Archives de catégorie : Actualités

Publication : “Rhapsodic Objects : Art, Agency, and Materiality, 1700–2000”.

BIRO Yaëlle Biro (dirs.) et ETIENNE Noémie (dirs.), Rhapsodic Objects : Art, Agency, and Materiality, 1700–2000, Berlin, De Gruyter, 2022, 236 p.

Présentation de l’éditeur :

Circulation and imitation are key factors in shaping the material world. The authors in this volume explore how technical knowledge, immaterial desires, and political agendas impact the production and consumption of visual and material culture across times and places. Their essays map multidirectional transactions for cultural goods in which source countries can be positioned at the center. Rhapsodic—literally to stitch or weave songs—paired with objects—from thrown against—intertwines complexity and action. Rhapsodic objects thus beckons to the layered narratives of the objects themselves, their making, and their reception over time. The concept further underlines their potential to express creativity, generate emotion, and reveal histories—often tainted with violence. Continuer la lecture

Publication : “Luisa Roldán”.

HALL-VAN DEN ELSEN Catherine, Luisa Roldán, Los Angeles, Getty Publications, 2021, 144 p.

Présentation de l’éditeur :

Luisa Roldán (1652–1706), also known as La Roldana, was an accomplished Spanish Baroque artist, much admired during her lifetime for her exquisitely crafted and painted wood and terracotta sculptures. Roldán trained under her father and worked in Seville, Cádiz, and Madrid. She even served as sculptor to the royal chambers of two kings of Spain. Yet despite her great artistry and achievements, she has been largely forgotten by modern art history. Written for art lovers of all backgrounds, this beautifully illustrated book offers an important perspective that has been missing—a deeper understanding of the opportunities, and the challenges, facing a woman artist in Roldán’s time. With attention to the historical and social dynamics of her milieu, this volume places Roldán’s work in context alongside that of other artists of the period, including Velázquez, Murillo, and Zurbarán, and provides much-needed insight into what life was like for this trailblazing artist of seventeenth-century Spain. Continuer la lecture

Publication : “Scottish Portraiture, 1644–1714: David and John Scougall and Their”.

VAN DE PUTTELAAR Carla, Scottish Portraiture, 1644–1714: David and John Scougall and Their Contemporaries, Turnhout, Brepols, 2021, 2 vol. , 756 p.

Présentation de l’éditeur :

This book is the first comprehensive publication on Scottish portraiture from the period 1644 to 1714, with an emphasis on the painters David Scougall (1625–1685) and his son John Scougall (1657–1737). It is based on in-depth art historical and archival research. As such, it is an important academic contribution to this thus far little-researched field. Virtually nothing was known about the Scougall portraitists, who also include the somewhat obscure George Scougall (active c. 1690–1737). Thorough archival research has provided substantial biographical information. It has yielded life dates and data on family relations and also has shown that David Scougall had two parallel careers: as a portrait painter and as a writer (solicitor). The legal community in which the Scougalls were embedded has been defined, as well as an extended group of sitters and their social, economic, and family networks. The book includes a catalogue raisonné of the oeuvre of David Scougall. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : “L’artiste canadien François Baillairgé (1759-1830) : de la mention à la reconnaissance ?” par Pierre-Olivier Ouellet, 27 janvier 2022, en visioconférence.

François Baillairgé d’après Le Dominiquin, Étude de jambe d’après « Le Martyre de saint André », 1778-1781, sanguine et mine de plomb sur papier, 60 x 46,1 cm, Québec, Musée national des beaux-arts du Québec, 1975.243R.

Type : Conférence.
Date et horaire : 27 janvier 2022 à 19h (CET-Paris).
Lieu : Visioconférence sur Zoom, inscription gratuite sur asso.grham@gmail.com

 

“La renommée universelle de l’École de sculpture française aurait dû attirer à Paris quelques-uns de ces bons artisans désireux de parfaire leur éducation. Mais, je n’ai relevé qu’un seul nom canadien inscrit sur les registres d’immatriculation de l’Académie Royale de Paris. On y lit à la date du 21 février 1779 la mention suivante : « François Baillairgé, S., natif de Québec, âgé de 20 ans. Élève de M. Stouff. Protégé par M. Lagrenée le jeune. » Aucune trace ne subsiste des œuvres de cet artiste dont le nom a été surtout illustré par son fils qui devait jouer un rôle important dans la première moitié du XIXe siècle”.

