Archives de l’auteur : Florence Fesneau

À propos Florence Fesneau

Doctorante en Histoire de l'art moderne (Université Paris I - Panthéon Sorbonne)

Appel à communication : « Aux limites du paysage » / Call for Papers: “The landscape at its margins”

Robert Bénard, Histoire naturelle, Rocher de Pereneire, Proche St Sandoux en Auvergne,1768, Planche VIII séparée du Recueil de planches, sur les sciences, les arts libéraux, et les arts méchaniques, avec leur explication (5ème livraison, ou 6ème volume) pour l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert

English version bellow

Date limite de l’appel : 31 mars 2023

Date de l’événement : 16 juin 2023

Lieu : Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, Salle Vasari

Classée hiérarchiquement après la peinture d’histoire, le portrait et la scène de genre par André Félibien dans la préface des Conférences de l’Académie, la peinture de paysage n’en demeure pas moins un art apprécié des collectionneurs et des amateurs. Discutée dans les traités, tels ceux de Roger de Piles, Jean-Baptiste Du Bos ou Charles Batteux, la peinture de paysage occupe une part croissante dans la critique d’art au XVIIIe siècle : dans son Salon de 1767, Diderot décrit longuement l’expérience totale qu’il vit en regardant les tableaux de paysage de Vernet.

Cette reconnaissance du paysage est préparée ou accompagnée par des initiatives artistiques et scientifiques qui contribuent à définir le paysage autrement que par la brève définition qu’en donne le Dictionnaire de l’Académie française en 1762. En effet, pour ce dernier, le paysage est une « Etendue de pays que l’on voit d’un seul aspect ». Toutefois le paysage ne saurait se résumer à sa seule étendue et cet appel à communication souhaite investiguer d’une manière différente la notion de paysage aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Au cours de cette période, l’appréhension du paysage se modifie significativement : le paysage idéalisé des années 1600-1650, devient plus naturaliste grâce à l’apport des peintres flamands. Le développement urbain et l’accroissement de la population au XVIIIe siècle viennent accroître l’intérêt porté au paysage. Philosophes et poètes chantent les bienfaits d’une nature accueillante qui permet de se reposer du tumulte et des miasmes de la ville, tandis que les physiocrates mettent l’agriculture au centre de l’économie. Les artistes s’emploient à illustrer les œuvres des poètes, tels que James Thomson, Jean-François de Saint Lambert ou encore François de Rosset, ainsi que les principes physiocratiques, à l’instar de Jean-Baptiste Oudry dans La Ferme (1751) qui décrit, à l’arrière-plan, un vaste paysage civilisé par la main de l’homme. Ces propositions artistiques accompagnent d’autres démarches que cette journée d’étude souhaite approfondir.

Il s’agira d’aborder le paysage au travers de la façon dont les artistes ont pu rendre compte de sa géographie, de sa topographie ou encore de sa géologie. Le XVIIIe siècle voit se développer de nombreuses publications accompagnées de gravures permettant de se familiariser avec des pays proches ou lointains : parmi ceux-ci, on peut évoquer Le Voyage pittoresque de Naples et de Sicile de l’Abbé de Saint Non, les Tableaux topographiques, pittoresques, physiques, historiques, moraux, politiques, littéraires de la Suisse de Jean-Benjamin de La Borde et de Béat Zurlauben ou encore le Voyage en Sibérie de Jean Chappe d’Auteroche. De même, les vues topographiques se démultiplient : tableaux de champs de bataille au XVIIe siècle, veduta au XVIIIe siècle s’attachant à décrire le Forum Magnum ou à sublimer d’étonnants phénomènes naturels, telle l’éruption du Vésuve peinte par Le chevalier Volaire. Les planches de géologie de l’Encyclopédique, de même que les gravures s’intéressant aux couches sédimentaires de différents massifs montagneux constituent une autre façon d’aborder le paysage. Scientifiques, peintres et graveurs collaborent à cet effort de compréhension du paysage qui les entoure dans ses aspects à la fois visibles et invisibles.

Parallèlement à cette approche à visée scientifique, se développe une approche artistique à visée décorative. On évoquera les décors de théâtre, les plus connus étant ceux que François Boucher réalise pour les pastorales et les opéras comiques de son ami Charles Favart. Les architectes répondent à l’appel rousseauiste de la nature en faisant entrer le paysage dans l’hôtel particulier, par le biais d’élément d’architecture (on pensera, par exemple, aux arbres de Charles-Nicolas Ledoux dans le salon de compagnie de l’hôtel d’Uzès), de grottes reconstituées, de peintures mais aussi de papier-peints qui prennent la forme de panoramiques à la fin du XVIIIe siècle avec les manufactures de Jacquemart et Bénard, de Zuber, ou encore de Dufour. Le paysage est aussi présent dans la décoration intérieure par le biais de marqueteries de pierres précieuses qui sont appréciées tout autant pour leur aspect décoratif que pour leur capacité à évoquer l’universalité de la nature en réduisant le monde minéral à un paysage en miniature. Les cabinets de curiosités, quant à eux, dissèquent le paysage en ses éléments les plus spécifiques. Roches, coquillages ou herbiers font partie des collections d’amateurs, au premier rang desquels se trouvent Joseph Bonnier de la Mosson, Quentin de Lorangère ou encore François Boucher qui consacrait une partie non négligeable de ses revenus à sa collection de coquilles, madrépores et minéraux, comme le montre son Catalogue après décès rédigé par Pierre Rémy en 1771.

En traitant du paysage à ses marges, la journée d’étude vise à rendre compte des différentes manières dont les hommes des XVIIe et XVIIIe siècles ont élargi leur vision du paysage. Elle pose ultimement la question de savoir si l’idée de nature, dont Jean Erhard a démontré l’importance, éclate sous le coup de la modernité scientifique, comme le pense Robert Lenoble, ou si elle perdure, sublime et sublimée ?

