Archives de catégorie : Actualités

Conférence du GRHAM : « Les écrits du for privé : une source pour l’histoire de l’art ? L’exemple du livre de raison de Joseph Vernet », Émilie Beck Saiello

Claude-Joseph Vernet, Port méditerranéen au soleil couchant avec l’artiste, sa fille Emilie Chalgrin, son fils Carle Vernet, sa belle-fille Fanny Moreau et son serviteur Saint-Jean, 1788, huile sur toile, 87 x 113,6 cm, Collection particulière.

Type : Conférence.
Date et horaire : jeudi 21 janvier 2021 à 19h.
Lieu : En ligne / Zoom.
Pour tout renseignement et inscription : asso.grham@gmail.com

Il y a quelques semaines encore était publiée, sous la direction des historiens Michel Figeac et Caroline Le Mao, une anthologie des écrits de l’intime : toute dernière manifestation d’un intérêt pour ce que l’on appelle « les écrits du for privé » ou « ego-documents » – textes non fictionnels produits par des personnes ordinaires dans un cadre non institutionnel – qui remonte, chez les littéraires et les historiens, aux années 1970 et 1980. Les historiens de l’art, si l’on excepte les travaux d’Olivier Bonfait, Charlotte Guichard et Ariane James-Sarazin, se sont peu penchés sur ces sources. Elles permettent pourtant de définir les trajectoires individuelles, d’appréhender la construction de l’identité mais aussi des sociabilités, d’analyser le fonctionnement matériel de l’atelier et l’économie professionnelle, d’étudier enfin des objets singuliers qui, dans le cas des artistes, mêlent souvent le graphisme à l’écrit. Les écrits du for privé sont donc à la confluence de l’histoire matérielle, de l’histoire économique, de l’histoire de l’intime et de l’histoire sociale.

L’un des exemples les plus intéressants de ces écrits pour le XVIIIe français est constitué par le livre de raison du peintre Joseph Vernet (1714-1789). À travers l’analyse de ce manuscrit, qui fera prochainement l’objet d’une édition critique, nous essaierons de montrer quel est l’intérêt de ce type de source, non seulement pour l’étude de l’une des figures majeures de la peinture française et européenne au XVIIIe siècle, mais aussi pour la discipline de l’histoire de l’art.

 

Émilie Beck Saiello est maître de conférences à l’Université Sorbonne Paris Nord, en délégation au CNRS (Centre Norbert Elias). Elle travaille sur le paysage et ses représentations, la condition sociale de l’artiste en France et en Italie, et les échanges, circulations et disséminations dans l’Europe du Grand Tour. Elle a publié entre autres Napoli e la Francia. I pittori di paesaggio da Vernet a Valenciennes, L’Erma di Bretschneider, 2010 ; Pierre Jacques Volaire (1729-1799), dit le Chevalier Volaire , Arthena, 2010 et a codirigé plusieurs ouvrages dont L’Académie de France à Rome. Le Palais Mancini : un foyer artistique dans l’Europe des Lumières (1725-1792), PUR, 2016 et Écrire et peindre le paysage, France Angleterre 1750-1850, PUR, prévu en mars 2021. Dans le cadre de son HDR, elle achève l’édition critique du livre de raison de Joseph Vernet et travaille sur la diplomatie culturelle à Rome au XVIIIe siècle.

Appel à communication : TOOLS FOR THE FUTURE – RESEARCHING ART MARKET PRACTICES FROM PAST TO PRESENT Workshop 6 – Financial Structures and Practices on the Art Market

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 15 janvier 2021.
Date de l’événement : 11 et 12 juin 2021.
Lieu : Paris, Université Sorbonne Nouvelle & IESA Arts & Culture.

