Archives de l’auteur : Maël Tauziède-Espariat

À propos Maël Tauziède-Espariat

Doctorant en Histoire de l'art moderne (​Université de Bourgogne Franche-Comté - UMR 7366 - Centre G. Chevrier)

Soutenance de thèse: La communauté des peintres et sculpteurs parisiens : de la corporation à l’Académie de Saint-Luc (Bruno Guilois)

Jean Guélard, frontispice pour l’édition des Lettres patentes de l’Académie de Saint-Luc, Paris, 1738.

Type : Soutenance
Date :  23 novembre 2019
Lieu : Paris, Galerie Colbert, Centre André Chastel
 

Bruno Guilois (Université Paris Sorbonne) soutiendra sa thèse sur :

La communauté des peintres et sculpteurs parisiens :
de la corporation à l’Académie de Saint-Luc

sous la direction de M. Alain Mérot le 23 novembre à 14 heures, salle Ingres.

Le jury est composé de :

  • M. Guy-Michel Leproux, directeur d’études, École Pratique des Hautes Études
  • Mme Gaëtane Maës, maître de conférences-HDR, Université de Lille
  • M. Alain Mérot, professeur émérite, Sorbonne Université
  • Mme Véronique Meyer, professeur, Université de Poitiers
  • M. Mickaël Szanto, maître de conférences, Sorbonne Université

Voir la position de thèse.

Conférence du GRHAM : “Saint-Pétersbourg, mai 1773. L’inauguration oubliée de l’Ermitage (et des bains) de Catherine II” par Guillaume Nicoud (Paris, 17 octobre 2019).

Y. M. Velten, Coupe transversale du pavillon Nord du Jardin suspendu du palais d’Hiver, détail de la salle dite «Hermitage », vers 1769, dessin à l’encre et lavis de couleur sur papier, H. 0,510 x L. 0,730 m, Saint-Pétersbourg, Musée d’État de l’Ermitage / Photographie de l’auteur.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 17 octobre 2019 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

En juin 1773, un journal français annonce que Catherine II a donné un mois auparavant « un dîner splendide » dans son « hermitage », « où tous les ministres étrangers furent invités. » Serait-ce le témoignage oublié d’une sorte de cérémonie d’inauguration ? Nous pouvons le supposer.

Il est dès lors intéressant de partir de cet événement pour reconstituer l’histoire de la galerie impériale de l’Ermitage. L’Ermitage constituant en fait les appartements particuliers de la souveraine, c’est tout l’aménagement artistique de cet ensemble qu’il est même nécessaire de réévaluer, en particulier les autres salles citées qui furent également visitées – selon le même journal – durant cette journée d’inauguration aujourd’hui oubliée, comme cette « salle de bains », qui pourrait refléter l’intérêt de Catherine II pour les idées des Lumières, sans oublier la salle à manger, avec sa table mécanique ou « ermitage », qui a donné son nom au lieu. Continuer la lecture

Journée d’étude: L’art rocaille (Aix-la-Chapelle, 22 novembre 2019).

Georg Michael Roscher, Quatre Suites représentant des études d’ornements de style rocaille, Augsbourg, Hertel éd., ca. 1740.

Type : journée d’étude.
Date de l’événement : 22 novembre 2019.
Lieu : Aix-la-Chapelle [Aachen] (Allemagne).

L’émergence et le développement de l’ornement rocaille sont examinés de près dans le cadre du projet de recherche DFG « Le transfert du style rocaille de la construction navale à l’architecture. Genèse et principes de la conception du rococo dans les bâtiments particuliers français, 1715-1735 » (http://gepris.dfg.de/gepris/projekt/252295626?language=en).

C’est au tournant du XVIIIe siècle que les systèmes de décoration des murs et des plafonds se sont renouvelés de façon signifiante à la cour de France. Cette transformation s’inspirait essentiellement des mutations formelles et structurelles des ornements. De nouvelles formes ornementales ont évolué au cours de la Régence au sein de la noblesse française et ont abouti à une décoration intérieure culminant avec l’ornement rocaille dans l’anticlassicisme.