Bibliographie sélective

  • BECK-SAIELLO, Émilie, « La vue topographique en France au XVIIIe siècle : éclat et mésestime d’un genre », Itinéraires, 2015, (https://journals.openedition.org/itineraires/2819, consulté le 6 décembre 2022)
  • BINOIS, Grégoire, « La cartographie militaire au XVIIIe siècle, une cartographie historique ? », Hypothèses, 2016/1, n° 19, p. 41-51.
  • BROC, Numa, « Voyages et géographie au XVIIIe siècle », Revue d’histoire des sciences, 1969, p. 137-154.
  • COUSINIE, Paysage du paysage. Nicolas Poussin, Claude Le Lorrain, Sébastien Bourdon, Dijon, Presses du réel, 2022.
  • EHRARD, Jean, L’idée de nature en France dans la première moitié du XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, 1994.
  • FOLLET, Jean-Philippe, La marqueterie de Pierres Dures, Paris, Eyrolles, 2012.
  • LENOBLE, Robert, Histoire de l’idée de nature, Paris, Albin Michel, 1969.
  • LOIRE, Stéphane (dir.), Nature et idéal: le paysage à Rome 1600-1650, cat. ex., Paris, Grand Palais (9 mars-6 juin 2001), Paris, RMN, 2011.
  • MAILLET, Arnaud, « L’arbre comme ornement, charpente et tuteur dans les théories artistiques ‘XVIIIe-XIXe siècles), Jackie PIGEAUD (dir.), L’Arbre ou la raison des arbres. XVIIes Entretiens de La Garenne Lemot, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, p. 45-83.
  • MÉROT, Alain, Du paysage en peinture dans l’Occident moderne, Paris, Gallimard, 2009.
  • MOUQUIN, Sophie, « Pour Dieu et pour le Roi : l’élaboration d’une symbolique du marbre sous l’Ancien Régime », Marbres jaspés de Saint-Rémy et de la région de Rochefort, Namur, Musée des Arts anciens du Namurois, 2012, p. 205-231.
  • NAU, Clélia, L’Art et les puissances du végétal, Paris, Hazan, 2022.
  • RANCIERE, Jacques, Le temps du paysage, Paris, La fabrique, 2020.
  • SCHNAPPER, Antoine, Le géant, la licorne et la tulipe. Les cabinets de curiosités en France au XVIIe siècle, Paris, Flammarion, 2012.
  • VELUT, Christine, « L’industrie dans la ville : les fabriques de papiers peints du faubourg Saint-Antoine (1750-1820) », Revue d’Histoire Moderne & Contemporaine, n° 49-1, 2002/1, p. 115-137.
  • VERDIER, Nicolas, « Quelques réflexions sur la matérialité des atlas (XVIIe-XVIIIe siècle) », Jean-Marc BESSE, Forme du savoir, forme du pouvoir. Les atlas géographiques à l’époque moderne et contemporaine, Rome, Ecole française de Rome, 2022, p. 301-320.

Propositions de communication : En français ou en anglais, les propositions de communication (500 mots) seront accompagnées d’un titre et d’une brève notice bio-bibliographique.

Date limite d’envoi des propositions : 31 mars 2023

Envoi des propositions : asso.grham@gmail.com

Cette journée d’étude est organisée par le GRHAM


The landscape at its margins

Deadline: 31st of March 2023

Event date: 16th of June 2023

Place: Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, Salle Vasari

Ranked hierarchically after history painting, portraiture and genre scenes by André Félibien in the preface to the Conférences de l’Académie, landscape painting nevertheless remains an art form appreciated by collectors and amateurs. Discussed in treatises, such as those by Roger de Piles, Jean-Baptiste Du Bos or Charles Batteux, landscape painting played an increasing role in art criticism in the 18th century. In his Salon of 1767, Diderot describes at length the total experience he had, looking at Vernet’s landscape paintings.

This recognition of landscape is prepared or accompanied by artistic and scientific initiatives that define landscape differently from the brief definition given by the Dictionary of the French Academy in 1762. Indeed, for the latter, the landscape is an “Extent of country that one sees from a single aspect”. However, “extent” cannot sum up landscape painting and this call for papers wishes to investigate the notion of landscape in the 17th and 18th centuries in a different way.

During this period, the apprehension of the landscape changed significantly: the idealized landscape of the years 1600-1650, became more naturalistic thanks to Flemish painters’ contribution. The urban development and the increase of the population during the 18th century increased interest in the landscape. Philosophers and poets sang of the benefits of a welcoming nature that allowed rest from the tumult and miasma of the city, while physiocrats put agriculture at the center of the economy. Artists were busy illustrating the works of poets such as James Thomson, Jean-François de Saint Lambert and François de Rosset, as well as physiocratic principles, as in Jean-Baptiste Oudry’s The Farm (1751), which depicts a vast landscape civilized by the hand of man. These artistic proposals accompanied other approaches that this symposium wishes to explore.

The aim is to approach the landscape through the way artists have been able to render its geography, its topography or its geology. The 18th century saw the development of numerous publications accompanied by engravings that allowed the viewer to become familiar with countries near and far. Among these publications, Le Voyage pittoresque de Naples et de Sicile by the Abbé de Saint Non, the Tableaux topographiques, pittoresques, physiques, historiques, moraux, politiques, littéraires de la Suisse by Jean-Benjamin de La Borde and Béat Zurlauben, or the Voyage en Sibérie by Jean Chappe d’Auteroche can be mentioned. Likewise, topographical views are multiplied: battlefield paintings in the 17th century, veduta in the 18th century describing the Forum Magnum or sublimating astonishing natural phenomena, such as the eruption of Vesuvius painted by Le chevalier Volaire. The geology plates of the Encyclopédie, as well as the engravings on the sedimentary layers of different mountain chains are another way of approaching the landscape. Scientists, painters and engravers collaborate in this effort to understand the landscape that surrounds them in its aspects both visible and invisible.

In parallel to this scientific approach, an artistic approach developed with a decorative aim. Well-known are the decorations created by François Boucher for the pastorals and comic operas of his friend Charles Favart. Architects responded to Rousseau’s call for nature by bringing the landscape into the mansions, through architectural elements; for example, Charles-Nicolas Ledoux’s trees in the company room of the Hôtel d’Uzès. They reconstituted caves, paintings, but also wallpapers that took the form of panoramas at the end of the 18th century with the manufactures of Jacquemart and Bénard, Zuber, and Dufour. The landscape was also present in interior decoration through marquetry of precious stones which was appreciated as much for its decorative aspect as for its capacity to evoke the universality of nature by reducing the mineral world to a miniature landscape. The cabinets of curiosities dissected the landscape into its most specific elements. Rocks, shells or herbariums were part of the amateurs’ collections such as Joseph Bonnier de la Mosson, Quentin de Lorangère. François Boucher devoted a significant part of his income to his collection of shells, madrépores and minerals, as shown in his Catalogue after his death written by Pierre Rémy in 1771.

