Archives de l’auteur : Maël Tauziède-Espariat

À propos Maël Tauziède-Espariat

Doctorant en Histoire de l'art moderne (​Université de Bourgogne Franche-Comté - UMR 7366 - Centre G. Chevrier)

Call for Papers: « Belief in Miracles and Iconoclasm. Sacred Spaces in 18th Century France » (deadline: 15 july 2018)

Carle Van Loo, L’Agonie de saint Augustin (esquisse), 1748 ca., huile sur toile, Tours, Musée des beaux-arts

Type : Call for papers.

Deadline : 15 July 2018.

Date de l’événement : 3–5 December 2018.

Place : Paris, Centre allemand d’histoire de l’art, Hôtel Lully.

Following the completion of Carle Vanloo’s cycle on the Life of Saint Augustine for the Paris Church of Notre Dame des Victoires, its prior praised his “temple du Seigneur” as a “salon continuellement ouvert aux étrangers, & aux curieux qui y abondent de toutes parts pour admirer leurs ouvrages,” as he wrote in 1757 in the Mercure de France. The fact that a clergyman understands his church as a museal space is a reflection of the fundamental transformation that the holy and the sacred underwent in the century of the French Enlightenment. Beyond any political, social or transcendental-philosophical re-evaluation, this cultural shift formulated questions of meanings that are visually effectuated in a public place. Continuer la lecture

Mise en ligne de la base de données Art et Démocratie: Les débats liés aux arts du dessin entre 1789 et 1792 (UNIL).

Anonyme, « Les Arts sortant du temple du Gout vont faire leur petition à l’Assemblée nationale : il y a encore de grands artistes, mais la frivolité, le luxe, les modes font dégénerer les talens, et s’il n’arrive une heureuse revolution, le dieu du goût ne sera plus, comme on le voit ici, qu’un histrion entouré d’un vil cortège », 1791, eau-forte, 22,5 x 37 cm, Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, RESERVE QB-370 (16)-FT 4

Base de données constituée par Desmond-Bryan Kraege, Matthieu Lett et Sibylle Menal sous la direction de Christian Michel.

La base de données du projet « L’art et la démocratie, la naissance d’une question. Les réflexions sur la place et le statut des arts du dessin (juillet 1789 – août 1792) » contient l’ensemble des écrits consacrés aux arts du dessin (peinture, sculpture et gravure) dans les premières années de la Révolution française que nous connaissons. Ils sont classés respectivement par ordre chronologique et par auteurs sous les onglets corpus et auteurs.

Sur cette base, toutes les institutions monarchiques, sur lesquelles reposait le système des arts sous l’Ancien Régime, doivent être repensées et réformées. Ce sont pendant ces années qu’apparaissent des questions qui sont toujours d’actualité : la définition de l’artiste par rapport au praticien ou à l’artisan, la nécessité ou non d’un enseignement artistique, la forme que celui-ci doit prendre, la façon dont doivent être passées les commandes publiques, le droit des artistes sur la diffusion de reproductions de leurs œuvres, doivent désormais être fondés sur la raison et être compatible avec la liberté et l’égalité des droits.

Plus d’une centaine de textes, les uns sous la forme de pamphlets, les autres profondément raisonnés, sont écrits et publiés pendant les trois années qui séparent la revendication de la souveraineté populaire lors du Serment du jeu de paume en juin 1789 et la chute de la monarchie le 10 août 1792. Les plus importants sont les différents projets élaborés entre octobre 1790 et juin 1791. Bien qu’ils soient aujourd’hui largement méconnus, ils constituent les fondements, ou, tout au moins, les premières manifestations des arguments qui depuis alimentent les débats récurrents sur l’enseignement artistique, sur la place que doivent tenir les institutions d’État dans le développement des arts, sur l’intérêt économique qu’il y a à encourager les arts du dessin.

Pour accéder à  la base sur le site de l’Université de Lausanne, cliquez sur ce lien https://catima.unil.ch/art-democratie/fr.

Colloque : « L’histoire de l’art et les objets » (Paris, 30-31 mai 2018).

Andreas Almgren, tabatière, 1759, or ciselé et émaux, 6,5 x 5 x 3,1 cm, London: Victoria & Albert Museum

Type : colloque.
Date et horaire : 30 et 31 mai 2018 .
Lieu : Centre allemand d’histoire de l’art, hôtel Lully, 45 rue des Petits Champs, 75001 Paris.