Continuer la lecture

Appel à communication: Changing Approaches to Histories of British Art (1660–1735)

English School, Classical Ruins in a Landscape, Oil on mirror, 365 x 570 mm, early 18th century, Middlethorpe Hall, North Yorkshire.

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : Oct 21, 2019.
Date de l’événement :  April 1 – 03, 2020.
Lieu : Newcastle-upon-Tyne, UK.

Association for Art History Annual Conference.
Newcastle University & Northumbria University

The last decade has seen a growing interest in new approaches to British visual culture in the decades around the turn of the 18th century (c.1660–1735), addressing the art-historical imbalance that saw this period overshadowed by attention to the ages of van Dyck (the 17th century) and Hogarth and Reynolds (the 18th century). Much of this work has understood art of these decades in the context of 18th-century developments in Britain, paying less attention to its relationship with visual culture of the 17th century and the wider European context. This session invites participants to consider the extent to which this has skewed our understanding of British visual culture of this period, and to chart new directions in research and exhibition-making, resituating the period of enquiry to include the long 17th century.
Continuer la lecture

Colloque: Digital Formats for the Dissemination of Early Modern Period Artistic Culture (Madrid-Málaga, 25-27/09/2019).

Type : colloque.
Date de l’événement : September 25 – 27, 2019.
Lieu : Madrid-Málaga (Spain).

The possibilities offered by digital technology nowadays allow us to advance even more in the knowledge and, particularly, in the transmission to society of aspects related to artistic culture between the 16th and 18th centuries. This symposium connects with some of the current debates on the use of digital technology in the field of cultural heritage in general and, in particular, on its application to the analysis and transmission of Modern Age material or ephemeral culture.

Prestigious institutions worldwide, among others, the Prado Museum (Madrid) – Princess of Asturias Award for Communication and Humanities 2019-, the Kunsthistorisches Museum (Vienna) or the Städel Museum of Frankfort will present the projects and the achievements from their respective digital development departments. On the other hand, this symposium will present current projects developed by humanists who have applied digital technology for the virtual re-construction and / or re-creation of the artistic culture of those centuries.

Conveners: Carmen González-Román, Andrea Sommer-Mathis, Rudi Risatti.
Continuer la lecture

Publication: “La famille d’Argenson et les arts” (V. Meyer, M.-L. Pujalte-Fraysse dir.)

L’ambition de cet ouvrage est d’offrir une synthèse inédite de l’activité
d’une grande lignée, la famille d’Argenson, au service des arts. L’originalité
du volume tient dans la mise en perspective du fonds exceptionnel
que constituent les archives de la famille déposées à la Bibliothèque
universitaire de Poitiers avec deux autres fonds, celui de la Bibliothèque
de l’Arsenal à Paris et celui des archives de Chantilly. Sans renoncer à une
vision d’ensemble, les quatorze contributions se concentrent sur l’univers
des figures tutélaires des ministres René-Louis et Marc-Pierre d’Argenson
et de leurs fils respectifs, Antoine René, marquis de Paulmy et Marc René,
marquis de Voyer. Ce sont donc des pans entiers et méconnus de leur
activité qui sont ici mis en lumière au gré de leurs correspondances inédites,
de leurs collections d’estampes, de cartes géographiques et de partitions
musicales jamais étudiées. Leur action en faveur de l’Académie de musique
et de la corporation des peintres est redéfinie alors que leur passion pour
la demeure est réévaluée. C’est dire l’importance de cette publication pour
une meilleure connaissance du mécénat éclairé de cette illustre maison à
l’aune des institutions artistiques, de la bibliophilie et de l’architecture.
Ces actes résultent de Journées d’études organisées par Véronique Meyer
et Marie-Luce Pujalte-Fraysse à l’UFR des sciences humaines et arts de
l’université de Poitiers au sein de l’équipe du Criham.