By dealing with the landscape at its margins, the symposium aims to give an account of the different ways in which 17th and 18th centuries’ men have expanded their vision of the landscape. Ultimately, the symposium question the “idea of nature” that Jean Erhard magisterially reconstructed. Did it explode under the impact of scientific modernity? Or, as Robert Lenoble thinks, has it been sublimated by it?

Selective bibliography

  • BECK-SAIELLO, Émilie, « La vue topographique en France au XVIIIe siècle : éclat et mésestime d’un genre », Itinéraires, 2015, (https://journals.openedition.org/itineraires/2819, consulté le 6 décembre 2022)
  • BINOIS, Grégoire, « La cartographie militaire au XVIIIe siècle, une cartographie historique ? », Hypothèses, 2016/1, n° 19, p. 41-51.
  • BROC, Numa, « Voyages et géographie au XVIIIe siècle », Revue d’histoire des sciences, 1969, p. 137-154.
  • COUSINIE, Paysage du paysage. Nicolas Poussin, Claude Le Lorrain, Sébastien Bourdon, Dijon, Presses du réel, 2022.
  • EHRARD, Jean, L’idée de nature en France dans la première moitié du XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, 1994.
  • FOLLET, Jean-Philippe, La marqueterie de Pierres Dures, Paris, Eyrolles, 2012.
  • LENOBLE, Robert, Histoire de l’idée de nature, Paris, Albin Michel, 1969.
  • LOIRE, Stéphane (dir.), Nature et idéal: le paysage à Rome 1600-1650, cat. ex., Paris, Grand Palais (9 mars-6 juin 2001), Paris, RMN, 2011.
  • MAILLET, Arnaud, « L’arbre comme ornement, charpente et tuteur dans les théories artistiques ‘XVIIIe-XIXe siècles), Jackie PIGEAUD (dir.), L’Arbre ou la raison des arbres. XVIIes Entretiens de La Garenne Lemot, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, p. 45-83.
  • MÉROT, Alain, Du paysage en peinture dans l’Occident moderne, Paris, Gallimard, 2009.
  • MOUQUIN, Sophie, « Pour Dieu et pour le Roi : l’élaboration d’une symbolique du marbre sous l’Ancien Régime », Marbres jaspés de Saint-Rémy et de la région de Rochefort, Namur, Musée des Arts anciens du Namurois, 2012, p. 205-231.
  • NAU, Clélia, L’Art et les puissances du végétal, Paris, Hazan, 2022.
  • RANCIERE, Jacques, Le temps du paysage, Paris, La fabrique, 2020.
  • SCHNAPPER, Antoine, Le géant, la licorne et la tulipe. Les cabinets de curiosités en France au XVIIe siècle, Paris, Flammarion, 2012.
  • VELUT, Christine, « L’industrie dans la ville : les fabriques de papiers peints du faubourg Saint-Antoine (1750-1820) », Revue d’Histoire Moderne & Contemporaine, n° 49-1, 2002/1, p. 115-137.
  • VERDIER, Nicolas, « Quelques réflexions sur la matérialité des atlas (XVIIe-XVIIIe siècle) », Jean-Marc BESSE, Forme du savoir, forme du pouvoir. Les atlas géographiques à l’époque moderne et contemporaine, Rome, Ecole française de Rome, 2022, p. 301-320.

 

Abstracts: In French or Enhlish (500 words) accompanied by a title and a brief CV.

Dead line: 31st of March 2023

e-mail address: asso.grham@gmail.com

This symposium is organized by GRHAM

 

Soutenance de thèse : ” Louis Galloche (1670-1761). L’ordre de la peinture” par Marine Roberton

Louis Galloche, Hercule rendant Alceste à Admète, 1711, huile sur toile, 161 x 193 cm, Paris, Beaux-Arts de Paris.

 

Type : Soutenance de thèse

Date : 16 décembre 2022 à 12h30

Lieu : Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, Salle  Fabri de Peiresc

 

L’ED 441 a le plaisir de vous inviter à la soutenance de thèse de Marine ROBERTON, préparée sous la direction du professeur Étienne Jollet.

Louis Galloche (1670-1761). L’ordre de la peinture

Le 16 décembre 2022

À 12h30, salle Fabri de Peiresc, Galerie Colbert.

Membres du jury

Mme Susanna CAVIGLIA-BRUNEL, Associate Professor of Art, Duke university, Examinatrice

Mme Christine GOUZI, Professeure des universités, Sorbonne Université, Examinatrice 

M. Martial GUÉDRON, Professeur des universités, Université de Strasbourg, rapporteur

Étienne JOLLET, Professeur des universités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Directeur de thèse

Mme Sophie RAUX, Professeure des universités, Université Lyon 2, Rapporteuse

Résumé 

Né au sein d’une famille de marchands, Louis Galloche appartient à la petite bourgeoisie parisienne. Son père, qui nourrit pour lui de grandes ambitions, confie son éducation aux Jésuites dans l’espoir de le voir un jour accéder à des fonctions importantes, mais sa scolarité révèle surtout sa grande dévotion. Un moment tenté par les ordres, il renonce au monde des offices afin de se consacrer à la peinture, sa vocation. Le choix de ce métier, qui lui permet de vivre ses convictions religieuses tout en donnant libre cours à ses appétences artistiques, est tout à fait révélateur de sa personnalité. Louis Galloche est en effet un homme de la synthèse. Formé au métier de peintre dans l’atelier de Louis de Boullogne le Jeune, il élabore une esthétique qui mêle les leçons de son maître à celles des Jésuites et qui trahit son très haut degré d’éducation. De retour de Rome, il travaille pour les églises et les couvents parisiens et fonde une « école » au sein de laquelle il forme notamment François Lemoyne et Charles-Joseph Natoire. Agréé à l’Académie royale de Peinture et de Sculpture en 1703, il en gravit tous les échelons et accède ainsi au grade de chancelier en 1754. Compte tenu de son statut, il contribue activement à la mise en œuvre des différentes politiques de cette institution. Il participe aux concours de 1727 et de 1747. Il expose aux Salons et reçoit plusieurs commandes royales entre 1720 et 1750. Lorsque Charles-Antoine Coypel est nommé directeur de l’Académie, Louis Galloche adhère sans réserve à ses réformes. C’est notamment dans ce contexte qu’il écrit et qu’il lit, au cours de quatre conférences, entre 1750 et 1753, son Traité de peinture.

