Archives de l’auteur : Claire Bételu

À propos Claire Bételu

Docteur en Histoire de l’Art
Conservatrice-restauratrice des biens culturels, spécialité peinture

Vernis, glaçures, pigments II- Techniques et savoir-faire sur la longue durée

Le centre Alexandre Koyré (EHESS/CNRS/MNHN), le Centre de Restauration des Musée de France (C2RMF), et le Centre de recherche sur les civilisations de l’Asie orientale (CRCAO), dans le cadre du séminaire mensuel du groupe TaK- Histoire des Techniques à Koyré,
« Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation »
et LIA TrEnamelFC, coorganisent une journée d’étude le 11 mai 2017 au C2RMF (Palais du Louvre – Porte des Lions, 14, quai François Mitterrand, 75001 Paris).

En considérant les objets comme « sources », cette seconde journée de réflexion consacrée aux savoirs, pratiques et techniques des laques et vernis, mettra en dialogue historiens des techniques et de l’art, conservateurs, praticiens et physico-chimistes autour de leurs  circulations, adaptations et reconstitutions sur le temps long. En insistant autant sur les gestes techniques et les composants utilisés, les pratiques des acteurs du passé ne sont compréhensibles qu’en les restituant dans leur contexte de fabrication et de diffusion (production/consommation), permettant d’ouvrir une réflexion plus globale sur ces savoirs de « surface »  et de finitions, communes au delà des vernis à toute sorte d’enduits, émaux, dorures, étamages, notamment à travers la question de l’imitation des matériaux imitant tel ou tel effets (doré, émail etc..). À travers trois tables rondes thématiques, il s’agira de comprendre comment des procédés ancrés dans la tradition peuvent évoluer et se renouveler, en confrontant de manière dynamique l’articulation entre  l’analyse historique des sources anciennes (manuscrits, écrits prescriptifs imprimés), les échantillons et objets et le recours aux techniques contemporaines d’analyses.

Coordonnée par Anne-Solenn Le Hô (C2RMF), Marie Thébaud-Sorger (CAK) et Bing Zhao (CRCAO)

Important : Nous remercions les personnes extérieures au C2RMF de bien vouloir annoncer leur venue d’ici le mardi 9 mai, en envoyant un message à l’adresse suivante: anne-solenn.leho@culture.gouv.fr

Restauration d’une Sainte Famille, école de Rubens XVIIe siècle

image1

Vue d’ensemble de la face de l’œuvre avant restauration. ©Marine Andrieux

L’article de Marine Andrieux, étudiante en Master 2 Conservation-restauration des biens culturels, mention « Méthodologie et pratique de la conservation restauration », présente la restauration d’une Sainte Famille attribuée à l’école de Peter Paul Rubens (1577-1640). Ce panneau peint provient du Trésor de la cathédrale Notre-Dame-de-la-Treille à Lille et a été restauré dans le cadre des enseignements pratiques de la première année de Master CRBC, de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sous la direction d’Aurélie Nicolaus, maître de conférences associée et restauratrice de peinture. Les décisions relatives au traitement et au conditionnement de l’œuvre ont été prises en concertation avec Anne Da Rocha, responsable de la Commission diocésaine d’Art Sacré de Lille, et Julie Chantal, Conservateur des Antiquités et Objets d’Art du département du Nord.

Depuis la rentrée universitaire 2014, les étudiants de la spécialité peinture de troisième année de Licence Préservation des biens culturels et de première année de Master Conservation-restauration, sont chargés, individuellement ou en groupe, de la restauration d’une œuvre du diocèse de Lille, dans le cadre d’une convention de prêt instaurée entre les deux institutions.

Restauration d’une Sainte Famille, école de Rubens (XVIIe siècle), trésor de la cathédrale Notre-Dame-de-la Treille, Lille, dans le cadre du Master de Conservation-restauration des biens culturels (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

La Sainte Famille, déposée dans la cathédrale Notre-Dame-de-la-Treille, est une peinture à l’huile sur bois. La scène s’inscrit dans un format portrait et cintré. Elle représente Joseph, en arrière-plan, la tête bordée par le feuillage, ainsi que Marie et l’Enfant au premier plan de la composition. L’identité du peintre, comme la date de mise en œuvre, sont inconnues. Toutefois, la composition et le traitement stylistique expliquent notamment son rattachement à l’art de la Contre-Réforme des Pays-Bas au début du XVIIe siècle, et plus précisément à l’école de Peter Paul Rubens. Le portrait de Marie présente notamment une forte ressemblance stylistique et morphologique avec certaines œuvres de Peter Paul Rubens, comme La Vierge à la pervenche (inv. 2850, Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles), œuvre collective de Peter Paul Rubens et de Peter Brueghel, pour laquelle l’épouse de Rubens, Hélène Fourment, servit de modèle. Continuer la lecture