Les travaux récents sur les images ont montré comment de vastes perspectives s’ouvrent dès lors que l’on porte le regard au-delà de la notion moderne et européenne d’art. Mais réduire l’histoire de l’art aux seules images reviendrait à appauvrir drastiquement son domaine de compétences. Cela exclurait en effet des catégories entières d’objets qui ne sont pas des images – à commencer par les « arts appliqués » européens, qui ont pourtant eu leur part dans la constitution historique de la discipline. Les artefacts variés de cultures non-européennes, souvent pré-coloniales, sont souvent négligés eux aussi, alors même qu’un rôle décisif devrait leur revenir dans une histoire de l’art à échelle globale et de pertinence interdisciplinaire. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM: « De Goya à Bayeu et vice-versa. Le catalogue critique de l’œuvre de jeunesse de Goya » par Frédéric Jiméno (Paris, 22 février 2018)

Francisco de Goya, La Piedad, vers 1772-1773, peinture à l’huile sur toile, 83,5 x 58 cm, Barcelone, Galeria Bernat.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 22 février 2018 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne (rez-de-chaussée).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

L’œuvre de jeunesse de Goya (1746-1775) a été l’objet de deux grandes expositions, la première eut lieu à Saragosse en 1986 après une phase plutôt enthousiaste d’attributions diverses. La seconde eut lieu en 2016, toujours à Saragosse, sous le commissariat scientifique de Manuela Mena, conservatrice au musée du Prado ; l’idée étant cette fois-ci de présenter un catalogue critique de l’œuvre de jeunesse.

Le contraste entre les deux propositions est éloquent tant elles présentent un Goya finalement très divergent. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM: « La peinture en Provence au XVIIe siècle » par Jane MacAvock (Paris, 14 décembre 2017).

Jean Daret (1614-1668), Esculape et Hippolyte, 1636, Marseille, musée des Beaux-Arts

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 14 décembre 2017 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne (rez-de-chaussée).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

L’importance de la Provence du Grand siècle comme foyer artistique n’est pas à démontrer. Mais si la peinture du XVIIe siècle de cette région a fait l’objet de nombreuses études depuis le XIXe siècle, et les catalogues raisonnés de quelques artistes – notamment Nicolas Mignard ou Reynaud Levieux –  sont édités, la dernière publication ayant comme objet de donner une vision d’ensemble remonte au siècle dernier. Cette conférence sera l’occasion de revoir la peinture en Provence à la lumière de recherches récentes. Elle traitera des peintres connus, Jean Daret par exemple, et d’autres moins connus, comme Rodolphe Ziegler, ainsi que leur activité dans la capitale de la province et dans des villes moins importantes tant dans le domaine de la peinture religieuse que dans celui de la décoration des hôtels particuliers. Elle sera aussi l’occasion de situer ces artistes et leurs mécènes dans le contexte social de l’époque. Continuer la lecture

Collections et collectionneurs d’art italien en Picardie, autour du duc d’Aumale, Chantilly, 7 juin 2017

 

Palma le Jeune, Suzanne et les vieillards, vers 1615-1620, huile sur toile, Fontaine-Chaalis, abbaye royale de Chaalis

Type : Journée d’études

Date : 7 juin 2017

Lieu : Domaine de Chantilly, maison de Sylvie

Inscription obligatoire : mathieu.deldicque@domainedechantilly.com

 

À l’occasion de l’exposition « Heures italiennes. Trésors de la peinture italienne en Picardie (XIVXVIIIe siècle) » présentée de mars à juillet 2017 à Amiens, Chantilly, Beauvais et Compiègne (sous le commissariat scientifique de Nathalie Volle et Christophe Brouard), l’INHA s’associe avec le musée Condé à Chantilly pour organiser une journée d’études autour des collections de peinture italienne en Picardie. Cette journée se trouve à la croisée de l’histoire du goût pour la peinture italienne, de sa réception et de l’histoire des collections. Elle se concentrera sur les grandes figures de collectionneurs du XIXe siècle, ainsi que sur les œuvres qui ont formé ou irrigué les musées et les églises de Picardie. Elle a pour objectif d’étudier les comportements des collectionneurs, ces « personnages centraux du monde des arts » (André Chastel), de les comparer pour étudier les proximités et différences de goût à l’aune de leur dimension géographique, sociale et culturelle.