The workshop, Financial Structures and Practices, is part of the International Workshops Series
“Tools for the Future: Researching art market Practices from Past to Present”, jointly founded by
Elisabetta Lazzaro (Business School for the Creative Industries – University of the Creative Arts, UK), Nathalie Moureau (University Paul Valéry, Montpellier 3) and Adriana Turpin (IESA Art & Culture, Paris and the Society for the History of Collecting, London). Through individual presentations followed by group discussions, the workshops series aims at bringing together international scholars and professionals from different disciplines, periods of study and areas of practice of the art market to confront key issues and related methods that can be used to interpret, analyse and operate through the structures and principles of the art market. Previous workshops were on art collectors (Montpellier, June 2018), the artist as an entrepreneur (Utrecht, December 2018), formation and development of new markets (London, June 2019) communication strategies (Rome, November 2019) and legislation and legal structures (Ljubljana, September 2020).
The migration of art works, from the studio to the gallery, from a nation’s private collections to another’s public museums, from the seller to the buyer, and from the primary market to the secondary market, has been explored and analysed by the previous workshops. The art market is a highly entrepreneurial and peripheral market. The banking, funding and support strategies deployed or relied upon by the diverse actors of this art market have given rise to complex transactions, investments, and interest protections. The sixth workshop, organised by CREW – Centre for Research on the English-speaking World at Université Sorbonne Nouvelle, and the IESA Arts & Culture, l’École internationale des métiers de la culture et du marché de l’art, will address the money flow that underpins these migrations and transfers – the financial strategies of the art market and the ways in which international or national financial structures influence the ability to purchase or the need to sell and produce. The workshop will feature the keynote by Prof. Bruno Frey, University of Basel and Center for Research in Economics, Management and the Arts, Switzerland. Continuer la lecture

Soutenance de thèse: « Être artiste en dehors de l’Académie royale de Peinture et de Sculpture : peinture et reconnaissance publique dans le Paris des Lumières (1751-1791) » (Maël Tauziède-Espariat)

Anonyme, Portrait d’un peintre dans un médaillon, c.1760, peinture à l’huile sur toile, 29,5 x 20 cm, Paris, coll. part. (ancienne coll. Olivier Aaron).

Type : Soutenance de thèse

Date :  14 janvier 2021 à 14h

Lieu : Paris, Institut national d’histoire de l’art (visioconférence)


M. Maël Tauziède-Espariat soutiendra sa thèse de doctorat en histoire de l’art, intitulée :

« Être artiste en dehors de l’Académie royale de Peinture et de Sculpture : peinture et reconnaissance publique dans le Paris des Lumières (1751-1791) »

devant un jury composé de :

M. Olivier Bonfait, Professeur, Université de Bourgogne (directeur).

Mme Charlotte Guichard, Directrice de recherche au CNRS, École normale supérieure – Institut d’histoire moderne et contemporaine.

M. Christophe Leribault, Conservateur général du Patrimoine, Directeur du musée des beaux-arts de la Ville de Paris Petit-Palais.

M. Mathieu Marraud, Chargé de recherche au CNRS HDR, École des hautes études en sciences sociales – Centre de recherches historiques.

M. Christian Michel, Professeur, Université de Lausanne.

Mme Sophie Raux, Professeure, Université Lumière Lyon 2.

Le jeudi 14 janvier à 14h en visioconférence.

Continuer la lecture

Appel à communication : « Images du monde, images du pouvoir : noter et dessiner le ballet équestre, du carrousel à la contredanse à cheval (XVIIe-XVIIIe siècles) ».

D’après Henri de Gissey, Le Grand Carrousel donné par Louis XIV dans la cour des Tuileries à Paris, XVIIe siècle, huile sur toile, 285 x 365 cm, Versailles, musée des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 31 janvier 2021.
Date de l’événement : 08 et 09 avril 2021.
Lieu : Paris, INHA.

Proposition de communication (2000 signes) avec courte bio-bibliographie à envoyer avant le 31 janvier 2021 à : pauline.chevalier@inha.fr et antonin.liatard@inha.fr

Images du monde, images du pouvoir : noter et dessiner le ballet équestre, du carrousel à la contredanse à cheval (XVIIe-XVIIIe siècles)

Tantôt vous les voirrez à courbettes danser,

Tantost se reculer, s’approcher, s’avancer,

S’escarter, s’esloigner, se serrer, se rejoindre

D’une pointe allongée, et tantôt d’une moindre, Continuer la lecture

Publication : « Portraiture and Friendship in Enlightenment France ».

FRIPP Jessica, Portraiture and Friendship in Enlightenment France, Newark, University of Delaware Press, 2021, 240 p.

Présentation de l’éditeur :

Portraiture and Friendship in Enlightenment France examines how new and often contradictory ideas about friendship were enacted in the lives of artists in the eighteenth century. It demonstrates that portraits resulted from and generated new ideas about friendship by analyzing the creation, exchange, and display of portraits alongside discussions of friendship in philosophical and academic discourse, exhibition criticism, personal diaries, and correspondence. This study provides a deeper understanding of how artists took advantage of changing conceptions of social relationships and used portraiture to make visible new ideas about friendship that were driven by Enlightenment thought. Continuer la lecture

Appel à communication : « Re-Conceiving an Ancient Wonder, the Afterlife of the Mausoleum of Halicarnassus, 1500-1850 ».