– Louis Réau, Histoire de l’expansion de l’art français : Pays scandinaves, Angleterre, Amérique du Nord (1931)

 

En 1931, l’historien de l’art Louis Réau (1881-1961) publie le troisième tome de son Histoire de l’expansion de l’art français, consacré aux pays scandinaves, l’Angleterre et l’Amérique du Nord. Dans son analyse de l’art canadien, François Baillairgé (1759-1830) se présente alors tel un faible maillon entre la France et le Canada, un nom surgit au gré d’un dépouillement d’archives. Pour Réau, l’artiste semble d’autant plus négligeable qu’il ne laisse aucune œuvre et que son propre fils, l’architecte Thomas Baillairgé (1791-1859), parvient à le surpasser. Autrement dit, déjà voué à revêtir un rôle mineur dans la grande histoire de l’art français – étant donné la nature même du livre de Réau – François Baillairgé fait ainsi figure d’artiste secondaire, voire tertiaire. Continuer la lecture

Colloque : “Censurer les arts – Encadrer les corps”.

Type : colloque.
Date de l’événement : 04 et 05 février 2022.
Lieu : Paris, Ecole National des Chartes et online.

Programme

Jour 1 – Vendredi 4 février 2022

10h00 : Accueil des participant·es

10h15 : introduction

10h30 : Invisibiliser et formater les corps

Modération : Mathilde Leïchlé

  • Maël Tauziède-Espariat (Docteur en histoire de l’art et ATER à l’Université Paris Nanterre)

« La censure des “nudités” à Paris au XVIIIe siècle. » Continuer la lecture

Journées d’étude : “Les Couleurs retrouvées des Tapisseries d’Aubusson”.

Type : journées d’études.
Date de l’événement : 17 et 18 janvier 2022.
Lieu : Aubusson et online.

Ces journées d’étude seront l’occasion de partager les premiers résultats d’une recherche pluridisciplinaire originale menée dans le cadre du programme Aubusson: Les couleurs retrouvées des tapisseries fines d’Aubusson (XVIIIe siècle) — Culture matérielle: conception, production, caractérisation, altération et conservation soutenu par la Région Nouvelle Aquitaine. Centrées sur l’étude d’un exemple, une tapisserie récemment acquise par la Cité internationale de la Tapisserie à Aubusson, elles convoquent l’histoire naturelle, l’histoire sociale, l’histoire de l’art, les sciences physiques et chimiques, les sciences du patrimoine et les nouvelles technologies afin de renouveler la connaissance des objets analysés. Le propos touche donc à l’identification des choses représentées, à l’examen des processus d’élaboration et des stratégies de production des tapisseries, à reconsidérer les techniques de tissage et les matériaux utilisés par la constitution d’une base de données des différents supports et par l’analyse non invasive des colorants. Il s’agit aussi de poser des diagnostics de conservation et de présentation des collections et de tenter une restitution numérique des couleurs d’origine. Continuer la lecture

Publication : “Tromper les yeux. Miroirs dans le grand décor en Europe (XVIIe -XVIIIe siècles)”.

BAZIN-HENRY Sandra, Tromper les yeux. Miroirs dans le grand décor en Europe (XVIIe -XVIIIe siècles), Dijon, Faton, 2021, 384 p.

