurs parisiens :
de la corporation à l’Académie de Saint-Luc

sous la direction de M. Alain Mérot le 23 novembre à 14 heures, salle Ingres.

Le jury est composé de :

  • M. Guy-Michel Leproux, directeur d’études, École Pratique des Hautes Études
  • Mme Gaëtane Maës, maître de conférences-HDR, Université de Lille
  • M. Alain Mérot, professeur émérite, Sorbonne Université
  • Mme Véronique Meyer, professeur, Université de Poitiers
  • M. Mickaël Szanto, maître de conférences, Sorbonne Université

Voir la position de thèse.

Conférence du GRHAM : “Jacques-Louis David dessinateur : une approche comparative de sa pratique” par Philippe Bordes (12 décembre, Paris)

Jacques-Louis David, Portrait de Thirius de Pautrizel, juin ou juillet 1795, plume, encre grise, lavis gris et brun clair, graphite, rehauts de gouache blanche, diamètre : 19,2 cm, Washington D.C., National Gallery of Art.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 12 décembre 2019 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

L’intervention soumettra à la discussion des réflexions en vue d’un essai commandé pour le catalogue de l’exposition des dessins de Jacques-Louis David qui sera présentée au Metropolitan Museum of Art de New York en 2021 et dont le commissariat est assuré par Perrin Stein, conservateur au département des dessins et des estampes.

         La pratique du dessin par Jacques-Louis David traduit d’abord des prédilections personnelles et la logique interne de sa carrière et de ses ambitions artistiques. Bien qu’un tel « self-fashioning » s’applique généralement quand l’histoire de l’art se confronte à des artistes majeurs, dans ce cas le processus devient moins facile à cerner en raison de l’instabilité déroutante du contexte social et politique de la Révolution à la Restauration et de l’effondrement des protections et institutions qui sous l’Ancien Régime structuraient la pratique artistique. Continuer la lecture

Appel à communication : “Décoration intérieure et plaisir des sens (1700-1850)”.

Jean-François de Troy, La jarretière détachée, 1724, huile sur toile, 64.8 × 53.7 cm , New York, The Metropolitan Museum of Art, collection Jayne Wrightsman.

Type : appel à communication pour un colloque international.
Date limite de l’appel : 13 janvier 2020.
Date de l’événement : 28 et 29 mai 2020.
Lieu : Genève, université de Genève.

 

Dans la lignée des travaux de Goubert (Du Luxe au confort, 1988), de Crowley (The Invention of Comfort, 2001) et de DeJean (The Age of Comfort, 2009), ce colloque souhaite revenir sur la part que tenait le plaisir sensoriel dans l’organisation des espaces intérieurs en Europe entre 1700 et 1850. Plusieurs traités d’architecture du XVIIIe siècle tels que celui de Boffrand (1745) ou plus tard de Le Camus de Mézières (1780) mettent l’accent sur l’importance des sens dans la disposition et la décoration des pièces. Ces textes soulignent que certains arrangements, pour reprendre le terme de l’époque, doivent créer une impression de plaisir et de bien-être sur ses usagers. Cette idée d’un décor qui éveille les différents organes de perception du corps humain dans le but de produire un effet sur le spectateur s’inscrit dans une approche sensualiste de l’architecture. Cette préoccupation est alors désignée par de nombreux auteurs sous les termes d’« agrément » et de « commodité » qui permettent d’exprimer, avant qu’il n’apparaisse au début du XIXe siècle, le concept de confort[1].

[1] Joan DeJean, The Age of Comfort : When Paris Discovered Casual and the Modern Home Began, New York, Bloomsbury, 2009.

 

Nous proposons de privilégier trois grands axes de réflexion, qui n’épuisent évidemment pas le champ des possibles :

DE LA THÉORIE A LA PRATIQUE

Le premier axe est consacré à la place de l’agrément et du confort dans les ouvrages théoriques et à l’impact de ceux-ci dans la production de décors. Il s’agira ainsi de déterminer la part accordée aux sens et au corps non seulement dans les traités d’architecture, mais aussi les textes destinés aux artistes décorateurs, comme le livre d’André Jacob Roubo (L’Art du menuisier en meubles, 4 vols, 1769-1775), et, plus incidemment, dans les recueils de modèles (Jean-Charles Delafosse (Nouvelle Iconologie historique, 1768). L’intérêt porté aux sensations dans ces ouvrages peut être pensé (/envisagé) en regard de la philosophie sensualiste (Condillac, Traité des sensations, 1754) mais aussi de la littérature libertine du siècle des Lumières (La Petite Maison de Bastide, 1763).

