Archives de l’auteur : bjouves

Appel à communication : “Décoration intérieure et plaisir des sens (1700-1850)”.

Jean-François de Troy, La jarretière détachée, 1724, huile sur toile, 64.8 × 53.7 cm , New York, The Metropolitan Museum of Art, collection Jayne Wrightsman.

Type : appel à communication pour un colloque international.
Date limite de l’appel : 13 janvier 2020.
Date de l’événement : 28 et 29 mai 2020.
Lieu : Genève, université de Genève.

 

Dans la lignée des travaux de Goubert (Du Luxe au confort, 1988), de Crowley (The Invention of Comfort, 2001) et de DeJean (The Age of Comfort, 2009), ce colloque souhaite revenir sur la part que tenait le plaisir sensoriel dans l’organisation des espaces intérieurs en Europe entre 1700 et 1850. Plusieurs traités d’architecture du XVIIIe siècle tels que celui de Boffrand (1745) ou plus tard de Le Camus de Mézières (1780) mettent l’accent sur l’importance des sens dans la disposition et la décoration des pièces. Ces textes soulignent que certains arrangements, pour reprendre le terme de l’époque, doivent créer une impression de plaisir et de bien-être sur ses usagers. Cette idée d’un décor qui éveille les différents organes de perception du corps humain dans le but de produire un effet sur le spectateur s’inscrit dans une approche sensualiste de l’architecture. Cette préoccupation est alors désignée par de nombreux auteurs sous les termes d’« agrément » et de « commodité » qui permettent d’exprimer, avant qu’il n’apparaisse au début du XIXe siècle, le concept de confort[1].

[1] Joan DeJean, The Age of Comfort : When Paris Discovered Casual and the Modern Home Began, New York, Bloomsbury, 2009.

 

Nous proposons de privilégier trois grands axes de réflexion, qui n’épuisent évidemment pas le champ des possibles :

DE LA THÉORIE A LA PRATIQUE

Le premier axe est consacré à la place de l’agrément et du confort dans les ouvrages théoriques et à l’impact de ceux-ci dans la production de décors. Il s’agira ainsi de déterminer la part accordée aux sens et au corps non seulement dans les traités d’architecture, mais aussi les textes destinés aux artistes décorateurs, comme le livre d’André Jacob Roubo (L’Art du menuisier en meubles, 4 vols, 1769-1775), et, plus incidemment, dans les recueils de modèles (Jean-Charles Delafosse (Nouvelle Iconologie historique, 1768). L’intérêt porté aux sensations dans ces ouvrages peut être pensé (/envisagé) en regard de la philosophie sensualiste (Condillac, Traité des sensations, 1754) mais aussi de la littérature libertine du siècle des Lumières (La Petite Maison de Bastide, 1763).

Continuer la lecture

Conférence : “L’entretien et le suivi sanitaire des œuvres en extérieur du Château de Versailles : examen des mesures préventives mises en place entre 2008 et 2018 et élaboration d’un protocole de traitement biocide” (annulée)

Apollon à la lyre ou apollon Cytharède, Allées du bassin d’Apollon conduisant au Grand Canal, côté Nord. Antique : torse. Complété au 17e siècle, Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon

Evénement : Conférence

Lieu : Galerie Colbert, Salle Vasari

Date : 21 octobre 2019, 17h-19h (annulée)

Tessa Pirillo est conservatrice-restauratrice du patrimoine culturel, actuellement étudiante en conservation préventive. Elle mène un projet de recherche sur les sculptures en extérieur du parc du Château de Versailles.

Une première partie du projet porte sur l’examen des mesures de conservation préventive mises en place par l’équipe du suivi des œuvres en extérieur depuis 2008. En outre, le projet vise la mise en place d’un protocole de traitement biocide à travers des test comparatif de différent produits biocides.

Journée d’étude : “La dorure décryptée par l’analyse”

Candélabres du salon des nobles de Marie-Antoinette à Versailles, livré par Daguerre , 1787, Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon

Type d’événement : Journée d’étude

Date : 23 avril 2020

Lieu : Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France

Suite aux deux premières journées d’étude du groupe Dorure de la SFIIC, portant sur le vocabulaire employé pour la mise en œuvre et la description des revêtements métalliques, la troisième journée, qui se déroulera le 23 avril 2020, portera sur leur étude matérielle, et notamment, sur l’analyse physico-chimique.

