Archives de l’auteur : Maxime Georges Métraux

À propos Maxime Georges Métraux

Doctorant en Histoire de l'art moderne (Université Paris IV –Sorbonne, Centre André Chastel – UMR 8150). Expert pour la galerie Hubert Duchemin et chargé d’enseignement à l'Université Paris-Est Marne-la-Vallée. Commissaire scientifique de l’exposition "Chic Emprise : Cultures, usages et sociabilités du tabac du XVIe au XVIIIe siècle" (22 juin - 23 septembre 2019) au musée du Nouveau Monde de La Rochelle.

Conférence : “De la rue au Salon, émergence de sociabilités nouvelles dans le Paris de Boilly”.

Louis Léopold Boilly, La femme de l’artiste dans son atelier, ca. 1796-1799, huile sur toile, 40 x 32 cm, Williamstown, Sterling and Francine Clark Art Institute.

Type : conférence.
Date de l’événement : 22 juin 2022 à prtir de 17h.
Lieu : Paris, musée Cognac-Jay.

Par Francesca Whitlum-Cooper (National Gallery, London) et Etienne Bréton (Saint Honoré Art Consulting).

Conférence organisée par le GIS Sociabilités dans le cadre du cycle “Représenter la sociabilité urbaine de Hogarth à Boilly” à l’occasion de l’exposition “Boilly. Chroniques parisiennes”.

Francesca Whitlum-Cooper (National Gallery, London) : “Boilly, les boulevards, et la sociabilité des rues”

Tout au long de sa carrière, Louis-Léopold Boilly a été le témoin de la vie parisienne. De sa première parade des Parisiens (des jeunes et des vieux, des élégants et des pouilleux, des sans-culottes et des soldats) dans La Marche incroyable (vers 1797), à son dernier grand tableau du boulevard, la Scène de carnaval (1832), Boilly dépeint les scènes de rue. Surtout, il s’intéresse au spectacle de la foule. Observation piquante de la vie humaine ? Regard humoristique sur ses contemporains ? Ou thématique parfaite pour montrer la précision détaillée de son pinceau ? Cette conférence évoquera la fascination de Boilly pour les divertissements et les gens du boulevard, nouveau lieu de sociabilité à Paris dans les premières décennies du XIXe siècle.

Continuer la lecture

Workshop : “Making Masculinities : Material Culture and Gender in the 17th and 18th Centuries”.

Type : workshop.
Date de l’événement : 6 mai 2022.
Lieu : University of Edinburgh et online.

Research into the intersection of material culture and masculinity has steadily increased as scholars across disciplines choose to use material culture as a conceptual point of departure. The Material and Visual Culture in the Seventeenth and Eighteenth Centuries Research Cluster aims to provide a space to continue the conversation. The cluster will host a one-day workshop fostering interdisciplinary discussion on the material approaches to historic ideas about gender through material culture. The workshop is spread over a series of formats to diversify how participants may interrogate this material. All sessions, except for the 3.20 workshop, are hybrid. The link to join the sessions will be provided via email the day before. Contact materialcultureresearcheca@ed.ac.uk with questions. Continuer la lecture

Conférence : “Les Historiæ canadensis (1664) de François Du Creux : les représentations du martyre et du Canada inscrites au sein de la culture visuelle de la Compagnie de Jésus”.

Grégoire Huret (1606-1670), Le Martyre des missionnaires jésuites, gravure, 33,2 x 44,5 cm, 1664, provenant du livre de François Du Creux, Historiæ canadensis, sev Novae-Franciae Libri Decem, Ad Annum usque Christi, MDCLV 1664 (Montréal, Université de Montréal, Bibliothèque des livres rares et des collections spéciales, Collection Baby).

Type : Conférence.
Date et horaire : Vendredi 25 mars 2022 12 h 30 à 13 h 45 (heure de Montréal).
Lieu : En ligne, Zoom.

