Les décors de la Chancellerie d’Orléans (Archives Nationales, 12-20 septembre 2015)

L’exposition qui s’est tenue entre le 12 et le 20 septembre 2015 dans la salle des gardes de l’hôtel de Soubise à Paris[1] répondait à un double objectif. D’une part, il s’agissait de signaler au public – dans la mouvance des Journées du Patrimoine – le début du chantier de réhabilitation des décors de l’hôtel de la Chancellerie d’Orléans. D’autre part,  elle permettait de remercier les différentes personnes ayant contribué à la concrétisation du projet après un siècle de vaines tentatives pour sauver de l’oubli ce remarquable ensemble décoratif du XVIIIe siècle. Ainsi, l’exposition rendait hommage au partenariat établi entre la Banque de France, qui est propriétaire du décor, les Archives Nationales, installées dans un îlot urbain comprenant l’hôtel de Rohan où le décor doit être remonté[2], et plusieurs groupements privés qui financent le chantier.

Le but de ce compte rendu est quant à lui de consigner les principaux aspects de l’exposition alors que celle-ci s’est révélée singulièrement brève et qu’elle n’a été accompagnée d’aucun livret[3].

Ill. 1. De La Marcade, « Décoration intérieure du sallon de l’hôtel d’Argenson », in BOFFRAND Germain, Livre d’Architecture, 1745, pl. XXXIV.

Ill. 1. De La Marcade, « Décoration intérieure du sallon de l’hôtel d’Argenson », in BOFFRAND Germain, Livre d’Architecture, 1745, pl. XXXIV.

L’exposition offre un agréable aperçu du décor de la Chancellerie d’Orléans : les informations relatives à celui-ci seront probablement complétées après son ré-assemblage à l’hôtel de Rohan en 2017[4]. En conséquence, elle aurait pu insister davantage sur les éléments qui ne réapparaîtront pas à l’hôtel de Rohan, à commencer par la Chancellerie d’Orléans elle-même. Ainsi, il faut attendre le troisième panneau de présentation (sur six) pour réussir à localiser dans l’urbanisme parisien ce bâtiment détruit en 1923, et donc la place originelle du décor qui a suscité l’exposition. Élevé par Germain Boffrand (1667-1754) entre 1704 et 1705, l’hôtel est occupé au XVIIIe siècle par la famille de Voyer d’Argenson, longtemps titulaire d’une charge de chancelier de la Maison d’Orléans qui explicite le surnom de la demeure et sa proximité avec le Palais-Royal, à l’emplacement de l’actuelle rue du colonel Driant, dans le prolongement de la rue des Bons Enfants [5]. L’état primitif de cet hôtel est restitué par les célèbres planches de Blondel, Tardieu et La Marcade, tirées de l’ouvrage du maître d’œuvre (ill. 1).

Ill. 2. Salle d’exposition : au premier plan, sphinx ornant initialement la corniche de la salle à manger (stucs peints, atelier d’A. Pajou) ; au second plan, plafond de l’antichambre peint en grisaille sur le thème des Travaux d’Hercule (peinture à l’huile sur toile, ca. 1767, Gabriel Briard pour les médaillons intérieurs, Jean-Baptiste Guilliet et Pierre-Hyacinthe Deleuze pour les éléments décoratifs).

Ill. 2. Salle d’exposition : au premier plan, sphinx ornant initialement la corniche de la salle à manger (stucs peints, atelier d’A. Pajou) ; au second plan, plafond de l’antichambre peint en grisaille sur le thème des Travaux d’Hercule (peinture à l’huile sur toile, ca. 1767, Gabriel Briard pour les médaillons intérieurs, Jean-Baptiste Guilliet et Pierre-Hyacinthe Deleuze pour les éléments décoratifs).

Dans la première moitié du siècle, l’hôtel est déjà célèbre pour ses « chambres (…) ornées de sculpture, de dorure & de glaces, & [pour] le plafond du sallon peint par Antoine Coypel (…) [qui] est l’un des plus beaux ouvrages de ce fameux peintre »[6]. Pourtant, entre 1762 et 1770, le marquis de Voyer (1722-1782) le fait réaménager par Charles de Wailly (1730-1798) afin de l’adapter au goût néo-classique. Des dessins de William Chambers[7] et un plan des années 1780[8]  permettent de se faire une idée de ces légères modifications, tandis que l’inventaire après décès du marquis – présenté dans une vitrine – aurait pu fournir des renseignements sur l’aménagement intérieur s’il avait été transcrit[9].

Malgré tout, la partie consacrée aux décors réalisés durant cette seconde phase de travaux est remarquable. La salle d’exposition n’est pas cloisonnée : ce sont des lumières fixes qui font surgir de l’obscurité chaque morceau rapporté du décor. Cette présentation simple divise l’espace en sept chapitres[10] et quatre lieux principaux[11]. Les décors sont assortis de cartels bilingues comprenant de courtes descriptions et des photographies anciennes qui replacent les fragments dans leur contexte d’origine (ill. 2).

