Colloque : Entre l’œil et le monde : dispositifs et expédients d’une nouvelle épistémologie visuelle dans les sciences de la nature (1740-1840)

Dominique Sornique d'après Jacques de Sève, Bandeau du Premier discours de la manière d'étudier et de traiter l'Histoire Naturelle, 1749, gravure, dans BUFFON, Georges-Louis Leclerc, Histoire naturelle générale et particulière avec la description du Cabinet du Roy, Paris, Imprimerie Royale, t. II, p. 3.

Dominique Sornique d’après Jacques de Sève, Bandeau du Premier discours de la manière d’étudier et de traiter l’Histoire Naturelle, 1749, gravure, dans BUFFON, Georges-Louis Leclerc, Histoire naturelle générale et particulière avec la description du Cabinet du Roy, Paris, Imprimerie Royale, t. II, p. 3.

Type : Colloque international

Date : 4, 5, 6 novembre 2015

Lieu : Muséum d’histoire naturelle, Neuchâtel

Sous la direction de : Nathalie Vuillemin (Université de Neufchâtel), Evelyn Duexk (Martin-Luther-Universität-Wittenberg), Rosella Baldi (Université de Neuchâtel/Musée international d’horlogerie), Hanna secher Fromell (Université de Neuchâtel).

L’épistémologie visuelle subit, au XVIIIe siècle, de nombreux bouleversements. Dans l’espace des sciences de la nature, le perfectionnement de la microscopie et l’intérêt croissant pour les micro-organismes, notamment, conduit les savants à se pencher sur des objets invisibles à l’oeil nu, dont l’identifi­cation peut s’avérer extrêmement complexe : comment décrire ce qui a été vu ? Comment diriger la vision d’autres observateurs vers les mêmes objets ? Les échanges sur le type de matériel à utiliser, les préparations à effectuer, témoignent d’une prise de conscience progressive de la complexité de l’acte d’observation ; celui-ci résulte toujours d’une forme d’apprentissage, déterminé non seulement par les circonstances concrètes de l’observation, mais également par la mise en place d’un langage qui participe activement du processus de reconnaissance.

Il ne s’agit donc plus uniquement de voir : tout le savoir sur la nature semble se construire autour d’une exigence de « mise en scène » (expérimentale, textuelle, iconographique), qui dicte comment voir et comment dire ce qui a été vu ; par réciprocité, cette mise en scène guide le regard et le pousse à chercher – et appréhender – certains objets plutôt que d’autres. Par conséquent, voir n’est plus un acte spontané : l’acte perceptif intègre une procédure normée, comme l’est également, de plus en plus, le discours qui en rend compte.

De manière à rendre cette rencontre aussi cohérente que possible, nous focaliserons notre attention sur les tensions qui surgissent progressivement entre l’idéal d’une vision et d’un rendu mimétiques de la nature, et les décalages qu’implique l’activité concrète de la vision.

On tentera plus particulièrement de problématiser la mise en visibilité, ou mise en scène d’une observation à laquelle il semble impossible d’accéder « naturellement », en nous concentrant sur les dispositifs et expédients visuels qui postulent un rapport d’immédiateté entre l’oeil et l’objet ou, au contraire, le mettent en question.

Cette rencontre est envisagée comme le deuxième volet du colloque « ‹ Der Augen Blödigkeit ›. Trugwahrnehmungen und visuelle Epistemologie im 18. Jahrhundert. / « La bêtise des yeux ». Illusions des sens et épistémologie visuelle au 18e siècle» qui a eu lieu à Neuchâtel en novembre 2014.

Ce colloque est organisé en collaboration avec le Muséum d’histoire naturelle de Neuchâtel qui proposera aux participants une présentation de quelques-uns de ses fonds iconographiques.

Mercredi 4 novembre

13h00 Accueil des participants

13h15 Nathalie Vuillemin, Université de Neuchâtel, Accueil et introduction

SESSION 1 : LA MISE EN VISIBILITÉ DE L’ORDRE

Modératrice : Nathalie Vuillemin

13h30 – 14h15 Gianenrico Bernasconi, Université de Neuchâtel, L’impression naturelle: vérité de la nature, beauté de la création et techniques de reproduction de l’ image entre le XVIIIe et le début du XIXe siècle.