Lors de la prochaine séance du séminaire “Diffusion, circulation et appropriation des savoirs” qui aura lieu à Montréal, vendredi 25 marrs, de 12 :30 à 13 :45, Pierre-Olivier Ouellet présentera une conférence ayant pour titre « Les Historiæ canadensis (1664) de François Du Creux : les représentations du martyre et du Canada inscrites au sein de la culture visuelle de la Compagnie de Jésus ».

 

Dans la veine des productions littéraires relatives aux missions et aux martyrs de la Compagnie de Jésus, la rédaction des Historiæ canadensis, sev Novae-Franciae Libri Decem, Ad Annum usque Christi, MDCLV de François Du Creux (1596-1666) a été amorcée en 1643, en France. Oscillant entre la douce description du Nouveau-Monde, de la nature et de ses habitants, et la mort violente des pères Jean de Brébeuf (1593-1649) et Gabriel Lalemant (1610-1649), le livre du père Du Creux embrasse alors une vision manichéenne veillant à produire le plus grand effet sur son auditoire. Plus encore, il lie le sort des missionnaires à la sanctification (par le sang) de cette terre païenne. Ainsi, en tenant compte des représentations du territoire et du martyre – et en les mettant en relation avec le récit livré par l’auteur des Historiæ canadensis – nous examinerons les pratiques jésuites relatives à l’emploi des images, telles qu’inscrites de manière plus large dans la culture visuelle développée par l’ordre religieux entre la fin du XVIe et le troisième quart du XVIIe siècles. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : “Le roi est mort, vive le roi ? : Le corps royal à l’instant de son décès” par Itay Sapir (3 mars, Paris).

Petrus Paulus Rubens, L’Apothéose de Henri IV et la proclamation de la régence de la reine, le 14 mai 1610, ca. 1621-1625, huile sur toile, 394 x 727 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : Conférence.
Date et horaire : 3 mars 2021 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Le paroxysme et la raison d’être du concept des deux corps du roi sont atteints à l’instant où le corps terrestre du souverain disparait pour ne laisser intact que le corps politique, voué à la continuation dynastique. Que le roi ait souffert d’une longue agonie ou qu’il soit mort subitement, que la cause du décès soit une violence extérieure ou la déchéance naturelle du corps, peu importe : c’est à l’instant de la mort que l’unité des deux corps se délie.

La représentation visuelle du moment du décès à la première modernité est un sujet fascinant et peu étudié; dans la peinture, c’est vers 1600, notamment avec Caravage, qu’un nouvel intérêt pour l’instantanéité de la mort émerge, et que des outils picturaux sont développés pour montrer le devenir-cadavre d’un humain et la temporalité si complexe de l’événement/processus. Quand le mort est un roi, les enjeux ne sont que plus cruciaux encore. Comment figurer le corps physique vidé de son pouvoir et de sa vitalité tout en assurant par l’image l’évidence de la pérennité du corps souverain immortel? Comment s’insère l’image de la mort du roi dans la série des représentations du souverain vivant qui la précèdent? Lorsqu’il s’agit d’une mort royale, l’instant de la mort est-il souligné ou plutôt esquivé dans les images, et la charge symbolique prend-elle le pas sur la représentation naturaliste du décès? En quoi les images de la mort du roi se diffèrent-elles des images du décès d’autres personnes, contemporaines des artistes qui les ont représentées ou bien faisant partie d’un passé plus ou moins lointain? Continuer la lecture

Soutenance de thèse : “Le sommeil des Lumières (1699-1789)” par Florence Fesneau.

Jean-Frédéric Schall, L’Amour frivole, 1780-1789, huile sur bois, 66 x 56 cm, Paris, musée Cognac-Jay.

Type : Soutenance de thèse.

Date : Samedi 12 février 2022 à 14h.

Lieu : Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, Salle Jullian (1er étage).

 

Florence Fesneau soutiendra sa thèse de doctorat en Histoire de l’Art, intitulée :

« Le sommeil des Lumières (1699-1789) » Continuer la lecture

Colloque : “Le mythe de Versailles et l’Europe des cours, XVIIe–XXe siècles”.

Type : colloque.
Date de l’événement : 27-29 janvier 2022.
Lieu : Versailles, auditorium du château de Versailles et online.

