Publication : « Le langage des mains dans l’art : Histoire, significations et usages des chirogrammes picturaux aux XVIIe et XVIIIe siècles ».

DIMOVA Temenuzhka, Le langage des mains dans l’art :
Histoire, significations et usages des chirogrammes picturaux aux XVIIe et XVIIIe siècles, Turnhout, Brepols, 2019, 343 p.

Présentation de l’éditeur :

Le langage iconographique des mains est un système de signes gestuels conventionnels, employés par les peintres comme un puissant outil de narration et de conceptualisation. En un sens, c’est la langue des tableaux. Pour l’étudier il est nécessaire de procéder au croisement d’un grand nombre de sources et de traditions iconographiques. En partant des principes de la chirologie, discipline dédiée à l’étude des mains, cet ouvrage propose un inventaire des principaux chirogrammes iconographiques, avec une analyse de leurs occurrences et de leurs connotations. Ces signes n’opèrent pas de manière fragmentaire, mais sont généralement inclus dans des accords gestuels qui participent à la phraséologie visuelle de l’œuvre. En découvrant la structure de certaines compositions gestuelles on peut aussi comprendre les rapports qu’elles entretiennent avec les systèmes gestuels vivants.

Les procédés d’élaboration du vocabulaire chirographique dans les œuvres d’art sont complexes, car il s’agit de suggérer le contenu et la trajectoire spatiale d’un geste par l’intermédiaire d’une image fixe. Les peintres ont su trouver des solutions de différents types, tout en faisant preuve de cohérence et d’efficacité. La représentation de toutes ces configurations digitales recouvre plusieurs étapes : des études préparatoires aux compositions finales, c’est un véritable laboratoire graphique et linguistique des mains. Son étude approfondie révèle une des manifestations les plus intéressantes du langage humain et ouvre une fenêtre vers la compréhension et la conservation des patrimoines gestuels européens.

Docteure en Histoire de l’art, Temenuzhka Dimova étudie les facultés linguistiques, symboliques et artistiques des mains. Ayant été chargée de cours à l’Université de Strasbourg et impliquée dans plusieurs projets au sein des communautés sourdes, elle porte un intérêt particulier sur l’histoire et le devenir des langues des signes. Elle est co-autrice de L’emprise des sens (Hazan, 2016).

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.


Cette entrée a été publiée dans Actualités, Publications le par .

À propos Maxime Georges Métraux

Doctorant en Histoire de l'art moderne (Université Paris IV –Sorbonne, Centre André Chastel – UMR 8150). Expert pour la galerie Hubert Duchemin et chargé d’enseignement à l'Université Paris-Est Marne-la-Vallée. Commissaire scientifique de l’exposition "Chic Emprise : Cultures, usages et sociabilités du tabac du XVIe au XVIIIe siècle" (22 juin - 23 septembre 2019) au musée du Nouveau Monde de La Rochelle.