Conférence du GRHAM: « Un genre bâtard & vicieux » ? Le portrait historié entre Grand Siècle et Lumières, par Marlen Schneider (Paris, 8 février 2019)

Jean-Marc Nattier, Marie-Anne de Bourbon, Mademoiselle de Clermont, aux eaux minérales de Chantilly, 1729, huile sur toile, 195 × 161 cm, Chantilly, musée Condé.

Type : Conférence (entrée libre).
Date de l’événement : vendredi 8 février 2019, 19h.
Lieu : Salle MarietteInstitut national d’histoire de l’art, Paris.

Très répandu pendant les dernières décennies du XVIIe siècle et la première moitié du XVIIIe, le portrait historié fut un phénomène caractéristique de la société de cour, révélateur des pratiques artistiques et culturelles de l’époque. Continuer la lecture

Colloque: Winckelmann et l’œuvre d’art, matériaux et types (26 et 27 novembre 2018, DFK & INHA, Paris)

Type : Colloque international (entrée libre).
Dates et lieux de l’événement : 26 novembre 2018 (Centre Allemand d’Histoire de l’Art, Paris) et 27 novembre 2018 (Institut National d’Histoire de l’Art, Paris).

Les années 2017-2018 correspondent au 300e anniversaire de la naissance et au 250e anniversaire de la mort de l’historien de l’art et archéologue Johann Joachim Winckelmann (1717-1768). L’Institut national d’histoire de l’art et le Centre allemand d’histoire de l’art participent, à cette occasion, aux grands événements organisés dans toute l’Europe pour examiner à nouveaux frais son œuvre en programmant un colloque et une exposition dossier qui lui sont entièrement consacrés. Continuer la lecture

Publication en ligne des actes du symposium d’histoire de l’art de la mairie du 11e arrondissement de Paris “Une histoire des savoir-faire. Création et vie artistique à Paris du Grand Siècle à nos jours”

Hubert Robert, Les Monuments de Paris, 1788, Montréal, Power Corporation of Canada Art Collection. Inv. 1989.11.1

Études rassemblées et présentées par Christophe Henry.

Sur une idée de Martine Debieuvre, première adjointe au Maire du 11e, chargée de la culture, de la mémoire et du patrimoine.

En partenariat avec le Groupe de Recherches en Histoire de l’Art moderne (GRHAM).

Lien vers le volume 1 (sommaire p. 1-2) : Symposiums_Histoire-de-lart_vol-1.

© Les symposiums d’Histoire de l’Art de la Mairie du 11 – 2018

Pour citer ce volume

Une histoire des savoir-faire. Création et vie artistique à Paris du grand siècle à nos jours, volume 1, études rassemblés et présentées par Christophe Henry, en partenariat avec le Groupe de Recherches en Histoire de l’Art moderne (GRHAM) et Les symposiums d’Histoire de l’Art de la Mairie du 11 [en ligne], mis en ligne le 1er juillet 2019 URL : https://www.mairie11.paris.fr/actualites/parution-des-symposiums-d-histoire-de-l-art-de-la-mairie-du-11e-598

Conférence du GRHAM: “Le jeu de l’art et du hasard : Loteries et circulations d’œuvres d’art dans les anciens Pays-Bas (XVIe-XVIIe siècles)” par Sophie Raux (Paris, 15 novembre 2018)

Gaspar Bouttats, La loterie de Henricus van Soest à Anvers, 1695. Gravure à l’eau-forte. H. 19,1 ; L. 27,3 cm. Amsterdam, Rijksmuseum. Inv. RP-P-OB-77263

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 15 novembre 2018 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari (1er étage).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Courantes dans les Pays-Bas méridionaux dès le milieu du XVe siècle, les loteries étaient organisées à l’origine par des institutions civiles ou religieuses afin de lever des fonds destinés à des œuvres d’utilité publique. Très tôt, de somptueuses pièces d’orfèvrerie en argent ou en vermeil constituèrent les lots d’appel et matérialisèrent la victoire de la Fortuna. Progressivement, des marchands d’objets d’art et de luxe s’emparèrent du système des loteries, afin d’en exploiter le principe dans un but lucratif. Le succès de ces opérations entraîna leur multiplication ainsi que la diversification des lots à gagner, parmi lesquels œuvres d’art et objets de luxe prirent une place croissante. Peintures, tapisseries, reliefs en albâtre, bijoux, tazze, hanaps, miroirs en cristallin, verreries « façon Venise », clavecins… s’offrirent ainsi à la vue comme le spectacle des richesses à gagner, accessibles à tous selon les caprices du hasard et de la Fortune.

