Frédéric Cousinié. L’image de religion au XVIIe siècle

Philippe de Champaigne, Moïse tenant les tables de la Loi
1648,huile sur toile 93×74,1cm. Milwaukee Art Museum.

 

Séminaire d’Initiation à la recherche en histoire de l’art moderne  2020 (M1 et M2) – Université de Paris I Panthéon-Sorbonne – Histoire et théorie de l’art

Lieu : INHA, mardi 9h-11h, Salle Demargne            

Dans son ultime et inachevé livre posthume – L’image de religion dans l’Occident chrétien, (Paris, Gallimard, 2015) -, l’historien Alphonse Dupront appelait à une

« iconologie historique », prenant en charge l’infinie variété des images : un «peuple d’images» et non les seuls chefs-d’œuvre. Des images, saisies dans leurs articulations étroites à l’écrit (Bible, vies de saints, écrits mystiques, etc.), comme aux autres représentations dont le chercheur tentait de scruter le «faire plastique», le «vocabulaire» et le «langage» propre. Le «principe d’organicité» qui devait régir l’analyse sérielle de vastes corpus obligeait néanmoins à privilégier l’in situ et les «enracinements autochtones». C’est là seulement, selon Dupront, que l’investigation peut être attentive au singulier et aux exceptions, aux «éclaircissements différentiels» (et pas seulement aux dominantes), aux rites, à la liturgie, au «vécu» d’une expérience collective pour laquelle l’image est avant tout «connaissance existentielle» et «tremplin de l’au-delà». L’approche ainsi choisie faisait de l’image le «support» et la «voie d’accès» non seulement aux significations et aux fonctions des représentations mais, plus largement, à un «imaginaire collectif» qui était la visée ultime de cette génération d’historiens.

Conçu comme un cycle de conférences/dialogues entre spécialistes (universitaires, conservateurs) et étudiants (avec rapporteurs chargés d’animer les séances par leurs questions et commentaires), le séminaire se propose d’interroger le modèle que peut encore représenter «l’image de religion» pour l’histoire de l’art du XVIIe siècle.

Programme

21 janvier – Frédéric Cousinié (Université de Rouen Normandie), « Introduction : légitimations et fonctions de l’image de religion au XVIIe siècle  ».

 

28 janvier –  Frédéric Cousinié (Université de Rouen-Normandie), « Images et pratiques méditatives ».

 

4 février –  Emilie Chedeville (Université de Paris I Panthéon-Sorbonne), « Les décors de l’église Saint-Laurent à Paris : une théologie du signe religieux ? ».

 

11 février – Valentine Langlais (Université Paul Valery, Montpellier III), « Les chapelles du Saint-Sacrement dans les Anciens Pays-Bas catholiques des XVIe-XVIIe siècle ».

 

25 février –  Philippe Luez (Musée national des Granges de Port-Royal), « Les imagiers de Notre-Dame de Liesse et les dévotions mariales au XVIIe siècle ».

 

3 mars – Giovanni Careri (EHESS), « Annibale Carracci. Un mangeur de haricots à Emmaus ».

 

10 mars – Pierre Antoine Fabre (EHESS), « La Sainte Françoise Romaine de Nicolas Poussin est-elle un ex-voto ? Réflexions sur l’interprétation dévotionnelle d’un “grand tableau”  ? ».

 

17 mars – Emmanuel Luis (Service de l’Inventaire, DRAC Normandie, Caen), « Du tableau d’autel au calice, de quelques images religieuses du XVIIe siècle en Normandie : iconographie, circulation des modèles ».

 

24 mars – Mickaël Szanto (Sorbonne Université, Paris IV), « Une peinture du temps chrétien? La Danse de la vie humaine de Nicolas Poussin (Londres, The Wallace Collection) ».

 

31 mars – Cécile Vincent-Cassy (Université de Paris XIII),  « Images, sculptures, reliques et reliquaires en Espagne et dans le monde ibérique ».

 

21 avril – Bruno Nassim Aboudrar (Sorbonne Université, Paris III), « Splendeur de la misère : du rapiècement ».  

 

28 avril – Anne Le Pas de Sécheval (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), « Peinture d’église et identité cléricale : étude comparée de quelques commandes de clercs séculiers dans le Paris du XVIIe siècle. »

Entrée livre dans la limite des places disponibles