Archives de catégorie : Appels à communication

Appel à communication : “L’art et le livre entre XVe et XVIIIe siècle : pour une approche transdisciplinaire”.

Anne-Louis Girodet-Trioson, Benoît Agnès Trioson regardant des figures dans un livre, 1797, huile sur toile, Montargis, musée Girodet.

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 30 avril 2020.
Date de l’événement : 08 et 09 octobre 2020.
Lieu : Lyon (ENSSIB).

Quand image et objet-livre interagissent, cela intéresse tout autant les historiens du livre que les historiens de l’art et d’autres disciplines telles que les littéraires, chacune travaillant avec ses propres méthodes.
Et de fait, de nombreuses études ont déjà interrogé les relations entre visuel et textuel. La littérature scientifique en témoigne, que l’on pense aux livres d’Heures traités tant par des historiens du livre que des historiens de l’art, ou aux romans illustrés de la période moderne qui font également l’objet d’une double attention et intéressent aussi les spécialistes de la littérature. Citons par exemple les travaux du Centro di Elaborazione Informatica di testi e Immagini nella Tradizione Letteraria de la Scuola Normale de Pise sur les romans chevaleresques de la Renaissance ou la thèse de Benoît Tane qui approfondit les questions des liens entre gravure et récit, et questionne jusqu’à la notion d’illustration afin de déterminer interactions et indépendance des media de la narration. Continuer la lecture

Appel à contribution : “8e numéro thématique de MuseMedusa : Némésis, ou le châtiment inéluctable”.

Jean-Honoré Fragonard, Le sacrifice de Callirhoé, 1765, huile sur toile, 129 x 188,5 cm, Angers, musée des Beaux-arts.

Type : appel à contribution.
Date limite de l’appel : 15 février 2020.

Sous la direction d’Ania Wroblewski

Némésis est la personnification grecque du châtiment. Divinité primitive vénérée dans toute la Grèce, fille de la Nuit, elle est aussi l’incarnation de la désapprobation indignée, un concept abstrait (Νέμεσις). Selon les récits mythologiques, Zeus amoureux a pourchassé la déesse et, à la suite de leur union, Némésis, transformée en oie, a pondu l’œuf d’où est sortie Hélène. Maillon, donc, dans la chaîne liant le chaos (Nyx) à la beauté parfaite (Hélène), Némésis est une justicière implacable. C’est elle qui préserve contre la faute fondamentale de l’hybris, c’est elle qui punit les mortels tentant de s’élever au rang des dieux, c’est elle encore qui abaisse ceux qui font preuve de démesure. Son pouvoir vengeur est sans fin, inéluctable. « À chacun son dû », déclare sans pitié la déesse de la justice distributive, avec qui on ne peut pas négocier.

Continuer la lecture

Appel à contribution : “Thomas Aquinas and His Images”.

Michel Serre (1658–1733), Thomas Aquinas Trampling Heresy, Basilica of Mary Magdalene, Saint-Maximin-la-Sainte-Baume, Var.

Type : appel à contribution.
Date limite de l’appel : 15 juin 2020.

On the occasion of the double centennial of Thomas Aquinas (1225–1274)—with 2023 marking the 7th centennial of his canonization and 2025 the 8th centennial of his birth—and in parallel with events pertaining to the philosophical and theological approach of the ‘angelic doctor’, this publication aims at questioning pictorial representations of the saint. Thomas Aquinas’s innovative work is a link in the transmission of ancient philosophy and early theology’s heritage and has marked European intellectual thought throughout the centuries (with the Summa Theologiae and Summa contra Gentiles, to name just the most famous of his works). The numerous depictions of this extraordinary Dominican answer various purposes: glorification of the Order founded by Saint Dominic through one of its most remarkable figures, hagiographic processes, bringing the devotion of the Blessed Sacrament to the fore via the composer of the Roman office of Corpus Christi, particular devotions, etc. Continuer la lecture

Appel à communication : “Paintings, Peepshows, and Porcupines : Exhibitions in London, 1775–1851”.

Adriaan de Lelie, La galerie d’art de Jan Gildemeester, 1794 – 1795, huile sur bois, 63,7 x 85,7 cm, Amsterdam, Rijksmuseum.

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 1er avril 2020.
Date de l’événement : 17 et 18 septembre 2021.
Lieu : The Huntington Library, Art Museum, and Botanical Gardens, San Marino, California.

