Archives de l’auteur : Maxime Georges Métraux

À propos Maxime Georges Métraux

Doctorant en Histoire de l'art moderne (Université Paris IV –Sorbonne, Centre André Chastel – UMR 8150).

Journée d’étude du GRHAM : « Le marché de l’art dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : Expertises, négociations et controverses » (Paris, 5 juin 2019).

Pierre-Antoine Demachy, Scène de vente de tableaux aux enchères dans un salon, XVIIIe siècle, dessin à la plume, 26,6 x 32,1 cm, Bayonne, musée Bonnat-Helleu.

Type : journée d’étude du GRHAM.
Date de l’événement : 05 juin 2019.
Lieu : salle Jullian, Institut National d’Histoire de l’Art (INHA) 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris.

Les marchands se trouvent au cœur d’un vaste réseau culturel et artistique à cette période et deviennent les premiers intermédiaires entre l’œuvre et l’amateur d’art. Objets de curiosité, arts décoratifs, tableaux, dessins et gravures font tous partie des biens constituant ce négoce. Durant cette époque particulièrement dynamique, tant du point de vue historique que culturel, plusieurs controverses se font jour en lien avec ce commerce florissant. De nombreuses polémiques émergent entre différentes figures de marchands influents, certains qualifiant même leurs confrères de « brocanteurs ». Ces polémiques signalent-elles une volonté de s’imposer dans un secteur devenu fortement concurrentiel ? Ou ne sont-elles que la manifestation de l’ambition de voir reconnaître une réelle distinction de compétences entre les marchands ? Des débats éclatent aussi entre les marchands et leur clientèle. Les amateurs, à la recherche constante d’œuvres authentiques, originellement créées par un artiste, sont ainsi confrontés aux problèmes que posent la copie et le faux, et à l’honnêteté parfois contestable des négociants. S’agit-il alors d’un problème de connaissances et de compétences des marchands ou d’un manque manifeste de sincérité au profit d’un désir grandissant d’enrichissement ? Enfin, cette journée s’intéressera aux échanges entre la France et ses pays voisins et, plus particulièrement, à la visibilité des pratiques marchandes contestées et à la manière dont les Français sont perçus à l’étranger durant cette période. Continuer la lecture

Appel à communication : « Paons, dragons et lions ailés : le bestiaire fantastique de l’art oriental, ses circulations et ses réinventions européennes (18ème-20ème siècles) ».

Grotesques : Musiciens et danseurs, 1688 – 1732, tapisserie de la manufacture de Beauvais, 307 x 392 cm.

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 10 juin 2019.
Date de l’événement : 27 et 28 mars 2020.
Lieu : Paris, INHA.

Comité d’organisation :

Vanessa Alayrac-Fielding (université de Lille/ CECILLE, EA 4074)

Laurence Chamlou (université de Reims)

Isabelle Gadoin (CNRS, « Thalim » / université de Poitiers)

Chercheurs invités :

Stacey Pierson (London, SOAS) Continuer la lecture

Appel à communication : « Les éphémères et l’image (XVIe-XXIe siècles) ».

Anonyme français, Livre broché et orné d’une couverture d’attente en papier dominoté, XVIIIe siècle, gravure sur bois en couleur, Paris, marché de l’art.

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 15 juin 2019.
Date de l’événement : 13 et 14 septembre 2019.
Lieu : Cergy.

« Tu lis les prospectus les catalogues les affiches qui chantent tout haut » (G. Apollinaire, « Zone », Alcools, 1913).

Dans son essai Imageries. Littérature et images au XIXe siècle (2001), Philippe Hamon attire l’attention sur la place que prennent dans l’imaginaire de la modernité les nouvelles images diffusées dans l’espace public en écho à la modernité. Le phénomène de L’imagerie nouvelle à laquelle Champfleury consacre une très éphémère revue en 1870 donne une visibilité accrue à un champ de l’imprimé qui n’a pourtant pas attendu l’ère de l’industrialisation ni de la publicité pour se développer, mais qui envahit et colonise dès lors le quotidien. Ce champ, c’est celui des « vieux papiers, vieilles images » (selon le titre de l’ouvrage de John Grand-Carteret paru en 1896), des « bibelots et bilboquets » (termes de métier qui désignent les petits travaux d’imprimerie et auxquels Marius Audin consacre en 1929 le tome 4 d’une Histoire de l’imprimerie par l’image), des « canards » (cet hybride entre placards et journaux étudiés par Jean-Pierre Seguin pour les XVIe, XVIIe et XIXe siècles) de L’Ephémère, l’Occasionnel et le Non Livre, comme le nommait plus récemment Nicolas Petit (1997), ou plus largement des « ephemera » si l’on adopte, comme Philippe Martin dans Ephemera catholiques (2012), la terminologie du Centre for ephemera studies du département de typographie et de communication graphique de l’Université de Reading, pionnier dans le domaine, avec en particulier les travaux de Michael Twyman sur la technique d’impression couleur ayant fait le succès de l’imagerie populaire (Twyman, 2013). Continuer la lecture

