Appel à communication : « Études et exercices polysémiques autour d’une œuvre : La France apportant la foi aux Wendat de la Nouvelle-France »

 

Ariste français inconnu, La France apportant la foi aux Wendat de la Nouvelle-France, vers 1666; huile sur toile, 227,3 x 227,3 cm, Pôle culturel du Monastère des Ursulines de Québec (Québec, Canada), NAC 1997.1017.                        Mission du Pôle culturel du Monastère des Ursulines
Créé en octobre 2016 et situé à Québec au 12, rue Donnacona, le Pôle culturel du Monastère des Ursulines est un organisme à but non lucratif, qui a pour mission de témoigner de la présence et de l’œuvre des Ursulines de l’Union canadienne des Moniales de l’Ordre de Sainte-Ursule et de partager leur héritage en offrant des activités misant sur des échanges, des expériences et des rencontres en art et patrimoine. Il agit comme médiateur auprès des citoyens et des visiteurs intéressés par les domaines culturel et spirituel. En tant que dépositaire d’une part de l’important legs culturel, artistique, archivistique, religieux et éducatif des Ursulines, le Pôle culturel conserve et met en valeur le patrimoine exceptionnel constitué par la communauté depuis son arrivée en Nouvelle-France en 1639 et contribue à en assurer la pérennité.

 

Type : appel à communication

Date limite de l’appel : 31 mai 2021

Date de l’événement : 29 octobre 2021

Lieu : UQAM, Montréal

 

Colloque international bilingue (français et anglais), le 29 octobre, à l’UQÀM.

Les propositions de communication (400 mots), en français ou en anglais, devront être accompagnées d’une biographie succincte (150 mots) et envoyées avant le 31 mai 2021 à : ouellet.pierre-olivier@uqam.ca et longtin.marianne.2@courrier.uqam.ca

English version follows

Études et exercices polysémiques autour d’un tableau : La France apportant la foi aux Wendat de la Nouvelle-France

Dans le cadre des activités du Laboratoire numérique des études en histoire de l’art du Québec, ce colloque s’intéresse aux multiples interprétations et discours possibles à partir d’un tableau des collections des Ursulines de l’Union canadienne (gérées par le Pôle culturel du Monastère des Ursulines), et aujourd’hui présenté dans les salles du Musée national des beaux-arts du Québec (Canada), soit La France apportant la foi aux Wendat de la Nouvelle-France (fig. 1). De facture française et peinte vers 1666, l’œuvre plutôt méconnue – bien que maintes fois reproduite dans les ouvrages consacrés aux arts de la période coloniale française en Amérique du Nord – a souvent été interprétée telle une allégorie de la France, sous les traits d’Anne d’Autriche (1601-1666), offrant un tableau à un Huron-Wendat (Gagnon Lacroix 1983; Trudel 1984; Deslandres 2003; Lacroix 2012). En tenant compte de la réalité coloniale française du XVIIe siècle ainsi que du mouvement de Contre-Réforme catholique, il est également admis que la peinture reflèterait les pratiques missionnaires des Jésuites auprès des populations des Premières Nations en Amérique du Nord. La mise en abyme du tableau répondrait alors aux stratégies de conversion de cette époque, misant sur l’idée de rendre visible par l’art l’invisible des réalités spirituelles. Comme l’indique un passage du Journal des Jésuites daté du 20 juin 1666 et mis en évidence en 1983 par les historiens de l’art François-Marc Gagnon (1935-2019) et Laurier Lacroix, l’œuvre aurait aussi une finalité historique puisqu’il s’agissait de faire un « tableau qui marque (comment les Wendat) ont embrassé la foy ». Ainsi, il semblerait que toute la composition et la mécanique de l’œuvre tenteraient de synthétiser les conceptions de la conversion par l’image pratiquée par les religieux au cours des premiers contacts avec les autochtones (Gagnon 1975).

