Archives de l’auteur : Hadrien Volle

À propos Hadrien Volle

Doctorant contractuel en Histoire de l'art moderne (Université Paris 1-Panthéon Sorbonne).

Petite annonce : « Renseignements sur Marcenay de Ghuy (1724-1811) et Pahin de La Blancherie (1852-1811) ».

Antoine de Marcenay de Ghuy, Autoportrait, années 1760, eau-forte, 30 x 22 cm, Musée national du Château de Versailles et de Trianon, INV.GRAV 7102, (a) RMN.

« Doctorant en histoire de l’art à l’Université de Bourgogne, j’étudie les modalités de reconnaissance publique des artistes actifs à Paris hors de l’Académie royale de Peinture et de Sculpture (1751-1791). Dans ce but, je suis à la recherche de renseignements sur Antoine de Marcenay de Ghuy (1724-1811), amateur, graveur et peintre, et Mammès-Claude-Catherine Pahin de La Blancherie (1752-1811), homme de lettres, qui établirent des lieux d’exposition alternatifs au Salon de l’Académie royale dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Partant, je serais très reconnaissant à toute personne ayant des informations (correspondance, production artistique…) relatives à ces deux individus de bien vouloir me contacter à l’adresse email ci-dessous. Bien entendu, je les assure de ma parfaite discrétion. Avec mes remerciements anticipés. »

***

Pour répondre à cette annonce, veuillez prendre contact avec :

Maël TAUZIÈDE-ESPARIAT
m.tauziedeespariat@gmail.com

Journée d’études : « Vocabulaire et techniques de la dorure (Première partie) »

Type : Journée d’étude de la SFIIC
Date et heure : 25 janvier 2018 à partir de 9h
Lieu : Auditorium du Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (Paris)
Droit d’accès : Adhésion à la SFIIC obligatoire pour accéder à la journée. Démarche sur www.sfiic.com. Puis inscription à la journée d’étude à dorure.sfiic@gmail.com.

Cette rencontre a pour objectif de faire le point sur les techniques traditionnelles utilisées pour
l’application de feuilles ou de poudres métalliques sur les principaux supports que nous rencontrons dans le monde de la restauration conservation. 6 communications seront présentées cette année (sur le bois, le cuir, la laque, le métal et le papier). Elles seront suivies par 7 autres lors d’une deuxième journée d’étude en 2019.

Notre objectif est de mettre à plat nos connaissances, tant au niveau des pratiques, des matériaux, des produits, des gestes, des outils, du vocabulaire, de la mise en œuvre et des problématiques rencontrées dans les différentes spécialités. Nous voulons parler de l’évolution de ces techniques et de ces pratiques dans le temps, faire le point sur nos connaissances et nos interrogations afin de servir une meilleure analyse des objets. Continuer la lecture

Appel à communication : « Rire et violence (XVIe-XVIIIe siècles) »

Georges de la Tour, Rixe des musiciens, c. 1630, huile sur toile, Getty Museum, Los Angeles.

Type : Appel à communication.
Date limite de l’appel : 10 janvier 2018.
Date de l’événement : 22 mars 2018.
Lieu : Université de Lausanne, Suisse.

« Une douleur si pressante s’effleure dans les flancs, qu’il semble que les entrailles se déchirent et qu’elles se vont ouvrir […]. Quelque-fois cette agitation va à tel excès, qu’elle produit le même effet que les médicaments, qu’elle chasse les os de leurs jointures, qu’elle cause des syncopes, et qu’enfin elle donne la mort. […] Voilà les principaux traits qui ont accoutumé de former le ris véhément. »
Marin Cureau de La Chambre, Les charactères des passions, Paris, 1640, p. 226-227

À l’instar de ce célèbre traité du XVIIe siècle, de nombreux écrits de la période moderne associent rire et violence. Il en va de même dans les arts visuels : danses macabres, scènes de beuveries ou caricatures sanglantes, les représentations qui combinent ces deux aspects sont innombrables. Pourtant, dans l’historiographie, ils sont généralement abordés de manière distincte. Continuer la lecture

Conférence : « Objects and Emotions: the London Foundling Hospital Textile Tokens, 1740-1770 »

London Metropolitan Archives, copyright Coram.

