Conférence du GRHAM: « Les tableaux de l’abbé Desjardins, une exposition impossible ? » par Guillaume Kazerouni (Paris, 3 novembre 2015)

Type : Conférence (entrée libre).
Date et horaire : mardi 3 novembre 2015 de 18h à 20h.
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Mariette.
Pour tout renseignement : asso.grham@gmail.com

Simon Vouet, Saint François de Paule ressuscitant l'enfant de sa sœur, 1648, huile sur toile, Québec, église Saint-Henri-de-Lévis

Simon Vouet, Saint François de Paule ressuscitant l’enfant de sa sœur, 1648, huile sur toile, Québec, église Saint-Henri-de-Lévis

La vente et la dispersion du patrimoine des églises de Paris n’ont pas bénéficié qu’aux musées de France, nouveaux propriétaires d’une partie des chefs-d’œuvre commandés par l’Eglise. Un lot important de ces œuvres se trouve aujourd’hui partagé entre divers musées et églises du Québec. Peu connu en France, cet ensemble, qui a récemment fait l’objet d’études précises, comprend plusieurs centaines d’œuvres de l’école française des XVIIe et XVIIIe siècles.

La présence de ces tableaux est due essentiellement à un homme d’église français, l’abbé Philippe-Jean-Louis Desjardins (1753-1833). Ce dernier constitue un important fonds de peintures provenant des églises de Paris et de ses environs qu’il  fait parvenir en deux lots, en 1817 et 1820, à Québec. Les tableaux sont ensuite vendus sur place par l’entremise de son frère Louis-Joseph Desjardins et dispersés dans différentes églises.

Le Musée national des Beaux-Arts du Québec et le musée des Beaux-Arts de Rennes présenteront en 2017 une exposition montrant pour la première fois une large sélection des tableaux désormais dispersés du fonds Desjardins. Comprenant des œuvres importantes d’artistes tels que Simon Vouet, Philippe de Champaigne ou Jean-Jacques Lagrenée, l’étude de cet ensemble peu connue et difficile d’accès, sera une redécouverte autant pour la France que pour le Québec.

Responsable des collections d’art ancien du musée des Beaux-Arts de Rennes depuis 2013, Guillaume Kazerouni est spécialisé dans la peinture et le dessin français du XVIIe siècle, domaines auxquels il a consacré de nombreuses publications et expositions ces dernières années. Commissaire scientifique de l’exposition des Couleurs du ciel. Peintures des églises de Paris au XVIIe siècle (Paris, musée Carnavalet, octobre 2012-février 2013), il consacre depuis plusieurs années une partie de ses travaux à l’histoire des peintures des églises de Paris et à leur destin mouvementé après les dispersions révolutionnaires. Au musée de Rennes, il prépare pour 2017, en collaboration avec le musée national des Beaux-Arts de Québec, une exposition consacrée aux peintures des XVIIe et XVIIIe siècles des églises parisiennes vendues à la Révolution et exportées à Québec au début du XIXe siècle.