Si l’œuvre peinte a ainsi fait l’objet de recherches et d’écrits présentant de solides argumentations, elle semble encore pouvoir se livrer à différentes approches, problématiques et lectures permettant de jeter de nouveaux éclairages sur ses multiples composantes, tant matérielles, formelles, iconographiques et historiques. De fait, telle une œuvre ouverte pouvant être soumise à autant de regards distincts, cette peinture du XVIIe siècle présente encore, à notre avis, une part de mystère et une richesse interprétative sous-exploitée. Par exemple, en 1997, l’historien de l’art Joseph Monteyne examinait le contexte de réalisation de l’œuvre en tenant compte des changements politiques et religieux dans la colonie au moment de la reprise en main de la Nouvelle-France par le roi Louis XIV. Plus récemment, en 2020, l’article de l’historien de l’art Pierre-Olivier Ouellet abordait la peinture afin de mettre en relief ses multiples aspects diplomatiques liés tant au contexte politique qu’à son iconographie. Plus encore, différents exercices de recherche et de rédaction menés avec des groupes d’étudiant.e.s de premier cycle en histoire de l’art, à l’Université du Québec à Montréal (UQÀM), révélaient une multiplicité de pistes et de discours tout autant prometteurs, touchant à des questions relatives aux notions de pouvoir (religieux, royal, économique, colonial, décolonial, etc.), de spiritualité (principalement catholique et autochtone) et d’espace (territoire colonial, Mère-Patrie, lieux représentés, symbolique de la composition, mise en abyme, etc.).

Fort de ces prémisses pointant la nature polysémique du tableau La France apportant la foi aux Wendat de la Nouvelle-France, il nous semble désormais essentiel d’investir à nouveau cette peinture dans le cadre d’un colloque international bilingue (français et anglais). Les études et échanges autour de l’œuvre permettront la mise en place d’un véritable exercice postmoderne misant sur la multiplicité des discours autour d’un même objet. Un objet qui, de surcroît, ne s’offre pas comme le résultat de la pratique d’un artiste déjà encensé par la discipline de l’histoire de l’art ni comme le sujet d’une forte attention médiatique. Loin de ces aspects détachés de la « grande » peinture, cette œuvre se présente plutôt comme l’occasion d’une plongée empreinte de curiosité, de questionnements et d’hypothèses, au cœur même de nos perceptions, de nos intérêts et de nos connaissances.

Ce tableau constitue donc le point de rencontre de cet événement qui permettra d’investiguer différentes voies de recherche dont les suivantes, données à titre d’exemple et de manière non-exclusives :

  • Les représentations littéraires et visuelles du Nouveau-Monde;
  • La critique décoloniale à l’aune de la nature de la représentation;
  • L’iconographie et les pratiques de représentation du pouvoir royal;
  • L’historiographie des rapports entre autochtones et populations coloniales;
  • La présentation muséale, le discours de l’exposition et la médiation de l’œuvre selon ses lieux (historiques et actuel) d’accrochage;
  • La mise en abyme et ses symboliques;
  • Le prosélytisme religieux au XVIIe siècle.

Les propositions de communication (400 mots), en français ou en anglais, devront être accompagnées d’une biographie succincte (150 mots) et envoyées avant le 31 mai à : ouellet.pierre-olivier@uqam.ca et longtin.marianne.2@courrier.uqam.ca

À la suite du colloque, les conférenciers seront conviés à soumettre leur communication en prévision d’une publication.

Comité d’organisation

  • Pierre-Olivier Ouellet (professeur associé, Université du Québec à Montréal)
  • Marianne Longtin (candidate à la maîtrise, Université du Québec à Montréal)
  • Dominic Hardy (professeur, Université du Québec à Montréal)

Comité scientifique

  • Gauvin Alexander Bailey (Queen’s University, Kingston, Canada)
  • Yann Lignereux (Université de Nantes, Nantes, France)
  • Marianne Longtin (Université du Québec à Montréal, Montréal, Canada)
  • Joseph Monteyne (University of British Columbia, Vancouver, Canada)
  • Pierre-Olivier Ouellet (Université du Québec à Montréal, Montréal, Canada)

 

Call for papers: “Polysemic studies and readings around a painting: France bringing faith to the Wendat of New France

The international conference will occur on October 29, 2021 at Université du Québec à Montréal (UQÀM). This event is bilingual. Presentations can be in either French or English.