Type : Conférence
Date de l’évènement : 30 novembre 2017 à 17h30
Lieu : Université Paris Diderot, 8 rue Albert Einstein, 75013 Paris. Salle 830 (Bâtiment Olympe de Gouges)

John Styles, professeur d’histoire moderne à l’université de Hertfordshire et ancien directeur du parcours de recherche au Victoria and Albert Museum, sera à Paris pour donner une conférence exceptionnelle dont le sujet est « Objects and Emotions: the London Foundling Hospital Textile Tokens, 1740-1770 ».

Pionnier de l’histoire de la culture matérielle, John Styles travaille en particulier sur le textile et les consommations populaires. Il est l’auteur notamment de The Dress of the People (Yale University Press, 2007), et a été commissaire en 2010 de l’exposition « Threads of Feeling » qui s’est tenue au Foundling Hospital de Londres et qui portait sur les bouts de tissus (textile tokens) laissés en gage par les mères obligées de laisser leur enfant à l’orphelinat dans l’espoir que ce petit gage matériel leur permettrait un jour de pouvoir se faire reconnaître et identifier comme la mère de l’enfant.

Séance organisée par le LARCA / UMR 8225

 

 

 

Conférence : « Explorer virtuellement un haut lieu du commerce d’art, à Paris, sous la Régence ».

Antoine Watteau, L’Enseigne de Gersaint, 1720, huile sur toile, 166 × 306 m, Berlin,
Château de Charlottenburg,

Type : Conférence
Date et heure : 11 Octobre 2017 à 18h
Lieu : Centre Allemand d’Histoire de l’Art (DFK), 45 rue des Petits-Champs, Paris

Conférence proposée par Sophie Raux, professeur d’histoire de l’art à l’Université Lumière Lyon 2.

Sous l’Ancien Régime, le pont Notre-Dame à Paris était surmonté de deux rangées de maisons délimitant une rue pavée, bordée de boutiques, abritant une soixantaine de marchands pour la plupart liés au commerce d’art et de luxe. À certains moments de son histoire, il a réuni une concentration de marchands de tableaux sans équivalent à cette échelle en Europe. Parmi ceux-ci, s’est imposé dans la première moitié du XVIIIe siècle Edme-François Gersaint, pour qui Jean-Antoine Watteau peignit, en 1720, la fameuse Enseigne de Gersaint.

La conférence rendra compte des résultats d’une équipe de recherche interdisciplinaire, associant histoire de l’art, histoire urbaine et informatique, et ayant eu pour but de faire progresser l’étude de ce milieu socio-professionnel et de son environnement urbain, par le recours aux technologies numériques. L’un des objectifs de ce travail a été de redonner une forme de visibilité à l’environnement disparu d’un tableau singulier devenu l’une des grandes icônes de l’histoire de l’art afin de mieux en saisir le sens, ce dernier ne pouvant être dissocié de la destination et de la fonction d’origine de l’œuvre.

Plus globalement, dans cette étude de cas micro-historique, la visualisation de données et la restitution en images numériques ont été envisagées comme des outils d’analyse en histoire de l’art et non comme une fin en soi. La méthode aura eu le mérite de mettre à l’épreuve les sources, et de tester la validité d’hypothèses, pour aboutir à de nouvelles questions et de nouvelles propositions.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Symposium de la mairie du 11e arrondissement : « Triomphe de l’art républicain »

Antoine-François Callet, Tableau allégorique du 18 brumaire an VIII ou la France sauvée, 1800, huile sur toile, 101 x 125 cm, Vizille, musée de la Révolution française.

Type : Symposium (grand public)
Date : 5 juillet 2017.
Lieu : Paris, Mairie du 11e arrondissement.
Sous la direction de : Christophe Henry et Cécilie Champy.

PROGRAMME Continuer la lecture

Appel à communication : L’éventail : image, accessoire et outil gestuel du XVIIème au XVIIIème siècle

© Stéphane Piera / Musée Cognacq-Jay / Roger-Viollet

Type : Appel à communication
Date limite de l’appel : 30 juin 2017
Date de l’événement : 30 novembre et 1er décembre 2017
Lieu : Institut d’Histoire de l’art, Zurich

La conférence va interroger de façon interdisciplinaire l’importance artistique, historique et sociale des éventails européens du XVIIème au XVIIIème siècle. Le regard croisé permettra de discuter la diversité visuelle et matérielle croissante de ces objets multifonctionnels.