Mots-clés : Louis Galloche, Jésuites, Peinture, Peinture religieuse, Théorie de l’art, Académie royale de Peinture et de Sculpture, Ancien Régime, XVIIIe siècle.

Appel à communication : Ci-bas et au-delà. Les chapelles dans l’espace ecclésial de la France du XVIIe siècle

Type : Appel à communication

Date limite pour les propositions : 30 janvier 2023

Date de l’évènement : 5-7 octobre 2023

Lieu : Rouen, Université de Rouen Normandie

[English version below]

L’analyse formelle ou fonctionnaliste de l’espace sacré tend à voir le bâtiment ecclésial comme une juxtaposition d’espaces clairement distincts – la nef, le chœur, ou encore le transept – dont la séparation refléterait notamment la différence d’état (clercs et laïcs). L’espace ecclésial peut être également envisagé comme un agrégat de chapelles de différentes tailles, ainsi que le suggère la lecture des écrits de Charles Borromée : celui-ci considérait le chœur comme une « chapelle majeure » (de capella maiori) par opposition aux chapelles et autels mineurs (de cappellis et altaribus minoribus). Continuer la lecture

Publication : L’Attention au monde : Paysages gravés du XVIIe siècle, catalogue d’exposition (Rouen, Maison de l’Université, 29 septembre-4 novembre 2022), avec des essais de H. Brunon, F. Cousinié, A. Domènech, S. Hilaire, L. Pérez-Oramas, D. Ribouillaut, Paris, éd. 1 :1, 2022

L’ouvrage accompagne l’exposition accueillie à la Maison de l’Université de Rouen (Place Emile Blondel, Mont-Saint-Aignan) du 29 septembre au 4 novembre 2022.

Elle regroupe une trentaine d’œuvres gravées consacrées au paysage et dues à des artistes actifs entre France, Flandres et Italie au XVIIe siècle : Claude Le Lorrain, Sébastien Bourdon, Henri Mauperché, Israël Silvestre, Francisque Millet, mais aussi les graveurs d’origine flamande Albert Flamen, Herman van Swanevelt, Mathieu Montaigne, Abraham Genoels ou, également actif à Paris, le florentin Stefano Della Bella. Le catalogue reproduit les œuvres exposées et comprend un ensemble d’essais signés des principaux spécialistes du paysage ou des jardins de l’époque moderne dont Hervé Brunon (CNRS), Denis Ribouillault (Université de Montréal), Sylvain Hilaire (Université de Versailles Saint-Quentin), Luis Pérez-Orams (Museum of Moderne Art, New York). En contrepoint de l’exposition, sont également exposées des œuvres d’Antonio Domenech, Koen Broucke et Xisco Mensua offrant une perspective contemporaine sur le paysage

4e de couverture : Si nombre de peintres du XVIIe siècle s’attachèrent au paysage en France, l’histoire de l’art n’a retenu que quelques noms éminents : Le Lorrain, Nicolas Poussin ou Gaspard Dughet avant tout, dont les carrières furent presque exclusivement italiennes. Ajoutons, à Paris, Pierre Patel, Sébastien Bourdon, Henri Mauperché ou Francisque Millet, que complètent quelques plus rares mais précieuses œuvres de Philippe de Champaigne et de Laurent de La Hyre. D’autres « païsagistes », naguère célèbres, Jacques Fouquières, Benoît Dubois, Thomas Pinagier, François Bellin, Michel Lanse, Pierre Forest, Guillerot ou Charles Hérault, ont vu leur production presque entièrement perdue. C’est ailleurs, c’est-à-dire dans la gravure (eau-forte ou burin), qu’abondent les représentations nous permettant d’apprécier ce que fut ce « genre » pictural ou, plus précisément selon André Félibien, ce « talent » particulier, qui s’imposa en France comme dans toute l’Europe au XVIIe siècle.

Info. Editeur : https://editions1sur1.wordpress.com/home/

L’Attention au monde : Paysages gravés du XVIIe siècle, catalogue d’exposition (Rouen, Maison de l’Université, 29 septembre-4 novembre 2022), avec des essais de H. Brunon, F. Cousinié, A. Domènech, S. Hilaire, L. Pérez-Oramas, D. Ribouillaut, Paris, éd. 1 :1, 2022, 132 pages, 20 euros (ISBN : 979-10-97193-05-8)

Publication : Frédéric Cousinié, Paysage du paysage. Nicolas Poussin, Claude Gellée Le Lorrain, Sébastien Bourdon, Dijon, Presses du réel – Œuvres en société, 2022

 

4ème de couverture

À travers plusieurs paysages emblématiques de Poussin, du Lorrain, de Bourdon et de quelques-uns de leurs contemporains du XVIIe siècle, ce livre se propose de faire apparaître ce que nous désignons comme le paysage du paysage. À savoir le paysage mental, culturel, idéologique, entrelacé au paysage réel ou représenté, et co-constitué par lui dans une simultanée émergence.
Les représentations discursives naguère dominantes, formées par la littérature artistique, la théorie de l’art et l’esthétique, tendaient à absolutiser et à réifier le paysage dans une illusoire et apaisante clôture. Sans doute, comme nous y incitent nombre de recherches, faut-il désormais le considérer davantage comme un espace relationnel, pluriel, voire conflictuel – une Oïkologie, ouvrant sur une écologie culturelle – où s’articulent non seulement de multiples êtres ou objets mais également d’autres champs référentiels décisifs pour l’historien.
La philosophie naturelle permet ainsi d’envisager la question des météores et des divers accidents atmosphériques chez Nicolas Poussin ; la littérature spirituelle réformée est rapprochée de la peinture de Sébastien Bourdon ; un certain nombre de discours mais aussi de pratiques – agraires, sociales, économiques, politiques et diplomatiques – constituent le cadre de référence dans lequel certains des tableaux du Lorrain ont été produits.
Le paradoxe de ce paysage construit, dénaturalisé, culturalisé, rendu à sa puissance dialectique, est l’existence qu’il semble reprendre. Il s’impose avec la force à nouveau de l’évidence sinon de la violence, et renverse la relation de l’objet (paysage) à son sujet premier : un spectateur devenu paysage.