Continuer la lecture

Journées d’études :” À l’ombre de maîtres : les artistes dits « secondaires » dans les arts en Europe du XIIe au XIXe siècle”.

Type : journées d’études.
Date de l’événement : 05 et 06 décembre 2019.
Lieu : Auditorium de la Maison des Sciences de l’Homme Ange Guépin, 5 allée Jacques Berque, 44000 Nantes.

Organisées par l’UMR 6566 CReAAH (Centre de recherche en Archéologie, Archéosciences et Histoire) et le laboratoire LARA (Laboratoire de recherche en Archéologie et Architectures) de l’Université de Nantes en collaboration avec l’Inventaire du Patrimoine de la région des Pays de la Loire. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : “Un « prodigieux amas » d’images : Le département des Estampes et de la photographie de la BnF : enjeux et perspectives pour la recherche en histoire de l’art” par Corinne Le Bitouzé et Chloé Perrot (21 novembre, Paris).

Charles-Nicolas Cochin père d’après Charles-Nicolas Cochin fils, Frontispice du « Catalogue raisonné des diverses curiosités du Cabinet de feu M. Chevalier de La Roque », 1745, gravure sur cuivre, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 21 novembre 2019 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Dès sa création en 1667, le cabinet des estampes de la Bibliothèque du roi, futur département des Estampes et de la photographie de la BnF, est riche de 85 000 estampes. Depuis cette date, la collection n’a cessé de croître, agrégeant au fil du temps toutes les nouvelles formes d’images multiples : photographies, reproductions photo-mécaniques et maintenant impressions numériques. Hors de son périmètre à l’origine, le dessin y occupe également une place importante. C’est aujourd’hui un « prodigieux  amas » de près de 15 millions d’images, occupant 24 km de rayonnages. La question de l’accès à cet imposant corpus iconographique s’est donc très vite posée.  Continuer la lecture

Colloque : “Palaces for rent : Real Estate in Rome in the 18th century”.

Gaspar van Wittel dit Vanvitelli, Rome. Le Château Saint Ange vu de Prati, 1736, huile sur toile, 42,5 x 67 cm.

Type : colloque.
Date de l’événement : 14 et 15 novembre 2019.
Lieu : Madrid, Departamento de Historia del Arte, UNED, Facultad de Derecho, calle Obispo Trejo, 2, Sala B, planta baja.

Jueves 14 noviembre
9:15 Apertura
Bienvenida- Consuelo Gómez, directora del Dto de Historia del Arte, UNED
Introducción- Angela Cipriani, directora emérita Accademia di San Luca – Pilar Diez del Corral, Dto de Historia del Arte, UNED Continuer la lecture

Publication : “Aquatint Worlds: Travel, Print, and Empire, 1770–1820”.

FORDHAM Douglas, Aquatint Worlds : Travel, Print, and Empire, 1770–1820, Londres, The Paul Mellon Centre for Studies in British Art, 2019, 384 p.

Présentation de l’éditeur :

In the late 18th century, British artists embraced the medium of aquatint for its ability to produce prints with rich and varied tones that became even more stunning with the addition of color. At the same time, the expanding purview of the British empire created a market for images of far-away places. Book publishers quickly seized on these two trends and began producing travel books illustrated with aquatint prints of Indian cave temples, Chinese waterways, African villages, and more. Offering a close analysis of three exceptional publications—Thomas and William Daniell’s Oriental Scenery (1795–1808), William Alexander’s Costume of China (1797–1805), and Samuel Daniell’s African Scenery and Animals (1804–5)—this volume examines how aquatint became a preferred medium for the visual representation of cultural difference, and how it subtly shaped the direction of Western modernism. Continuer la lecture

Appel à contribution : “The Enlightened Nightscape, 1700–1830”.

Claude Joseph Vernet, Les Quatre Moments de la journée : la nuit, 1757, huile sur toile, 29 x 43 cm, North Terrace, Art Gallery of South Australia.

Type : appel à contribution.
Date limite de l’appel : Proposals due by 20 December 2019; completed essays due by 30 June 2020.