Au centre de l’attention sont les éventails pliés qui ont pris leur essor à partir du XVIIème siècle. La représentation picturale des éventails s’emparait des sujets connus de la peinture et de l’estampe contemporaine (incluant des évènements politiques et sociales actuelles) en les encadrant avec des motifs ornementaux. Nous allons donc discuter les éventails en tant que support d’informations mais aussi en tant qu’objet de souvenir et demémoire.

Il ne s’agit pas de traiter les éventails seulement comme support d’image rigide, mais aussi comme un objet en mouvement. Etant un élément important de la mode féminine codée, les éventails étaient un outil de communication non verbale omniprésent au XVIIIème siècle. Si Joseph Addison en 1711 a décrit de façon satirique le pouvoir de cette « modish machine », il manifeste déjà une attribution de fonction qui va s’établir par la suite dans la littérature et la peinture. L’éventail avec ses mouvements fluides d’ouverture et de fermeture obtient désormais la double fonction : dissimuler le visage de la porteuse et au même temps faire voir ses émotions. En outre, la feuille d’éventail pouvait présenter en quelques images passagères une grande diversité de thèmes sociales et des connaissances liés à sa propriétaire.

Nous allons discuter des éventails mais aussi des sources visuelles et littéraires pour démontrer les différents aspects communicatifs de ces objets gestuels. L’objectif est de reconstruire à l’intersection disciplinaire l’importance des éventails comme accessoires populaires et personnalisés du point de vue de la production et du point de vue des utilisateurs.

Des propositions pour les thèmes suivants (mais pas exclusivement) sont les bienvenues :

  • Les éventails peints et imprimés comme support d’informations (politiques et culturelles)
  • L’éventail comme objet de souvenir et/ou objet de mémoire
  • Les sujets de la peinture dans l’art de l’éventail
  • Les éventails dans l’ensemble des accessoires de mode et dans les normes vestimentaires (interrogeant la hiérarchie sociale et le genre masculin/féminin)
  • Le rôle des éventails dans la communication non verbale ; la conception culturelle et sociale des sentiments et des émotions au XVIIIème siècle
  • La représentation des éventails dans l’art (portraits, scènes de genre, caricatures, etc.) et dans la littérature
  • Les ateliers (lieux de production), la clientèle et la commercialisation (globale)
  • Des cas exemplaires de la conservation et restauration des éventails

Nous invitons des historiens/historiennes de l’art, des historiens/historiennes de la mode et des chercheurs/chercheuses des disciplines voisines à envoyer des propositions.

Modalités de soumission :

Les propositions de communication de 20 minutes environ (300 mots maximum ; en allemand, en français, ou en anglais) sont à transmettre par courriel à Dr. Miriam Volmert (miriam.volmert@khist.uzh.ch) et à lic.phil. Danijela Bucher (danijela.bucher@uzh.ch) avant le 30 juin 2017. Les propositions devraient contenir une brève présentation de l’auteur et une liste de mots-clés (six mots env.). La sélection des intervenants va être communiquée le 7 juillet 2017.

Une prise en charge des frais de déplacement est envisagé à condition que la conférence obtient des fonds de tiers.

Conférence du GRHAM : « Un laboratoire d’innovations architecturales et urbaines, la généralité de Champagne au XVIIIe siècle » par Dominique Massounie (Paris, 27 avril 2017).