« Est-il utile ou nuisible de restaurer ? » Réflexion sur l’acte de restauration et ses acteurs en 1796.

arrivée au Louvre des trésors d'art de la Grande Armée (RF6061-recto) 263 x 446 cm Paris Musée du Louvre (RMN)

Benjamin ZIX, Arrivée au Louvre des trésors d’art de la Grande Armée, (RF6061-recto), (263 x 446 cm), Paris, Musée du Louvre (RMN)

Souvent négligées, les restaurations de la période moderne et du XIXème siècle sont aujourd’hui l’objet de critiques et retirées lors de nouvelles restaurations le plus souvent sans considération historique ou simplement documentaire. Toutefois, la lecture des archives du Muséum et des publications de la fin du XVIIIème siècle, révèle une discipline en mutation dont les acteurs cherchent à démontrer la légitimité de leur travail en s’appuyant notamment sur leurs connaissances en matière de technologie artistique. Ces dernières années, la publication des travaux de Rosa Moreno[1], la compilation des études de Gilberte Émile-Mâle[2], et, plus récemment, l’ouvrage de Noémie Etienne[3] ont largement couvert le sujet s’attachant à étudier la structuration du métier de restaurateur de tableaux et son intégration dans la politique du Muséum. À ces travaux, s’ajoutent les mémoires de recherche, menés à l’école du Louvre, dont le numéro 27-28 de Techné, La restauration des œuvres d’art. Éléments d’une histoire oubliée, XVIIIème-XIXème siècle[4], nous offre un panel des sujets traités.

Nous nous proposons ici d’analyser le rapport de la Commission nommée par l’Assemblée le 11 nivôse de l’An V (31 décembre 1796) et composée de Joseph-Marie Vien, Jean-Baptiste Le Brun, Jean-Marie Picault, Jean-François Hue et François-André Vincent.[5] Si des éléments de cette archive ont notamment nourri des points de réflexion sur l’utilisation des vernis et les changements de format, elle n’a cependant jamais fait l’objet d’un dépouillement singulier et complet.[6] Le document présente pourtant une cohérence certaine et montre comment la Commission interroge le champ d’action de la restauration. Continuer la lecture

Compte rendu : « La céruse : définitions, fabrications et usages d’un poison industriel » avec Judith Rainhorn.

Le 17 mars 2016, le séminaire « Les savoirs opératoires de la matière de la Renaissance à l’industrialisation », organisé par le centre Alexandre Koyré, consacrait sa séance à la céruse.

Judith Rainhorn, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambraisis a consacré son HDR, soutenue en décembre 2015, à la « céruse comme poison industriel ». Cette recherche s’inscrit dans les champs de l’histoire sociale économique et de l’histoire du travail. Elle aborde ainsi les thématiques de la santé au travail et la question de son traitement juridique. Pour le séminaire du centre Alexandre Koyré, la présentation est centrée sur l’articulation des modes de production et de diffusion de la céruse de la fin du XVIIIème siècle jusqu’au milieu du XXème siècle. Cette riche présentation pointe les réalités sanitaires de production et d’utilisation d’un matériau blanc largement utilisé de l’Antiquité jusqu’au début du XXème siècle. Judith Rainhorn questionne ici le rapport complexe qui s’instaure entre la société et ce produit que l’on sait nocif pour la santé et dont l’usage ne cesse pourtant de se développer au XVIIIème et au XIXème siècle.

Si la céruse est mentionnée dans de nombreuses publications, il est rare qu’elle fasse l’objet d’un développement monographique. Toutefois, les actes de colloques « la céruse usage et effet Xème– XXème siècle », parus en 2003, offrent un large panorama de ses conditions de fabrication et de diffusion[1]. Le terme céruse, apparu au XIIIème siècle, désigne une variété de matériaux blancs dans la composition desquels entre le blanc de plomb, pigment inorganique de synthèse obtenu à partir de l’oxydation du plomb. En 1762, l’Académie française désigne le blanc de céruse comme une « couleur blanche en laquelle la vapeur du vinaigre change le plomb ». Au début du XIXème siècle, la craie blanche entre à hauteur de 20 à 50 % dans la composition de la céruse dite de Hollande[2]. La présence d’oxyde de plomb est responsable de la nocivité du produit connue depuis l’Antiquité. Au siècle des Lumières, les médecins condamnent notamment son utilisation dans les préparations cosmétiques[3]. Ce constat encourage la recherche de substituts et s’engage ainsi, à la fin du XVIIIème siècle, une concurrence entre le blanc de plomb et le blanc de zinc, pigment inorganique de synthèse.

Continuer la lecture