Extraits et table des matières : https://www.lespressesdureel.com/ouvrage.php?id=8550&menu=0

Frédéric Cousinié, Paysage du paysage. Nicolas Poussin, Claude Gellée Le Lorrain, Sébastien Bourdon, Dijon, Presses du réel – Œuvres en société, 2022, 446 pages, 51 ill., 32 euros (ISBN : 978-2-37896-232-6)

 

Soutenance de thèse : ” Vivacité, présence, éternité. Décor et illusion dans les églises de Paris et des environs (1622-1793)” par Emilie Chedeville

Pierre-antoine Demachy, Caprice (Galerie Mendes)
Type : Soutenance de thèse.
Date :  24 septembre 2022 à 14h
Lieu : Galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris, Salle Vasari (1er étage).
 
Émilie Chedeville soutiendra sa thèse intitulée :
 
“Vivacité, présence, éternité. Décor et illusion dans les églises de Paris et des environs (1622-1793)”
 
devant un jury composé de :
 
Isabelle Brian, professeur des universités, Université de Lorraine, examinateur
Frédéric Cousinié, professeur des universités, Université de Rouen Normandie, rapporteur
Ralph Dekoninck, professeur ordinaire, Université catholique de Louvain, rapporteur
Christine Gouzi, professeur des universités, Sorbonne Université, examinateur
Étienne Jollet, professeur des universités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur de thèse
 
le samedi 24 septembre 2022 à 14h, Galerie Colbert, Salle Vasari.

Résumé

Cette thèse étudie le rôle de l’illusion de présence dans les pratiques dévotionnelles de la seconde modernité en France à partir d’une dizaine de décors ecclésiaux. Ceux-ci sont caractérisés à la fois par une configuration spatiale ouverte, que l’on a appelée une structure « invitatoire », qui configure et ainsi conforme le spectateur à l’événement représenté, et par des sujets narratifs aptes à se fondre dans ce mode événementiel, principalement des théophanies. Il revient au spectateur d’accepter l’écart entre la vérité et la représentation, et de combler cet écart par un sentiment religieux. C’est en définitive la part de lui-même que le spectateur accepte d’investir affectivement dans le décor qui rend l’illusion effective et qui transforme les événements représentés en événements de présence, vifs et présents. L’illusion permet, en se fondant sur le paradigme liturgique, de mêler les temporalités divines et humaines, pour donner aux épiphanies visuelles une validité éternelle. Ainsi les décors peuvent-ils, à cause de cette surenchère temporelle garante d’un efficace, prendre une réelle connotation politique pour mieux justifier les fondements des groupes sur une validité divine. Cependant, à trop rechercher l’efficace de cet effet d’illusion, ces décors en arrivent à un évidement du sens spirituel qui autrefois les caractérisait, le sens s’échappe de la figure religieuse, au profit d’impressions abstraites. On en arrive en définitive à une désincarnation du décor, indice de la mutation de la foi en croyance.

Mots-clés :  Illusion – Décor – Présence – Art religieux – Esthétique de l’effet – Esthétique de la présence – Art et liturgie – Synesthésie – Vraisemblance – Histoire de l’art religieux – Histoire des sensibilités

Exposition : Musée du Louvre – En scène – dessins de costumes de la collection Edmond de Rothschild (28 octobre 2021 – 31 janvier 2022)

 

Fig. 1 : Henri Gissey, Costume pour les estafiers de la quadrille des Américains, Grand Carrousel de 1662, 1662, papier, Paris, musée du Louvre, collection Edmond de Rothschild.

 

          Sous le commissariat de Mickaël Bouffard[1], Jérôme de la Gorce[2], Victoria Fernandez‐Masaguer[3], l’exposition que le Louvre consacre actuellement aux dessins d’habits de spectacle nous permet de découvrir une sélection de feuilles des quatorze volumes de Costumes de fêtes, de ballets et de théâtre au temps de Louis XIV qui ont été offerts par le baron Edmond de Rothschild (1845-1934).

         Pour ce faire, ces volumes ont préalablement bénéficié d’une vaste campagne de restauration conduite par l’atelier du département des Arts graphiques. Entre 2004 et 2008, ce sont ainsi 1 644 dessins qui ont été démontés des pages devenues trop acides. Ils ont été remis à plat pour résorber leurs déformations et ont été ensuite réinsérés dans des albums qui respectent le montage historique.

         Ces feuilles sont signées par des artistes désignés comme étant des « designateurs d’habits », parmi lesquels figurent des artistes tels que le Primatice, Jacques Bellange, Daniel Rabel, Henri Gissey et Jean Berain. Ce n’est qu’à la fin du XVIIIe siècle que s’impose le terme de costumier. Ces artistes sont sollicités pour des spectacles d’envergure qui divertissent les cours de France et de Lorraine du XVIe siècle au début du XVIIIe siècle. Continuer la lecture

Colloque FUMAROLI, le 3 juin 2021, Collège de France

Colloque organisé par le Collège de France et le musée du Louvre
Sous la présidence de Thomas Römer, administrateur du Collège, et Jean-Luc Martinez, président directeur du Louvre
En collaboration avec la Société des Amis du Louvre
 
De L’École du Silence à Paris-New York et Retour, de Poussin à Caylus, Marc Fumaroli (1932-2020) de l’Académie Française, qui fut pendant deux décennies Président de la Société des Amis du Louvre (1996-2016), a laissé un héritage intellectuel considérable dans les études d’histoire de l’art et dans le monde des musées. Deux journées de colloque consacrées à l’actualité de l’œuvre de Marc Fumaroli dans la littérature, les arts et la politique culturelle sont organisées au Collège de France et à l’Auditorium du Louvre. 