Salle de la rue Talleyrand à Reims en 1785, gravure

Type : Conférence (entrée libre)
Date et horaire : jeudi 27 avril 2017 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne (rez-de-chaussée).
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, la généralité de Champagne était méthodiquement aménagée et embellie. Le réseau routier fut perfectionné par les ingénieurs des ponts et chaussée, les villes firent l’objet de plans d’alignement et un grand nombre d’édifices publics furent reconstruits. Les archives, heureusement bien conservées et accessibles, fournissent les informations précises sur les acteurs de cette transformation. Deux intendants se succédèrent pour l’accompagner, Henri-Louis de Barberie de Saint-Contest, entre 1751 et 1764, puis Gaspard-Louis Rouillé d’Orfeuil, entre 1764 et 1790. Les embellissements de Reims et de Châlons-en-Champagne sont relativement bien connus, en revanche, ceux, nombreux, qui furent exécutés dans les villes plus modestes n’ont pas suscité d’intérêt. Pourtant, la Champagne disposait durant cette période d’ingénieurs et d’architectes très compétents : Jean-François Legendre, ingénieur de la généralité à partir de 1744, inspecteur général des ponts et chaussées après 1763, en remplacement de Perronet, connu pour avoir donné les plans de la place royale de Reims ; Bochet de Coluel, ingénieur en chef de la généralité à partir de 1764, formé sur le chantier du pont de Moulins ; Nicolas Durand, architecte né à Paris, qui apprit auprès de Legendre ; Nicolas-François Lancret, architecte, dont le château de La Motte-Tilly fit la réputation ; Jean-Évangéliste Poterlet, également architecte. Le soin que ces hommes apportèrent à l’aménagement de l’espace public, à des constructions plus modestes, à des programmes nouveaux témoigne d’une conception de l’embellissement territorial et urbain qui comporte bien des nuances et des subtilités.

Dominique Massounie est maître de conférences en histoire de l’art moderne à l’université Paris-Nanterre et membre de l’équipe de recherche H-Mod, composante du HAR. Elle est l’auteur d’un ouvrage sur les Monuments de l’eau publié aux éditions du Patrimoine et issu de sa thèse de doctorat récompensée par de Prix Nicole décerné par le Comité français d’histoire de l’art. Elle a codirigé plusieurs ouvrages Paris et ses fontaines de la Renaissance à nos Jours (1995), Archives, objets et images des constructions de l’eau du Moyen Age à l’ère industrielle (2001), Le cheval à Paris (2006), Claude-Nicolas Ledoux et le livre d’architecture en français. étienne-Louis Boullée. L’Utopie et la poésie de l’art (2006), Chalgrin 1739-1811. Architectes et architectures de l’Ancien Régime à l’Empire (2016). En 2016, elle a publié une monographie révisée de La saline royale d’Arc-et-Senans (éditions de Patrimoine) ; en 2017, paraîtra le catalogue du musée des maquettes de cet établissement (éditions H’Artpon). Depuis dix ans, ses recherches portent sur la notion d’embellissement des villes et du territoire, les travaux de modernisation des équipements urbains au XVIIIe siècle, l’architecture publique et celle des ingénieurs des ponts et chaussées.

Appel à publication : Journal18 #5 – Coordinates (Printemps 2018)

Joseph Vernet (1714-1789), Le lever du jour, départ des pêcheurs, 1747, peinture à l’huile sur toile, 98 x 134 cm, © D. Perronnet/Art digital studio & P. de Gobert

Joseph Vernet (1714-1789), Le lever du jour, départ des pêcheurs, 1747, peinture à l’huile sur toile, 98 x 134 cm, © D. Perronnet/Art digital studio & P. de Gobert

Type : Appel à publication
Date limite : 1er avril 2017
Date de publication : Printemps 2018
Sous la direction de : Carrie Anderson (Middlebury College) et Nancy Um (Binghamton University)

#5 Coordinates

Digital Mapping & 18th-century Visual, Material, and Built Cultures Continuer la lecture

Colloque : « Early Modern Viewers and Buildings in Motion »

Fischer von Erlach, "Tour de Nankin", in Plan of Civil and Historical Architecture, 1721

Fischer von Erlach, « Tour de Nankin », in Plan of Civil and Historical Architecture, 1721.

Type : Colloque
Date : 25 février 2017.
Lieu : University of Cambridge, St. John’s College, Old Divinity School.

Movement, both literal and metaphorical, lies at the heart of early modern European architectural theory, design and experience. Architectural authors invoked the notion of progress as temporal motion, structured their books as tours of buildings, and followed the ancient Roman Vitruvius in explaining how to manipulate the motions of winds through building design.  Simultaneously, poets led their readers on tours of house and estate, and Aristotelian as well as mechanistic philosophers averred that motion was inherent to human perception from particle vibrations in one’s senses to neural vibrations in one’s brain.  Across a range of scales in actual lived experience, moreover, viewers and buildings were frequently in motion; people walked through built spaces, interiors contained portable furnishings, and travellers and prints circulated ideas of buildings internationally. Continuer la lecture

Appel à communication : « Water and Gods in the Iconography of Power »

Andrea Cornely, d'après Ciro Ferri, Dessin pour un carrosse, gravure,  c. 1687, Londres, V&A V&A 19393.