Continuer la lecture

Appel à contribution : Un Siècle d’Or ? Repenser la peinture hollandaise du XVIIe siècle. La contribution des genres artistiques à la construction d’un âge d’or hollandais (avant le 31 octobre 2018)

Gabriel Metsu, Femme lisant une lettre, v.1662-65, Dublin, National Gallery of Ireland

Type : appel à contribution.
Date limite de l’appel : 
31 octobre 2018.

Appel à contribution pour le deuxième colloque international du projet financé par le Fonds National Suisse

Date du colloque : 6 et 7 juin 2019.
Lieu : Pays-Bas (à préciser).

Si on considère depuis Denis Diderot que les genres artistiques sont consubstantiels de la production artistique hollandaise du XVIIe siècle, leurs définitions, leurs places et leurs spécificités demandent encore à être mieux cernées. Il est désormais acquis dans l’historiographie que Carel van Mander fait, dans son Schilder-Boeck, référence à des catégories iconographiques (beest, keucken, brand, zee etc.), plutôt que des genres, ce qu’ont repris, après lui, d’autres auteurs. Il reste que la formule apparaît encore souvent, dans une perspective descriptive et hiérarchique. Cette question des genres apparaît, en outre, comme un moyen d’individualiser les Provinces-Unies au regard de l’Europe. À un nouvel état répondrait un nouvel art, et le développement de ces différents genres artistiques devient alors un des meilleurs exemples de la dutchness de l’art hollandais.

Continuer la lecture

Call for Papers: “Belief in Miracles and Iconoclasm. Sacred Spaces in 18th Century France” (deadline: 15 july 2018)

Carle Van Loo, L’Agonie de saint Augustin (esquisse), 1748 ca., huile sur toile, Tours, Musée des beaux-arts

Type : Call for papers.

Deadline : 15 July 2018.

Date de l’événement : 3–5 December 2018.

Place : Paris, Centre allemand d’histoire de l’art, Hôtel Lully.

Following the completion of Carle Vanloo’s cycle on the Life of Saint Augustine for the Paris Church of Notre Dame des Victoires, its prior praised his “temple du Seigneur” as a “salon continuellement ouvert aux étrangers, & aux curieux qui y abondent de toutes parts pour admirer leurs ouvrages,” as he wrote in 1757 in the Mercure de France. The fact that a clergyman understands his church as a museal space is a reflection of the fundamental transformation that the holy and the sacred underwent in the century of the French Enlightenment. Beyond any political, social or transcendental-philosophical re-evaluation, this cultural shift formulated questions of meanings that are visually effectuated in a public place. Continuer la lecture

Mise en ligne de la base de données Art et Démocratie: Les débats liés aux arts du dessin entre 1789 et 1792 (UNIL).

Anonyme, “Les Arts sortant du temple du Gout vont faire leur petition à l’Assemblée nationale : il y a encore de grands artistes, mais la frivolité, le luxe, les modes font dégénerer les talens, et s’il n’arrive une heureuse revolution, le dieu du goût ne sera plus, comme on le voit ici, qu’un histrion entouré d’un vil cortège”, 1791, eau-forte, 22,5 x 37 cm, Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, RESERVE QB-370 (16)-FT 4

Base de données constituée par Desmond-Bryan Kraege, Matthieu Lett et Sibylle Menal sous la direction de Christian Michel.