Programme et modalités disponibles ici:

Journée d’étude, Chantilly, 7 juin 2017, duc d’Aumale.pdf

Parution: De David à Delacroix. Du tableau au dessin, Onzièmes rencontres internationales du Salon du Dessin, actes du colloque (30-31 mars 2016)

Pierre Rosenberg et Louis-Antoine Prat (dir.), De David à Delacroix. Du tableau au dessin, Onzièmes rencontres internationales du Salon du Dessin, actes du colloque (30-31 mars 2016), Paris : Société du Salon du dessin / Dijon : L’Echelle de Jacob, 2016.

Relié, 263 pages. Prix : 35 euros, ISBN : 9782953325799.

Sous l’impulsion de Bertrand Gautier, les rencontres internationales du Salon du dessin 2016, dirigées par Pierre Rosenberg et Louis-Antoine Prat, ont prolongé les réflexions initiées il y a plus de quarante ans lors de l’exposition De David à Delacroix : la peinture française de 1774 à 1830. À cette occasion, treize contributions ont élargi les recherches à la question du dessin. Le premier volet de ces rencontres consacrées au dessin entre les règnes de Louis XVI et de Charles X est désormais publié (table des contributions ci-jointe).

Appel à communication: « Interpréter l’Histoire dans les arts décoratifs au XVIIIe siècle » (Paris, 15 juin 2017)

 

Anonyme (France), Diane et Endymion, 1772-1773, tabatière en or, écailles de tortue et ivoire, 3,2 × 7,6 cm, New York : Metropolitan Museum

Type : appel à communication.

Date limite : 15 avril 2017.

Type d’événement : journée d’étude.

Date de l’événement : 15 juin 2017.

Lieu de l’événement : salle Vasari, Institut National d’Histoire de l’Art (INHA) 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris.

À la suite de Félibien, qui hisse le « grand genre » au sommet de la hiérarchie des sujets à représenter en 1667, la peinture d’histoire est devenue un enjeu important de l’historiographie. Elle est notamment l’objet d’un ouvrage, daté mais fondamental, de Jean Locquin qui la définit « au XVIIIe siècle, [comme] toute œuvre dont le sujet, emprunté à un texte historique ou littéraire, mettait en scène un ou plusieurs personnages, réels ou non » (1978, p. XXIX). Cette définition, qui assimile à juste titre l’Histoire (« récit des faits donnés pour vrais » selon l’Encyclopédie) et la Fable (« récit des faits donnés pour faux »), révèle la multiplicité des sujets offerts à l’imagination des artistes. Continuer la lecture

Appel à communication : « Décor et architecture : entre union et séparation des arts (XVIe-XVIIe siècle) » (Lausanne, 16-17 novembre 2017)

Giulio Romano, La chambre des Géants (paroi nord), 1532-1535, Mantoue, Palais Te

Le décor à la période moderne est considéré comme l’une des parties constitutives de l’architecture. Grâce à lui, celle-ci se distingue de la simple maçonnerie et peut revendiquer une forme d’excellence. Dans une telle perspective, le décor est une condition essentielle à l’architecture et non pas un élément marginal. Or dans l’historiographie, décor et architecture sont souvent étudiés de manière séparée, ce qui institue de fait une rupture entre ces deux champs, susceptible de biaiser notre compréhension de la production artistique.

Continuer la lecture

Réouverture du Quadrilatère Richelieu à Paris: Week-end Portes ouvertes RICHELIEU, bibliothèques, musée, galeries, du 13 au 15 janvier 2017

reseaux-save-the-date-13-14-15-jpo2016 marque un tournant dans l’histoire de Richelieu qui devient un pôle de recherche où sont regroupées la Bibliothèque nationale de France, les bibliothèques de l’Institut national d’histoire de l’art et de l’École nationale des chartes : un ensemble de bibliothèques au cœur de Paris qui constitue un lieu privilégié pour les chercheurs et s’ouvre plus largement au public.
Du vendredi 13 au dimanche 15 janvier le site RICHELIEU, bibliothèques, musée, galeries s’ouvre lors d’un week-end Portes ouvertes au grand public proposant visites, présentations d’œuvres patrimoniales, projections, rencontres et débats. Un événement organisé par la BnF, l’INHA et l’EnC, en partenariat avec France Culture.

