Archives de l’auteur : Alice Ottazzi

Conférence du GRHAM : « Les écrits du for privé : une source pour l’histoire de l’art ? L’exemple du livre de raison de Joseph Vernet », Émilie Beck Saiello

Claude-Joseph Vernet, Port méditerranéen au soleil couchant avec l’artiste, sa fille Emilie Chalgrin, son fils Carle Vernet, sa belle-fille Fanny Moreau et son serviteur Saint-Jean, 1788, huile sur toile, 87 x 113,6 cm, Collection particulière.

Type : Conférence.
Date et horaire : jeudi 21 janvier 2021 à 19h.
Lieu : En ligne / Zoom.
Pour tout renseignement et inscription : asso.grham@gmail.com

Il y a quelques semaines encore était publiée, sous la direction des historiens Michel Figeac et Caroline Le Mao, une anthologie des écrits de l’intime : toute dernière manifestation d’un intérêt pour ce que l’on appelle « les écrits du for privé » ou « ego-documents » – textes non fictionnels produits par des personnes ordinaires dans un cadre non institutionnel – qui remonte, chez les littéraires et les historiens, aux années 1970 et 1980. Les historiens de l’art, si l’on excepte les travaux d’Olivier Bonfait, Charlotte Guichard et Ariane James-Sarazin, se sont peu penchés sur ces sources. Elles permettent pourtant de définir les trajectoires individuelles, d’appréhender la construction de l’identité mais aussi des sociabilités, d’analyser le fonctionnement matériel de l’atelier et l’économie professionnelle, d’étudier enfin des objets singuliers qui, dans le cas des artistes, mêlent souvent le graphisme à l’écrit. Les écrits du for privé sont donc à la confluence de l’histoire matérielle, de l’histoire économique, de l’histoire de l’intime et de l’histoire sociale.

L’un des exemples les plus intéressants de ces écrits pour le XVIIIe français est constitué par le livre de raison du peintre Joseph Vernet (1714-1789). À travers l’analyse de ce manuscrit, qui fera prochainement l’objet d’une édition critique, nous essaierons de montrer quel est l’intérêt de ce type de source, non seulement pour l’étude de l’une des figures majeures de la peinture française et européenne au XVIIIe siècle, mais aussi pour la discipline de l’histoire de l’art.

 

Émilie Beck Saiello est maître de conférences à l’Université Sorbonne Paris Nord, en délégation au CNRS (Centre Norbert Elias). Elle travaille sur le paysage et ses représentations, la condition sociale de l’artiste en France et en Italie, et les échanges, circulations et disséminations dans l’Europe du Grand Tour. Elle a publié entre autres Napoli e la Francia. I pittori di paesaggio da Vernet a Valenciennes, L’Erma di Bretschneider, 2010 ; Pierre Jacques Volaire (1729-1799), dit le Chevalier Volaire , Arthena, 2010 et a codirigé plusieurs ouvrages dont L’Académie de France à Rome. Le Palais Mancini : un foyer artistique dans l’Europe des Lumières (1725-1792), PUR, 2016 et Écrire et peindre le paysage, France Angleterre 1750-1850, PUR, prévu en mars 2021. Dans le cadre de son HDR, elle achève l’édition critique du livre de raison de Joseph Vernet et travaille sur la diplomatie culturelle à Rome au XVIIIe siècle.

Appel à communication : TOOLS FOR THE FUTURE – RESEARCHING ART MARKET PRACTICES FROM PAST TO PRESENT Workshop 6 – Financial Structures and Practices on the Art Market

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 15 janvier 2021.
Date de l’événement : 11 et 12 juin 2021.
Lieu : Paris, Université Sorbonne Nouvelle & IESA Arts & Culture.