 

Jeudi 3 juin 2021, Collège de France

(entrée libre, Amphitéâtre Navarre, jauge de 200 places)
Retransmission en live sur la chaîne Youtube des Amis du Louvre (lien à venir)
 
Communications
 
9h
Ouverture
par Thomas Römer, administrateur du Collège de France
 
(Président : Michel Zink)
9h15  
La sagesse des Anciens
Françoise Graziani
 

Continuer la lecture

Appel à communication : « Études et exercices polysémiques autour d’une œuvre : La France apportant la foi aux Wendat de la Nouvelle-France »

 

Ariste français inconnu, La France apportant la foi aux Wendat de la Nouvelle-France, vers 1666; huile sur toile, 227,3 x 227,3 cm, Pôle culturel du Monastère des Ursulines de Québec (Québec, Canada), NAC 1997.1017.                        Mission du Pôle culturel du Monastère des Ursulines
Créé en octobre 2016 et situé à Québec au 12, rue Donnacona, le Pôle culturel du Monastère des Ursulines est un organisme à but non lucratif, qui a pour mission de témoigner de la présence et de l’œuvre des Ursulines de l’Union canadienne des Moniales de l’Ordre de Sainte-Ursule et de partager leur héritage en offrant des activités misant sur des échanges, des expériences et des rencontres en art et patrimoine. Il agit comme médiateur auprès des citoyens et des visiteurs intéressés par les domaines culturel et spirituel. En tant que dépositaire d’une part de l’important legs culturel, artistique, archivistique, religieux et éducatif des Ursulines, le Pôle culturel conserve et met en valeur le patrimoine exceptionnel constitué par la communauté depuis son arrivée en Nouvelle-France en 1639 et contribue à en assurer la pérennité.

 

Type : appel à communication

Date limite de l’appel : 31 mai 2021

Date de l’événement : 29 octobre 2021

Lieu : UQAM, Montréal

 

Colloque international bilingue (français et anglais), le 29 octobre, à l’UQÀM.

Les propositions de communication (400 mots), en français ou en anglais, devront être accompagnées d’une biographie succincte (150 mots) et envoyées avant le 31 mai 2021 à : ouellet.pierre-olivier@uqam.ca et longtin.marianne.2@courrier.uqam.ca

English version follows

Études et exercices polysémiques autour d’un tableau : La France apportant la foi aux Wendat de la Nouvelle-France Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « La Cité du Soleil : Le Lorrain et la Rome d’Urbain VIII Barberini », Frédéric Cousinié.

Giovanni Ferro, Teatro d’imprese, Venise, G. Sarzina, 1623, frontispice.

 

Type : Conférence.

Date et horaire : jeudi 18 février 2021 à 19h.

Lieu : En ligne / Zoom.

Pour tout renseignement et inscription : asso.grham@gmail.com

Le motif solaire, si abondant dans la peinture de Claude Lorrain, ne témoigne pas seulement des préoccupations esthétiques ou naturalistes de l’artiste. Il est encore à comprendre dans le cadre des affrontements politiques et nationalistes de la première moitié du XVIIe siècle. En revenant sur l’analyse du Port de mer avec soleil couchant (1639) du musée du Louvre, la communication tentera d’établir ce que ce tableau doit aux préoccupations identitaires de son premier commanditaire : Urbain VIII Barberini. Continuer la lecture

Publication : Du corpus à l’exégèse. Interpréter la peinture du XVIIe siècle en France

 

Du corpus à l’exégèse. Interpréter la peinture du XVIIe siècle en France, F. Cousinié (dir.), Rouen, PURH, 2020

Qu’est-ce qu’ « interpréter » un tableau ? Faut-­il privilégier le s intentions déclarées ou implicites de l’artiste et des commandi­taires ? En rester aux interprétations historiques, contempo­raines de l’œuvre ? Ou accueillir les réceptions postérieures ? Que faut-­il interpréter ? La composition, ses figures, l’histoire et la narration déployée, les motifs et les thèmes ? Et comment prendre en compte les œuvres «sans histoire »? Les matériaux, pigments, grains, touches et l’ensemble des formes plastiques des œuvres doivent-­ils être étudiés ? L’unité désormais muséale du tableau peut-­elle être dissociée de l’environnement spatial, des objets, des corps, des savoirs et des usages dans lesquels il s’inscrivait et auxquels il répondait auparavant? Mais faut-­il toujours interpréter ? L’œuvre requiert-­elle vrai­ ment et seulement ce mode de relation ? Ce volume s’efforce de répondre à ces questions sans cesse posées, reposées par l’historien de l’art et tout amateur de peinture, à propos d’œuvres peintes au sein du XVIIe siècle, qui invente le terme d’herméneutique, art de l’interprétation. 

Table des matières

Avant-Propos : La conversion du regard. La peinture du XVIIe siècle d’après et après Marc Fumaroli (F. Cousinié)

Introduction : Le sens du passé (F. Cousinié)

I. Historiciser l’interprétation ? Protocoles et sources de l’interprétation

Tatiana Senkevitch (The Sarah Campbell Blaffer Foundation, Houston) – « Exercising l’esprit de finesse: Pascalian Aesthetics and French painting in the 1650s » ;
Colette Nativel (Université de Paris I) – « Lire un tableau selon Rubens : le cas de la Galerie Médicis » ;
Olivier Bonfait (Université de Bourgogne) – « Lire ou interpréter ? L’allégorie dans la peinture en France au xviie siècle de Poussin à Lebrun » ;
Anne le Pas de Sécheval (Université de Paris Ouest Nanterre La Défense) – « Guillet de Saint-Georges interprète de Charles Le Brun ? Réflexions sur les descriptions de L’Élévation de la Croix (1685) et de La Montée au Calvaire (1688) » ;
Alexandra Woolley (Université Toulouse Le Mirail) – « “Interpréter la volonté de Dieu” : Vincent de Paul et la sculpture des âmes » ;
Marie Chaufour (Université de Bourgogne Franche-Comté) – « De l’interprétation d’un tableau énigmatique dans la Satyre d’Euphormion de Jean Barclay » ;
Emmanuelle Hénin (Université de Paris IV Sorbonne) – « Le mot ingénieux : théorie emblématique et pratique picturale ».