Présentation de l’éditeur :

Éléments majeurs de la décoration des palais royaux et princiers, les miroirs se sont diffusés dans toute l’Europe aux XVIIe et XVIIIe siècles. Ornant les pièces privées comme les pièces de réception, ils n’ont cessé de fasciner leurs contemporains par les effets merveilleux et illusionnistes qu’ils permettaient. Leur place dans la décoration fixe des intérieurs aristocratiques n’avait pourtant jamais fait l’objet d’une étude spécifique. Embrassant deux siècles et une aire géographique étendue (France, Italie, Espagne, Allemagne, Autriche, Suède), cet ouvrage a pour ambition de combler ce manque en enquêtant sur la manière dont les miroirs se sont imposés dans l’architecture et ont bouleversé les manières d’habiter. Comment sont-ils devenus une matière du décor à part entière ? Qui sont les acteurs de ces décors, de leur élaboration à leur exécution ? Qui contribue à en diffuser la mode ? Comment ont-ils été mis au service de véritables mises en scène et que révèlent-ils en matière d’histoire du goût ? Des premiers cabinets de miroirs à la célèbre galerie des Glaces de Versailles, en passant par les somptueux décors des palais européens, cette somme très richement illustrée invite à une découverte à la croisée des arts décoratifs, de l’architecture et de l’histoire. Continuer la lecture

Appel à communication : « Art et amitié aux XVIIe et XVIIIe siècles en Europe » / Call for Papers: “Art and friendship in the 17th and 18th centuries in Europe”

Eustache Le Sueur, Réunion d’amis, vers 1640, huile sur toile, 136 x 195 cm, Paris, musée du Louvre

Date limite de l’appel : 31 mars 2022.

Date de l’événement : 14 juin 2022.

Lieu : Salle Vasari, INHA, 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris.

À la suite de la pandémie qui nous a chacun isolés, des revues telles que le Courrier international et Philosophie magazine consacraient leur numéro de cet été à l’amitié. Nous souhaitons, à travers cette journée d’étude, interroger cette notion d’actualité au prisme d’une histoire sociale et culturelle de l’art. Comment les artistes des XVIIe et XVIIIe siècles vivaient-ils et concevaient-ils l’amitié ? Continuer la lecture

Journée d’étude: “L’imaginaire de l’Antique” (Petit château de Sceaux, 7/12/2021)

Pierre Paul Rubens, La Mort de Sénèque, c.1612-13, hsb, 187 x 154,7 cm, Alte Pinakothek, Munchen

Type : Journée d’étude.
Date et horaire : mardi 7 décembre, 9h30-17h30.
Lieu : Petit château de Sceaux, 9 rue du docteur Berger, salle Le Nôtre.
Pour tout renseignement : Pr Marianne Cojannot-Le Blanc mleblanc@parisnanterre.fr

Journée d’étude organisée par l’université Paris Nanterre / EA 4414 HAR

Premier volet du cycle Les imaginaires du Grand Siècle

PROGRAMME 

9h30 ━ Accueil (salle Le Nôtre)
Matinée sous la présidence d’Alexandre Gady, professeur d’histoire de l’art moderne,

Sorbonne Université et directeur de la Mission de préfiguration du Musée du Grand Siècle

9h45 ━ À l’aube d’une nouvelle ère : l’émulation de l’Antique à la cour du premier Bourbon
Par Emmanuel Lurin, maître de conférences, Sorbonne Université (UMR 8150).

10h25 ━ Présence du modèle antique dans la pensée du spectacle : théâtre, jeux et triomphes
Par Laura Naudeix, maîtresse de conférences en études théâtrales, université Rennes 2 (EA 3208)

11h ━Pause

Continuer la lecture

Journée d’études : “Voyages d’artistes, circulations d’œuvres, de matériaux et d’idées dans le bassin méditerranéen (XVIe-XVIIe siècles)”.

Claude Gellée dit Le Lorrain, Port de mer avec soleil couchant, 1639, huile sur toile, 103 x 137 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : journée d’études.
Date de l’événement : 22 novembre 2021.
Lieu : Auditorium Germain Tillon, Maison Méditerranéenne des sciences de l’homme, Aix-en-Provence.

