Publication : Frédéric Cousinié, Tensivité des images. Surgissement, Révélation, Extase, Apothéose dans la France du XVIIe siècle, Paris, Mare & Martin, 2023

Frédéric Cousinié, Tensivité des images. Surgissement, Révélation, Extase, Apothéose dans la France du XVIIe siècle, Paris, Mare & Martin, 2023, 382 p., 52 ill. coul., 39 euros (isbn : 2362220729) (en librairie : 22 septembre).

https://www.mareetmartin.com/livre/tensivite-des-images

Résumé :

Sous quelles formes le corps du Christ et le corps chrétien se sont-ils manifestés dans les représentations visuelles ?

Quatre modalités déterminantes ont été identifiées dans les œuvres de Nicolas Poussin, de Simon Vouet et de leurs contemporains du XVIIe siècle français : le Surgissement épiphanique du divin en ce monde, la Révélation d’un Dieu s’offrant à l’épreuve de la reconnaissance durant sa vie terrestre, l’Extase visionnaire où l’âme tend vers l’union et la connaissance de Dieu, l’Apothéose et le mouvement d’ascension de l’âme faisant retour vers son principe divin.

L’analyse formelle, rhétorique et kinésique, attentive au langage corporel, ne peut être dissociée de son inscription dans l’univers spirituel et théologique du siècle étudié. Cette double lecture permet de comprendre les postures corporelles comme autant d’expressions, de reprises et de prolongements d’un mouvement d’origine divine : une dynamique amoureuse, initiée dès l’acte de la Création, puis accomplie par la Grâce et suscitant les propres motions du sujet chrétien.

Au-delà, nous constaterons que les multiples tensions qui affectent les visages, les corps mais aussi le temps et l’espace pictural relèvent d’une forme de tension plus générale, caractéristique de l’art de ce siècle : une tensivité des images qui permet de repenser l’analyse des représentations de l’époque moderne.

Table des Matières

Introduction

Première Partie : Le corps du Christ

I – Surgissement – Le Miracle de saint François Xavier (1641) de Nicolas Poussin : production de la sainteté et advenue de Dieu

Construire la sainteté

« L’irruption du surnaturel »

YHWH ou /et Jupiter

Rhétorique et Théologie du surgissement

II – Révélation – Le Christ et la femme adultère de Nicolas Poussin (1653) et de Nicolas Colombel (1682) : l’épreuve de la reconnaissance

La scène d’une « expérience cruciale »

Illisibilité du texte et geste d’écriture

Lectures de l’illisible : « Je suis »

Autres lectures, autres temps, autres lieux

Morales posturales

construction auctoriale

Seconde Partie : Le corps des saints

III – Extase – La vision cosmique de saint Benoît au XVIIe siècle : voir et savoir mystique

La vision de saint Benoît et ses peintres

Postures et savoirs

Sciences humaines ou science des saints

L’immortalité de l’âme

Le « monde raccourci »

La face de Dieu

IV – Apothéose – Retournement et retour en Dieu chez Simon Vouet

De la maniera à la théologie

récits et images de la conversio

Les fondements théologiques de la conversio

Conclusion – De la tension à la tensivité des images

 

 

Colloque : Ci-bas et au-delà. Les chapelles dans l’espace ecclésial de la France du XVIIe siècle

Chapelle de la Vierge, Cathédrale Notre-Dame de Rouen

Date / Heure : 06/10/2023 – 07/10/2023 de 9:00 – 19:00

Emplacement : Rouen, Sale des Etats de l’Historial Jeanne d’Arc, 7 rue Saint-Romain

Catégories : Colloque international

Contact : f.cousinie@orange.fr

Présentation :

Souvent détruites, rarement étudiées, les chapelles sont pourtant des lieux permettant une appréhension privilégiée du fait religieux à l’époque moderne. Concédées à des particuliers ou à des confréries, destinées aux sépultures, aux usages dévotionnels et liturgiques, elles sont ornées de peintures, de sculptures ou de vitraux, et fréquemment associées à des décors de lambris ou de marbres précieux.

Le colloque, associant historiens de l’art et historiens, propose une première synthèse sur les différents enjeux de ces espaces dans la France du XVIIe siècle : questions juridiques et économiques, situations et relations à l’espace ecclésial, formes et décors, acteurs et implications sociales, dédicaces et programmes décoratifs, fonctions liturgiques, dévotionnelles et funéraires, modes de perception et d’intégration du spectateur, réappropriations et devenirs.