In 1820, the Romantic painter Théodore Géricault sent his now-famous image of a shipwreck, The Raft of the Medusa, by boat to London. There, it was shown at Bullock’s Egyptian Hall, a display space that also featured attractions as varied as live reindeer and Napoleon’s carriage, captured at Waterloo. This well-known episode was not an aberration or a Romantic eccentricity; it was, quite simply, business as usual. In many nineteenth-century cities, exhibiting outside of official art venues was not uncommon, nor was it necessarily an act of rebellion. Recent scholarship has challenged preconceptions about audience and cultural hierarchy in relation to Géricault’s Raft, but we are only beginning to understand the role of artworks within a broader culture of display. Continuer la lecture

Appel à communication : “Veiling the Body : Cloth, Skin, Membrane, Paper”.

Marie-Guillemine Benoist, Portrait d’une femme noire, 1800, huile sur toile, 81 x 65 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 20 janvier 2020.
Date de l’événement : 11 et 12 juin 2020.
Lieu : The John Rylands Research Institute, University of Manchester.

The word ‘veil’ most commonly connotes a piece of cloth worn on the body not primarily for warmth or protection, but as a symbol, usually of modesty or withdrawing from a public realm. In many cultures, veils have held a contradictory status of concealing the (most often female) body and of heightening the significance of exposure. In Europe, the word ‘veil’ and its cognates have also variously connoted: human skin and bodily membranes; draperies and curtains in religious and secular spaces; relics; and the separations between material and spiritual realms. In all contexts, the word points to secrecy and hiddenness, inflected with the potential for exposure and display. Continuer la lecture

Appel à communication :”Aux environs de Paris : les maisons de plaisance du Grand Paris, de Louis XIV à l’Empire”.

Robert de Cotte, Château de Meudon, chambre du grand dauphin ; chelinée et glace, profil du lit, 1708 – 1709, dessin, 28,7 x 49,1 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 13 janvier 2020.
Date de l’événement : date à préciser.
Lieu : Sceaux, château de Sceaux.

Organisée par Anaïs Bornet (docteure à Sorbonne-Université) et Francesco Guidoboni

(docteur à l’université Panthéon-Sorbonne)

Soutenue par l’association GHAMU (Groupe Histoire Architecture & Mentalités Urbaines) et par la Société d’Études du XVIIe siècle.

Les propositions, comportant les titres ou l’affectation de l’auteur, un titre de communication, le thème dans lequel elles se situent et un résumé ne devant pas dépasser 2000 signes, sont à envoyer avant le 13 janvier 2020 aux adresses suivantes : anaisbornet.ha@gmail.com et fg.archi@yahoo.it.
Dates prévisionnelles : 23-24 avril 2020
La journée d’études donnera lieu à une publication.
« Aux environs de Paris » : les maisons de plaisance du Grand Paris, de Louis XIV à l’Empire.

La création en 2016 de la « métropole du Grand Paris » est l’occasion pour les chercheurs et les acteurs du patrimoine de s’interroger sur l’héritage architectural de la banlieue parisienne – petite et grande couronnes – son identification, son histoire, sa conservation ou sa réhabilitation. Ces bâtiments, pour certains encore préservés, se trouvent aujourd’hui face à diverses problématiques de conservation, d’adaptation aux nouveaux besoins, d’accueil du public, etc., mais sont également souvent menacés par les transformations urbaines qui répondent aux évolutions de la société du XXIe siècle. Cette journée d’étude est consacrée plus particulièrement aux maisons de plaisance bâties entre la moitié du XVIIe siècle et l’Empire au sein des limites actuelles du Grand Paris. Souvent méconnus et peu valorisés, les vestiges de la villégiature francilienne – non royale – de cette période se trouvent au coeur de l’actualité ; la préservation de l’intégrité de ce patrimoine architectural fait aujourd’hui débat et est au centre des préoccupations des acteurs et défenseurs du patrimoine. Cet événement scientifique permettrait également d’observer les manières dont ces demeures sont inclues dans le paysage urbain actuel. Autrefois situées en dehors de la capitale, les demeures de plaisance suburbaines comprenaient en réalité des typologies diverses : châteaux, maisons de dimensions variées, folies et pavillons accompagnés de parcs et de jardins. La villégiature s’est en effet développée en Ile-de-France dès la Renaissance, où une élite fortunée (le roi et ses proches, certains courtisans, mais aussi des ministres, des grands financiers…) quitte la ville lors de la belle saison, et s’installe dans de somptueuses résidences « aux champs » pour s’y détendre et se divertir. Avec la création de la métropole du Grand Paris et l’annexion à la capitale de nombreuses résidences de villégiature, s’ouvrent de nouveaux questionnements sur les liens existants entre la ville et ce patrimoine autrefois éloigné. Les maisons de plaisance des « environs de Paris » firent dès le XVIIIe siècle l’objet de descriptions au sein de guides de voyage, guides qui se multiplient à cette période. Par ailleurs, certaines de ces demeures sont même prétextes au début du XIXe siècle à des recueils d’illustrations (Krafft et Ransonnette, 1801 et 1812). La bibliographie récente sur le sujet s’est focalisée de manière ponctuelle sur certaines communes franciliennes, alimentée entre autres par l’important travail monographique des chercheurs du service Patrimoines et Inventaire du patrimoine culturel de la région, publié entre autres dans la base Mérimée et au sein des collections « Cahiers du Patrimoine » ou, plus succinctement, « Images du Patrimoine ». Continuer la lecture