Atelier d’Augsbourg, Mausoli monumentum – Monument de Mausoli – Monumento di Mausol – Des Mausoli Grabmal, ca. 1760, gravure sur cuivre rehaussée en couleurs, 31 x 41 cm, marché de l’art.

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 31 janvier 2021.
Date de l’événement :  du 24 au 26 juin 2021.
Lieu : Aachen, RWTH Aachen University.

The importance of the Mausoleum of Halicarnassus for European culture is revealed by its very name, which – in many languages – has become a noun signifying any sufficiently monumental tomb. However, the Mausoleum was destroyed during the Middle-Ages, and many aspects of its appearance remain uncertain, even since the excavation of its foundations in the 1850s. During the Early Modern Period, the main sources of information on this building were thus ancient texts, which were the only references concerning the Mausoleum’s dimensions and appearance. Accurately reconstructing architecture according to brief written descriptions, however, is an impossible task. Yet, despite this difficulty or perhaps due to the liberty it offered the imagination, numerous artists, architects and antiquaries took a keen interest in the monument during the timeframe 1500-1856, mainly using Pliny’s description to suggest reconstructions, devise pictorial representations and seek inspiration for new funerary projects or monumental public architecture.  Continuer la lecture

Publication : « The Place of Many Moods: Udaipur’s Painted Lands and India’s Eighteenth Century ».

KHERA Dipti, The Place of Many Moods : Udaipur’s Painted Lands and India’s Eighteenth Century, Princeton, Princeton University Press, 2020, 232 p.

Présentation de l’éditeur :

In the long eighteenth century, artists from Udaipur, a city of lakes in northwestern India, specialized in depicting the vivid sensory ambience of its historic palaces, reservoirs, temples, bazaars, and durbars. As Mughal imperial authority weakened by the late 1600s and the British colonial economy became paramount by the 1830s, new patrons and mobile professionals reshaped urban cultures and artistic genres across early modern India. The Place of Many Moods explores how Udaipur’s artworks—monumental court paintings, royal portraits, Jain letter scrolls, devotional manuscripts, cartographic artifacts, and architectural drawings—represent the period’s major aesthetic, intellectual, and political shifts. Dipti Khera shows that these immersive objects powerfully convey the bhava—the feel, emotion, and mood—of specific places, revealing visions of pleasure, plenitude, and praise. These memorialized moods confront the ways colonial histories have recounted Oriental decadence, shaping how a culture and time are perceived. Continuer la lecture

Soutenance HDR : « Culture matérielle/ Material Culture Studies. Circulations et hybridations des disciplines ».

Type : soutenance HDR.
Date de la manifestation : 11 décembre 2020 à partir de 14h.
Lieu : Online (Zoom) .

Ariane Fennetaux, Maître de Conférences à l’Université de Paris, soutiendra son Habilitation à Diriger les Recherches sur le sujet suivant: « Culture matérielle/ Material Culture Studies. Circulations et hybridations des disciplines » le vendredi 11 décembre 2020 à 14h.

Continuer la lecture

Publication : Du corpus à l’exégèse. Interpréter la peinture du XVIIe siècle en France

 

Du corpus à l’exégèse. Interpréter la peinture du XVIIe siècle en France, F. Cousinié (dir.), Rouen, PURH, 2020

Qu’est-ce qu’ « interpréter » un tableau ? Faut-­il privilégier le s intentions déclarées ou implicites de l’artiste et des commandi­taires ? En rester aux interprétations historiques, contempo­raines de l’œuvre ? Ou accueillir les réceptions postérieures ? Que faut-­il interpréter ? La composition, ses figures, l’histoire et la narration déployée, les motifs et les thèmes ? Et comment prendre en compte les œuvres «sans histoire »? Les matériaux, pigments, grains, touches et l’ensemble des formes plastiques des œuvres doivent-­ils être étudiés ? L’unité désormais muséale du tableau peut-­elle être dissociée de l’environnement spatial, des objets, des corps, des savoirs et des usages dans lesquels il s’inscrivait et auxquels il répondait auparavant? Mais faut-­il toujours interpréter ? L’œuvre requiert-­elle vrai­ ment et seulement ce mode de relation ? Ce volume s’efforce de répondre à ces questions sans cesse posées, reposées par l’historien de l’art et tout amateur de peinture, à propos d’œuvres peintes au sein du XVIIe siècle, qui invente le terme d’herméneutique, art de l’interprétation. 