La première partie des communications traitera des techniques analytiques employées pour identifier les feuilles ou poudres métalliques, ainsi que leurs couches d’accroche et la préparation des supports. Analyses non-invasives ou sur micro-prélèvement, que peuvent-elles apporter ? Quelles en sont les limites ?

Continuer la lecture

Appel à communication : “Aux limites de l’étude matérielle de la peinture : la reconstitution du geste artistique”.

François Boucher, Le Peinture dans son atelier, XVIIIe siècle, huile sur toile, 27 x 22 cm, Paris, musée du Louvre

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 1er mai 2019.
Date de l’événement : 28 septembre  2019.
Lieu : Paris, INHA.

Dans son positionnement en tant que discipline scientifique, l’histoire de la peinture s’impose traditionnellement comme strict objet d’étude le tableau. Elle n’en demeure pourtant pas moins fascinée par ce qu’elle ne peut atteindre de façon absolue : le geste de l’artiste.

Ce geste relève d’autant plus du domaine de l’imaginaire et de l’impalpable, qu’il affleure au sein d’études matérielles consacrées aux outils ou aux matériaux.

Qualifié de volontaire ou de conditionné, d’individuel ou de stéréotypé, le geste entraine dès lors l’histoire de l’art dans des débats sur sa technicité, sa singularité, voire la possibilité même d’un savoir objectif à son endroit.

Ainsi tentée par la réincarnation du peintre en action, l’écriture de l’histoire de l’art a pu développer des stratégies pour recréer le mouvement du peintre, se le figurer par le biais d’une image mentale, en se raccrochant à une imagerie tangible ou encore en essayant de le reconstituer. Continuer la lecture

Journée d’études : “Palette – Conservation-restauration des biens culturels”.

Rembrandt, Saint Matthieu et l’Ange, v.1602, huile sur toile, 295 x 195 cm, Paris, musée du Louvre


Type : Journée d’études
Date et horaire : 20 décembre 2018 
Lieu : Salle Vasari, Institut national d’histoire de l’art, Paris

Au cours de la matinée, les étudiants de la Licence de Préservation des Biens Culturels et du Master professionnel de conservation–restauration exposer ont les résultats de leur dossier Palette. Ils s’attacheront à exposer leur démarche de recherche et de reconstitution de matériaux et de procédés artistiques employés par des artistes de l’Antiquité au XXe siècle.

Cette nouvelle édition est marquée par la création d’un site internet qui offre un accès ouvert à ces nombreux dossiers que de puis une vingtaine d’années les étudiant(e)s en conservation-restauration s’attachent à faire vivre.

Programme

Organisation scientifique:

Claire BETELU, Maître de conférences Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Aurélie NICOLAUS, Maître de conférences associée Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Conférence du GRHAM : « La face cachée des pastels : étude des différents supports utilisés par les artistes au XVIIIe siècle », par Valérie Luquet (Paris, 13 décembre 2018).

 

Type : Conférence (entrée libre).
Date de l’événement : 13 décembre 2018, 19h.
Lieu : Salle Vasari, Institut national d’histoire de l’art, Paris.

Le XVIIIe siècle est souvent considéré comme l’âge d’or de la peinture au pastel malgré les critiques parfois très virulentes de certains académiciens ou d’Etienne de La Font de Saint-Yenne : « Le nombre des Peintres en Pastel est infini. Mais il est bien à craindre que la facilité & la célérité de ses fragiles craïons ne fassent négliger l’huile beaucoup plus lente à la vérité, mais infiniment plus savante, & incomparable pour la durée* ». L’art du pastel est un domaine dans lequel on remarque, tout au long du siècle des lumières, une intense activité de recherche menée par les artistes ou les marchands de couleurs. Continuer la lecture

Journées d’étude : “Mémoires de la restauration”.

Pavillon de chasse de Stupinigi

 

Type : Journées d’étude
Date et horaire : 15 et 16 novembre 2018 
Lieu : Musée d’arts de Nantes

Le Centre de recherche et de restauration des musées de France organise un cycle de journées d’étude sur la conservation-restauration des œuvres d’art.