Argument complet : https://esnb.hypotheses.org/files/2023/08/Programme_cibas_audela_oct23.pdf

Deux visites, pour tous publics, sont prévues en fin de chacune des deux journées du colloque.

Le projet s’inscrit dans le cadre du projet de recherche « Espaces du Spirituel en Normandie Baroque » (ESNB), conçu par l’Université de Rouen Normandie et financé par la Région Normandie (RIN 2021-2023). Organisé par l’Université de Rouen Normandie (Groupe de recherche en histoire – Grhis), le colloque a bénéficié des soutiens de la Métropole Rouen Normandie et de la Société d’études du XVIIe siècle, ainsi que des partenariats avec l’Historial Jeanne d’Arc et le Service Patrimoine de la Métropole Rouen Normandie pour l’accueil de la manifestation et les visites organisées à l’issue des deux journées.

Vendredi 6 octobre

  • 9h00 : Accueil
  • 9h15 : Introduction (Frédéric Cousinié, Émilie Chedeville, Moana Weil-Curiel)

I. Espaces privés, dévotions communes ?
(Présidence : Anne le Pas de Sécheval, Université Paris Nanterre)

  • 9h30 : Régis Bertrand (Université d’Aix-Marseille),
    « Des chapelles latérales pour qui et pour quoi ? L’exemple provençal ».
  • 10h00 : Estelle Martinazzo (Université de Lille),
    « Les chapelles de l’église Saint-Maurice de Besançon : acteurs, usages et évolutions de l’espace ecclésial et paroissial ».
  • 10h30 : Magali Theron(Université d’Aix-Marseille),
    « Sur quelques fondations et concessions de chapelles dans les édifices religieux à Marseille au XVIIe siècle : intentions, enjeux, modalités et décors ».
  • 11h00 : Maina Masson Lautier (Service de l’Inventaire général du Patrimoine, Région Sud),
    « Les chapelles de la collégiale Notre-Dame-des-Anges de L’Isle-sur-la-Sorgue ».

Discussion

II. Du chœur à la chapelle : une dynamique constructive
(Présidence : Régis Bertrand, Université d’Aix-Marseille)

  • 13h45 : Tatiana Senkevitch (Paris) et Matthieu Somon (Université Catholique de Louvain),
    « Variations en chapelle : La Présentation de Jésus au Temple selon Philippe de Champaigne ».
  • 14h15 : Antonin Liatard (Université de Bourgogne-Université Catholique de Louvain),
    « Le décor des chapelles des églises jésuites en France au XVIIsiècle : réflexions sur la participation des espaces réservés à l’itinéraire des fidèles au sein de l’ecclesia ».
  • 14h45 : Lucille Calderini (Paris 1 Panthéon-Sorbonne),
    « Penser et dessiner la décoration des chapelles à Paris au XVIIe siècle : le cas des modèles gravés de Jean Lepautre ».
  • 15h15 : Sébastien Bontemps (Musée de l’Armée-Hôtel des Invalides),
    « Une chapelle d’architecte : Robert de Cotte et la concession de la chapelle Saint-Nicolas de Saint-Germain-l’Auxerrois (1729) ».

Discussion

  • 17h45 :Visite par Lisa Concato (Métropole de Rouen Normandie – Service Villes et pays d’art et d’Histoire) : La chapelle Corneille de l’ancien collège des jésuites de Rouen.

Samedi 7 octobre

III. Enjeux dévotionnels et émulation décorative
(Présidence : MoanaWeil-Curiel, Université de Rouen Normandie –RIN 2022-2023)

  • 9h00 : Patrizia Tosini (Università degli Studi Roma Tre),
    « Tra la Francia e Roma: di alcune cappelle in San Luigi dei Francesi nel xvii secolo, tra consonanze e dissonanze con la madre patria ».
  • 9h30 : Émilie Chedeville (Université de Rouen Normandie),
    « Concurrences dévotes, émulations visuelles. La chapelle de la Vierge de la cathédrale de Rouen au XVIIe siècle ».