L’architecte Charles de Wailly confie l’ornementation sculptée à Augustin Pajou (1730-1809). L’exposition présente ainsi les statues de L’Eau et de La Terre, qui se trouvaient dans le passage cocher de l’hôtel, ou encore les quatre célèbres dessus-de-porte du grand salon illustrant également la thématique des Éléments (ill.3).

Ill. 3. Augustin Pajou, 1767, plâtre stuqué et doré, La Terre, ou le triomphe de Cybèle (à gauche) ; L’Eau, ou Neptune protégeant Amymone (à droite).

Ill. 3. Augustin Pajou, 1767, plâtre stuqué et doré, La Terre, ou le triomphe de Cybèle (à gauche) ; L’Eau, ou Neptune protégeant Amymone (à droite).

La complémentarité entre les décors sculptés et peints est constante, comme en témoignent notamment les putti sculptés d’Augustin Pajou qui répondent aux amours peints de Louis-Jacques Durameau (1733-1796) dans la chambre à coucher (ill. 4).

 

Ill. 4. Augustin Pajou, portion de la corniche avec des putti (à gauche au premier plan) ; Louis-Jacques Durameau, Le lever de l’Aurore (fragments), 1768-1769, peinture à l’huile sur toile (à gauche au second plan et à droite).

Ill. 4. Augustin Pajou, portion de la corniche avec des putti (à gauche au premier plan) ; Louis-Jacques Durameau, Le lever de l’Aurore (fragments), 1768-1769, peinture à l’huile sur toile (à gauche au second plan et à droite).

Ces quelques coups de projecteur sur le décor de la Chancellerie d’Orléans offrent déjà un avant-goût très encourageant des restaurations en cours et font espérer un remontage rapide dans un site qui s’annonce comme l’un des ensembles palatiaux privés les plus riches du XVIIIe siècle parisien[12].

————————————————————————————————————————————-

[1] Le musée des Archives Nationales est établi à l’hôtel de Soubise, 60 rue des Francs-Bourgeois, 75003 Paris. L’exposition a été réalisée sous le commissariat scientifique de Bertrand du Vignaud (World Monument Fund) et Emmanuel Pénicaut (Service interministériel des Archives de France).

[2] Plan du Quadrilatère des Archives Nationales :

http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/pdf/quadrilatere-an-paris.pdf

[3] Il existe en revanche une abondante bibliographie sur la Chancellerie d’Orléans et ses décors.

[4] L’hôtel de Rohan est connu pour la richesse de ses décors façonnés au milieu du XVIIIe siècle. Malheureusement, l’installation de l’Imprimerie Nationale entre 1808 et 1927 n’a pas permis de les sauvegarder intégralement, à l’exception notable du cabinet des Singes, réalisé par Christophe Huet (1700-1759). En outre, le cabinet des Fables, exécuté par Jacques Verberckt (1704-1771) pour une aile démolie de l’hôtel de Soubise y a été remonté au XXe siècle.

[5] FRANCOEUR Noël, L’hôtel de la chancellerie d’Orléans, ancien hôtel d’Argenson, du Palais-Royal au Marais, Paris, 1984.

[6] BOFFRAND Germain, Livre d’architecture, 1745, Paris : Cavelier père, p. 61 et suivantes ; planches XXXI à XXXIV.

[7] Lié à l’architecte De Wailly, au sculpteur Pajou, et au marquis de Voyer, Chambers ramène un album de dessins des monuments parisiens réalisés lors de son voyage de 1774 (Parisian Book, Royal Institute of British Architects Library Drawings and Archives Collection).

[8] Archives Nationales (AN), N/III/Seine/508 : plan de l’hôtel d’Argenson, ca. 1787, lavis rose sur papier.

[9] AN, MC/ET/CV/930 : inventaire après-décès de Marc-René, marquis de Voyer d’Argenson, en date du 5 octobre 1782. Seuls deux meubles sont présents dans l’exposition : il s’agit des fauteuils du grand salon réalisés par l’atelier de Mathieu Bauve. Le cartel ne précise pas s’ils sont mentionnés dans cet inventaire, mais ils sont connus par un dessin de Charles de Wailly, qui en est probablement le concepteur, et le Parisian Book (1774) de William Chambers.

[10] Construction de l’hôtel ; Intervention de De Wailly ; Histoire d’une démolition ; Des projets inaboutis ; Renaissance et remontage d’un décor parisien oublié ; L’hôtel de Rohan.

[11] L’antichambre ; le grand salon ; la chambre à coucher ; la salle à manger. Ces lieux doivent être reconstitués dans des salles de l’hôtel de Rohan dont le décor est détruit.

[12] Avant l’ouverture d’une nouvelle page de son histoire, le site mérite un examen de son passé : BECHU Philippe, TAILLARD Christian, Les hôtels de Soubise et de Rohan-Strasbourg : marchés de construction et de décor, Paris : Somogy, 2005, 485 p.