Table des matières

Avant-Propos : La conversion du regard. La peinture du XVIIe siècle d’après et après Marc Fumaroli (F. Cousinié)

Introduction : Le sens du passé (F. Cousinié)

I. Historiciser l’interprétation ? Protocoles et sources de l’interprétation

Tatiana Senkevitch (The Sarah Campbell Blaffer Foundation, Houston) – « Exercising l’esprit de finesse: Pascalian Aesthetics and French painting in the 1650s » ;
Colette Nativel (Université de Paris I) – « Lire un tableau selon Rubens : le cas de la Galerie Médicis » ;
Olivier Bonfait (Université de Bourgogne) – « Lire ou interpréter ? L’allégorie dans la peinture en France au xviie siècle de Poussin à Lebrun » ;
Anne le Pas de Sécheval (Université de Paris Ouest Nanterre La Défense) – « Guillet de Saint-Georges interprète de Charles Le Brun ? Réflexions sur les descriptions de L’Élévation de la Croix (1685) et de La Montée au Calvaire (1688) » ;
Alexandra Woolley (Université Toulouse Le Mirail) – « « Interpréter la volonté de Dieu » : Vincent de Paul et la sculpture des âmes » ;
Marie Chaufour (Université de Bourgogne Franche-Comté) – « De l’interprétation d’un tableau énigmatique dans la Satyre d’Euphormion de Jean Barclay » ;
Emmanuelle Hénin (Université de Paris IV Sorbonne) – « Le mot ingénieux : théorie emblématique et pratique picturale ».

II. Trajets de l’interprétation

Véronique Meyer (Université de Poitiers) – « Jean Pesne, graveur de Poussin » ;
Cécile Vincent-Cassy (Université est Paris 13-Sorbonne Paris Cité) – « Cultes et diplomatie de l’art au temps de Philippe IV d’Espagne. À propos d’une petite Assomption de Jacques Stella placée en bas d’un retable » ;
Johannes Schwabe (Université Humboldt à Berlin / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) – « Aux pieds du roi. Une série de copies d’après un tableau d’Henri Testelin sous l’angle de la théorie de la réception » ;
Thomas Kirchner (Centre allemand d’histoire de l’art, Paris) – « Reconstituer les débats autour du portrait dans la France du xviie siècle » ;
Emmanuel Faure-Carricaburu (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis) – « Application du concept de transgénéricité à l’analyse de la peinture française du xviie siècle ».

III. Les fins de l’interprétation

Matthieu Somon (Université de Paris I Panthéon-Sorbonne) – « Autour des trois Moïse de Philippe de Champaigne » ;
Ralph Dekonink (Université catholique de Louvain-la-Neuve) – « Penser et peindre par figures. Mystère et figurabilité dans la Fuite en Égypte de Poussin » ;
Étienne Jollet (Université de Paris I Panthéon-Sorbonne) – « L’interprétation à l’épreuve de l’œuvre. À partir du Pèlerinage à l’île de Cythère d’Antoine Watteau » ;
Christian Belin (Université Paul Valery – Montpellier 3) – « L’irréel du tableau chez La Fontaine » ;
Clélia Nau (Université Paris Diderot), « Matérialités des feuillages. Réintégrer ce qui échappe au sens : l’ambiance, le bruit » ;
Bruno Nassim Aboudrar (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3) – « En deçà du motif : interpréter l’insignifiant » ;
François Trémolieres (Université de Rennes 2) – « Yves Bonnefoy interprète de Poussin ».