Pause

  • 10h15 : Cynthia Rodrigues (Université de Tours),
    « “Pour la beauté et la bienséance de ma belle chapelle royale”. Marie Du Bois et la chapelle du Rosaire de l’église de Couture-sur-Loir (Loir-et-Cher) ».
  • 10h45 : Delphine Bastet (Direction du Patrimoine, Aix-en-Provence),
    « Les chapelles latérales des grandes églises d’Aix-en-Provence au XVIIe siècle ».
  • 11h15 : Pierre-Marie Sallé (Labex Hastec – Institut Catholique de Paris, campus Rouen),
    « Unifier l’église monastique au XVIIe siècle : le “tour des chapelles” dans deux abbatiales mauristes normandes ».

Discussion

IV. Usages et devenirs
(Présidence : Élodie Biteau, Service Patrimoines, Métropole Rouen Normandie)

  • 14h : Steffen Zierholz (Eberhard KarlsUniversität Tübingen),
    « De quelques chapelles souterraines : de San Benedetto in Subiaco, San Francesco in La Verna et Santa Rosalia in Palermo à la Sainte-Baume en Provence ».
  • 14h30 : Pauline Gomont (Université de Bourgogne),
    « La “plaine et paisible jouissance” des chapelles du couvent des Jacobins de Dijon ».
  • 15h : Bénédicte Gaulard (Université de Bourgogne),
    « Un espace sacré singulier au sein de la collégiale de Dole : la chapelle du “saint-sacrement de miracle” ».

Pause

  • 15h30 : Christine Gouzi (Sorbonne-Université),
    « Du XVIIe siècle au XVIIIe siècle : les chapelles privées des églises paroissiales parisiennes : concessions, fonctions et décors ».
  • 16h : Vincent Simonet (DRAC Normandie),
    « La chapelle Saint-Pierre et Saint-Paul et le retable du “Grand Saint-Romain” de la cathédrale de Rouen : restituer/recréer un retable baroque du XVIIe siècle ? ».

Discussion

  • 17h15 :Visite par Guillaume Gohon (Métropole de Rouen Normandie – Service Villes et pays d’art et d’Histoire) : La cathédrale de Rouen et ses chapelles.

Organisation : Émilie Chedeville, Frédéric Cousinié, Moana Weil-Curiel (Université de Rouen Normandie, Grhis).

Comité scientifique : Olivier Bonfait (Université de Bourgogne, Dijon), Émilie Chedeville (Université de Rouen Normandie), Frédéric Cousinié (Université de Rouen Normandie), Christine Gouzi (Université Paris-Sorbonne), Étienne Jollet (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Anne Le Pas de Sécheval (Université de Paris Nanterre), Vincent Simonet (DRAC Normandie), Patrizia Tosini (Università Roma Tre), Moana Weil-Curiel (Université de Rouen Normandie), Steffen Zierholz (Eberhard KarlsUniversität, Tübingen).

 

Publication : Ingrid Bonnal, Orazio Gentileschi : Loth et ses filles. Un inceste légitimé, préface de Giovanni Careri, Paris, éd. 1:1 (ars), 2023

 

4e de couverture :

La renommée actuelle d’Orazio Gentileschi a souffert du succès toujours grandissant de son ami Caravage et de celui de sa fille Artemisia propulsée, malgré elle, sur le devant de la scène par le viol subi et le procès humiliant qui suivit. En vérité les deux Gentileschi ont accompli, d’abord ensemble, puis chacun de son côté, une carrière européenne remarquable auservice de commanditaires puissants et prestigieux comme le duc Carlo Emanuele de Savoie, auquel Orazio livra, au début des année 1620, le tableau qui est au cœur de ce livre.

Il s’agit de l’une des nombreuses versions autographes de Loth et ses filles, actuellement conservé à la National Gallery du Canada. Le pari d’Ingrid Bonnal est de situer cette œuvre singulière dans la constellation de questions formelles, historiques, théologiques et politiques qu’elle implique sans jamais s’éloigner du tableau lui-même et réussissant, au contraire, à aiguiser le regard du lecteur/spectateur jusqu’au moindre détail.

https://editions1sur1.wordpress.com/home/

Ingrid Bonnal, Orazio Gentileschi : Loth et ses filles. Un inceste légitimé, préface de Giovanni Careri, Paris, éd. 1:1 (ars), 2023, isbn : 979-10-97193-06-5, 74 pages, 18 ill. n & b

Colloque international du GRHAM : « Aux limites du paysage » // “The landscape at its margins”

Robert Bénard, Histoire naturelle, Rocher de Pereneire, Proche St Sandoux en Auvergne, 1768, Planche VIII séparée du Recueil de planches, sur les sciences, les arts libéraux, et les arts méchaniques, avec leur explication (5ème livraison, ou 6ème volume) pour l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert.