II. Trajets de l’interprétation

Véronique Meyer (Université de Poitiers) – « Jean Pesne, graveur de Poussin » ;
Cécile Vincent-Cassy (Université est Paris 13-Sorbonne Paris Cité) – « Cultes et diplomatie de l’art au temps de Philippe IV d’Espagne. À propos d’une petite Assomption de Jacques Stella placée en bas d’un retable » ;
Johannes Schwabe (Université Humboldt à Berlin / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) – « Aux pieds du roi. Une série de copies d’après un tableau d’Henri Testelin sous l’angle de la théorie de la réception » ;
Thomas Kirchner (Centre allemand d’histoire de l’art, Paris) – « Reconstituer les débats autour du portrait dans la France du xviie siècle » ;
Emmanuel Faure-Carricaburu (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis) – « Application du concept de transgénéricité à l’analyse de la peinture française du xviie siècle ».

III. Les fins de l’interprétation

Matthieu Somon (Université de Paris I Panthéon-Sorbonne) – « Autour des trois Moïse de Philippe de Champaigne » ;
Ralph Dekonink (Université catholique de Louvain-la-Neuve) – « Penser et peindre par figures. Mystère et figurabilité dans la Fuite en Égypte de Poussin » ;
Étienne Jollet (Université de Paris I Panthéon-Sorbonne) – « L’interprétation à l’épreuve de l’œuvre. À partir du Pèlerinage à l’île de Cythère d’Antoine Watteau » ;
Christian Belin (Université Paul Valery – Montpellier 3) – « L’irréel du tableau chez La Fontaine » ;
Clélia Nau (Université Paris Diderot), « Matérialités des feuillages. Réintégrer ce qui échappe au sens : l’ambiance, le bruit » ;
Bruno Nassim Aboudrar (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3) – « En deçà du motif : interpréter l’insignifiant » ;
François Trémolieres (Université de Rennes 2) – « Yves Bonnefoy interprète de Poussin ».

Du corpus à l’exégèse. Interpréter la peinture du XVIIe siècle en France, F. Cousinié (dir.), Rouen, PURH, 2020(400 p., ill. coul., 39 euros, isbn : 9791024013145)

L’ouvrage est notamment disponible auprès du comptoir des presses d’universités  : https://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100588310

Publications de la collection Ars

Trois nouveaux ouvrages sont édités dans la collection « ars » co-dirigée aux éditions 1  : 1 par Giovanni Careri (EHESS) et Frédéric Cousinié (Université de Rouen-Normandie) :

  • Connecteurs divins. Objets de dévotion dans l’Europe moderne (XVIe-XVIIe siècle), dir. : F. Cousinié, J. Blanc, D. Solfaroli Camillocci, Paris, éd. 1 : 1., coll. ars, 2020, 304 pages (isbn : 979-10-97193-02-7) 35 euros

TABLE DES MATIÈRES : Introduction (F. Cousinié) / Porter l’Agnus Dei. Usages et images des bijoux sacrés entre Renaissance et Contre-Réforme (Anne Lepoittevin, Sorbonne Université) / Le chapelet entre dénonciations et défenses. La critique du rosaire dans la littérature religieuse et la culture visuelle réformées du xvie siècle (Daniela Solfaroli Camillocci, Université de Genève) / Légitimation et inscription fictionnelle – Ceinture, Cordon, Scapulaire dans la France du xviie siècle (Frédéric Cousinié, Université de Rouen-Normandie) / Spiritualité et effets d’incorporation – Ceinture, Cordon, Scapulaire dans la France du xviie siècle (Frédéric Cousinié, Université de Rouen-Normandie) / Croix de cou, croix de cour (Nancy Oddo, Université de Paris Sorbonne III) / Connexion, déconnexion, reconnexion : images du crucifix dans la peinture néerlandaise du xviie siècle (Jan Blanc, Université de Genève) / Johannes van Neercassel et les « marques extérieures de dévotion à la sainte Vierge » dans les Provinces-Unies au xviie siècle (Léonie Marquaille, Université de Lausanne) / Conversion d’objets, conversion d’espaces : La Madeleine avec deux anges du Guerchin (vers 1622) à l’église Santa Maria Maddalena delle convertite (Célia Zuber, Paris-Ehess, Université de Genève).

  • Cécile Vincent-Cassy, Velázquez. Voir les anges, Paris, éd. 1 : 1, coll. ars, 2020, 76 p. (Isbn : 979-10-97193-04-1) 17 euros

L’auteure est maîtresse de conférences HDR à l’Université de Paris 13. Hispaniste, historienne de l’art, ses travaux portent sur l’Espagne des XVIe et XVIIe siècles. Elle a publié : Les saintes vierges et martyres dans l’Espagne du XVIIe siècle. Culte et image, Madrid, Casa de Velázquez, 2011.

  • Jan Blanc, Stilleven : Peindre les choses au XVIIe siècle, Paris, éd. 1 : 1, coll. ars, 2020, 264 p. (Isbn : 979-10-97193-03-4) 27 euros

L’auteur est professeur d’histoire de l’art de la période moderne à l’Université de Genève. Spécialiste de l’art des Pays-Bas, il a notamment écrit Peindre et penser la peinture au XVIIe siècle : la théorie de l’art de Samuel van Hoogstraten (2008) ; Vermeer : la fabrique de la gloire (2014) et Le Siècle d’or hollandais : une révolte culturelle au XVIIe siècle (2019).

Ces trois livres s’inscrivent dans la collection « ars », collection d’histoire et théorie de l’art, où ont été précédemment édités des textes de : Michel Weemans, Clélia Nau, Frédéric Cousinié, Bertrand Prévost, Xavier Vert, Ralph Dekoninck, Giovanni Careri et Pierre Antoine Fabre, Cécile Vincent-Cassy, Jan Blanc (catalogue sur le Site des éditions : http://editions1sur1.wordpress.com/). Les ouvrages sont disponibles sur commande en librairie ou auprès de l’éditeur.

 

Colloque : [IM]POSTURES. LANGAGES DU CORPS A L’EPOQUE MODERNE

Type : Colloque.
Date et horaire : 5 décembre 2020.
Lieu : Rouen, Musée des beaux-arts, auditorium
Pour tout renseignement : colloquecontact@gmail.com

Le colloque se déroulera en visio-conférence sur inscription préalable

ARGUMENT :  

            Quand les images sont muettes il est tentant de leur extorquer la parole. Telle est la fonction de l’expression des passions qu’exposeraient les visages et les corps dans la peinture des XVIe et XVIIe siècles.