14h15 – 15h00 Céline Cholet, Université Bordeaux-Montaigne, laboratoire MICA, Quelle stratégie énonciative d’une nouveauté en sciences naturelles ? Le cas des publications scientifiques du Muséum national d’histoire naturelle de Paris au XIXe siècle.

Pause

Modératrice : Evelyn Dueck

15h20 – 16h05 Sarah Baumgartner & Meike Knittel, Université de Berne, Beobachten, ordnen, erklären: Die Anfertigung botanischer Tafeln in Zürich während der zweiten Hälfte des 18. Jahrhunderts.

16h05 – 16h50 Madleen Podewski & Gustav Frank, Freie Universität Berlin, Sichtbarkeit des Textes und durch den Text hindurch: Zur visuellen Inszenierung chemischer Forschungsobjekte in Zeitschriften.

Pause

Grande conférence

Modératrice : Evelyn Dueck

17h20 – 18h30 Oliver Lubrich, Université de Berne, Herausforderungen des Sehens: Sinne, Medien und Bilder bei Alexander von Humboldt.

20h00 Repas Hôtel Alpes et Lac

Jeudi 5 novembre

SESSION 2 : FONCTION ET RHÉTORIQUE DU VISUEL

Modératrice : Rossella Baldi

8h30 – 9h15 Myriam Marrache-Gouraud, Université de Bretagne Occidentale, Brest, Quand dire fait voir : co-occurrences et concurrences texte-image dans les gravures de collections au XVIIIe siècle.

9h15 – 10h00 Gaëtane Maës, Université de Lille 3, De Dezallier d’Argenville à Darwin : la question de la couleur dans la représentation des objets inanimés.

Pause

Modératrice : Evelyn Dueck

10h30 – 11h15 Christian Reidenbach, Université Paris IV / Forschungszentrum Gotha der Universität Erfurt, Un microscope de plus : interprétation et relecture de l’image scientifique dans l’épistémologie de Diderot.

11h15 – 12h00 Julia Bayerl, Université de Potsdam, Alexander von Humboldts visuelle Epistemologie in den amerikanischen Reisetagebüchern.

Pause déjeuner

Modératrice : Nathalie Vuillemin

14h00 – 14h45 Evelyn Dueck, Martin-Luther-Universität Halle-Wittenberg, « …und dennoch findet sich ein solches Thier würklich …: » Stratégies de présentation et de représentation des ‘petits animaux aquatiques’ chez Johann Conrad Eichhorn.

14h45 – 15h30 Flavio Häner, Université de Bâle, «Heut zu Tage siehet man ein Petrefakt mit ganz anderen Augen an»: Naturhistorische Sammlungen als Orte der Erkenntnis.

Pause

16h00 – 18h00 Présentation des fonds du Muséum d’histoire naturelle par Pauline de Montmollin, Conservatrice

19h30 Grand repas du colloque à l’Hôtel Restaurant DuPeyrou

Vendredi 6 novembre

SESSION 3 : EXPÉDIENTS VISUELS ET PRÉPARATIONS

Modératrice : Rossella Baldi

9h00 – 9h45 Marc Ratcliff, Université de Genève, Comment « envisionner » un phénomène. L’exemple de Horace-Bénédict de Saussure.

9h45 – 10h30 Camille Blachère, Université Paris 7 Denis Diderot, L’invention d’un phénomène optique à partir de son observation : la goutte noire et le passage de Vénus.

Pause

Modératrice : Myriam Marrache-Gouraud

11h00 – 11h45 Sandra Moreau, Université Paris Ouest Nanterre, « Nous ne reconnaissons en botanique aucune autre Autorité que celle de l’Autopsie » : Linné et la question du visible en botanique.

11h45 – 12h30 Dorothée Rusque, Université de Strasbourg, Observer à partir des collections d’histoire naturelle au XVIIIe siècle : De la mise en visibilité au dialogue des objets au sein du cabinet de Jean Hermann.

Pause déjeuner

Modératrice : Myriam Marrache-Gouraud

14h15 – 15h00 Rossella Baldi, Université de Neuchâtel / Musée International d’Horlogerie, Le regard de l’amateur et l’œil savant : théoriser le cabinet d’histoire naturelle dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

15h00-15h45 Discussion finale et conclusions