Andrea Cornely, d’après Ciro Ferri, Dessin pour un carrosse, gravure, c. 1687, Londres, V&A V&A 19393.

Type : Appel à communication.
Date limite appel à candidature : 1er février 2017.
Date de la manifestation : 12-15 juillet 2017.
Lieu : Lisbonne (Portugal).

Since Antiquity, the personification of water, as rivers or seas, is one of the recurrent elements in the iconography related to power. From Tigris to Ganges, from the Mare Nostrum to the Atlantic Sea, water seems to be an essential element in the visual display of powerful monarchies and empires. After the American epopee, oceans started to play an extraordinary role in the allegorical representation of the two main Empires involved, so to speak, Spain and Portugal, but not solely.

This panel seeks to approach water iconography, with special attention to Oceans, as a mode of representation of power throughout modern Era and deals with its role in politics and culture. We are interested in arts, music, and literature, and how they relate to the iconography of water and its relation with power. Especially welcome are cross-disciplinary contributions, proposals that address different cases studies in a comparative way and studies focused in ephemeral
architecture and theatrical context.

Topics may include, but are not limited to:

  • Ephemeral art: celebrations of victories, king’s birthdays or even religious events were the perfect context for the representation of water as the image of rulers.
  • Prints, emblems and propaganda: How the topic relates to the rulers propaganda.
  • European powers and the new Geography: How monarchies and sovereigns assumed the discoveries into their own image of power.
  • Odes, poetry and epic: How literature used the image of Oceans and Rivers to glorify the rulers and how it related to the visual arts.

Modalité de soumission :

Please submit your proposal by 1st February 2017:
http://www.nomadit.co.uk/cham/cham2017/panels.php5?PanelID=5517

Do not hesitate to write us to diezdelcorralcorredoira@tu-berlin.de regarding any question you have related to your proposal. We will be happy to discuss the details with you.

Exposition : « Images et révoltes dans le livre et l’estampe » (Bibliothèque Mazarine, Paris)

revolte

Annonce d’exposition :

Révoltes et évènements révolutionnaires ponctuent l’histoire européenne depuis la fin du Moyen Âge. On a longtemps cru que l’analphabétisme qui régnait parmi l’écrasante majorité de la population n’avait laissé aux insurgés que peu de moyens d’expression. Or la diffusion d’images lors des révoltes atteste d’une culture visuelle populaire qui préexiste à la Révolution française. On en décèle les traces les plus évidentes avec les Hussites en Bohême au XVe siècle, et lors de la Guerre des paysans qui ébranla le monde germanique en 1525.

Une iconographie de la révolte se forme et se transmet, sur des supports éphémères mal conservés, mais aussi dans le livre manuscrit, et bientôt grâce aux nouveaux médias. Dans l’estampe et l’imprimé, les rebelles expriment leur vision. En réaction, les pouvoirs contestés endiguent leur diffusion, et affichent, par d’autres images, la légitimité ou le rétablissement de leur autorité. Ces images suscitent bien des interrogations. Quelle part les révoltés ont-ils prise à leur production ? Comment les mutations techniques (l’imprimerie) ou spirituelles
(la Réforme, l’iconoclasme…) ont-elles modifié leur diffusion mais aussi leurs formes et contenus ? Quel degré de confiance l’historien doit-il leur accorder ?

L’exposition présente un large panorama d’images, des rébellions des villes flamandes au XIVe siècle, des jacqueries, des troubles religieux des XVe et XVIe siècles, des soulèvements et révolutions qui marquent le milieu du XVIIe siècle (en France, à Naples, dans les îles britanniques, au Portugal), des contestations jansénistes du XVIIIe siècle… Elles constituent un patrimoine visuel aussi saisissant que méconnu, et un témoignage décisif sur les cultures politiques européennes.

Exposition organisée par la Bibliothèque Mazarine en partenariat avec le projet ANR Culture des révoltes et révolutions.