 

Type : colloque international

Dates de l’événement : 15 et 16 juin 2023

Lieu : Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, 1er étage, Salle Jullian le jeudi 15 juin et Salle Vasari le vendredi 16 juin

PROGRAMME

Continuer la lecture de Colloque international du GRHAM : « Aux limites du paysage » // “The landscape at its margins”

Compte rendu d’exposition : Créer. Dessiner pour les arts décoratifs 1500-1900. Collection du Rijksmuseum (25 février – 14 mai 2023)

 

Ubaldo Gandolfi (attribué à), Projet pour un heurtoir, vers 1760-1770, plume et encre brune, lavis brun, sur un tracé à la pierre noire, 28,7 × 20,0 cm, Amsterdam, Rijksmuseum,

 

La Fondation Custodia accueille quelques 200 dessins d’art décoratifs du XVIe au XIXe siècle issus des collections du Rijksmuseum d’Amsterdam. Sélectionné par Reiner Baarsen[1], ces dessins témoignent de l’ambitieuse politique d’acquisition du musée amstellodamois qui vient offrir un autre regard sur l’importante collection d’objets d’art et de pièces de mobilier dont dispose le musée depuis sa fondation.

Le parcours muséal est organisé autour de douze thèmes qui permettent de mieux comprendre les relations qu’entretiennent les dessins et les œuvres d’art auxquelles ils aboutissent. Les dessins d’art décoratifs s’avèrent être un élément clé non seulement de la conception, mais aussi de la fabrication et de la commercialisation des objets. Ce sont des supports de communication visuelle qui peuvent servir aux artistes concepteurs dans leurs relations avec les artisans, les exécutants spécialisés, mais aussi avec les potentiels acquéreurs ou les commanditaires. Continuer la lecture de Compte rendu d’exposition : Créer. Dessiner pour les arts décoratifs 1500-1900. Collection du Rijksmuseum (25 février – 14 mai 2023)

Compte rendu d’exposition : Cabinet de dessins néerlandais. Le XVIIIe siècle. Collection des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique (25 février – 14 mai 2023)

Tethart Philipp Christian Haag (Kassel 1737 – 1812 La Haye), Intérieur d’écurie et cheval danois, 1780, plume et encre grise, aquarelle et gouache, 30,3 × 25,1 cm, Bruxelles, Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, © johan@artphoto.solutions.

 

Sous l’égide de Stefaan Hautekeete[1], la Fondation Custodia[2] accueille 80 des quelques 1200 dessins néerlandais du XVIIIe siècle qui appartiennent aujourd’hui aux Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique.

Ces dessins sont issus de la collection constituée initialement par Ingen Housz (1766-1859), directeur provincial des impôts dans le Brabant-septentrional et politicien actif dans de nombreux domaines. Poursuivie par son neveu Joseph de Grez (1817-1902), puis par le neveu de ce dernier, Jean de Grez (1837-1910), la collection s’est considérablement enrichie au fil des générations avant d’être léguée à l’Etat belge en 1911 par la veuve de Jean de Grez. Elle comporte 4250 dessins du XVIe au XIXe siècle dont 3600 représentant l’école hollandaise. Continuer la lecture de Compte rendu d’exposition : Cabinet de dessins néerlandais. Le XVIIIe siècle. Collection des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique (25 février – 14 mai 2023)

Colloque international et interdisciplinaire : regards sur le vieillissement féminin de l’âge classique au romantisme. Expériences intimes, représentations, autoreprésentations, 23-24 mars 2023

Type : Colloque

Date de l’événement : 23 et 24 mars 2023

Lieu : Université Rennes 2, Campus Villejean, Place du recteur Henri Le Moal, Amphithéâtre T1

23 mars

10h30 : Accueil et ouverture.