Continuer la lecture

Appel à communication: 2000 ans déjà… Aspects de la réception d’Ovide

 Gian Lorenzo Bernini, Apollon et Daphné, 1622-1625, marbre, 243 cm, Rome: galerie Borghese.

Gian Lorenzo Bernini, Apollon et Daphné, 1622-1625, marbre, 243 cm, Rome: galerie Borghese.

Type : journée d’étude.
Date limite d’envoi des propositions:  30 avril 2017.
Date de la manifestation : 10 octobre 2017.
Lieu : Université de Toulouse Jean-Jaurès, Maison de la Recherche, salle D31.

17, 2017…
Il y aura bientôt deux mille ans que le poète Ovide a disparu. Mais, comme il le prophétise lui-même dans l’épilogue des Métamorphoses avec une assurance qui n’a pas été démentie, son œuvre lui a survécu et a inspiré de nombreux artistes, qui ont perpétué sa mémoire. C’est à cet aspect de la réception d’Ovide qu’est consacrée la journée d’étude du 10 octobre 2017, organisée par Cristina Noacco (maître de conférences en littérature médiévale à l’Université de Toulouse 2 Jean Jaurès) et Jean-Luc Lévrier (professeur de lettres classiques en classes préparatoires aux grandes écoles, lycée Saint-Sernin, Toulouse), dans le cadre des activités du laboratoire PLH/ELH de l’université Toulouse 2 Jean Jaurès. Continuer la lecture

Colloque international: Flandes by Substitution. Copies of Flemish Masters in the Hispanic World (1500-1700)

Michiel Coxcie, David et Goliath, huile sur panneau, 139 x 106 cm, Real Monasterio de San Lorenzo de El Escorial

Michiel Coxcie, David et Goliath, huile sur panneau, 139 x 106 cm, Real Monasterio de San Lorenzo de El Escorial

Type : colloque international.
Inscription (payante) : du 20 décembre 2016 au 26 janvier 2017.
Date de la manifestation : 9-10 février 2017.
Lieu : Royal Institute for Cultural Heritage (KIK-IRPA), Brussels.

Lunch, morning and afternoon teas on Thursday and Friday are included in the registration fee, as well as the reception on Friday and the preprint abstracts
Price: 75 €.

Program

09:00 Registration & coffee

09:30 Welcome by Christina Ceulemans (Director-General of KIK-IRPA)

09:40 Didier Martens (Université Libre de Bruxelles), Jalons pour une histoire de la copie de Primitifs flamands en Espagne, depuis l’époque des Rois Catholiques jusqu’à Philippe IV
10:20 Questions and discussion Continuer la lecture

Appel à communication: Travelling Objects. Ambassadors of the cultural transfer between Italy and the Habsburg monarchy

Type : Appel à communication.
Date limite appel à candidature: 15 janvier 2017.
Date de la manifestation : 19-20 mai 2017.
Lieu : Rome, Italie.

The international conference travelling objects will focus on the material aspects of cultural transfers: the exchange of paintings, designs/drawings, sculptures or books. Our specific interest is in the movement of these inherently ambassadorial objects between Italy and the Habsburg Monarchy during the 17th and 18th centuries, and their reception and role in the transmission of information and ideas between the North and the South. Special attention will be given to the agents of the exchange, who promoted, organized or mediated the exchange. Continuer la lecture

Valorisation d’une collection publique : les peintures italiennes et hispaniques (XIVe-XVIIIe siècles) du musée de Tessé au Mans (catalogue et exposition)

cat114

Illustration 1: Juan de Valdés Leal, Sainte Paule, 1655-1657, huile sur toile 208 x 126 cm, Le Mans: musée de Tessé, (c) Musées du Mans/Alain Szczuczynski.

À moins d’une heure de Paris, la ville du Mans réunit quatre musées : le Carré Plantagenêt (archéologie et histoire), le musée Vert (histoire naturelle), celui de la Reine-Bérengère (art et histoire de la Sarthe) et le celui de Tessé (beaux-arts)[1].