Proposals for papers (400 words), in French or English, should be accompanied by a brief biography (150 words) and sent before May 31, 2021 to ouellet.pierre-olivier@uqam.ca  and longtin.marianne.2@courrier.uqam.ca

“Polysemic studies and readings around a painting: France bringing faith to the Wendat of New France

As part of the activities of the Laboratoire numérique des études en histoire de l’art du Québec (UQÀM, Canada), this conference aims to highlight the multiple interpretations and possible discourses that can be drawn from a painting from the collections of the Ursulines (managed by the Pôle culturel du Monastère des Ursulines), now on display at Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ, Canada), named France bringing Faith to the Wendat of New France (fig. 1). Painted in France around 1666, this little known artwork was often reproduced in publications devoted to the arts during the French colonial period in North America. The painting has often been interpreted as an allegory of France, in the guise of Anne of Austria (1601-1666) offering a painting to a Wendat individual (Gagnon Lacroix 1983; Trudel 1984; Deslandres 2003; Lacroix 2012). Taking into account the French colonial reality of the 17th century, as well as the Catholic Counter-Reformation movement, it is often thought that the painting reflected the missionary practices of the Jesuits among the First Nations populations in North America. The painting’s mise en abyme would then symbolize the conversion strategies of this period, drawing on the idea of making the invisible spiritual realities visible through art. As indicated in a passage from the Journal des Jésuites dated June 20, 1666 and highlighted in 1983 by art historians François-Marc Gagnon (1935-2019) and Laurier Lacroix, the artwork would also have a historical purpose, since it was a question of making a “painting that marks (how the Wendat) embraced the faith”. Thus, the entire composition and mechanics of the artistic production would attempt to capture and synthesize both the significations and practices of religious conversion through images, as practiced by the Catholic missionaries during their first contacts with Indigenous peoples (Gagnon 1975).

Although France bringing Faith to the Wendat of New France has been the subject of research and of writings that advanced strong arguments before today, the artwork still accommodates various approaches, questions and readings to shed new light on its multiple components, whether material, formal, iconographic or historical. In fact, as a cultural product that can be subjected to many different views, this 17th century painting still presents, in our opinion, a part of mystery and an under-exploited interpretative potential. For example, in 1997, art historian Joseph Monteyne examined the context in which the painting was produced, taking into account the political and religious changes in the colony at the time of King Louis XIV’s takeover of New France. More recently, in 2020, an article by art historian Pierre-Olivier Ouellet highlighted its multiple diplomatic aspects related to both the political context and its iconography. Moreover, various research and writing exercises conducted with groups of undergraduate art history students at the Université du Québec à Montréal (UQÀM), led by the art historian, revealed a multiplicity of equally promising avenues and discourses, touching on questions related to notions of power (religious, royal, economic, colonial, decolonial, etc.), spirituality (mainly Catholic and Indigenous) and space (colonial territory, the Motherland, the represented locations, the composition symbolism, the painting’s mise en abyme, etc.).

With these premises pointing to the polysemous nature of the painting France bringing Faith to the Wendat of New France, it now seems essential to us to feature this painting again in the context of a bilingual (French and English) international conference. The studies and exchanges around the artwork will allow for the implementation of a postmodern exercise focusing on the multiplicity of discourses around the same object, an object which is not offered as the result of the practice of an artist already praised by the art history discipline nor as the subject of strong media attention. Far from these detached aspects of « great » painting, this artistic work presents itself rather as an opportunity to dive into curiosity, questioning and hypotheses, at the very heart of our various perceptions, interests and knowledge.

This painting is therefore the meeting point of this event, which will allow us to investigate different avenues of research, including but not limited to:

  • Literary and visual representations of the New World;
  • Decolonial criticism in light of the nature of representation;
  • The iconography and representational practices of royal power;
  • The historiography of Native-Western relations;
  • The museum display, discourse of the exhibition and mediation of the artwork according to its places of hanging (historical and current);
  • The mise en abyme and its symbolism; and
  • Religious proselytism in the 17th century.

Proposals for papers (400 words), in French or English, should be accompanied by a brief biography (150 words) and sent before May 31 to: ouellet.pierre-olivier@uqam.ca and longtin.marianne.2@courrier.uqam.ca

Following the conference, speakers will be invited to submit their papers for publication.

Organizing Committee:

  • Pierre-Olivier Ouellet (Associate Professor, Université du Québec à Montréal)
  • Marianne Longtin (Master’s candidate, Université du Québec à Montréal)
  • Dominic Hardy (Professor, Université du Québec à Montréal)

Scientific Committee:

  • Gauvin Alexander Bailey (Queen’s University, Kingston, Canada)
  • Yann Lignereux (Université de Nantes, Nantes, France)
  • Marianne Longtin (Université du Québec à Montréal, Montréal, Canada)
  • Joseph Monteyne (University of British Columbia, Vancouver, Canada)
  • Pierre-Olivier Ouellet (Université du Québec à Montréal, Montréal, Canada)

Bibliographie indicative / Indicative bibliography*

*Certains termes de ces ouvrages peuvent être offensants, mais sont à considérer en tenant compte de leur époque d’écriture. Ces termes ne reflètent en rien les conceptions de l’organisation.