Colloque international organisé par le Centre de recherche du château de Versailles dans le cadre de son programme de recherche « Identités curiales et le mythe de Versailles en Europe : perceptions, adhésions et rejets (XVIIIeXIXe siècles) ». Il se tiendra les 27, 28 et 29 janvier 2022 à l’auditorium du château de Versailles. Les communications seront données en français et en anglais. Le colloque sera également diffusé en direct sur la chaîne Youtube du Centre de recherche du château de Versailles. L’accès à la retransmission ne nécessite pas d’inscription préalable. Continuer la lecture

Publication : “Rhapsodic Objects : Art, Agency, and Materiality, 1700–2000”.

BIRO Yaëlle Biro (dirs.) et ETIENNE Noémie (dirs.), Rhapsodic Objects : Art, Agency, and Materiality, 1700–2000, Berlin, De Gruyter, 2022, 236 p.

Présentation de l’éditeur :

Circulation and imitation are key factors in shaping the material world. The authors in this volume explore how technical knowledge, immaterial desires, and political agendas impact the production and consumption of visual and material culture across times and places. Their essays map multidirectional transactions for cultural goods in which source countries can be positioned at the center. Rhapsodic—literally to stitch or weave songs—paired with objects—from thrown against—intertwines complexity and action. Rhapsodic objects thus beckons to the layered narratives of the objects themselves, their making, and their reception over time. The concept further underlines their potential to express creativity, generate emotion, and reveal histories—often tainted with violence. Continuer la lecture

Publication : “Luisa Roldán”.

HALL-VAN DEN ELSEN Catherine, Luisa Roldán, Los Angeles, Getty Publications, 2021, 144 p.

Présentation de l’éditeur :

Luisa Roldán (1652–1706), also known as La Roldana, was an accomplished Spanish Baroque artist, much admired during her lifetime for her exquisitely crafted and painted wood and terracotta sculptures. Roldán trained under her father and worked in Seville, Cádiz, and Madrid. She even served as sculptor to the royal chambers of two kings of Spain. Yet despite her great artistry and achievements, she has been largely forgotten by modern art history. Written for art lovers of all backgrounds, this beautifully illustrated book offers an important perspective that has been missing—a deeper understanding of the opportunities, and the challenges, facing a woman artist in Roldán’s time. With attention to the historical and social dynamics of her milieu, this volume places Roldán’s work in context alongside that of other artists of the period, including Velázquez, Murillo, and Zurbarán, and provides much-needed insight into what life was like for this trailblazing artist of seventeenth-century Spain. Continuer la lecture

Publication : “Scottish Portraiture, 1644–1714: David and John Scougall and Their”.

VAN DE PUTTELAAR Carla, Scottish Portraiture, 1644–1714: David and John Scougall and Their Contemporaries, Turnhout, Brepols, 2021, 2 vol. , 756 p.

Présentation de l’éditeur :

This book is the first comprehensive publication on Scottish portraiture from the period 1644 to 1714, with an emphasis on the painters David Scougall (1625–1685) and his son John Scougall (1657–1737). It is based on in-depth art historical and archival research. As such, it is an important academic contribution to this thus far little-researched field. Virtually nothing was known about the Scougall portraitists, who also include the somewhat obscure George Scougall (active c. 1690–1737). Thorough archival research has provided substantial biographical information. It has yielded life dates and data on family relations and also has shown that David Scougall had two parallel careers: as a portrait painter and as a writer (solicitor). The legal community in which the Scougalls were embedded has been defined, as well as an extended group of sitters and their social, economic, and family networks. The book includes a catalogue raisonné of the oeuvre of David Scougall. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : “L’artiste canadien François Baillairgé (1759-1830) : de la mention à la reconnaissance ?” par Pierre-Olivier Ouellet, 27 janvier 2022, en visioconférence.

François Baillairgé d’après Le Dominiquin, Étude de jambe d’après « Le Martyre de saint André », 1778-1781, sanguine et mine de plomb sur papier, 60 x 46,1 cm, Québec, Musée national des beaux-arts du Québec, 1975.243R.