Accueillies par le Musée d’arts de Nantes les 15 et 16 novembre 2018, ces deuxièmes journées sont destinées en priorité aux professionnels des musées  (conservateurs, attachés de conservation, régisseurs, restaurateurs, etc.) et des Monuments Historiques. Elles bénéficient cette année du label « Année européenne du patrimoine culturel 2018», ainsi que du soutien de la DRAC des Pays de la Loire (Ministère de la Culture), de Nantes Métropole et de la collaboration de l’Association Générale des Conservateurs des Collections publiques de France et sa section régionale (AGCCPF). 

Continuer la lecture

Séminaire de recherche : « Expérience de recherche au Getty-Los Angeles – Etude de la production de Riesener »

Antoine Vestier, Jean-Henri Riesener (1734-1806), 1786, huile sur toile, 95,5 x 76 cm, Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon © RMN-GP

Type : Séminaire de recherche en conservation-restauration
Date et horaire : mardi 15 mai 2018, 16h30-18h30 (entrée libre)
Lieu : Salle Demargne, Paris, Institut national d’histoire de l’art

Intervenant : Marc-André Paulin (doctorant Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – C2RMF) Expérience de recherche au Getty-Los Angeles – Etude de la production de Riesener

Ce premier cycle de conférences rend compte de l’activité de recherche de conservateurs restaurateurs du patrimoine soutenue dans le cadre d’une thèse de doctorat. Les conférenciers s’attacheront à présenter les modalités d’une recherche en conservation restauration et ses fondements épistémologiques. Continuer la lecture

Conférence : « Du champ de bataille au métier à tisser : la tapisserie du siège de Tournai par Louis XIV »

Le siège de Tournai en 1667, tapisserie, Paris, Mobilier National (photographie : Johannes Schwabe).

Type : Conférence
Date et horaire : 22 mars 2018, 19h
Lieu : Tournai, Centre de la Tapisserie, des Arts Muraux et des Arts du Tissu de la Fédération Wallonie-Bruxelles

En 1668, une année après avoir été assiégée par Louis XIV en personne, la ville de Tournai était rattachée à la France par le traité d’Aix-la-Chapelle. L’anniversaire de cette date sera l’occasion d’étudier en détail un document exceptionnel de cet épisode de l’histoire de la ville : la tapisserie représentant le siège de Tournai par l’armée de Louis XIV en 1667, tissée au cours des années 1670 à la Manufacture des Gobelins à Paris d’après les dessins de Charles Le Brun et d’Adam-François Vandermeulen.

Très souvent les moyens de la fabrication d’une tapisserie, entre autres des cartons, des esquisses ou des patrons, ont été détruits en tant qu’outils de travail. Mais la tapisserie du siège de Tournai en fait exception : un nombre considérable en est encore conservé, notamment le carton de tapisserie en grandeur originale qui a été utilisé dans les ateliers des lissiers de la manufacture. Une approche pluridisciplinaire vise à « faire parler » cet objet exceptionnel : Après un bref aperçu du sujet représenté, le carton est successivement ancré dans trois contextes qui expliquent les spécificités matérielles, stylistiques et iconographiques de cet œuvre : (1) le contexte de la production et les processus de travail à la manufacture des Gobelins au XVIIe siècle, (2) les stratégies picturales du carton et leur « traduction » dans le medium de la tapisserie, et (3) la fonction et l’accrochage de la tapisserie au temps du règne de Louis XIV, avec un focus particulier sur l’interaction entre l’œuvre et son spectateur et au rôle de la tenture dans le cadre du cérémoniel de la cour. Continuer la lecture

Journée d’étude : “Aménagement intérieur et cohabitation des styles aux époques moderne et contemporaine”

Type : Journée d’étude (entrée libre)
Date et horaire : lundi 19 mars 2018 – 9h30-17h
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Vasari (1er étage).

Cette journée d’étude propose d’interroger la manière usuelle et pragmatique d’adapter dans un espace domestique des objets qui n’étaient originellement pas destinés à se rencontrer, en jouant malgré ou avec leur dissemblance.

Si l’histoire de l’art nous met souvent en présence d’intérieurs où l’harmonie décorative est conçue selon l’idéal d’une « œuvre d’art totale », c’est ici un versant opposé qui sera examiné. Il s’agit en effet d’offrir plusieurs réflexions issues de rapprochements inattendus et parfois surprenants que peuvent susciter des assortiments hétérogènes d’objets de natures et d’époques diverses. Ce sujet rejoint l’histoire du goût et des collections : il place au cœur du débat la nécessité pratique pour un collectionneur, marchand ou particulier, de composer un intérieur à partir d’éléments disparates par leur âge, leur forme ou leur usage.

