Archives de l’auteur : Alice Ottazzi

Conférence du GRHAM : “Des tableaux pour les « papistes » : Peinture et confession catholique en terre réformée” par Léonie Marquaille (20 février, Paris)

Johannes Vermeer, L’Allégorie de la foi, v. 1670-1674, toile, H. 1,14 ; L. 0,89 m, New York, The Metropolitan Museum of Art, inv. n° 32.100.18.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 20 février 2020 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

À l’âge de la Contre-Réforme, le catholicisme néerlandais a su inspirer des œuvres spécifiques et originales, dont l’étude permet de renouveler l’histoire de la peinture religieuse en Hollande au xviie siècle, mais aussi celle, moins attendue, du portrait, du paysage et des scènes de la vie quotidienne. Comment, en terre réformée, les convictions religieuses des Catholiques ont pu trouver une forme d’expression dans la peinture ? Existe-t-il des tableaux manifestes de la foi catholique ? En quelle mesure les œuvres incarnent-elles une sensibilité nouvelle pour la peinture, dans un contexte où le rapport à l’art est de plus en plus sécularisé ?

Cette vision renouvelée du Siècle d’Or hollandais repose sur une meilleure compréhension des rapports entre les pratiques artistiques et les sentiments religieux. L’œuvre de certains peintres, tels qu’Abraham Bloemaert ou Johannes Vermeer, présente des traces d’engagement confessionnel, mais la question d’un regard catholique porté sur l’œuvre d’art doit aussi être soulevée. À travers l’étude des œuvres, de leur mise en contexte et de leur réception, cette conférence permettra de saisir les sentiments d’appartenance à la confession catholique d’une partie de la société hollandaise du xviiesiècle et d’esquisser les contours d’une peinture catholique en pays de mission.

Léonie Marquaille est maître-assistante en histoire de l’art de la période moderne à l’université de Lausanne. Elle a soutenu une thèse en 2015 (université Paris Nanterre et université de Genève) intitulée Peindre pour les milieux catholiques dans les Pays-Bas du Nord au XVIIe siècle, qui est parue aux Presses universitaires de Rennes en 2019 sous le titre La peinture hollandaise et la foi catholique au xviie siècle. Spécialiste de l’art hollandais, elle s’intéresse aux rapports entre art et confession à l’âge de la Contre-Réforme. Elle co-dirige, avec Jan Blanc, un projet sur la notion de Siècle d’Or hollandais financé par le Fonds national Suisse et prépare un ouvrage collectif sur Abraham Bloemaert et son atelier.

Appel à communication : “Séminaire Collection”

Henri-Pierre Danloux,The Baron de Besenval in his Salon de Compagnie 1791, Londres, National Gallery

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 8 novembre 2019.
Date de l’événement : 18 février, 17 mars, 7 avril, 5 mai et 9 juin 2020
Lieu : Institut national d’histoire de l’art (INHA)

Les organisateurs de Collection/Séminaire sur le collectionnisme et le marché de l’art, lancent un appel à communication pour les séances mensuelles du séminaire en 2020. Le séminaire Collection entend être un lieu de rencontre qui permet la discussion entre universitaires et conservateurs venus présenter de nouvelles recherches sur tous les sujets relatifs à l’histoire des collections et du marché de l’art. Les communications pourront concerner toutes les époques sans limitations géographiques et aborder par exemple la constitution et la vie des collections, (privées et muséales), les collectionneurs et les acteurs du marché de l’art, autant que des réflexions méthodologiques sur les sources et les outils, y compris numériques.

Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : “Un peintre face aux connaisseurs : la visite de Sir Joshua Reynolds à Düsseldorf (27-31 août 1781)” par Jan Blanc (18 avril, Paris).

Sir Joshua Reynolds, Autoportrait, v. 1775, huile sur toile, 74,9 x 62,2 cm, Londres, Tate Britain

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 18 avril 2019 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

C’est à l’occasion de son premier voyage dans le nord de l’Europe, d’abord dans les Pays-Bas espagnols, puis dans les Provinces-Unies, et enfin dans le Saint-Empire, que sir Joshua Reynolds séjourne à Düsseldorf, du lundi 27 au vendredi 31 août 1781. Cette petite semaine offre au peintre anglais l’occasion de découvrir les collections de l’Électeur, mais aussi de faire la connaissance du directeur de l’académie locale, Lambert Krahe. En sa compagnie, il passe l’essentiel de son temps, tant dans la Galerie électorale que durant ses loisirs. Les discussions mais aussi les débats que partagent les deux artistes n’ont jamais fait l’objet, à ma connaissance, d’un examen prolongé et attentif. C’est la raison pour laquelle j’y consacrerai cette conférence. J’y évoquerai les conditions de cette rencontre, détaillerai les visites et les discussions entre les peintres, ainsi que les différences, si ce n’est les différends qui opposent Reynolds et Krahe. Il s’agira de souligner les manières très diverses dont les collections de dessins et de tableaux de Düsseldorf ont été envisagées par les deux hommes et, surtout, de mettre en évidence le regard porté par le peintre britannique, tant sur ces collections que sur le goût qu’elles trahissent.

Continuer la lecture

Exposition : “En société. Pastels du Louvre des XVIIe et XVIIIe siècles”.

Maurice Quentin de La Tour, Jeanne Antoinette Lenormant d’Étiolles, marquise de Pompadour (1721-1764). Entre 1752 et 1755. Salon de 1755. Pastel et rehauts de gouache sur au moins huit feuilles de papier bleu dont un empiècement pour le visage, collées en plein sur une toile tendue sur châssis. 178,5 x 131 cm. Musée du Louvre © Musée du Louvre, dist. RMN – Grand Palais / Laurent Chastel

Le Musée du Louvre présente jusqu’au 10 septembre 2018 une exposition de plus de cents pastels de issus de ses propresfonds, qui rappelle la richesse sans égalede cette collection de pastels du XVIIe et du XVIIIe siècles. L’exposition est ainsi l’occasion de montrer une sélection d’œuvres qui ont été restauréesrécemmentgrâce au mécénat des American Friends of the Louvre. La campagne de restauration, qui a durée plusieurs années, a permis un travail très poussé: démontagedes œuvres pour entreprendre une action de dépoussiérage et enlèvement de la moisissure. Cela a donné lieu à plusieurs découvertes et à la proposition de nouvelles attributions. Continuer la lecture