A propos

Présentation du GRHAM

 

Le GRHAM – Groupe de Recherche en Histoire de l’Art Moderne – est une association de jeunes chercheurs en histoire de l’art des XVIIe et XVIIIe siècles dont le but est de rassembler les différents acteurs de la discipline, qu’ils soient membres ou non de la communauté scientifique. Le GRHAM contribue au rayonnement de la discipline en couvrant l’actualité de la recherche (rencontres scientifiques, publications, expositions…) et en assurant des conférences mensuelles, un colloque annuel et ponctuellement des visites patrimoniales.

Temps de sociabilité et d’émulation, ces rencontres sont l’occasion d’échanger autour de thématiques communes liées aux études en histoire de l’art, culture visuelle et, plus généralement, en sciences sociales des XVIIe et XVIIIe siècles.

L’association fédère les différents acteurs du milieu de l’art moderne, en France comme à l’étranger, afin de créer une dynamique de questionnement commune et bénéfique à tous.

Pour toute information complémentaire, vous pouvez nous contacter à l’adresse suivante : asso.grham@gmail.com.

 

Organigramme du bureau

Présentation des membres de l’association

Élisa Bérard (Sorbonne Université), responsable pôle adhésion et trésorière adjointe.

Elisa Bérard est doctorante en histoire de l’art moderne à Sorbonne Université (présentation à venir).

 

 

 

Maxime Bray (Sorbonne Université), secrétaire général.

Maxime Bray est doctorant en histoire de l’art moderne à Sorbonne Université et rattaché au Centre-André Chastel (UMR 8150). Après un contrat doctoral à Sorbonne Université de 2020 à 2023, il est vacataire temporaire d’enseignement auprès de l’université de Picardie Jules Verne.

Il prépare actuellement une thèse visant à identifier et comprendre les besoins en expertise qui se manifestent au sein des marchés artistiques sous le règne personnel de Louis XIV. Encadré par Christine Gouzi et codirigé par Laurent Pfister, ce travail interroge les mutations que connaissent alors deux cadres plus ou moins hermétiques d’expertise, à savoir les réceptions et estimations de commandes picturales et sculpturales d’une part, et les attributions et évaluations d’œuvres d’art circulant sur le marché de l’offre d’autre part.

 

Justine Cardoletti (Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne), trésorière et responsable adjointe pôle adhésion

Doctorante en histoire de l’art à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et professeure de Lettres-Histoire en lycée, Justine Cardoletti réalise une thèse sous la direction du professeur Etienne Jollet. Après avoir travaillé sur la temporalité et le son dans la sculpture française des XVIIe et XVIIIe siècle au cours de ses deux mémoires, elle consacre désormais ses recherches à l’œil dans la sculpture française du XVIIIe siècle. Elle est également chargée de TD à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne ainsi que membre des Amis de Versailles.

 

Florence Fesneau (Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne), responsable pôle édition et publication.

Florence Fesneau est docteur en histoire de l’art moderne de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (ED 441, HiCSA) depuis février 2022. Réalisée sous la direction du Professeur Etienne Jollet, sa thèse a pour titre Le sommeil des Lumières (1699-1789).

Florence Fesneau a publié : « La posture du sommeil dans l’Ermite endormi de Joseph-Marie Vien (1750) » dans F. Cousinié (dir.), [Im]Postures. Langages du corps à l’époque moderne, Paris, Ed. 1:1, 2023, p. 175-197 ; « L’identité du dormeur en question. De l’expérience du sensible à la représentation du cauchemar », Journal for Eighteenth-Century Studies, vol. 45, Enlightenment Identities, 2022, 2nd issue, p. 153-289 ; « A l’origine de l’œuvre. L’inspiration de l’artiste de Jean-Honoré Fragonard », dans É. Chedeville, É. Jollet, C. Sourdin (dir.), Le Fond de l’œuvre. Arts visuels et sécularisation à l’époque moderne, Paris, Éd. de la Sorbonne, « Histo.Art » 12, 2020, p. 195-206 ; « De la farce à l’offense : la représentation du camouflet aux xviie et xviiie siècles » dans Revue de l’Art, n° 205, 2019-3, p. 51-60.

 

Barbara Jouves-Hann (Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne), responsable pôle partenariat.

Barbara Jouves-Hann est docteur en histoire de l’art de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (HiCSA), ingénieur de recherche à l’ENS Paris-Saclay pour le DIM PAMIR (Région Île-de-France) et responsable des études et de la recherche chez Madelénat Architecture. 

Barbara Jouves-Hann a publié : Amateurs et restaurateurs de tableaux à Paris (1789-1870), Paris, Éd. de la Sorbonne, 2024 ; ‘Protecting private collections of paintings in France in the nineteenth century. Conservation history viewed through the lens of patents’, Journal of the History of Collections, 2022, vol. 34, n°1, p. 127-140 ; « Fond et matérialité. Une approche sensible de la peinture entre 1750 et 1860 », dans É. Chedeville, É. Jollet, C. Sourdin (dir.), Le Fond de l’œuvre. Arts visuels et sécularisation à l’époque moderne, Paris, Éd. de la Sorbonne, « Histo.Art » 12, 2020, p. 41-53 ;  « Louis-Philippe et la conservation du patrimoine artistique », dans V. Bajou (dir.), Louis-Philippe et Versailles, Paris, Éd. Somogy, 2018, p. 184-186 ; « Des collections privées aux musées. La restauration des peintures à Paris au xixe siècle », Technè, 2018, n ° 46, p. 6-10.