The workshop, Financial Structures and Practices, is part of the International Workshops Series
“Tools for the Future: Researching art market Practices from Past to Present”, jointly founded by
Elisabetta Lazzaro (Business School for the Creative Industries – University of the Creative Arts, UK), Nathalie Moureau (University Paul Valéry, Montpellier 3) and Adriana Turpin (IESA Art & Culture, Paris and the Society for the History of Collecting, London). Through individual presentations followed by group discussions, the workshops series aims at bringing together international scholars and professionals from different disciplines, periods of study and areas of practice of the art market to confront key issues and related methods that can be used to interpret, analyse and operate through the structures and principles of the art market. Previous workshops were on art collectors (Montpellier, June 2018), the artist as an entrepreneur (Utrecht, December 2018), formation and development of new markets (London, June 2019) communication strategies (Rome, November 2019) and legislation and legal structures (Ljubljana, September 2020).
The migration of art works, from the studio to the gallery, from a nation’s private collections to another’s public museums, from the seller to the buyer, and from the primary market to the secondary market, has been explored and analysed by the previous workshops. The art market is a highly entrepreneurial and peripheral market. The banking, funding and support strategies deployed or relied upon by the diverse actors of this art market have given rise to complex transactions, investments, and interest protections. The sixth workshop, organised by CREW – Centre for Research on the English-speaking World at Université Sorbonne Nouvelle, and the IESA Arts & Culture, l’École internationale des métiers de la culture et du marché de l’art, will address the money flow that underpins these migrations and transfers – the financial strategies of the art market and the ways in which international or national financial structures influence the ability to purchase or the need to sell and produce. The workshop will feature the keynote by Prof. Bruno Frey, University of Basel and Center for Research in Economics, Management and the Arts, Switzerland. Continuer la lecture

Soutenance de thèse: « Être artiste en dehors de l’Académie royale de Peinture et de Sculpture : peinture et reconnaissance publique dans le Paris des Lumières (1751-1791) » (Maël Tauziède-Espariat)

Anonyme, Portrait d’un peintre dans un médaillon, c.1760, peinture à l’huile sur toile, 29,5 x 20 cm, Paris, coll. part. (ancienne coll. Olivier Aaron).

Type : Soutenance de thèse

Date :  14 janvier 2021 à 14h

Lieu : Paris, Institut national d’histoire de l’art (visioconférence)


M. Maël Tauziède-Espariat soutiendra sa thèse de doctorat en histoire de l’art, intitulée :

« Être artiste en dehors de l’Académie royale de Peinture et de Sculpture : peinture et reconnaissance publique dans le Paris des Lumières (1751-1791) »

devant un jury composé de :

M. Olivier Bonfait, Professeur, Université de Bourgogne (directeur).

Mme Charlotte Guichard, Directrice de recherche au CNRS, École normale supérieure – Institut d’histoire moderne et contemporaine.

M. Christophe Leribault, Conservateur général du Patrimoine, Directeur du musée des beaux-arts de la Ville de Paris Petit-Palais.

M. Mathieu Marraud, Chargé de recherche au CNRS HDR, École des hautes études en sciences sociales – Centre de recherches historiques.

M. Christian Michel, Professeur, Université de Lausanne.

Mme Sophie Raux, Professeure, Université Lumière Lyon 2.

Le jeudi 14 janvier à 14h en visioconférence.

Continuer la lecture

Appel à communication pour le RSA : Collecting and Display of Small, Portable Objects (15th–17th century) (Dublin, 7–10 avril 2021)

Willem van Haecht, Apelles Painting Campaspe, c. 1630, oil on panel, Mauritshuis, The Hague, détail.

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 30 juillet 2020.
Date de l’événement : 7-10 avril 2021.
Lieu :  Dublin.

Renaissance Society of America Conference 

Collecting and Display of Small, Portable Objects (15th–17th century)

The taste for small objects, such as gems, jewels, coins, small antiquities, statuettes and miniature works of art is evident in leading collections from the fifteenth through the seventeenth centuries. The materiality of small precious objects and their portability raise questions about the dynamics and the reasons behind the taste for small things, addressing concepts of intimacy, privacy and public access in relation to the display of these objects, as well as questions about their significance in periods of uncertainty. Long-standing scholarship on collections has focused on their legacies, while less attention has been paid to the status of these objects and to the way in which objects may have been valued for their diminutive size, movability, or even disposability. The topic for these sessions raises new questions about the appeal of collecting and displaying such works of art.