Journée d’étude organisée par Magali Théron (Aix-Marseille Université – TELEMMe UMR 7303) et Céline Ventura Teixeira (Aix-Marseille Université – LA3M  UMR 7298)

Cette journée est centrée sur la question des circulations artistiques (hommes, matériaux et idées) dans le bassin méditerranéen (XVIe-XVIIe siècles). À travers des cas d’études précis appartenant aux domaines de la peinture, de la sculpture, des arts du décor, de la joaillerie mais aussi de la littérature artistique et des récits de voyage, il s’agira de comprendre l’impact de ces mouvements entre les territoires concernés et entre les arts. Le transfert et la réception de modèles inédits, de techniques novatrices ou de matériaux précieux engagent une réflexion autour des notions d’interprétation, de mélange voire d’hybridation des formes. Les conséquences liées à l’implantation d’une nouvelle technique ou l’arrivée d’objets méconnus engendrent également la mise en place de mécanismes de productions et de systèmes marchands nouveaux. La France, l’Italie, l’Espagne, le Portugal, la Grèce et l’Orient dans son acception large sont autant d’aires géographiques concernées par ces phénomènes de transferts artistiques où la Méditerranée devient le théâtre d’échanges riches et foisonnants. Continuer la lecture

Exposition : Musée du Louvre – En scène – dessins de costumes de la collection Edmond de Rothschild (28 octobre 2021 – 31 janvier 2022)

 

Fig. 1 : Henri Gissey, Costume pour les estafiers de la quadrille des Américains, Grand Carrousel de 1662, 1662, papier, Paris, musée du Louvre, collection Edmond de Rothschild.

 

          Sous le commissariat de Mickaël Bouffard[1], Jérôme de la Gorce[2], Victoria Fernandez‐Masaguer[3], l’exposition que le Louvre consacre actuellement aux dessins d’habits de spectacle nous permet de découvrir une sélection de feuilles des quatorze volumes de Costumes de fêtes, de ballets et de théâtre au temps de Louis XIV qui ont été offerts par le baron Edmond de Rothschild (1845-1934).

         Pour ce faire, ces volumes ont préalablement bénéficié d’une vaste campagne de restauration conduite par l’atelier du département des Arts graphiques. Entre 2004 et 2008, ce sont ainsi 1 644 dessins qui ont été démontés des pages devenues trop acides. Ils ont été remis à plat pour résorber leurs déformations et ont été ensuite réinsérés dans des albums qui respectent le montage historique.

         Ces feuilles sont signées par des artistes désignés comme étant des « designateurs d’habits », parmi lesquels figurent des artistes tels que le Primatice, Jacques Bellange, Daniel Rabel, Henri Gissey et Jean Berain. Ce n’est qu’à la fin du XVIIIe siècle que s’impose le terme de costumier. Ces artistes sont sollicités pour des spectacles d’envergure qui divertissent les cours de France et de Lorraine du XVIe siècle au début du XVIIIe siècle. Continuer la lecture

Programme du séminaire: « Documenter l’histoire urbaine, architecturale, sociale et culturelle du quartier Richelieu (1750-1950) » (INHA, 2021-2022)

Graveur anonyme, Commerce de la rue Vivienne, gravure à l’eau-forte, 19,8 x 11,8 cm, vers 1789/1795, Musée Carnavalet, G.30122

Type : Programme des interventions + première séance.
Date et horaire : vendredi 26 novembre, 10h30-12h30.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Walter Benjamin.
Pour tout renseignement : charlotte.duvette@inha.fr

Les membres du projet Richelieu. Histoire du quartier sont heureux de vous annoncer la reprise du cycle de séminaires associé au projet :

« Documenter l’histoire urbaine, architecturale, sociale et culturelle du quartier Richelieu (1750-1950) »

La première séance, qui permettra d’introduire ce cycle, aura lieu le vendredi 26 novembre et portera sur le thème suivant : Le quartier Richelieu : restituer la matérialité bâtie des rues à travers le croisement des sources (1780-1850)  Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : “Histoire de l’art et chasse au trésor”, par Christine Martin – Pinakotag (2 décembre, Paris)

Portrait de la marquise de Montesson (©Art In Lab)

 

Type : Conférence.
Date et horaire : 2 décembre 2021 à 18h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Les travaux de restauration sont toujours un moment privilégié pour se pencher sur l’histoire d’une œuvre et tenter de retracer au moins une partie de son parcours. C’est aussi parfois — souvent —  l’occasion de jolies découvertes et, si retrouver la main d’un auteur reste le graal, identifier un modèle, un sujet, ou encore des circonstances de création constitue autant d’éléments qui nous entrainent bien souvent dans une chasse au trésor dont il ressort toujours quelque chose de passionnant.