 

Alysée Le Druillenec (Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne – Université catholique de Louvain), responsable pôle partenariat (versant international).

Alysée Le Druillenec est doctorante sous la codirection des professeurs Étienne Jollet (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Ralph Dekoninck (UCLouvain), ainsi qu’Attachée Temporaire d’Enseignement et de Recherche (A.T.E.R.) à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Sa thèse en histoire de l’art, Porter le Christ, une affaire de famille en France au XVIIe siècle, est soutenue par un contrat doctoral à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, le “Prix Jeune Chercheur” de la Fondation des Treilles, l’Europa-Universität Viadrina en partenariat avec le centre Marc Bloch, l’Académie française de Rome – Villa Médicis, le réseau Franco-Néerlandais, l’Academia Belgica à Rome et l’Université d’Édimbourg. Elle a été guest fellow au Leiden University Center for the Arts in Society et guest lecturer à l’Augustinian Institute (Villanova University, Philadelphie). En théologie, ses recherches ont été soutenues par l’Institut Catholique de Paris et la Fondation Carlos Pierre Bouvet.

Alysée Le Druillenec a publié sur saint Christophe, le Siracide (3,1-31), Saint Joseph, L’Inhabitation trinitaire chez Thérèse d’Avila, La Vierge-Veuve comme modèle accompli de la viduité, Le repli sur soi dans Le massacre des Niobides de Charles Dauphin, Les Objets de dévotion comme Figures de la liaison au divin. Sont à paraître des articles sur saint Hyacinthe de Cracovie (Chrétiens et Sociétés xviexixe siècles, 30 | 2024), Thérèse de Lisieux par Alain Cavalier (Religiologiques. Religieux et cinéma, 46 | 2024), la joséphologie et les Wendats de la Nouvelle-France (Presses de l’Université Laval), la familiarité christique au XVIIe siècle (Images Re-Vues), et le décors de l’église Sant’Ignazio à Rome comme discours sotériologique (Hollitzer Verlag).

 

Maxime Georges Métraux (Université Gustave Eiffel – Galerie H. Duchemin), responsable communication.

Maxime Georges Métraux est historien de l’art, membre de l’équipe de la galerie Hubert Duchemin mais aussi chargé d’enseignement à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne. Il a été commissaire scientifique de l’exposition Chic Emprise : Cultures, usages et sociabilités du tabac du XVIe au XVIIIe siècle (2019, La Rochelle, musée du Nouveau Monde) et Robert Schuman et le pays du Soleil Levant : Une histoire rocambolesque de la collection Matsukata (2023, Scy-Chazelles, Maison Robert Schuman). Il a notamment publié dans le catalogue de l’exposition Les Animaux du Roi (2021, Versailles, château de Versailles) et Renoir, Monet, Gauguin. Images of a Floating World – The Kojiro Matsukata and Karl Ernst Osthaus collections (2022, Essen, Museum Folkwang). Avec Noémi Duperron, Barbara Jouves-Hann,  Bérangère Poulain et Marc-André Paulin, il a, en outre, publié les actes du colloque Décoration intérieure et plaisir des sens (1700-1850) aux éditions Artemide. Membre fondateur du GRHAM, il a été président de l’association de sa création jusqu’à 2021, puis secrétaire jusqu’en 2023. Il est actuellement responsable de la communication.

 

Alice Ottazzi (Université Paris-Nanterre), vice-présidente.

Docteur en histoire de l’art de l’université de Turin et de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Alice Ottazzi est actuellement post-doctorante à l’université Paris-Nanterre (2022-2024) et hôte scientifique auprès du Lise Meitner groupe de la Bibliotheca Hertziana – Max Planck Institute. Lauréate du Wolfgang-Ratjen-Preis (2020), ses recherches portent principalement sur l’histoire du dessin et de l’estampe en mettant l’accent sur la relation entre les dimensions matérielles et théorique, sur l’art britannique et français (XVIIe-XVIIIe siècles) et sur l’histoire du collectionnisme. Son livre “Trésors d’une île. La ricezione della scuola inglese a Parigi nel XVIII secolo” est paru en 2024 (Polistampa, Florence) avec le soutien de la Tavolozza Foundation. Durant les dernières années, elle a enseigné dans les universités d’Aix-Marseille, de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et de Franche-Comté.

 

Maël Tauziède-Espariat (Université Paris-Nanterre & Université de Bourgogne), président.

Docteur en histoire de l’art, licencié en droit et science politique, Maël Tauziede-Espariat est un spécialiste de l’histoire sociale de l’art sous l’Ancien Régime.

 

Ses travaux portent en particulier sur quatre domaines de recherche:

  • les artistes (formations, stratégies de carrière et productions);
  • les institutions et l’art;
  • la représentation de la pornographie en Europe (XVe-XVIIIe siècles);
  • les décors muraux manufacturés. 

Il a enseigné dans différentes universités (Paris-Nanterre, Bourgogne, Le Mans, Paris 1 Panthéon-Sorbonne…) et a participé aux catalogues de plusieurs expositions en France et à l’étranger  au cours des dix dernières années. Maël Tauziede-Espariat a participé à l’édition de toutes les publications du GRHAM et a notamment co-dirigé celles sur le collectionnisme (2021) et sur la représentation des veuves au cours de la période moderne (2023).

Publications principales: https://independent.academia.edu/Ma%C3%ABlTauzi%C3%A8deEspariat

 

Anciens membres du bureau :

2014-2024 : Marine Roberton

2014-2023: Moïra Dato

2014-2018: Hadrien Volle

2018-2021: Marianne Guernet-Mouton

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search