Autoreprésentations et expériences de la vieillesse

10h45 > 11h15 : Marianne Charrier-Vozel (Univ. Rennes 1), « Dire la vieillesse dans les lettres familières de Mme Du Deffand »

11h15 > 11h45 : Mathilde Chollet (Univ. Angers), « Fugit irreparabile tempus. Interrogations méthodologiques sur les traces du passage du temps dans les écrits intimes féminins de la famille Edme des Rouaudières »

11h45 > 12h15 : Laurène Gervasi (Univ. Paris 7 / Lycée Pierre-Gilles de Gennes), « Le discours sur le vieillissement féminin dans les Mémoires de Françoise de Motteville et de la Grande Mademoiselle : troubles dans les âges de la vie » Continuer la lecture de Colloque international et interdisciplinaire : regards sur le vieillissement féminin de l’âge classique au romantisme. Expériences intimes, représentations, autoreprésentations, 23-24 mars 2023

Appel à communication : « Aux limites du paysage » / Call for Papers: “The landscape at its margins”

Robert Bénard, Histoire naturelle, Rocher de Pereneire, Proche St Sandoux en Auvergne,1768, Planche VIII séparée du Recueil de planches, sur les sciences, les arts libéraux, et les arts méchaniques, avec leur explication (5ème livraison, ou 6ème volume) pour l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert

English version below

Date limite de l’appel : 31 mars 2023

Date de l’événement : 16 juin 2023

Lieu : Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, Salle Vasari

Classée hiérarchiquement après la peinture d’histoire, le portrait et la scène de genre par André Félibien dans la préface des Conférences de l’Académie, la peinture de paysage n’en demeure pas moins un art apprécié des collectionneurs et des amateurs. Discutée dans les traités, tels ceux de Roger de Piles, Jean-Baptiste Du Bos ou Charles Batteux, la peinture de paysage occupe une part croissante dans la critique d’art au XVIIIe siècle : dans son Salon de 1767, Diderot décrit longuement l’expérience totale qu’il vit en regardant les tableaux de paysage de Vernet.

Cette reconnaissance du paysage est préparée ou accompagnée par des initiatives artistiques et scientifiques qui contribuent à définir le paysage autrement que par la brève définition qu’en donne le Dictionnaire de l’Académie française en 1762. En effet, pour ce dernier, le paysage est une « Etendue de pays que l’on voit d’un seul aspect ». Toutefois le paysage ne saurait se résumer à sa seule étendue et cet appel à communication souhaite investiguer d’une manière différente la notion de paysage aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Continuer la lecture de Appel à communication : « Aux limites du paysage » / Call for Papers: “The landscape at its margins”

Soutenance de thèse : ” Louis Galloche (1670-1761). L’ordre de la peinture” par Marine Roberton

Louis Galloche, Hercule rendant Alceste à Admète, 1711, huile sur toile, 161 x 193 cm, Paris, Beaux-Arts de Paris.

 

Type : Soutenance de thèse

Date : 16 décembre 2022 à 12h30

Lieu : Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, Salle  Fabri de Peiresc

 

L’ED 441 a le plaisir de vous inviter à la soutenance de thèse de Marine ROBERTON, préparée sous la direction du professeur Étienne Jollet.

Louis Galloche (1670-1761). L’ordre de la peinture

Le 16 décembre 2022

À 12h30, salle Fabri de Peiresc, Galerie Colbert.

Membres du jury

Mme Susanna CAVIGLIA-BRUNEL, Associate Professor of Art, Duke university, Examinatrice

Mme Christine GOUZI, Professeure des universités, Sorbonne Université, Examinatrice 

M. Martial GUÉDRON, Professeur des universités, Université de Strasbourg, rapporteur

Étienne JOLLET, Professeur des universités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Directeur de thèse

Mme Sophie RAUX, Professeure des universités, Université Lyon 2, Rapporteuse

Résumé 

Né au sein d’une famille de marchands, Louis Galloche appartient à la petite bourgeoisie parisienne. Son père, qui nourrit pour lui de grandes ambitions, confie son éducation aux Jésuites dans l’espoir de le voir un jour accéder à des fonctions importantes, mais sa scolarité révèle surtout sa grande dévotion. Un moment tenté par les ordres, il renonce au monde des offices afin de se consacrer à la peinture, sa vocation. Le choix de ce métier, qui lui permet de vivre ses convictions religieuses tout en donnant libre cours à ses appétences artistiques, est tout à fait révélateur de sa personnalité. Louis Galloche est en effet un homme de la synthèse. Formé au métier de peintre dans l’atelier de Louis de Boullogne le Jeune, il élabore une esthétique qui mêle les leçons de son maître à celles des Jésuites et qui trahit son très haut degré d’éducation. De retour de Rome, il travaille pour les églises et les couvents parisiens et fonde une « école » au sein de laquelle il forme notamment François Lemoyne et Charles-Joseph Natoire. Agréé à l’Académie royale de Peinture et de Sculpture en 1703, il en gravit tous les échelons et accède ainsi au grade de chancelier en 1754. Compte tenu de son statut, il contribue activement à la mise en œuvre des différentes politiques de cette institution. Il participe aux concours de 1727 et de 1747. Il expose aux Salons et reçoit plusieurs commandes royales entre 1720 et 1750. Lorsque Charles-Antoine Coypel est nommé directeur de l’Académie, Louis Galloche adhère sans réserve à ses réformes. C’est notamment dans ce contexte qu’il écrit et qu’il lit, au cours de quatre conférences, entre 1750 et 1753, son Traité de peinture.

