Conférence du GRHAM : « Sémiologie de la main dans la peinture moderne : comment interpréter chaque signe gestuel et ses variations », Temenuzhka Dimova.

Valentin de Boulogne, La Cène, 1625-1626, Huile sur toile, 139 x 230 cm, Galleria Nazionale d’Arte Antica, Rome. ©Avec l’aimable autorisation de Gallerie Nazionali di Arte Antica – Bibliotheca Hertziana, Instituto Max Planck per la storia dell’arte/Enrico Fontolan.

Type : Conférence.

Date et horaire : jeudi 25 mars 2021 à 19h.

Lieu : En ligne / Zoom.

Participer à la réunion Zoom :
https://zoom.univ-paris1.fr/j/92473230045?pwd=RnN1b085QzM2aHM3dlVvM3UySFZYZz09

ID de réunion : 924 7323 0045
Code secret : 473092

Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

En langue des signes picturale, serrer ses deux mains avec les doigts entremêlés exprime le chagrin ; croiser ses mains sur la poitrine désigne la ferveur dévotionnelle; plier l’auriculaire évoque le nombre « un » ; mettre la main sur la cuisse d’autrui exprime le serment d’allégeance ; joindre le pouce et l’index démontre la finesse de l’éloquence, alors que l’acte de se moucher permet de conjurer le diable. Le répertoire des gestes employés par les peintres à l’époque moderne contient à peu près une centaine de signes distinctifs. L’étude systématique de leurs origines et de leurs usages iconographiques permet non seulement d’obtenir une lecture plus fine des œuvres mais aussi de découvrir que les peintres ont créé, presque à leur insu, une langue des signes tout à fait unique qui, contrairement à la plupart des patrimoines gestuels anciens, a été bien conservée.  

Temenuzhka Dimova est docteure en histoire de l’art moderne, spécialisée dans l’étude des cultures gestuelles. Elle a publié Le langage des mains dans l’art. Histoire, significations et usages des chirogrammes picturaux aux XVIIe et XVIIIe siècles (2019, Brepols), et est co-autrice de l’Emprise des sens (2016, Hazan).