Type : Conférence.
Date et horaire : 27 janvier 2022 à 19h (CET-Paris).
Lieu : Visioconférence sur Zoom, inscription gratuite sur asso.grham@gmail.com

 

“La renommée universelle de l’École de sculpture française aurait dû attirer à Paris quelques-uns de ces bons artisans désireux de parfaire leur éducation. Mais, je n’ai relevé qu’un seul nom canadien inscrit sur les registres d’immatriculation de l’Académie Royale de Paris. On y lit à la date du 21 février 1779 la mention suivante : « François Baillairgé, S., natif de Québec, âgé de 20 ans. Élève de M. Stouff. Protégé par M. Lagrenée le jeune. » Aucune trace ne subsiste des œuvres de cet artiste dont le nom a été surtout illustré par son fils qui devait jouer un rôle important dans la première moitié du XIXe siècle”.

– Louis Réau, Histoire de l’expansion de l’art français : Pays scandinaves, Angleterre, Amérique du Nord (1931)

 

En 1931, l’historien de l’art Louis Réau (1881-1961) publie le troisième tome de son Histoire de l’expansion de l’art français, consacré aux pays scandinaves, l’Angleterre et l’Amérique du Nord. Dans son analyse de l’art canadien, François Baillairgé (1759-1830) se présente alors tel un faible maillon entre la France et le Canada, un nom surgit au gré d’un dépouillement d’archives. Pour Réau, l’artiste semble d’autant plus négligeable qu’il ne laisse aucune œuvre et que son propre fils, l’architecte Thomas Baillairgé (1791-1859), parvient à le surpasser. Autrement dit, déjà voué à revêtir un rôle mineur dans la grande histoire de l’art français – étant donné la nature même du livre de Réau – François Baillairgé fait ainsi figure d’artiste secondaire, voire tertiaire. Continuer la lecture

Colloque : “Censurer les arts – Encadrer les corps”.

Type : colloque.
Date de l’événement : 04 et 05 février 2022.
Lieu : Paris, Ecole National des Chartes et online.

Programme

Jour 1 – Vendredi 4 février 2022

10h00 : Accueil des participant·es

10h15 : introduction

10h30 : Invisibiliser et formater les corps

Modération : Mathilde Leïchlé

  • Maël Tauziède-Espariat (Docteur en histoire de l’art et ATER à l’Université Paris Nanterre)

« La censure des “nudités” à Paris au XVIIIe siècle. » Continuer la lecture

Journées d’étude : “Les Couleurs retrouvées des Tapisseries d’Aubusson”.

Type : journées d’études.
Date de l’événement : 17 et 18 janvier 2022.
Lieu : Aubusson et online.

Ces journées d’étude seront l’occasion de partager les premiers résultats d’une recherche pluridisciplinaire originale menée dans le cadre du programme Aubusson: Les couleurs retrouvées des tapisseries fines d’Aubusson (XVIIIe siècle) — Culture matérielle: conception, production, caractérisation, altération et conservation soutenu par la Région Nouvelle Aquitaine. Centrées sur l’étude d’un exemple, une tapisserie récemment acquise par la Cité internationale de la Tapisserie à Aubusson, elles convoquent l’histoire naturelle, l’histoire sociale, l’histoire de l’art, les sciences physiques et chimiques, les sciences du patrimoine et les nouvelles technologies afin de renouveler la connaissance des objets analysés. Le propos touche donc à l’identification des choses représentées, à l’examen des processus d’élaboration et des stratégies de production des tapisseries, à reconsidérer les techniques de tissage et les matériaux utilisés par la constitution d’une base de données des différents supports et par l’analyse non invasive des colorants. Il s’agit aussi de poser des diagnostics de conservation et de présentation des collections et de tenter une restitution numérique des couleurs d’origine. Continuer la lecture

Publication : “Tromper les yeux. Miroirs dans le grand décor en Europe (XVIIe -XVIIIe siècles)”.

BAZIN-HENRY Sandra, Tromper les yeux. Miroirs dans le grand décor en Europe (XVIIe -XVIIIe siècles), Dijon, Faton, 2021, 384 p.