Appel à communication : « Rebelles, révoltés, innovateurs : figures antiques de la Transgression ».

Pierre Paul Rubens, Prométhée supplicié, 1611 – 1618, huile sur toile, 242,6 x 209,5 cm, Philadelphie, Museum of Art.

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 27 mai 2019.
Date de l’événement : 22 novembre 2019.
Lieu : Lyon.

Journée d’étude organisée par le Laboratoire junior TAntALE

Ouvert aux doctorants, chercheurs et enseignants-chercheurs

Date limite d’envoi des propositions : 27 mai 2019

« Tu arriveras au bord du fleuve Hybristès dont le nom ne ment pas :
garde-toi de le franchir, car traverser n’est pas sans danger. »

Eschyle, Prométhée enchaîné, 717-718

La mise en garde de Prométhée à Io le montre : en vertu de son sens étymologique, la transgression est un acte, le franchissement ponctuel d’une limite ou, au sens figuré, d’une norme, et ce geste est lourd de conséquences pour celui qui s’aventure à l’accomplir. Toutefois, le nom du fleuve (l’« Emporté ») l’associe à l’hybris : transgresser devient la preuve d’une démesure, le propre de celui qui, faisant fi des dangers et des avertissements, désobéit à ce qui a été édicté, le trait caractéristique d’un individu qui ne se conforme pas à l’ordre établi. Le conseil est donc particulièrement pertinent dans la bouche du héros enchaîné : Prométhée n’est-il pas le transgresseur par excellence, puni pour avoir dérobé le feu aux dieux et menacé l’ordre divin en le transmettant aux hommes ? Continuer la lecture

Appel à communication : « The Art and Science of the Moon ».

Claude Joseph Vernet, Les Quatre Moments de la journée : la nuit, 1757, huile sur toile, 29 x 43 cm, North Terrace, Art Gallery of South Australia.

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 15 mai 2019.
Date de l’événement : 14 et 15 novembre 2019.
Lieu : Londres, Royal Museums Greenwich.

To mark the fiftieth anniversary of humanity’s first footsteps on another world, Royal Museums Greenwich (RMG) will host a major exhibition exploring our evolving relationship with the Moon across times and cultures. ‘The Moon’ (19 July 2019 – 5 January 2020) will present a scientific and cultural history of our nearest celestial neighbour, exploring its role as a mirror for humanity’s dreams, obsessions and endeavours. Continuer la lecture

Cycle de conférences : « Slow viewing 1550-1750 ».

Michaelina Wautier, Autoportrait au chevalet, vers 1640, huile sur toile, 120 x 102 cm, collection particulière.

Type : cycle de conférences.
Date et horaire : 15, 22 et 29 mai 2019.
Lieu : Paris, ENS et EPHE.

Philip Sohm, « Slow viewing 1550-1750 » : séminaires à l’ENS et à l’EPHE, les 15, 22 et 29 mai.

Philip Sohm, professeur d’histoire de l’art de la Renaissance et du Baroque à l’université de Toronto, est l’invité de l’Ecole Normale Supérieure au mois de mai.
Sous le titre « Slow viewing, 1550-1750 », il interviendra à trois reprises, à l’occasion d’un séminaire qui impliquera Charlotte Guichard (CNRS), Michel Hochmann (EPHE) et Nadeije Laneyrie-Dagen (ENS). Continuer la lecture

Conférence : « Francesco Solimena et la France ».

Francesco Solimena, L’Assomption et le Couronnement de la Vierge, 1690, huile sur toile, Montargis, musée Girodet.