Ce dernier est installé dans l’ancien évêché construit en 1848 sur l’emplacement de l’hôtel de la famille de Tessé, dont les collections forment une partie du fonds ancien du musée. Ce fonds originel a d’abord été enrichi par des érudits locaux dans la première moitié du XIXe siècle. Grâce à eux, le musée de Tessé fait notamment figure de précurseur en matière d’acquisition : il s’agit de l’un des premiers établissements français à acheter des peintures espagnoles (Illustration 1). Dans la seconde moitié du siècle, le conservateur Charles Dugasseau (1812-1885) réécrit les catalogues du musée, contribuant ainsi à augmenter la visibilité de la collection mancelle auprès du public.

cat5

Illustration 2: Pietro Lorenzetti, Sainte Agathe (?), c. 1315, panneau de bois peint, 64,9 x 33,3 cm, Le Mans: musée de Tessé, (c) Musées du Mans/Alain Szczuczynski.

Il accroît par ailleurs celle-ci en sollicitant des dépôts de l’État et en effectuant des achats, en particulier vingt-trois œuvres de « primitifs » italiens acquis lors de la vente après décès d’un collectionneur manceau, Évariste Fouret (1807-1863) (Illustration 2).

Cet ensemble de panneaux sur fond doré a été complété à la fin du XXe siècle par un dépôt de l’État, confirmant ainsi la particularité des collections du Mans (Illustration 3). Au début du XXe siècle, les collections du musée, jusque-là exposées dans l’ancienne abbatiale de Notre-Dame-de-la-Couture, font l’objet d’une réorganisation plus rationnelle dans le bâtiment actuel. En raison de l’intérêt précurseur du musée des beaux-arts du Mans pour la peinture espagnole, et de sa remarquable collection de « primitifs » italiens, la mise à l’honneur de ces deux écoles était attendue.

Illustration 3

Illustration 3: Jacopo del Sellaio, La Vierge adorant l’Enfant, c. 1465-1470, panneau de bois peint, 95 x 48 cm, Le Mans: musée de Tessé, (c) Maël Tauziède-Espariat

Cette valorisation a été initiée par Corentin Dury[2] lors de son cursus à l’École du Louvre, d’abord sous la direction de Michel Laclotte et Dominique Thiébaut pour la période s’étendant du XIVe au XVIe siècles, puis sous celle d’Olivier Bonfait pour les XVIIe et XVIIIe siècles. Ce travail consacré aux peintures italiennes et hispaniques des XIVe-XVIIIe siècles, enrichi par des échanges avec des chercheurs internationaux et appuyé par l’équipe du musée de Tessé, vient d’aboutir sous la forme d’un catalogue et d’une exposition.

L’exposition réunit quatre-vingt œuvres italiennes et hispaniques dans un parcours chrono-thématique. La qualité inégale de la collection a été exploitée avec intelligence : les chefs-d’œuvre justifient à eux-seuls une visite, mais toutes les œuvres sont mises en valeur de façon à appuyer un discours pertinent sur l’art. En d’autres termes, l’exposition fonctionne comme un lieu de délectation et d’apprentissage (comme cela devrait toujours être le cas). Continuer la lecture

Soutenance de thèse: « Les jetons royaux frappés sous les règnes de Louis XIII et de Louis XIV (1610-1661): inventaire et analyse »

Jeton de Louis XIV, 1654, argent, h : 2,7 cm, BnF, Monnaies, médailles et antiques

Jeton de Louis XIV, 1654, argent, h : 2,7 cm, BnF, Monnaies, médailles et antiques

Type : soutenance de thèse.
Date : vendredi 9 décembre 2016 à 9h30.
Lieu : Université Paris Ouest Nanterre La Défense – salle B 015 (René Rémond).

Soutenance de thèse de Sabrina VALIN: « Les jetons royaux frappés sous les règnes de Louis XIII et de Louis XIV (1610-1661):  inventaire et analyse ».

Le jury est composé de:

– Marianne COJANNOT LE BLANC, professeur d’histoire de l’art moderne à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense (directrice de thèse).

– Véronique MEYER, professeur des universités, Université de Poitiers (rapporteur).
– Hendrik ZIEGLER, professeur des universités, Université Reims Champagne Ardennes (rapporteur).
– Anne LE PAS de SECHEVAL, maître de conférences, Université de Paris Ouest Nanterre La Défense.
– François PLOTON-NICOLLET, professeur, Ecole Nationale des Chartes.