Les cas convoqués montrent l’étendue des possibilités, certains ayant choisi d’associer leur mobilier ancien à des œuvres d’art moderne, d’autres un mobilier moderne à des œuvres anciennes, ou encore de mêler plus largement différentes typologies de collections dans un même espace, tout en laissant présager un souci de l’effet d’ensemble. Foisonnants et éclectiques, ces intérieurs prônent pour ainsi dire le désordre organisé. De même, leurs composantes, œuvres et objets d’art, tantôt perçues comme des sources de délectation, tantôt envisagées avec une finalité plus triviale, se présentent en constante mutation. Ils deviennent dès lors problématiques pour l’historien chargé de les interpréter de façon cohérente, souvent tenté de les catégoriser et d’en fixer un sens unique dans le temps et l’espace. Continuer la lecture

Journées professionnelles : “Conserver et restaurer le patrimoine culturel : des métiers et des pratiques en évolution”

Chantier-école de conservation-restauration au Fonds régional d’art contemporain (FRAC) de la Réunion dans le cadre des enseignements dispensés aux élèves restaurateurs de la spécialité « Arts graphiques et livre », section « Arts graphiques » – Photo Inp

Type : journées professionnelles
Date et heure : 29 et 30 mars 2018
Lieu : Cité de l’architecture et du patrimoine – Auditorium – 7 avenue Albert de Mun – 75016 Paris

8èmes Journées professionnelles de la conservation-restauration des biens culturels

La direction générale des Patrimoines du ministère de la Culture organise, en partenariat avec la Cité de l’architecture et du patrimoine et l’Institut national du patrimoine, les huitièmes journées professionnelles de la conservation-restauration des biens culturels.

Elles sont, en cette année européenne du patrimoine culturel, consacrées à l’exercice des métiers indispensables aux mesures et actions de la conservation-restauration : formation initiale, adaptation de la formation à la réalité du terrain, évolutions des pratiques, évolution du métier, des compétences requises, place du métier dans le processus de conservation-restauration du patrimoine culturel, enjeux pour l’avenir…

Après une introduction historique, l’évolution des métiers sera abordée à travers la transformation des pratiques, au regard notamment de nouveaux patrimoines, le développement de nouvelles compétences voire de nouveaux métiers, la modification de la commande et de l’économie de la conservation restauration, les perspectives et enfin l’évolution des besoins en matière de formation.  Continuer la lecture

Cycle de conférences : « Activité de recherche de conservateurs restaurateurs »

Antoine Vestier, Jean-Henri Riesener (1734-1806) [détail], 1786, huile sur toile, 95,5 x 76 cm, Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon © RMN-GP

Ce premier cycle de conférences rend compte de l’activité de recherche de conservateurs restaurateurs du patrimoine soutenue dans le cadre d’une thèse de doctorat. Les conférenciers s’attacheront à présenter les modalités d’une recherche en conservation restauration et ses fondements épistémologiques. A travers des cas d’étude comme les polychromies antiques ou la production de Monet, ils montreront comment l’étude de la matérialité (étude des traces, interprétation des gestes et des procédés) éclairent de façon nouvelle des corpus d’artefacts et dans le même temps les pratiques artistiques et artisanales.

23 janvier : Docteure Brigitte Bourgeois Étude des polychromies antiques : interprétation des traces.

13 février : Docteure Clothilde Proust Les ateliers du Musée des Antiquités nationales. Aux origines de la restauration en archéologie.

10 avril : Docteure Bénedicte Trémolières Eléments pour une histoire matérielle de l’impressionnisme : Les Cathédrales de Claude Monet.