Type : conférence.
Date et horaire : 24 mai 2019.
Lieu : Paris, INHA, salle Benjamin.

Héritier des expérimentations picturales de Luca Giordano et du baroque expressif de Mattia Preti, Francesco Solimena (1657-1747) a assimilé les leçons des maîtres du baroque romain – Giovanni Lanfranco, Pierre de Cortone ou Carlo Maratti. Il les a synthétisées de manière très personnelle pour introduire à Naples une version particulière du courant rocaille, fortement marquée par le classicisme de l’Arcadie et le rationalisme du siècle des Lumières. Son aisance et ses succès lui valent de nombreux disciples – Corrado Giaquinto, Sebastiano Conca ou Francesco De Mura –, avant que son œuvre ne marque durablement d’autres grands peintres européens, tels François Boucher, Jean-Honoré Fragonard ou Francisco Goya. Continuer la lecture

Colloque : « Artistes et collections royales et princières, France, XVIe-XVIIIe siècle ».

Renard André de Saint Simon d’après Charles Le Brun, Carton de tapisserie représentant Louis XIV en visite la Manufacture des Gobelins le 15 octobre 1667, XVIIe siècle, huile sur toile, 331 x 541 cm, Versailles, musées des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : colloque.
Date et horaire : du 16 au 18 mai 2019.
Lieu : Auditorium de la bibliothèque universitaire (UVSQ, site de Guyancourt) : 45 bd Vauban 78280 Guyancourt, Auditorium du Château de Versailles : Château de Versailles, Pavillon Dufour 78000 Versailles, Université Inter-Âges de Versailles : 6 impasse des Gendarmes 78000 Versailles.

Programme :
http://www.dypac.uvsq.fr/artistes-et-collections-royales-et-princieres-en-france-aux-xvie-xviiie-siecles-425053.kjsp?RH=1354723047753

Colloque organisé par le laboratoire DYPAC (Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines) avec le soutien du Centre de Recherches du Château de Versailles, la Fondation des Sciences du Patrimoine, la CASQY et l’Université Inter-Âges de Versailles. Continuer la lecture

Journée d’études : « Picture, Structure, Land: New Directions in British Art and Architecture, 1550–1850 ».

Type : journée d’études.
Date et horaire : 03 mai 2019.
Lieu : Columbia University, New York.

This one-day conference will bring together leading and emerging scholars working in and across the fields of British art and architectural history, broadly defined. Even with the rise of interdisciplinary studies, the study of the visual arts and the built environment in early modern Britain have remained largely separate endeavors. Our aim is to put the two in dialogue and, in doing so, to test, blur, and redraw the boundaries of each. For any questions, please contact britishartarch@gmail.com. Continuer la lecture

Journée d’études : « (Un)Like : Life Writing and Portraiture, c.1700–the Present ».

Type : journée d’études.
Date et horaire : 03 mai 2019.
Lieu : King’s College London, Strand Campus.

Portraiture and life-writing have long been understood as genres that, for all their differences, share key concepts. As both genres are concerned with the individual figure, they rely on particularities and specificities, on telling events and characteristic anecdotes and, most importantly, on a representative depiction of the subject in question which was similar or like. Resemblance, similarity, likeness—these were the terms by which works were judged. A letter to the Daily Gazetteer remarked in 1742: “I think it is agreed on all Hands that in Biography, as it is in Portrait Painting, a Likeness is to be preserved, if we would give satisfaction in either Science.” Importantly (and to complicate the study of likeness), the media concerned with likeness were likewise considered to be alike. The art theorist Jonathan Richardson famously wrote in 1715: “to sit for one’s Portrait is like to have an Abstract of one’s Life written and published, and to have one consigned over to Honour or Infamy.” Richardson referred to the long tradition of inter- or multi-media portraying and life-writing practices, the linking of literary with visual portraits for mutual benefit and the reciprocal bolstering of genres by providing additional information or another perspective. Next to resemblance and medial proximity, Richardson introduces a third aspect: appreciation or emotional response to portraits and biographies. Samuel Johnson would later write in the Idler no. 45 (1759) that “Every man is always present to himself, and has, therefore, little need of his own resemblance; nor can he desire it, but for the sake of those whom he loves, and by whom he hopes to be remembered.” Likeness, it appears, therefore intersects with the representation’s potential to make a person not only like, but also likeable, to have third parties appreciate both the individuals and their representations. This notion of recognition—understood as identification—being closely linked with respect and social approval still shows in such phenomena as Facebook and Instagram, where ‘to like’ equals acceptance, affirmation, or recommendation, signalling approval of the online persona. Continuer la lecture

Publication : « Ottoman Baroque : The Architectural Refashioning of Eighteenth-Century Istanbul ».