Traditional timelines divide the past into the ‘Dark Ages’ and the ‘Enlightenment’, with their corresponding associations with ignorance, the irrational, and superstition in opposition to light, clarity, and reason. In recent years numerous academic disciplines have challenged this black and white view, converging in and on the night to study the many dimensions of the other half of our daily twenty-four-hour cycle. The emerging field of Night Studies has examined the evolution of the meaning of night since the Middle Ages, its representation in different national literatures and art, and the impact of street illumination in the creation of nightlife, especially in urban centers, among other topics. This line of research is particularly relevant to eighteenth-century studies, as the Enlightenment’s embrace of light and reasoned knowledge makes it easy to overlook that night and darkness held both physical and metaphorical importance. The invention of lighting technology and economic growth, along with the rise of social infrastructures like cafés and the fascination with graveyards and other dark spaces, brought life and light to the eighteenth-century nightscape. The night became a source of inspiration for many writers and artists, and philosophers explored its hidden meanings. Continuer la lecture

Atelier de recherche : “Entendre l’image. Sons, bruits et murmures dans l’art de l’époque moderne”.

Michelangelo Caravaggio, Les Musiciens, ca. 1595, huile sur toile, 92,1 x 118,4 cm, New York, The Metropolitan Museum of art.

Type : atelier de recherche.
Date de l’événement : 21 et 22 novembre 2019.
Lieu : Académie de France à Rome – Villa Médicis, Rome.

Cet atelier de recherche international propose une réflexion sur les relations entre le sonore et le visuel dans l’art de l’époque moderne. À travers des questionnements théoriques et des études thématiques, qui envisagent le sonore dans toute sa variété – musique, parole, bruit, silence ˗, il s’agit d’examiner les modalités de mise en scène du son dans les arts « muets » et de réévaluer la place du sonore comme limite et horizon de l’image dans la théorie artistique. Mettant le spectateur en position d’« œil à l’écoute », l’atelier envisage les différents dispositifs suggérant la pluri-sensorialité pour le spectateur et les enjeux théoriques qui animent les critiques anciens et les historiens de l’art contemporains, lorsqu’ils pensent l’image à travers les sons qui s’y cachent. Continuer la lecture

Colloque : “The Pictorial Evidence of Ruins : From Rome to Homs”.

Hubert Robert, Ruines romaines avec le Colisée, 1798, 0,50 x 0,59 m, Paris, musée du Louvre

Type : colloque.
Date de l’événement : 14 et 15 novembre 2019.
Lieu : Istituto Svizzero di Roma / Academia Belgica, Rome.

The questions of ruins and their images oscillate in the history of art between the vanitative interpretations related to the early modern period and the aesthetic categories of romanticism, while for the cultural studies the theoretical reflection on the ambiguities of memory and oblivion stands in the foreground. The conference goes beyond this topic range and raises questions about the importance of a ruin as an anachronistic symbol, a visual indicator of historical difference, and a critical touchstone of modernity. Continuer la lecture

Appel à candidature : “Prix Nicole 2020”.

Marie-Guillemine Benoist, Autoportrait, 1790, huile sur toile, collection particulière.

Type : appel à candidature.
Date limite de l’appel : 18 décembre 2019.

Le Prix Nicole, créé à l’initiative de la Société de l’Histoire de l’Art français, récompense chaque année l’auteur d’une thèse de doctorat portant sur l’art français du XVIe, du XVIIe ou du XVIIIe siècle, relative à la peinture, au dessin, à la gravure, à la sculpture, à l’architecture ou aux arts décoratifs. Il est décerné sous l’égide du Comité français d’histoire de l’art. Continuer la lecture

Séminaire : “Art et Science au XVIIe siècle”.

Frans Hals, Portrait de René Descartes (1596 – 1650), vers 1649 – 1700, huile sur toile, 77,5 x 68,5 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : séminaire.
Date de l’événement :du 16 novembre 2019 au 6 juin 2020 de 10h30 à 13h.
Lieu : Paris, 17 rue de la Sorbonne, Escalier C, 1er étage Salle Halbwachs.

PROGRAMME

16 novembre
Daniel Dauvois : Naissance des Beaux-arts.

14 décembre
Annie Bitbol : La leçon d’anatomie. Continuer la lecture