Commissariat : Tiphaine Gaumy
Direction scientifique : Stéphane Haffemayer, Alain Hugon, Yann Sordet, Christophe Vellet
Le catalogue de l’exposition est coédité par la Bibliothèque Mazarine et les Éditions Les Cendres

Entrée libre du lundi au vendredi, de 10h à 18h
Plus d’informations sur le site de la Bibliothèque Mazarine

Appel à communication : « Early Modern Satire : Themes, Re-Evaluations, and Practices »

Jean-Honoré Fragonard, Jeux de satyres. La Famille du satyre, vers 1763, eau-forte, 14 x 21 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie.

Jean-Honoré Fragonard, Jeux de satyres. La Famille du satyre, vers 1763, eau-forte, 14 x 21 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie.

Type : Appel à communication.
Date limite : 4 janvier 2017.
Date de la manifestation : 2 au 4 novembre 2017
Lieu : Gothenburg, Suède

Early modern satire – broadly, from c. 1500 to c. 1800 – is a vast but still underexamined field of representation. Although flourishing in « certain periods and certain places, satire can be said to be integral to the European project, often challenging the limits of tolerance and evoking hostility but also associated, increasingly in this period, with notions of freedom and enlightenment. This conference, hosted by Gothenburg University, seeks to position satire as a mode of representation throughout early modern Europe and clarify its role in politics, culture and religion. We seek proposals from scholars in all fields who work on aspects of satire in the period. Especially welcome are contributions that explore satire as a form of representation
existing across boundaries – of territories, of genres and/or periods. We also welcome proposals that situate satire in a wider aesthetic context, including cross-disciplinary work that seeks to address satire as a mode of for example visual representation. Continuer la lecture

Publication : « L’enseignement à l’Académie royale d’architecture »

academie-grham

ROUSTEAU-CHAMBON, Hélène, L’Enseignement à l’Académie Royale d’Architecture, Rennes, P.U.R, 2016, 344 p.

Présentation de l’éditeur :

S’appuyant sur une étude de cours le plus souvent inédits et sur un examen de la personnalité des enseignants, cet ouvrage retrace l’histoire de l’enseignement à l’Académie royale d’architecture (1671-1793). Si dans un premier temps les cours portent sur des thèmes variés – hydraulique, optique, géométrie pour les mathématiques, principes et théorie des ordres pour l’architecture –, l’éducation des futurs architectes du roi est rapidement recentrée sur des connaissances plus précises dans le dessin et l’architecture.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.

Publication : « Toits d’Europe, formes, structures, décors et usages du toit à l’époque moderne »

CHATENET, Monique, GADY, Alexandre (dir.), Toits d'Europe Formes, structures, décors et usages du toit à l’époque moderne (XVe-XVIIe siècles)

CHATENET, Monique, GADY, Alexandre (dir.), Toits d’Europe Formes, structures, décors et usages du toit à l’époque moderne (XVe-XVIIe siècles).

Présentation de l’éditeur :

Partie constitutive de l’architecture tant savante que vernaculaire, le toit appartient aussi bien à la structure qu’à la silhouette d’un édifice. Lié à des problèmes techniques, il est aussi le lieu d’une démonstration formelle, d’un choix esthétique, ouvrant sur des questions décoratives, voire identitaires. La forme du comble en Europe à l’âge moderne a connu une grande variété : aux versants droits plus ou moins pentus et au toit en poivrière hérités du Moyen Âge, se sont en effet ajoutés combles brisés, toits en dôme, en bulbe, en carène de navire ou à pentes inversées, cachés ou non derrière une balustrade ou un attique, et enfin la terrasse, plus fréquente qu’on ne le croit loin de la Méditerranée.

Cette histoire des toits, dont le rapport de proportion avec les façades fournit de précieux éléments de lecture, permet de suivre les adaptations aux mutations de l’art de bâtir. Ils sont d’abord le produit d’une structure, la charpente, et de matériaux de couverture, qui interagissent avec elle tout en participant chromatiquement de la silhouette de l’édifice. Mais les toits sont aussi peuplés d’éléments décoratifs occupant la base, les pentes et le faîtage : tout ce « monde en l’air » mérite une attention propre, car il relève souvent du geste créateur. Certaines toitures ont même fini par acquérir une signification identitaire, comme le « Polish roof », le « toit à l’impériale » ou le « comble à la Mansart ».

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.