Du corpus à l’exégèse. Interpréter la peinture du XVIIe siècle en France, F. Cousinié (dir.), Rouen, PURH, 2020(400 p., ill. coul., 39 euros, isbn : 9791024013145)

L’ouvrage est notamment disponible auprès du comptoir des presses d’universités  : https://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100588310

Publications de la collection Ars

Trois nouveaux ouvrages sont édités dans la collection « ars » co-dirigée aux éditions 1  : 1 par Giovanni Careri (EHESS) et Frédéric Cousinié (Université de Rouen-Normandie) :

  • Connecteurs divins. Objets de dévotion dans l’Europe moderne (XVIe-XVIIe siècle), dir. : F. Cousinié, J. Blanc, D. Solfaroli Camillocci, Paris, éd. 1 : 1., coll. ars, 2020, 304 pages (isbn : 979-10-97193-02-7) 35 euros

TABLE DES MATIÈRES : Introduction (F. Cousinié) / Porter l’Agnus Dei. Usages et images des bijoux sacrés entre Renaissance et Contre-Réforme (Anne Lepoittevin, Sorbonne Université) / Le chapelet entre dénonciations et défenses. La critique du rosaire dans la littérature religieuse et la culture visuelle réformées du xvie siècle (Daniela Solfaroli Camillocci, Université de Genève) / Légitimation et inscription fictionnelle – Ceinture, Cordon, Scapulaire dans la France du xviie siècle (Frédéric Cousinié, Université de Rouen-Normandie) / Spiritualité et effets d’incorporation – Ceinture, Cordon, Scapulaire dans la France du xviie siècle (Frédéric Cousinié, Université de Rouen-Normandie) / Croix de cou, croix de cour (Nancy Oddo, Université de Paris Sorbonne III) / Connexion, déconnexion, reconnexion : images du crucifix dans la peinture néerlandaise du xviie siècle (Jan Blanc, Université de Genève) / Johannes van Neercassel et les « marques extérieures de dévotion à la sainte Vierge » dans les Provinces-Unies au xviie siècle (Léonie Marquaille, Université de Lausanne) / Conversion d’objets, conversion d’espaces : La Madeleine avec deux anges du Guerchin (vers 1622) à l’église Santa Maria Maddalena delle convertite (Célia Zuber, Paris-Ehess, Université de Genève).

  • Cécile Vincent-Cassy, Velázquez. Voir les anges, Paris, éd. 1 : 1, coll. ars, 2020, 76 p. (Isbn : 979-10-97193-04-1) 17 euros

L’auteure est maîtresse de conférences HDR à l’Université de Paris 13. Hispaniste, historienne de l’art, ses travaux portent sur l’Espagne des XVIe et XVIIe siècles. Elle a publié : Les saintes vierges et martyres dans l’Espagne du XVIIe siècle. Culte et image, Madrid, Casa de Velázquez, 2011.

  • Jan Blanc, Stilleven : Peindre les choses au XVIIe siècle, Paris, éd. 1 : 1, coll. ars, 2020, 264 p. (Isbn : 979-10-97193-03-4) 27 euros

L’auteur est professeur d’histoire de l’art de la période moderne à l’Université de Genève. Spécialiste de l’art des Pays-Bas, il a notamment écrit Peindre et penser la peinture au XVIIe siècle : la théorie de l’art de Samuel van Hoogstraten (2008) ; Vermeer : la fabrique de la gloire (2014) et Le Siècle d’or hollandais : une révolte culturelle au XVIIe siècle (2019).

Ces trois livres s’inscrivent dans la collection « ars », collection d’histoire et théorie de l’art, où ont été précédemment édités des textes de : Michel Weemans, Clélia Nau, Frédéric Cousinié, Bertrand Prévost, Xavier Vert, Ralph Dekoninck, Giovanni Careri et Pierre Antoine Fabre, Cécile Vincent-Cassy, Jan Blanc (catalogue sur le Site des éditions : http://editions1sur1.wordpress.com/). Les ouvrages sont disponibles sur commande en librairie ou auprès de l’éditeur.

 

Colloque : [IM]POSTURES. LANGAGES DU CORPS A L’EPOQUE MODERNE

Type : Colloque.
Date et horaire : 5 décembre 2020.
Lieu : Rouen, Musée des beaux-arts, auditorium
Pour tout renseignement : colloquecontact@gmail.com

Le colloque se déroulera en visio-conférence sur inscription préalable

ARGUMENT :  

            Quand les images sont muettes il est tentant de leur extorquer la parole. Telle est la fonction de l’expression des passions qu’exposeraient les visages et les corps dans la peinture des XVIe et XVIIe siècles.

            Mais pensées, sens, sensations et sentiments sont-ils véritablement lisibles dans le visibles ? Sous quelles conditions le sont-ils ? Pourrions-nous non pas réduire les corps à des mots, mais seulement  les faire agir sur d’autres corps, corps à corps ?

