Archives de l’auteur : Alysée Le Druillenec

À propos Alysée Le Druillenec

Doctorante en histoire de l’art moderne (Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne/Université catholique de Louvain). https://www.pantheonsorbonne.fr/page-perso/aledruille

Colloque : “Études et exercices polysémiques autour d’une œuvre : La France apportant la Foi aux Wendats de la Nouvelle-France”.

Anonyme (France), La France apportant la foi aux Wendats de la Nouvelle-France, vers 1666, huile sur toile, 227,3 x 227,3 cm, Pôle culturel du Monastère des Ursulines de Québec, NAC 1997.1017.

Type : colloque.
Date de l’événement : 28 et 29 octobre 2021.
Lieu : En ligne et à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), Salle des Boiseries (Pavillon Judith-Jasmin, J-2810), 1564 Saint-Denis, Montréal, Québec, H2X 1K1.

Organisé par Pierre-Olivier Ouellet (UQAM), Marianne Longtin (UQAM) et Dominic Hardy (CRILCQ, UQAM).

28 octobre 2021

13 h : Accueil

13 h 30 : Mot de bienvenue et présentation du colloque

14 h : Séance 1 : L’œuvre mise au foyer : regards rapprochés sur l’objet et sa médiation
Président de séance : Laurier Lacroix (CRILCQ, UQAM, Montréal)

Élisabeth Forest (Centre de conservation du Québec, Québec), La restauration de La France apportant la foi aux Wendat de la Nouvelle- France

Daniel Drouin (Musée national des beaux-arts du Québec, Québec), « Croire » au Musée national des beaux-arts du Québec : la présentation de La France apportant la foi aux Wendat de la Nouvelle-France

Joseph Monteyne (University of British Columbia, Vancouver), Painted Visions, Visualized Paintings: Revisiting La France apportant la foi aux Wendat de Nouvelle-France

Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : “Prendre vision : Samuel Beckett et l’image” par Xavier Vert (4 novembre, Paris).

Rembrandt van Rijn, Le repos pendant la fuite en Égypte, 1647, huile sur panneau de bois, 34 x 48 cm, Galerie nationale d’Irlande, NGI.215.

Type : Conférence.
Date et horaire : 4 novembre 2021 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Si les études récentes et moins récentes ont taillé une grande part à l’esthétique de Beckett comme à son attachement aux arts visuels, il reste encore à s’interroger depuis le texte beckettien sur la nature de ce faire, sur le procès de faire, quand il y va d’image, ou encore d’images d’images, trouveraient-elles naissance dans la mémoire et vie dans le cours d’une prose si souverainement visuelle, si passionnément vouée à prendre vision et à faire de l’œil – « rouge comme des charbons ardents » à force d’essayer voir dira l’innommable  –, le lieu d’une intensité sans corps, sa fixité. C’est ce que l’on se propose ici d’observer, l’image dans la conception et l’usage qui furent ceux de Samuel Beckett, formés au rythme d’une œuvre qui n’est pas moins œuvre du voir qu’œuvre du dire, pour ne parler que de prose. L’image, et d’abord l’imagination, faculté sensible suspecte à la pensée conceptuelle, cette folle du logis, y est partout au travail « dans le même noir chimérique que ses autres chimères », fût-elle compagnie fantomatique de l’être, cet imaginant, fût-elle morte et encore suscitée – Imagination morte imaginez (1967) –, cependant que même immatérielle, même réminiscence, l’image se fait – « à présent c’est fait j’ai fait l’image » sont les mots sur lesquels s’achève l’unique phrase du texte éponyme, L’image (1988). Continuer la lecture