We invite proposals that consider the following:

  • The significance and value of gems, cameos, medals, and other small works of art, as contrasted to paintings or large-scale sculpture
  • Collecting reduced copies of well-known sculpture and the ways in which these miniatures altered the collector’s relationships with and perceptions of the original
  • Collecting across different scales and the display of miniature collections
  • Moveable works of art and mobility of works of art within a collection
  • The transformation of collections through small, precious objects during periods of change
  • Collections perceived as disposable and exchangeable
  • The safeguard of inheritances and collections
  • Dislocation and re-interpretation of collections

Proposals should be for 20-minute papers and must include a title, abstract of no more than 150 words, keywords and a one-page CV. Speakers will need to be members of RSA and members of The Society for the History of Collecting at the time of the conference.

Please send your submission before 30 July 2020 to Adriana Turpin (adrianaturpin@gmail.com), Sophia Quach McCabe (sqmccabe@gmail.com), and Alice Ottazzi (alice.otz@gmail.com).

Applicants will be notified by 10 August.

Appel à communication du GRHAM : “Collectionner : acteurs, lieux et valeur(s) (1750 – 1815) »

Adriaan de Lelie, De kunstgalerij van Jan Gildemeester Jansz, huile sur toile, 1794–95, Rijksmuseum, Amsterdam

 

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 05 avril 2020.
Date de l’événement : 15 -16 juin 2020.
Lieu : salle Jullian (15 juin) et salle Vasari (16 juin), Institut National d’Histoire de l’Art (INHA) 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris.

Pour clôturer cette année académique, le Groupe de Recherche en Histoire de l’Art Moderne (GRHAM) s’associe au Séminaire Collection pour l’organisation d’un colloque sur le thème du collectionnisme. Intitulé Collectionner : acteurs, lieux et valeur(s) (1750 – 1815), cet événement a comme objectif d’analyser les collectionneurs à travers leurs pratiques et leurs représentations, en insistant sur de nouvelles pistes de réflexions méthodologiques. Celles-ci permettront d’extraire cette thématique d’approches purement biographiques et monographiques. À partir de cas précis, le colloque entend appréhender le collectionnisme par le biais de problématiques et de méthodes propres qui vont au-delà de la reconstitution d’une collection, un travail certes incontournable, mais conçu ici plutôt comme le point de départ d’une réflexion. Bien que les thématiques à exploiter soient nombreuses, nous nous proposons de borner notre examen à l’étude de trois axes principaux.

Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « Des tableaux pour les « papistes » : Peinture et confession catholique en terre réformée » par Léonie Marquaille (20 février, Paris)

Johannes Vermeer, L’Allégorie de la foi, v. 1670-1674, toile, H. 1,14 ; L. 0,89 m, New York, The Metropolitan Museum of Art, inv. n° 32.100.18.

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 20 février 2020 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Jullian.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

À l’âge de la Contre-Réforme, le catholicisme néerlandais a su inspirer des œuvres spécifiques et originales, dont l’étude permet de renouveler l’histoire de la peinture religieuse en Hollande au xviie siècle, mais aussi celle, moins attendue, du portrait, du paysage et des scènes de la vie quotidienne. Comment, en terre réformée, les convictions religieuses des Catholiques ont pu trouver une forme d’expression dans la peinture ? Existe-t-il des tableaux manifestes de la foi catholique ? En quelle mesure les œuvres incarnent-elles une sensibilité nouvelle pour la peinture, dans un contexte où le rapport à l’art est de plus en plus sécularisé ?

Cette vision renouvelée du Siècle d’Or hollandais repose sur une meilleure compréhension des rapports entre les pratiques artistiques et les sentiments religieux. L’œuvre de certains peintres, tels qu’Abraham Bloemaert ou Johannes Vermeer, présente des traces d’engagement confessionnel, mais la question d’un regard catholique porté sur l’œuvre d’art doit aussi être soulevée. À travers l’étude des œuvres, de leur mise en contexte et de leur réception, cette conférence permettra de saisir les sentiments d’appartenance à la confession catholique d’une partie de la société hollandaise du xviiesiècle et d’esquisser les contours d’une peinture catholique en pays de mission.

Léonie Marquaille est maître-assistante en histoire de l’art de la période moderne à l’université de Lausanne. Elle a soutenu une thèse en 2015 (université Paris Nanterre et université de Genève) intitulée Peindre pour les milieux catholiques dans les Pays-Bas du Nord au XVIIe siècle, qui est parue aux Presses universitaires de Rennes en 2019 sous le titre La peinture hollandaise et la foi catholique au xviie siècle. Spécialiste de l’art hollandais, elle s’intéresse aux rapports entre art et confession à l’âge de la Contre-Réforme. Elle co-dirige, avec Jan Blanc, un projet sur la notion de Siècle d’Or hollandais financé par le Fonds national Suisse et prépare un ouvrage collectif sur Abraham Bloemaert et son atelier.