Appel à communication : “La réception du Siècle d’Or espagnol dans les pays germanophones”.

 

Bartolomé Esteban Murillo, Le jeune mendiant, XVIIe siècle, huile sur toile, 134 x 100 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 31 mars 2020.
Date de l’événement : 08 et 09 octobre 2020.
Lieu : Saint-Etienne, université Jean Monnet.

Bien qu’elles soient certainement plus anciennes(1) les influences culturelles réciproques entre l’Espagne et les pays germanophones se développent fortement durant le Siècle d’Or. Les portraits royaux du Prado et du Kunsthistorisches Museum de Vienne témoignent des nombreux échanges de princesses qui importent leurs habitudes et leurs goûts, telle l’impératrice Marguerite, fille de Philippe IV, immortalisée par Vélasquez dans Les Ménines, qui demande à son époux, l’empereur Léopold Ier, de faire représenter des comedias espagnoles à la Cour de Vienne. Par ailleurs, la Guerre de Trente ans, qui dévaste les pays germaniques, donne naissance au Simplicius Simplicissimus de Grimmelshausen, dont le héros, allant d’un maître à un autre, suit les traces des pícaros espagnols. Continuer la lecture

Appel à communication : « Horizons emblématiques ».

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 10 mai 2020.
Date de l’événement : 05 septembre 2020.
Lieu : Bussy-le-Grand, château de Bussy-Rabutin.

La richesse de l’œuvre littéraire de Roger de Rabutin est désormais établie, qu’il s’agisse de son roman, de ses Mémoires ou de ses écrits épistolaires et poétiques ; cependant, ses réalisations figuratives, bien qu’elles soient tout aussi raffinées, sont moins connues, même si elles ont fait l’objet de plusieurs études.

Lors de son exil bourguignon, Bussy-Rabutin s’est attaché à la décoration de ses châteaux, Bussy et Chazeu. Il a notamment conçu un programme décoratif original pour orner plusieurs pièces du château de Bussy-le-Grand. Ce décor exceptionnel par son ampleur et par ses emprunts au genre de l’emblème suscite de nombreuses interrogations et appelle des approfondissements. Continuer la lecture

Appel à communication : “Le Parfumeur : évolution d’une figure depuis la Renaissance”.

Pierre Gouthière, Paire de brûle parfum, XVIIIe siècle, bronze, dorure et porcelaine, 29 cm de hauteur, Paris, musée du Louvre.

Type : appel à communication pour un colloque international.

Date limite de l’appel : 15 juin 2020.
Date de l’événement : 28 et 29 janvier 2021.
Lieu : Versailles, auditorium du château de Versailles .

***English follows*** 

Colloque international organisé par Alice Camus (Guerlain / CRCV) et Érika Wicky (Université Lumière Lyon 2 / LARHRA).

Fruit d’un savoir-faire qui s’est constitué dès l’Antiquité, la parfumerie détient une histoire riche et complexe dont de nombreux aspects restent à explorer, car son historiographie est récente et encore peu développée (Reinarz, 2014). La voie de la recherche sur ce sujet a été ouverte dans les années 1980 par des études menées tout d’abord sur le corps, ses soins et sa parure, telles celles de Georges Vigarello (1985) sur l’évolution des pratiques d’hygiène ou celles de Philippe Perrot (1984) sur les artifices utilisés pour conformer le corps à une image fantasmée. Ces analyses des pratiques de toilette, des accessoires de la parure et des produits de luxe ont mené à l’étude de l’histoire de la parfumerie. Pionniers dans ce domaine, les travaux d’Annick Le Guérer (1988 et 2005) ont été augmentés et approfondis par les recherches de Catherine Lanoë (2008), d’Eugénie Briot (2015) et de Rosine Lheureux (2016), centrées sur l’Ancien Régime et le XIXesiècle français. Holly Dugan (2011) s’est intéressée à la parfumerie de la période moderne en Angleterre tandis qu’Anna Messinis (2017) a choisi d’envisager dans l’histoire longue la parfumerie vénitienne. Située à la croisée de plusieurs champs d’études, dont l’histoire du corps, des sciences, du luxe et des pratiques de consommation (Roche, 1989), l’histoire de la parfumerie a bénéficié des avancées de la recherche dans de nombreux domaines. Elle s’est nourrie, en particulier, des travaux consacrés à l’histoire des sensibilités olfactives (Corbin, 1982 ; Halliday, 1999) et à l’anthropologie historique des sens (Classen et Howes, 1994) qui ont permis de déterminer les conditions de l’épanouissement de la parfumerie. Continuer la lecture