Au-delà de la matière, objet principal de ses soins, le conservateur-restaurateur est en charge de la mémoire de l’œuvre qui lui est confiée. Elle constitue un élément majeur de la conservation préventive pourtant trop souvent laissé de côté, une fois les précieux éléments glanés au fil des recherches transcrits dans un simple rapport d’intervention. Nous pensons que le conservateur-restaurateur a ce rôle de conseil auprès de sa clientèle (à fortiori lorsqu’il s’agit du marché privé) et c’est à lui qu’incombe le devoir de faire parler les œuvres qui lui sont confiées, voire de faire appel aux sachants/historiens de l’art lorsque ses capacités sont dépassées. Nous nous appuierons sur deux cas pour illustrer cela : d’une part, la découverte et la reconnaissance du portrait de Madame de Montesson par Élisabeth-Louise Vigée Le Brun, d’autre part, les recherches, toujours en cours, menées sur une belle odalisque dont la signature joue le rôle de carte au trésor…

Ce sont des découvertes comme celles-ci qui nous ont conduits à développer Pinakotag, une solution de marquage innovante et non invasive qui permet d’inscrire la mémoire des œuvres sur elles-mêmes, et le cas échéant, la sauvegarder, l’enrichir et la partager. Véritable outil de conservation préventive autant que plateforme de gestion de collection, Pinakotag a remporté l’édition 2020 du Start-up Contest du salon SITEM dans la catégorie Innovation Technologique.

 

Biographie : Christine Martin a mené une reconversion professionnelle entre 2013 et 2016 pour réaliser un rêve d’enfant et devenir conservatrice-restauratrice de peintures de chevalet. Elle a fondé l’Atelier du Pigeonnier (Paris VIIe) et travaille auprès d’une clientèle privée. Sa carrière initiale en contrôle financier dans la construction industrielle l’a amenée à travailler sur le développement et le déploiement d’ERP (Enterprise Ressource Planning – Logiciel qui permet de suivre et gérer l’ensemble des données opérationnelles d’une entreprise). C’est cette double compétence qui lui a permis de développer Pinakotag.

Publication : “La Chapelle Royale de Versailles”.

MARAL Alexandre, La Chapelle Royale de Versailles, Paris, Arthena, 2021, 424 p.

présentation de l’éditeur :

La magistrale restauration de la chapelle royale de Versailles a été achevée au printemps 2021 après plus de trois ans de travaux. Elle est l’occasion d’une nouvelle édition de l’ouvrage d’Alexandre Maral paru en 2011. Bénéficiant d’une campagne photographique de grande ampleur réalisée par les photographes du Château, le texte, mis à jour, est enrichi d’une présentation de ce chantier exceptionnel par les architectes qui l’ont conduit. Des dorures de la toiture retrouvées à la remise en état de la charpente, des vitraux et des sculptures, c’est l’édifice tout entier qui apparaît aujourd’hui dans sa splendeur initiale. Continuer la lecture

Journée d’études : “Hommage au travail de Geneviève Bresc-Bautier”.

© 2020 Musée du Louvre / Hervé Lewandowski

Type : journée d’études.
Date de l’événement : 08 novembre 2021.
Lieu : Auditorium du Petit Palais, musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, Avenue Winston Churchill, 75008 Paris.

Fine Arts Paris organise en collaboration avec le département des Sculptures du musée du Louvre un colloque et une publication en hommage au travail de Mme Geneviève Bresc-Bautier.

Table ronde

Du palais au jardin, de l’atelier au cabinet de l’amateur :
Sculpteurs et sculptures du XVIe au XIXe siècle

Lundi 8 novembre 2021

Continuer la lecture