            Mais pensées, sens, sensations et sentiments sont-ils véritablement lisibles dans le visibles ? Sous quelles conditions le sont-ils ? Pourrions-nous non pas réduire les corps à des mots, mais seulement  les faire agir sur d’autres corps, corps à corps ?

            En proposant à l’analyse un certain nombre de postures exemplaires – se tenir, se dresser, surgir, faire face, se retourner, porter, tendre, prendre, indiquer, etc. – ce colloque interdisciplinaire se propose d’étudier la généalogie, le sens, les enjeux et les effets produits que peut induire la représentation corporelle. Continuer la lecture

Publication : Le fond de l’œuvre. Arts visuels et sécularisation à l’époque moderne

 

Nous vous signalons la sortie du 12e volume de la collection Histo.art.

Cet ouvrage, intitulé Le fond de l’œuvre. Arts visuels et sécularisation à l’époque moderne est publié aux Éditions de la Sorbonne sous la Direction d’Émilie ChedevilleÉtienne Jollet et Claire Sourdin.

Présentation

Selon certaines habitudes visuelles occidentales fixes, le fond s’opposerait à la forme ou à la figure, l’avant au fond. Pour un tableau, une sculpture ou même pour une architecture, le rapport entre le fond et la forme qui s’y découpe révèle un certain ordre du monde symbolique, du moins signifiant. Or, cette hiérarchisation se voit précisément bouleversée aux XVIIe et XVIIIe siècles et l’inscription dans une compréhension du monde n’est plus si évidente. L’instabilité engendrée par ce renversements de valeurs met en lumière l’ébranlement des consciences de la seconde modernité, et cela sur plusieurs registres : spirituel, mais aussi politique ou encore sensible. Cette publication entend cerner la manière dont le questionnement sur la notion de fond dans les arts visuels s’articule à des enjeux plus généraux et propres à la période moderne, dont la sécularisation. Aborder une œuvre par le truchement du fond met donc en lumière grand nombre de ses spécificités.

Continuer la lecture

Frédéric Cousinié. L’image de religion au XVIIe siècle

Philippe de Champaigne, Moïse tenant les tables de la Loi
1648,huile sur toile 93×74,1cm. Milwaukee Art Museum.

 

Séminaire d’Initiation à la recherche en histoire de l’art moderne  2020 (M1 et M2) – Université de Paris I Panthéon-Sorbonne – Histoire et théorie de l’art

Lieu : INHA, mardi 9h-11h, Salle Demargne            

Dans son ultime et inachevé livre posthume – L’image de religion dans l’Occident chrétien, (Paris, Gallimard, 2015) -, l’historien Alphonse Dupront appelait à une

« iconologie historique », prenant en charge l’infinie variété des images : un «peuple d’images» et non les seuls chefs-d’œuvre. Des images, saisies dans leurs articulations étroites à l’écrit (Bible, vies de saints, écrits mystiques, etc.), comme aux autres représentations dont le chercheur tentait de scruter le «faire plastique», le «vocabulaire» et le «langage» propre. Le «principe d’organicité» qui devait régir l’analyse sérielle de vastes corpus obligeait néanmoins à privilégier l’in situ et les «enracinements autochtones». C’est là seulement, selon Dupront, que l’investigation peut être attentive au singulier et aux exceptions, aux «éclaircissements différentiels» (et pas seulement aux dominantes), aux rites, à la liturgie, au «vécu» d’une expérience collective pour laquelle l’image est avant tout «connaissance existentielle» et «tremplin de l’au-delà». L’approche ainsi choisie faisait de l’image le «support» et la «voie d’accès» non seulement aux significations et aux fonctions des représentations mais, plus largement, à un «imaginaire collectif» qui était la visée ultime de cette génération d’historiens.

Conçu comme un cycle de conférences/dialogues entre spécialistes (universitaires, conservateurs) et étudiants (avec rapporteurs chargés d’animer les séances par leurs questions et commentaires), le séminaire se propose d’interroger le modèle que peut encore représenter «l’image de religion» pour l’histoire de l’art du XVIIe siècle.

Programme

21 janvier – Frédéric Cousinié (Université de Rouen Normandie), « Introduction : légitimations et fonctions de l’image de religion au XVIIe siècle  ».

 

28 janvier –  Frédéric Cousinié (Université de Rouen-Normandie), « Images et pratiques méditatives ».

 

4 février –  Emilie Chedeville (Université de Paris I Panthéon-Sorbonne), « Les décors de l’église Saint-Laurent à Paris : une théologie du signe religieux ? ».

 

11 février – Valentine Langlais (Université Paul Valery, Montpellier III), « Les chapelles du Saint-Sacrement dans les Anciens Pays-Bas catholiques des XVIe-XVIIe siècle ».

 

25 février –  Philippe Luez (Musée national des Granges de Port-Royal), « Les imagiers de Notre-Dame de Liesse et les dévotions mariales au XVIIe siècle ».

 

3 mars – Giovanni Careri (EHESS), « Annibale Carracci. Un mangeur de haricots à Emmaus ».

 

10 mars – Pierre Antoine Fabre (EHESS), « La Sainte Françoise Romaine de Nicolas Poussin est-elle un ex-voto ? Réflexions sur l’interprétation dévotionnelle d’un “grand tableau”  ? ».

 

17 mars – Emmanuel Luis (Service de l’Inventaire, DRAC Normandie, Caen), « Du tableau d’autel au calice, de quelques images religieuses du XVIIe siècle en Normandie : iconographie, circulation des modèles ».

 

24 mars – Mickaël Szanto (Sorbonne Université, Paris IV), « Une peinture du temps chrétien? La Danse de la vie humaine de Nicolas Poussin (Londres, The Wallace Collection) ».

 

31 mars – Cécile Vincent-Cassy (Université de Paris XIII),  « Images, sculptures, reliques et reliquaires en Espagne et dans le monde ibérique ».

 

21 avril – Bruno Nassim Aboudrar (Sorbonne Université, Paris III), « Splendeur de la misère : du rapiècement ».  

 

28 avril – Anne Le Pas de Sécheval (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), « Peinture d’église et identité cléricale : étude comparée de quelques commandes de clercs séculiers dans le Paris du XVIIe siècle. »

Entrée livre dans la limite des places disponibles