Appel à communication : “Décoration intérieure et plaisir des sens (1700-1850)”.

Jean-François de Troy, La jarretière détachée, 1724, huile sur toile, 64.8 × 53.7 cm , New York, The Metropolitan Museum of Art, collection Jayne Wrightsman.

Type : appel à communication pour un colloque international.
Date limite de l’appel : 13 janvier 2020.
Date de l’événement : 28 et 29 mai 2020.
Lieu : Genève, université de Genève.

 

Dans la lignée des travaux de Goubert (Du Luxe au confort, 1988), de Crowley (The Invention of Comfort, 2001) et de DeJean (The Age of Comfort, 2009), ce colloque souhaite revenir sur la part que tenait le plaisir sensoriel dans l’organisation des espaces intérieurs en Europe entre 1700 et 1850. Plusieurs traités d’architecture du XVIIIe siècle tels que celui de Boffrand (1745) ou plus tard de Le Camus de Mézières (1780) mettent l’accent sur l’importance des sens dans la disposition et la décoration des pièces. Ces textes soulignent que certains arrangements, pour reprendre le terme de l’époque, doivent créer une impression de plaisir et de bien-être sur ses usagers. Cette idée d’un décor qui éveille les différents organes de perception du corps humain dans le but de produire un effet sur le spectateur s’inscrit dans une approche sensualiste de l’architecture. Cette préoccupation est alors désignée par de nombreux auteurs sous les termes d’« agrément » et de « commodité » qui permettent d’exprimer, avant qu’il n’apparaisse au début du XIXe siècle, le concept de confort[1].

[1] Joan DeJean, The Age of Comfort : When Paris Discovered Casual and the Modern Home Began, New York, Bloomsbury, 2009.

 

Nous proposons de privilégier trois grands axes de réflexion, qui n’épuisent évidemment pas le champ des possibles :

DE LA THÉORIE A LA PRATIQUE

Le premier axe est consacré à la place de l’agrément et du confort dans les ouvrages théoriques et à l’impact de ceux-ci dans la production de décors. Il s’agira ainsi de déterminer la part accordée aux sens et au corps non seulement dans les traités d’architecture, mais aussi les textes destinés aux artistes décorateurs, comme le livre d’André Jacob Roubo (L’Art du menuisier en meubles, 4 vols, 1769-1775), et, plus incidemment, dans les recueils de modèles (Jean-Charles Delafosse (Nouvelle Iconologie historique, 1768). L’intérêt porté aux sensations dans ces ouvrages peut être pensé (/envisagé) en regard de la philosophie sensualiste (Condillac, Traité des sensations, 1754) mais aussi de la littérature libertine du siècle des Lumières (La Petite Maison de Bastide, 1763).

Continuer la lecture

Appel à contribution : “The Enlightened Nightscape, 1700–1830”.

Claude Joseph Vernet, Les Quatre Moments de la journée : la nuit, 1757, huile sur toile, 29 x 43 cm, North Terrace, Art Gallery of South Australia.

Type : appel à contribution.
Date limite de l’appel : Proposals due by 20 December 2019; completed essays due by 30 June 2020.

Traditional timelines divide the past into the ‘Dark Ages’ and the ‘Enlightenment’, with their corresponding associations with ignorance, the irrational, and superstition in opposition to light, clarity, and reason. In recent years numerous academic disciplines have challenged this black and white view, converging in and on the night to study the many dimensions of the other half of our daily twenty-four-hour cycle. The emerging field of Night Studies has examined the evolution of the meaning of night since the Middle Ages, its representation in different national literatures and art, and the impact of street illumination in the creation of nightlife, especially in urban centers, among other topics. This line of research is particularly relevant to eighteenth-century studies, as the Enlightenment’s embrace of light and reasoned knowledge makes it easy to overlook that night and darkness held both physical and metaphorical importance. The invention of lighting technology and economic growth, along with the rise of social infrastructures like cafés and the fascination with graveyards and other dark spaces, brought life and light to the eighteenth-century nightscape. The night became a source of inspiration for many writers and artists, and philosophers explored its hidden meanings. Continuer la lecture

Appel à candidature : “Prix Nicole 2020”.