*Some of the terms in these works may be offensive but should be considered in the context of the time in which they were written. These terms do not reflect the views of the organizing committee.

  • COUSINIÉ 2000 – Cousinié, Frédéric, Le peintre chrétien : théories de l’image religieuse dans la France du XVIIe siècle, Paris, L’Harmattan, 2000.
  • DEKONINCK 2003 – Dekoninck, Ralph, « De la raison à l’émotion. L’image comme langage dans la tradition chrétienne », Les langues pour parler en Europe. Dire l’unité à plusieurs voix, Paris, L’Harmattan (Structures et pouvoirs des imaginaires), 2003, p. 91-108.
  • DESLANDRES 2003 – Deslandres, Dominique, Croire et faire croire. Les missions françaises au XVIIe siècle, Paris, Fayard, 2003.
  • FUMAROLI 1998 (1994) – Fumaroli, Marc, L’école du silence. Le sentiment des images au XVIIe siècle, Paris, Flammarion (Champs, 633), 1998 (1994).
  • GAGNON 1975 – Gagnon, François-Marc, La conversion par l’image, un aspect de la mission des Jésuites auprès des Indiens du Canada au XVIIe siècle, Montréal, Bellarmin, 1975, 141 p.
  • GAGNON 1976 – Gagnon, François-Marc, Premiers peintres de la Nouvelle-France, Québec, Ministère des Affaires culturelles, 1976, 2 tomes.
  • GAGNON LACROIX 1983 – Gagnon, François-Marc et Laurier Lacroix, « La France apportant la foi aux Hurons de la Nouvelle-France, un tableau conservé chez les Ursulines de Québec », Journal of Canadian Studies / Revue d’études canadiennes, vol. 18, n°3 (automne 1983), p. 5-20. https://www.utpjournals.press/doi/abs/10.3138/jcs.18.3.5
  • LACROIX 2012 – Lacroix, Laurier (dir.), Les arts en Nouvelle-France (cat.), Québec, Musée national des beaux-arts du Québec et Les publications du Québec, 2012, 296 p.
  • MOLANUS 1996 (1570) – Molanus, Johannes, Traité des saintes images, Paris, Cerf, 1996 (1570), 2 volumes.
  • MONTEYNE 1997 – Monteyne, Joseph, « Absolute Faith, or France Bringing Representation to the Subjects of New France », Oxford Art Journal, vol. 20, no1 (1997), p. 12-22.https://academic.oup.com/oaj/article-abstract/20/1/12/1612986?redirectedFrom=PDF
  • NOPPEN VILLENEUVE 1984 – Noppen, Luc and Villeneuve, René, Le trésor du Grand Siècle: L’art et l’architecture du XVIIe siècle à Québec, Québec, Musée du Québec, 1984.
  • OUELLET 2019 – Ouellet, Pierre-Olivier, « Supressing or exacerbating pain: Emulation and conversion strategies utilizing images by Jesuit missionaries in New France », IKON, vol. 12 (2019), p. 173-184.
  • OUELLET 2019 – Ouellet, Pierre-Olivier, « Le Martyre des missionnaires jésuites: étude d’une représentation du « sauvage » en Nouvelle-France », L’homme sauvage dans les lettres et les arts, Noacco Cristina et Sophie Duhem (éd.), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2019, p. 319-333.
  • OUELLET 2020 – Ouellet, Pierre-Olivier, « Between Temporal and Spiritual Powers: Colonial Diplomacy Associated with the Painting France Bringing Faith to the Huron-Wendats of New France (c. 1666) », Legatio : The Journal for Renaissance and Early Modern Diplomatic Studies, vol. 4 (2020), p. 209-235.
  • SIOUI 2019 – Sioui, Georges E., Les Hurons-Wendat: l’héritage du cercle, Québec, Presses de l’Université Laval, 2019.
  • TRUDEL 1984 – Trudel, Jean (dir.), Le Grand Héritage : l’Église catholique et les arts au Québec (cat.), Québec, Gouvernement du Québec, 1984.

Partenaires

  • Pôle culturel du Monastère des Ursulines
  • Laboratoire numérique des études en histoire de l’art du Québec de l’UQÀM