Appel à communication : « Séminaire Collection »

Henri-Pierre Danloux,The Baron de Besenval in his Salon de Compagnie 1791, Londres, National Gallery

Type : appel à communication.
Date limite de l’appel : 8 novembre 2019.
Date de l’événement : 18 février, 17 mars, 7 avril, 5 mai et 9 juin 2020
Lieu : Institut national d’histoire de l’art (INHA)

Les organisateurs de Collection/Séminaire sur le collectionnisme et le marché de l’art, lancent un appel à communication pour les séances mensuelles du séminaire en 2020. Le séminaire Collection entend être un lieu de rencontre qui permet la discussion entre universitaires et conservateurs venus présenter de nouvelles recherches sur tous les sujets relatifs à l’histoire des collections et du marché de l’art. Les communications pourront concerner toutes les époques sans limitations géographiques et aborder par exemple la constitution et la vie des collections, (privées et muséales), les collectionneurs et les acteurs du marché de l’art, autant que des réflexions méthodologiques sur les sources et les outils, y compris numériques.

Continuer la lecture

Conférence du GRHAM : « Un peintre face aux connaisseurs : la visite de Sir Joshua Reynolds à Düsseldorf (27-31 août 1781) » par Jan Blanc (18 avril, Paris).

Sir Joshua Reynolds, Autoportrait, v. 1775, huile sur toile, 74,9 x 62,2 cm, Londres, Tate Britain

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : jeudi 18 avril 2019 à 19h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

C’est à l’occasion de son premier voyage dans le nord de l’Europe, d’abord dans les Pays-Bas espagnols, puis dans les Provinces-Unies, et enfin dans le Saint-Empire, que sir Joshua Reynolds séjourne à Düsseldorf, du lundi 27 au vendredi 31 août 1781. Cette petite semaine offre au peintre anglais l’occasion de découvrir les collections de l’Électeur, mais aussi de faire la connaissance du directeur de l’académie locale, Lambert Krahe. En sa compagnie, il passe l’essentiel de son temps, tant dans la Galerie électorale que durant ses loisirs. Les discussions mais aussi les débats que partagent les deux artistes n’ont jamais fait l’objet, à ma connaissance, d’un examen prolongé et attentif. C’est la raison pour laquelle j’y consacrerai cette conférence. J’y évoquerai les conditions de cette rencontre, détaillerai les visites et les discussions entre les peintres, ainsi que les différences, si ce n’est les différends qui opposent Reynolds et Krahe. Il s’agira de souligner les manières très diverses dont les collections de dessins et de tableaux de Düsseldorf ont été envisagées par les deux hommes et, surtout, de mettre en évidence le regard porté par le peintre britannique, tant sur ces collections que sur le goût qu’elles trahissent.

Continuer la lecture

Exposition : « En société. Pastels du Louvre des XVIIe et XVIIIe siècles ».

Maurice Quentin de La Tour, Jeanne Antoinette Lenormant d’Étiolles, marquise de Pompadour (1721-1764). Entre 1752 et 1755. Salon de 1755. Pastel et rehauts de gouache sur au moins huit feuilles de papier bleu dont un empiècement pour le visage, collées en plein sur une toile tendue sur châssis. 178,5 x 131 cm. Musée du Louvre © Musée du Louvre, dist. RMN – Grand Palais / Laurent Chastel

Le Musée du Louvre présente jusqu’au 10 septembre 2018 une exposition de plus de cents pastels de issus de ses propresfonds, qui rappelle la richesse sans égalede cette collection de pastels du XVIIe et du XVIIIe siècles. L’exposition est ainsi l’occasion de montrer une sélection d’œuvres qui ont été restauréesrécemmentgrâce au mécénat des American Friends of the Louvre. La campagne de restauration, qui a durée plusieurs années, a permis un travail très poussé: démontagedes œuvres pour entreprendre une action de dépoussiérage et enlèvement de la moisissure. Cela a donné lieu à plusieurs découvertes et à la proposition de nouvelles attributions. Continuer la lecture