Journée d’étude du GRHAM : “Le marché de l’art dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : Expertises, négociations et controverses” (Paris, 5 juin 2019).

Pierre-Antoine Demachy, Scène de vente de tableaux aux enchères dans un salon, XVIIIe siècle, dessin à la plume, 26,6 x 32,1 cm, Bayonne, musée Bonnat-Helleu.

Type : journée d’étude du GRHAM.
Date de l’événement : 05 juin 2019.
Lieu : salle Jullian, Institut National d’Histoire de l’Art (INHA) 6 rue des Petits Champs, 75002 Paris.

Les marchands se trouvent au cœur d’un vaste réseau culturel et artistique à cette période et deviennent les premiers intermédiaires entre l’œuvre et l’amateur d’art. Objets de curiosité, arts décoratifs, tableaux, dessins et gravures font tous partie des biens constituant ce négoce. Durant cette époque particulièrement dynamique, tant du point de vue historique que culturel, plusieurs controverses se font jour en lien avec ce commerce florissant. De nombreuses polémiques émergent entre différentes figures de marchands influents, certains qualifiant même leurs confrères de « brocanteurs ». Ces polémiques signalent-elles une volonté de s’imposer dans un secteur devenu fortement concurrentiel ? Ou ne sont-elles que la manifestation de l’ambition de voir reconnaître une réelle distinction de compétences entre les marchands ? Des débats éclatent aussi entre les marchands et leur clientèle. Les amateurs, à la recherche constante d’œuvres authentiques, originellement créées par un artiste, sont ainsi confrontés aux problèmes que posent la copie et le faux, et à l’honnêteté parfois contestable des négociants. S’agit-il alors d’un problème de connaissances et de compétences des marchands ou d’un manque manifeste de sincérité au profit d’un désir grandissant d’enrichissement ? Enfin, cette journée s’intéressera aux échanges entre la France et ses pays voisins et, plus particulièrement, à la visibilité des pratiques marchandes contestées et à la manière dont les Français sont perçus à l’étranger durant cette période.

Programme :

9h00 : Accueil des participants et du public

9h15 : Introduction du GRHAM

Modération des sessions de la matinée : Darius A. Spieth

9h30 – 10h45 : Session 1 : Réputation et autorité

Ginevra Odone (Doctorante en histoire de l’art, Université de Lorraine / Università La Sapienza di Roma) : Processus de négociation et renommé des Antiquaires à travers les lettres du comte de Caylus.

Moana Weil-Curiel (Historien de l’art indépendant) : De Strasbourg à Paris, ascension et chute de Jean-Henri Eberts (1726-1803) : De la banque au négoce, des tableaux au mobilier de la couronne.

Discussion

10h45 – 11h00 : Pause

11h00 – 12h45 : Session 2 : Création de valeurs

Patrick Michel (Professeur des universités, Université de Lille 3) : Les marginalia d’un exemplaire du catalogue de la vente du prince de Conti : un regard critique sur l’une des grandes ventes publiques de la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Vincent Chenal (Chargé d’enseignement pour la Maîtrise d’études avancées en conservation du patrimoine et muséologie, Université de Genève) : Établir une « échelle moyenne » de la valeur des œuvres d’art dans la « patrie des fantaisies et de l’inconstance dans les goûts » : quelques aspects de cette pratique.

Udolpho van de Sandt (Historien de l’art indépendant) : Jean-Baptiste-Pierre Lebrun prêteur sur gages.

Discussion

12h45 – 14h00 : Déjeuner

 Modération des sessions de l’après-midi : Patrick Michel

14h00 – 15h15 : Session 3 : L’objet en question

Jean-Baptiste Corne (Doctorant, École Pratique des Hautes Etudes /École du Louvre) : De bric et de broc – Aux origines du marché de la boiserie.

Darius A. Spieth (San Diego Alumni Association Chapter Alumni Professor of Art History, LSU) : Le paradoxe du marché de l’estampe pendant la Révolution française.

Discussion

15h15 – 15h30 : Pause

15h30 – 16h45 : Session 4 : Regards sur le marché de l’art européen

Bénédicte Miyamoto (Maître de conférences, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) : Visibilité des pratiques marchandes controversées outre-Manche : Intermédiaires polémiques, lots ravalés, et transparence.

Paolo Coen (Professor, Università degli studi di Teramo) : The art market in Rome in the second half of the eighteenth century: some internal and external communication tools

Discussion

16h45 : Conclusion du GRHAM

Claude Aguttes (Commissaire-priseur) : Passé-présent, réflexion sur le marché de l’art.

17h45 : Clôture de la journée

 

Journée d’étude organisée par le GRHAM (Groupe de Recherche en Histoire de l’Art Moderne) :

Florence Fesneau (université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne),

Barbara Jouves (université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne),

Maxime Georges Métraux  (Sorbonne université / Galerie Hubert Duchemin),

Alice Ottazzi (université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne / Université de Turin),

Marine Roberton (université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne),

Maël Tauziède-Espariat (université de Bourgogne).