Marie-Guillemine Benoist, Autoportrait, 1790, huile sur toile, collection particulière.

Type : appel à candidature.
Date limite de l’appel : 18 décembre 2019.

Le Prix Nicole, créé à l’initiative de la Société de l’Histoire de l’Art français, récompense chaque année l’auteur d’une thèse de doctorat portant sur l’art français du XVIe, du XVIIe ou du XVIIIe siècle, relative à la peinture, au dessin, à la gravure, à la sculpture, à l’architecture ou aux arts décoratifs. Il est décerné sous l’égide du Comité français d’histoire de l’art. Continuer la lecture

Appel à communication : “‘Dark Enlightenments’: David Nichol Smith Seminar in Eighteenth-Century Studies XVII”.

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : Early proposals due by 1 November 2019; regular proposals due by 1 March 2020.
Date de l’événement : du 02 au 04 décembre 2020.
Lieu : Adelaide, Australie.

The Australian and New Zealand Society for Eighteenth-Century Studies (ANZSECS), Flinders University, and the University of Adelaide invite you to the 17th David Nichol Smith (DNS) Seminar for Eighteenth-Century Studies. Inaugurated in 1966 by the National Library of Australia, the DNS is the leading forum for eighteenth-century studies in Australasia. It brings together scholars from across the region and internationally who work on the long eighteenth century in a range of disciplines, including history, literature, art and architectural history, philosophy, theology, the history of science, musicology, anthropology, archaeology, and studies of material culture. Continuer la lecture

Appel à communication : “L’expérience sensorielle dans les expositions d’art au XVIIIe siècle”.

Gabriel de Saint-Aubin, Salon de 1765, 1765, dessin à la plume, 24 x 46,5 cm, Paris, Musée du Louvre, Département des Arts graphiques.

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 15 décembre 2019.
Date de l’événement : Musée du Louvre, Paris, automne 2020 et Musée du Louvre-Lens, printemps 2021.
Lieu : musée du Louvre, Paris et Lens, musée du Louvre-Lens.

Colloque international
Musée du Louvre, Paris, automne 2020 et Musée du Louvre-Lens, printemps 2021

Tout au long du XVIIIe siècle, les expositions de l’Académie royale de peinture de Paris ont su créer un habitus chez les visiteurs européens et parisiens en particulier. Plus encore, elles ont suscité la curiosité et l’envie du public de province et des autres nations, qui s’en sont inspirés. Pendant cette période, le Salon du Louvre devient l’un des évènements les plus courus où s’entassent des spectateurs venus voir, se faire voir et savoir, car il incarne sans contredit l’image du théâtre social du Tout-Paris et, par ricochet, celui du plaisir des sens pour l’ensemble des publics cultivés d’Europe. En d’autres mots, la visite du Salon ou de toute autre exposition d’art au XVIIIe siècle, où s’entremêlent la volonté de se divertir et celle de s’instruire, se présente comme une expérience où les différents sens sont sollicités et en émoi. Il est alors possible d’introduire la notion de « corps sensoriel » car non seulement la vue, mais encore l’ouïe, le goût, le toucher et l’odorat sont interpelés de manière variée et complexe à tout moment de la visite. Continuer la lecture

Appel à communication : “Séminaire Collection”

Henri-Pierre Danloux,The Baron de Besenval in his Salon de Compagnie 1791, Londres, National Gallery

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 8 novembre 2019.
Date de l’événement : 18 février, 17 mars, 7 avril, 5 mai et 9 juin 2020
Lieu : Institut national d’histoire de l’art (INHA)

Les organisateurs de Collection/Séminaire sur le collectionnisme et le marché de l’art, lancent un appel à communication pour les séances mensuelles du séminaire en 2020. Le séminaire Collection entend être un lieu de rencontre qui permet la discussion entre universitaires et conservateurs venus présenter de nouvelles recherches sur tous les sujets relatifs à l’histoire des collections et du marché de l’art. Les communications pourront concerner toutes les époques sans limitations géographiques et aborder par exemple la constitution et la vie des collections, (privées et muséales), les collectionneurs et les acteurs du marché de l’art, autant que des réflexions méthodologiques sur les sources et les outils, y compris numériques.

Continuer la lecture