Présentation de l’éditeur :

Éléments majeurs de la décoration des palais royaux et princiers, les miroirs se sont diffusés dans toute l’Europe aux XVIIe et XVIIIe siècles. Ornant les pièces privées comme les pièces de réception, ils n’ont cessé de fasciner leurs contemporains par les effets merveilleux et illusionnistes qu’ils permettaient. Leur place dans la décoration fixe des intérieurs aristocratiques n’avait pourtant jamais fait l’objet d’une étude spécifique. Embrassant deux siècles et une aire géographique étendue (France, Italie, Espagne, Allemagne, Autriche, Suède), cet ouvrage a pour ambition de combler ce manque en enquêtant sur la manière dont les miroirs se sont imposés dans l’architecture et ont bouleversé les manières d’habiter. Comment sont-ils devenus une matière du décor à part entière ? Qui sont les acteurs de ces décors, de leur élaboration à leur exécution ? Qui contribue à en diffuser la mode ? Comment ont-ils été mis au service de véritables mises en scène et que révèlent-ils en matière d’histoire du goût ? Des premiers cabinets de miroirs à la célèbre galerie des Glaces de Versailles, en passant par les somptueux décors des palais européens, cette somme très richement illustrée invite à une découverte à la croisée des arts décoratifs, de l’architecture et de l’histoire. Continuer la lecture

Journée d’études : “Voyages d’artistes, circulations d’œuvres, de matériaux et d’idées dans le bassin méditerranéen (XVIe-XVIIe siècles)”.

Claude Gellée dit Le Lorrain, Port de mer avec soleil couchant, 1639, huile sur toile, 103 x 137 cm, Paris, musée du Louvre.

Type : journée d’études.
Date de l’événement : 22 novembre 2021.
Lieu : Auditorium Germain Tillon, Maison Méditerranéenne des sciences de l’homme, Aix-en-Provence.

Journée d’étude organisée par Magali Théron (Aix-Marseille Université – TELEMMe UMR 7303) et Céline Ventura Teixeira (Aix-Marseille Université – LA3M  UMR 7298)

Cette journée est centrée sur la question des circulations artistiques (hommes, matériaux et idées) dans le bassin méditerranéen (XVIe-XVIIe siècles). À travers des cas d’études précis appartenant aux domaines de la peinture, de la sculpture, des arts du décor, de la joaillerie mais aussi de la littérature artistique et des récits de voyage, il s’agira de comprendre l’impact de ces mouvements entre les territoires concernés et entre les arts. Le transfert et la réception de modèles inédits, de techniques novatrices ou de matériaux précieux engagent une réflexion autour des notions d’interprétation, de mélange voire d’hybridation des formes. Les conséquences liées à l’implantation d’une nouvelle technique ou l’arrivée d’objets méconnus engendrent également la mise en place de mécanismes de productions et de systèmes marchands nouveaux. La France, l’Italie, l’Espagne, le Portugal, la Grèce et l’Orient dans son acception large sont autant d’aires géographiques concernées par ces phénomènes de transferts artistiques où la Méditerranée devient le théâtre d’échanges riches et foisonnants. Continuer la lecture

Publication : “La Chapelle Royale de Versailles”.

MARAL Alexandre, La Chapelle Royale de Versailles, Paris, Arthena, 2021, 424 p.

présentation de l’éditeur :

La magistrale restauration de la chapelle royale de Versailles a été achevée au printemps 2021 après plus de trois ans de travaux. Elle est l’occasion d’une nouvelle édition de l’ouvrage d’Alexandre Maral paru en 2011. Bénéficiant d’une campagne photographique de grande ampleur réalisée par les photographes du Château, le texte, mis à jour, est enrichi d’une présentation de ce chantier exceptionnel par les architectes qui l’ont conduit. Des dorures de la toiture retrouvées à la remise en état de la charpente, des vitraux et des sculptures, c’est l’édifice tout entier qui apparaît aujourd’hui dans sa splendeur initiale. Continuer la lecture