RÜSTEM Ünver, Ottoman Baroque : The Architectural Refashioning of Eighteenth-Century Istanbul, Princeton, Princeton University Press, 2019, 336 p.

Présentation de l’éditeur :

With its idiosyncratic yet unmistakable adaptation of European Baroque models, the eighteenth-century architecture of Istanbul has frequently been dismissed by modern observers as inauthentic and derivative, a view reflecting broader unease with notions of Western influence on Islamic cultures. In Ottoman Baroque—the first English-language book on the topic—Unver Rustem provides a compelling reassessment of this building style and shows how between 1740 and 1800 the Ottomans consciously coopted European forms to craft a new, politically charged, and globally resonant image for their empire’s capital. Continuer la lecture

Publication : « Inventer l’acteur. Emotions et spectacle dans l’Europe des Lumières ».

MARIE Laurence, Inventer l’acteur. Emotions et spectacle dans l’Europe des Lumières, Paris, Sorbonne Université Presses, 2019, 480 p.

Présentation de l’éditeur :

La publication à Paris, en 1747 du premier traité entièrement consacré au jeu dramatique entérine une évolution entamée au début du XVIIIe siècle. Avec la fascination exercée par les effets visuels, les comédiens et comédiennes ne sont plus considérés comme de simples déclamateurs, doubles médiocres de l’orateur : ils sont incités à mobiliser tout leur corps pour donner à voir les passions de leur personnage, parfois par-delà les mots.

Continuer la lecture

Appel à communication : « Le langage des présents : Choix, circulation et signification des présents d’apparat à l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècle) ».

Anonyme, Projet pour un éventail, La réception d’un cadeau à la cour de Louis XIV, 1679, Londres, British Museum (© Trustees of the British Museum)

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 31 mai 2019.
Date de l’événement : 25 octobre 2019.
Lieu : Paris, Galerie Colbert, INHA.

  1. Description

Cette journée se propose d’étudier, dans une perspective interdisciplinaire et transnationale, les objets d’art offerts comme cadeaux diplomatiques entre le 16ème et le 18ème siècle. Continuer la lecture

Colloque : « Florence Circa 1600 : Patrician Families and the Financing of Culture ».

Gaspar van Wittel dit Vanvitelli, Florence vue de la rive droite de l’Arno, vers 1700, huile sur toile, 71 x 170 cm.

Type : colloque.
Date et horaire : 11 et 12 avril 2019.
Lieu : Istituto Lorenzo de’ Medici – Chiesa di San Jacopo in Campo Corbolini, Via Faenza, 43 and Casa Buonarroti, Florence.

Studies about the cultural life of Florence at the turn of the seventeenth century usually concentrate on the Medici court, the various academies, or the confraternities, and less on the role of patrician families who had sustained both the economy and the society since late medieval times. These élite families participated in the academies and in court life but also had many more focused particular interests; they were a vital to the creation of new forms of art and music. Continuer la lecture

Colloque : « Rulers on Display : Tombs and Epitaphs of Princes & the Well-Born in Northern Europe 1470-1670 ».

Hubert Robert, Le Vieux Temple, 1787-1788, huile sur toile, Chicago, The Art Institute of Chicago

Type : colloque.
Date et horaire : 26 et 27 avril 2019.
Lieu : University of Toronto, Emmanuel College Room 302, 75 Queen’s Park Crescent, Toronto, Canada.

During the sixteenth and seventeenth century princes and the nobility found tomb sculpture an effective means of refashioning their identity and promoting their interests in a rapidly changing society. Enormous funds were spent on these monuments, either by the occupants themselves or by their heirs, for whom the sepulchers became a generalized marker of family status. Epitaphs were also fashioned of words, penned in ink and published as well as engraved in stone. Poetical tributes and eulogies to rulers gave them another type of public persona. For this conference we wish to focus on the agency of these creations in the social and political arena of Northern Europe and Iberia. Continuer la lecture