            En proposant à l’analyse un certain nombre de postures exemplaires – se tenir, se dresser, surgir, faire face, se retourner, porter, tendre, prendre, indiquer, etc. – ce colloque interdisciplinaire se propose d’étudier la généalogie, le sens, les enjeux et les effets produits que peut induire la représentation corporelle. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « Que nous apprend le bois dans l’étude des objets et des œuvres d’art? » Catherine Lavier

© Catherine Lavier

Type : Conférence.
Date et horaire : jeudi 19 novembre 2020 à 18h.
Lieu : En ligne / Zoom.
Pour tout renseignement et inscription : asso.grham@gmail.com

 

Que nous apprend le bois dans l’étude des objets et des œuvres d’art ? 

Conférence donnée par Catherine Lavier (en ligne), jeudi 19 novembre, 18h.

L’étude matérielle des objets mobiliers et des œuvres d’art signale souvent la présence de bois comme élément constitutif ou comme support. Or, il est assez peu considéré et souvent réduit à la seule datation alors qu’il renferme quantité d’informations aussi bien d’ordre environnemental comme les aspects chronologique, géographique, morphologique qu’anthropique sur le travail, le commerce, les outils, les gestes ou les artisans du bois. Cette présentation exposera le principe de cette discipline, les méthodes et les techniques employées pour révéler la multitude de facettes que recèle la materia prima issue des arbres au travers d’exemples variés couvrant principalement les XVII-XIXe siècles. Continuer la lecture

Colloque online : « Décoration intérieure et plaisir des sens (1700-1850) ».

Type : Colloque.
Date de l’événement : 3 et 4 décembre 2020.
Lieu : Online. Le colloque aura lieu sur Zoom.

 
 
Lien pour l’inscription – jeudi 3 décembre : 
Lien pour l’inscription – vendredi 4 décembre :
 
Colloque organisé par l’Université de Genève (Unité d’histoire de l’art) et l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Equipe de recherche HiCSA et Ecole doctorale d’histoire de l’art).
PROGRAMME
 
Jeudi 3 décembre, 14h

Introduction, Bérangère Poulain (Université de Genève) et Barbara Jouves-Hann (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Continuer la lecture

Publication : « Antoine Coysevox (1640-1720) : Le sculpteur du Grand Siècle ».

MARAL Alexandre et Carpentier-Vanhaverbeke Valérie,Antoine Coysevox (1640-1720) : Le sculpteur du Grand Siècle, Paris, Arthena, 2020, 580 p.

Présentation de l’éditeur :

D’origine lyonnaise, Antoine Coysevox (1640-1720) s’installe à Paris en 1657 et commence alors un brillant parcours académique : professeur-adjoint dès 1676, il sera le premier sculpteur à diriger l’Académie royale de peinture et de sculpture en 1703.

De Versailles – avec la décoration du salon de la Guerre, le bosquet de la Colonnade ou le parterre d’Eau –, à Marly, avec les célèbres statues équestres de la Renommée du roi, Coysevox construit sa carrière officielle sur un solide réseau relationnel, avec le soutien de Le Brun, Colbert et Hardouin-Mansart. Sa sculpture se met au service du roi pour des effigies qui, à Paris (son émouvant Louis XIV agenouillé de Notre-Dame), Rennes ou Dijon, diffusent l’image d’un nouvel Alexandre. Continuer la lecture

Appel à contribution : « Reframing Eighteenth-Century European Ceramics ».

Etienne-Maurice Falconet d’après François Boucher, La Curiosité ou La lanterne magique, 1757 – 1766, biscuit de porcelaine tendre, 16 x 17 x 13,2 cm, Cité de la céramique, Musée national de céramique.

Type : appel à contribution.
Date limite de l’appel : 1er février 2021.

The French Porcelain Society Journal is the leading academic, peer-reviewed English-language publication on European ceramics and their histories, illustrated in full colour. Over recent years we have broadened our mandate to encompass all European ceramics from 1450 to 1950. Our next issue, volume IX, to be published in 2022, will concentrate on the eighteenth-century, which saw the discovery of ‘white gold’ (porcelain manufactured in Europe), embraced a widespread interest in the Age of Enlightenment, coupled with rising political upheavals and a consumer revolution for the luxury goods market. Yet what role did ceramics play within this? Can we rethink the traditional roles of the patron, the consumer, and the collector? What impact did the social construction of gender, race, and class have on ceramic production, design, markets, and use? Continuer la lecture