15 mai : Marc André Paulin (Doctorant Paris 1 – C2RMF) Expérience de recherche au Getty-Los Angeles – Etude de la production de Riesener Continuer la lecture

Publication: Retours d’expérience et regards rétrospectifs 6e colloque international de l’ARAAFU

Présentation de l’éditeur :

RETOURS D’EXPÉRIENCE ET REGARDS RÉTROSPECTIFS
6e COLLOQUE INTERNATIONAL DE L’ARAAFU
PARIS – CITÉ DE L’ARCHITECTURE ET DU PATRIMOINE
26, 27 ET 28 NOVEMBRE 2014

Édition numérique sur clé USB. Prix de vente : 35 € (hors frais de port).
ISBN 978 -2-907465-25-2
© ARAAFU, Paris 2017

——-

Télécharger le sommaire du colloque 2014
Télécharger le bon de commande des publications Araafu
Télécharger le catalogue des publications 2018

——-

Sommaire des actes du colloque 2014
RETOURS D’EXPÉRIENCE ET REGARDS RÉTROSPECTIFS

Histoire des institutions
Agnès Prévost ♦ L’atelier de restauration et de moulage des sceaux des Archives nationales :150 ans d’histoire et de techniques
Reyes Jiménez de Garnica ♦ 50 ans du musée Picasso de Barcelone : muséologie et méthodes de restauration…et leur impact sur les collections
Caroline Marchand ♦ Conservation préventive au musée canadien de l’Histoire :un passé, un présent, mais quel avenir ?
Claude Payer ♦ Sculpture ancienne du Québec : 30 ans de restauration et de recherche au CCQ Continuer la lecture

Présentation d’ouvrage : “L’artiste et l’antiquaire. L’étude de l’antique et son imaginaire à l’époque moderne.”

Type : présentation d’ouvrage

Date : 5 décembre 2017, 18h-20h

Lieu : Salle Vasari, Institut national d’histoire de l’art

L’artiste et l’antiquaire. L’étude de l’antique et son imaginaire à l’époque moderne, sous la direction d’Emmanuel Lurin et de Delphine Morana Burlot

Avec le développement de l’humanisme et la redécouverte de l’art antique, l’Antiquité est apparue comme un nouveau champ d’investigation et une source d’inspiration inépuisable. Les érudits et savants qui s’y sont intéressés, les « antiquaires », ont collaboré avec de nombreux dessinateurs, peintres et architectes, mais aussi avec des illustrateurs, des graveurs et des professionnels du livre, pour mener leurs recherches sur ces objets qui les passionnaient. L’objet de ce livre est de mettre en lumière une catégorie d’images qui interrogent constamment notre conception des techniques de reproduction artistique, de la représentation documentaire et du métier d’artiste dans les sociétés de l’époque moderne. Continuer la lecture

Exhibition: “Rubens. Royal Portraits”, Musée du Luxembourg, from the 4st of October 2017 to the 14st of January 2018

Peter Paul Rubens, Portrait of Anne d’Autriche, Queen of France, about 1622-1625, oil on canvas, 120 x 98.6 cm, Pasadena (California), The Norton Simon Foundation [© Poster of the Réunion des musées nationaux – Grand Palais, 2017]

“Even if, by his birth, he couldn’t claim privileges from among the old and former nobility who made him feel his position, he was regarded with high esteem by sovereigns. Rubens lives and contributes to the enhancement of the art of painting. [1]

Until the 14th of January 2018, the Musée du Luxembourg presents a part of the European works of Peter Paul Rubens (1577-1640). Through about sixty paintings and eighty-nine items in total, the painter’s work is viewed from the perspective of portraits for the monarchs of the great royal courts, made during his journeys or in his workshop, during the first half of the 17th century. From Italy to France, via Brussels or Spain, the artist was commissioned by the greatest Kings represented in this display through the pictorial technique of portraiture, a genre constantly evolving at this period, due in part to Ruben’s influence.

Journeys through an Europe ruled by Princes

Italy: Patronage of Duke of Mantou

Peter Paul Rubens, Portrait of Ferdinand de Gonzague, about 1602-1603, oil on canvas, 81,2 x 56,5 cm, Priv. Coll., courtesy of Nicholas Hall (© courtesy of Christie’s)

Rubens came from a family of Antwerp merchants who fled the town for religious reasons before returning during the late 1580s. He was trained by Otto van Veen, known as Vaenius (1557-1629)[2], a philosopher and mannerist painter marked by Italian influences and who encouraged his pupil to follow his training there. Rubens arrived in Italy in 1600 and stayed there until 1608. Speaking several languages including Latin, and having received a humanist education, the young painter showed a great ease in the learning of his art and was soon hired by Vincent I de Gonzague, Duke of Mantou and Montferrat (1562-1612).

Continuer la lecture