Mots-clés : Louis Galloche, Jésuites, Peinture, Peinture religieuse, Théorie de l’art, Académie royale de Peinture et de Sculpture, Ancien Régime, XVIIIe siècle.

Appel à communication : Ci-bas et au-delà. Les chapelles dans l’espace ecclésial de la France du XVIIe siècle

Type : Appel à communication

Date limite pour les propositions : 30 janvier 2023

Date de l’évènement : 5-7 octobre 2023

Lieu : Rouen, Université de Rouen Normandie

[English version below]

L’analyse formelle ou fonctionnaliste de l’espace sacré tend à voir le bâtiment ecclésial comme une juxtaposition d’espaces clairement distincts – la nef, le chœur, ou encore le transept – dont la séparation refléterait notamment la différence d’état (clercs et laïcs). L’espace ecclésial peut être également envisagé comme un agrégat de chapelles de différentes tailles, ainsi que le suggère la lecture des écrits de Charles Borromée : celui-ci considérait le chœur comme une « chapelle majeure » (de capella maiori) par opposition aux chapelles et autels mineurs (de cappellis et altaribus minoribus). Continuer la lecture de Appel à communication : Ci-bas et au-delà. Les chapelles dans l’espace ecclésial de la France du XVIIe siècle

Publication : L’Attention au monde : Paysages gravés du XVIIe siècle, catalogue d’exposition (Rouen, Maison de l’Université, 29 septembre-4 novembre 2022), avec des essais de H. Brunon, F. Cousinié, A. Domènech, S. Hilaire, L. Pérez-Oramas, D. Ribouillaut, Paris, éd. 1 :1, 2022

L’ouvrage accompagne l’exposition accueillie à la Maison de l’Université de Rouen (Place Emile Blondel, Mont-Saint-Aignan) du 29 septembre au 4 novembre 2022.

Elle regroupe une trentaine d’œuvres gravées consacrées au paysage et dues à des artistes actifs entre France, Flandres et Italie au XVIIe siècle : Claude Le Lorrain, Sébastien Bourdon, Henri Mauperché, Israël Silvestre, Francisque Millet, mais aussi les graveurs d’origine flamande Albert Flamen, Herman van Swanevelt, Mathieu Montaigne, Abraham Genoels ou, également actif à Paris, le florentin Stefano Della Bella. Le catalogue reproduit les œuvres exposées et comprend un ensemble d’essais signés des principaux spécialistes du paysage ou des jardins de l’époque moderne dont Hervé Brunon (CNRS), Denis Ribouillault (Université de Montréal), Sylvain Hilaire (Université de Versailles Saint-Quentin), Luis Pérez-Orams (Museum of Moderne Art, New York). En contrepoint de l’exposition, sont également exposées des œuvres d’Antonio Domenech, Koen Broucke et Xisco Mensua offrant une perspective contemporaine sur le paysage

4e de couverture : Si nombre de peintres du XVIIe siècle s’attachèrent au paysage en France, l’histoire de l’art n’a retenu que quelques noms éminents : Le Lorrain, Nicolas Poussin ou Gaspard Dughet avant tout, dont les carrières furent presque exclusivement italiennes. Ajoutons, à Paris, Pierre Patel, Sébastien Bourdon, Henri Mauperché ou Francisque Millet, que complètent quelques plus rares mais précieuses œuvres de Philippe de Champaigne et de Laurent de La Hyre. D’autres « païsagistes », naguère célèbres, Jacques Fouquières, Benoît Dubois, Thomas Pinagier, François Bellin, Michel Lanse, Pierre Forest, Guillerot ou Charles Hérault, ont vu leur production presque entièrement perdue. C’est ailleurs, c’est-à-dire dans la gravure (eau-forte ou burin), qu’abondent les représentations nous permettant d’apprécier ce que fut ce « genre » pictural ou, plus précisément selon André Félibien, ce « talent » particulier, qui s’imposa en France comme dans toute l’Europe au XVIIe siècle.