La base de données du projet « L’art et la démocratie, la naissance d’une question. Les réflexions sur la place et le statut des arts du dessin (juillet 1789 – août 1792) » contient l’ensemble des écrits consacrés aux arts du dessin (peinture, sculpture et gravure) dans les premières années de la Révolution française que nous connaissons. Ils sont classés respectivement par ordre chronologique et par auteurs sous les onglets corpus et auteurs.

Sur cette base, toutes les institutions monarchiques, sur lesquelles reposait le système des arts sous l’Ancien Régime, doivent être repensées et réformées. Ce sont pendant ces années qu’apparaissent des questions qui sont toujours d’actualité : la définition de l’artiste par rapport au praticien ou à l’artisan, la nécessité ou non d’un enseignement artistique, la forme que celui-ci doit prendre, la façon dont doivent être passées les commandes publiques, le droit des artistes sur la diffusion de reproductions de leurs œuvres, doivent désormais être fondés sur la raison et être compatible avec la liberté et l’égalité des droits.

Plus d’une centaine de textes, les uns sous la forme de pamphlets, les autres profondément raisonnés, sont écrits et publiés pendant les trois années qui séparent la revendication de la souveraineté populaire lors du Serment du jeu de paume en juin 1789 et la chute de la monarchie le 10 août 1792. Les plus importants sont les différents projets élaborés entre octobre 1790 et juin 1791. Bien qu’ils soient aujourd’hui largement méconnus, ils constituent les fondements, ou, tout au moins, les premières manifestations des arguments qui depuis alimentent les débats récurrents sur l’enseignement artistique, sur la place que doivent tenir les institutions d’État dans le développement des arts, sur l’intérêt économique qu’il y a à encourager les arts du dessin.

Pour accéder à  la base sur le site de l’Université de Lausanne, cliquez sur ce lien https://catima.unil.ch/art-democratie/fr.

Colloque : “L’histoire de l’art et les objets” (Paris, 30-31 mai 2018).

Andreas Almgren, tabatière, 1759, or ciselé et émaux, 6,5 x 5 x 3,1 cm, London: Victoria & Albert Museum

Type : colloque.
Date et horaire : 30 et 31 mai 2018 .
Lieu : Centre allemand d’histoire de l’art, hôtel Lully, 45 rue des Petits Champs, 75001 Paris.

Les travaux récents sur les images ont montré comment de vastes perspectives s’ouvrent dès lors que l’on porte le regard au-delà de la notion moderne et européenne d’art. Mais réduire l’histoire de l’art aux seules images reviendrait à appauvrir drastiquement son domaine de compétences. Cela exclurait en effet des catégories entières d’objets qui ne sont pas des images – à commencer par les « arts appliqués » européens, qui ont pourtant eu leur part dans la constitution historique de la discipline. Les artefacts variés de cultures non-européennes, souvent pré-coloniales, sont souvent négligés eux aussi, alors même qu’un rôle décisif devrait leur revenir dans une histoire de l’art à échelle globale et de pertinence interdisciplinaire. Continuer la lecture

Conférence du GRHAM: “De Goya à Bayeu et vice-versa. Le catalogue critique de l’œuvre de jeunesse de Goya” par Frédéric Jiméno (Paris, 22 février 2018)

Francisco de Goya, La Piedad, vers 1772-1773, peinture à l’huile sur toile, 83,5 x 58 cm, Barcelone, Galeria Bernat.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 22 février 2018 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne (rez-de-chaussée).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

L’œuvre de jeunesse de Goya (1746-1775) a été l’objet de deux grandes expositions, la première eut lieu à Saragosse en 1986 après une phase plutôt enthousiaste d’attributions diverses. La seconde eut lieu en 2016, toujours à Saragosse, sous le commissariat scientifique de Manuela Mena, conservatrice au musée du Prado ; l’idée étant cette fois-ci de présenter un catalogue critique de l’œuvre de jeunesse.

Le contraste entre les deux propositions est éloquent tant elles présentent un Goya finalement très divergent. Continuer la lecture