Info. Editeur : https://editions1sur1.wordpress.com/home/

L’Attention au monde : Paysages gravés du XVIIe siècle, catalogue d’exposition (Rouen, Maison de l’Université, 29 septembre-4 novembre 2022), avec des essais de H. Brunon, F. Cousinié, A. Domènech, S. Hilaire, L. Pérez-Oramas, D. Ribouillaut, Paris, éd. 1 :1, 2022, 132 pages, 20 euros (ISBN : 979-10-97193-05-8)

Publication : Frédéric Cousinié, Paysage du paysage. Nicolas Poussin, Claude Gellée Le Lorrain, Sébastien Bourdon, Dijon, Presses du réel – Œuvres en société, 2022

 

4ème de couverture

À travers plusieurs paysages emblématiques de Poussin, du Lorrain, de Bourdon et de quelques-uns de leurs contemporains du XVIIe siècle, ce livre se propose de faire apparaître ce que nous désignons comme le paysage du paysage. À savoir le paysage mental, culturel, idéologique, entrelacé au paysage réel ou représenté, et co-constitué par lui dans une simultanée émergence.
Les représentations discursives naguère dominantes, formées par la littérature artistique, la théorie de l’art et l’esthétique, tendaient à absolutiser et à réifier le paysage dans une illusoire et apaisante clôture. Sans doute, comme nous y incitent nombre de recherches, faut-il désormais le considérer davantage comme un espace relationnel, pluriel, voire conflictuel – une Oïkologie, ouvrant sur une écologie culturelle – où s’articulent non seulement de multiples êtres ou objets mais également d’autres champs référentiels décisifs pour l’historien.
La philosophie naturelle permet ainsi d’envisager la question des météores et des divers accidents atmosphériques chez Nicolas Poussin ; la littérature spirituelle réformée est rapprochée de la peinture de Sébastien Bourdon ; un certain nombre de discours mais aussi de pratiques – agraires, sociales, économiques, politiques et diplomatiques – constituent le cadre de référence dans lequel certains des tableaux du Lorrain ont été produits.
Le paradoxe de ce paysage construit, dénaturalisé, culturalisé, rendu à sa puissance dialectique, est l’existence qu’il semble reprendre. Il s’impose avec la force à nouveau de l’évidence sinon de la violence, et renverse la relation de l’objet (paysage) à son sujet premier : un spectateur devenu paysage.

Extraits et table des matières : https://www.lespressesdureel.com/ouvrage.php?id=8550&menu=0

Frédéric Cousinié, Paysage du paysage. Nicolas Poussin, Claude Gellée Le Lorrain, Sébastien Bourdon, Dijon, Presses du réel – Œuvres en société, 2022, 446 pages, 51 ill., 32 euros (ISBN : 978-2-37896-232-6)

 

Soutenance de thèse : ” Vivacité, présence, éternité. Décor et illusion dans les églises de Paris et des environs (1622-1793)” par Emilie Chedeville

Pierre-antoine Demachy, Caprice (Galerie Mendes)
Type : Soutenance de thèse.
Date :  24 septembre 2022 à 14h
Lieu : Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, Salle Vasari (1er étage).
 
Émilie Chedeville soutiendra sa thèse intitulée :
 
“Vivacité, présence, éternité. Décor et illusion dans les églises de Paris et des environs (1622-1793)”
 
devant un jury composé de :
 
Isabelle Brian, professeur des universités, Université de Lorraine, examinateur
Frédéric Cousinié, professeur des universités, Université de Rouen Normandie, rapporteur
Ralph Dekoninck, professeur ordinaire, Université catholique de Louvain, rapporteur
Christine Gouzi, professeur des universités, Sorbonne Université, examinateur
Étienne Jollet, professeur des universités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur de thèse
 
le samedi 24 septembre 2022 à 14h, Galerie Colbert, Salle Vasari.

Résumé

Cette thèse étudie le rôle de l’illusion de présence dans les pratiques dévotionnelles de la seconde modernité en France à partir d’une dizaine de décors ecclésiaux. Ceux-ci sont caractérisés à la fois par une configuration spatiale ouverte, que l’on a appelée une structure « invitatoire », qui configure et ainsi conforme le spectateur à l’événement représenté, et par des sujets narratifs aptes à se fondre dans ce mode événementiel, principalement des théophanies. Il revient au spectateur d’accepter l’écart entre la vérité et la représentation, et de combler cet écart par un sentiment religieux. C’est en définitive la part de lui-même que le spectateur accepte d’investir affectivement dans le décor qui rend l’illusion effective et qui transforme les événements représentés en événements de présence, vifs et présents. L’illusion permet, en se fondant sur le paradigme liturgique, de mêler les temporalités divines et humaines, pour donner aux épiphanies visuelles une validité éternelle. Ainsi les décors peuvent-ils, à cause de cette surenchère temporelle garante d’un efficace, prendre une réelle connotation politique pour mieux justifier les fondements des groupes sur une validité divine. Cependant, à trop rechercher l’efficace de cet effet d’illusion, ces décors en arrivent à un évidement du sens spirituel qui autrefois les caractérisait, le sens s’échappe de la figure religieuse, au profit d’impressions abstraites. On en arrive en définitive à une désincarnation du décor, indice de la mutation de la foi en croyance.

Mots-clés :  Illusion – Décor – Présence – Art religieux – Esthétique de l’effet – Esthétique de la présence – Art et liturgie – Synesthésie – Vraisemblance – Histoire de l’art religieux – Histoire des sensibilités

Compte rendu d’exposition : En scène – dessins de costumes de la collection Edmond de Rothschild (Louvre, 28 octobre 2021 – 31 janvier 2022)

 

Fig. 1 : Henri Gissey, Costume pour les estafiers de la quadrille des Américains, Grand Carrousel de 1662, 1662, papier, Paris, musée du Louvre, collection Edmond de Rothschild.

 

          Sous le commissariat de Mickaël Bouffard[1], Jérôme de la Gorce[2], Victoria Fernandez‐Masaguer[3], l’exposition que le Louvre consacre actuellement aux dessins d’habits de spectacle nous permet de découvrir une sélection de feuilles des quatorze volumes de Costumes de fêtes, de ballets et de théâtre au temps de Louis XIV qui ont été offerts par le baron Edmond de Rothschild (1845-1934).

         Pour ce faire, ces volumes ont préalablement bénéficié d’une vaste campagne de restauration conduite par l’atelier du département des Arts graphiques. Entre 2004 et 2008, ce sont ainsi 1 644 dessins qui ont été démontés des pages devenues trop acides. Ils ont été remis à plat pour résorber leurs déformations et ont été ensuite réinsérés dans des albums qui respectent le montage historique.

         Ces feuilles sont signées par des artistes désignés comme étant des « designateurs d’habits », parmi lesquels figurent des artistes tels que le Primatice, Jacques Bellange, Daniel Rabel, Henri Gissey et Jean Berain. Ce n’est qu’à la fin du XVIIIe siècle que s’impose le terme de costumier. Ces artistes sont sollicités pour des spectacles d’envergure qui divertissent les cours de France et de Lorraine du XVIe siècle au début du XVIIIe siècle. Continuer la lecture de Compte rendu d’exposition : En scène – dessins de costumes de la collection Edmond de Rothschild (Louvre, 28 octobre 2021 – 31 janvier 2022)

Colloque FUMAROLI, le 3 juin 2021, Collège de France

Colloque organisé par le Collège de France et le musée du Louvre
Sous la présidence de Thomas Römer, administrateur du Collège, et Jean-Luc Martinez, président directeur du Louvre
En collaboration avec la Société des Amis du Louvre
 
De L’École du Silence à Paris-New York et Retour, de Poussin à Caylus, Marc Fumaroli (1932-2020) de l’Académie Française, qui fut pendant deux décennies Président de la Société des Amis du Louvre (1996-2016), a laissé un héritage intellectuel considérable dans les études d’histoire de l’art et dans le monde des musées. Deux journées de colloque consacrées à l’actualité de l’œuvre de Marc Fumaroli dans la littérature, les arts et la politique culturelle sont organisées au Collège de France et à l’Auditorium du Louvre. 

 

Jeudi 3 juin 2021, Collège de France

(entrée libre, Amphitéâtre Navarre, jauge de 200 places)
Retransmission en live sur la chaîne Youtube des Amis du Louvre (lien à venir)
 
Communications
 
9h
Ouverture
par Thomas Römer, administrateur du Collège de France
 
(Président : Michel Zink)
9h15  
La sagesse des Anciens
Françoise Graziani
 

Continuer la lecture de Colloque FUMAROLI, le 3 juin 2021, Collège de France

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search