Exposition : “Génération en Révolution – Dessins français du musée Fabre, 1770-1815”.

François-Xavier Fabre, Personnage nu saisissant un cube de pierre, 1789-1792, Montpellier, musée Fabre.

Type : exposition.
Date de l’événement : du 16 mars au 14 juillet 2019.
Lieu : Paris, musée Cognacq-Jay, 8 rue Elzevir.

Du 16 mars au 14 juillet 2019, le musée Cognacq-Jay explore les choix d’une génération d’artistes qui eurent trente ans pendant la Révolution française. Le système artistique dans lequel ils évoluaient jusqu’alors est totalement bouleversé. Comment s’adaptent-ils ? Quelques sont leurs prises de position et leurs stratégies ?

Les artistes sont amenés à repenser profondément leur pratique, leurs débouchés, mais encore les sujets traités ou les orientations stylistiques, entre néoclassicisme et préromantisme.
Support intime par excellence, le dessin reflète la richesse et la diversité de cette période charnière. L’exposition réunit une sélection de 80 dessins exceptionnels, issus de la collection du musée Fabre de Montpellier. Cet ensemble unique, qui témoigne de cette accélération de l’Histoire, prélude à la modernité, est présenté pour la première fois à Paris.

Les décennies qui marquent le passage du XVIIIe au XIXe siècles constituent une période de bouleversements politiques, économiques et sociaux majeurs. Le monde des arts est lui aussi métamorphosé : les commandes royales disparaissent, les Académies sont supprimées, les grands chantiers annulés.

L’exposition, élaborée avec le musée Fabre de Montpellier, rend compte du renouvellement des pratiques, des formes, des sujets et des sensibilités, issu de ces bouleversements. Tandis que
la naissance d’un idéal patriotique et républicain incite des artistes à puiser dans l’Histoire antique, les représentations de scènes intimes et pittoresques connaissent aussi un essor sans précédent.

Centrée sur le dessin, l’exposition présente un corpus de près d’une centaine de feuilles remarquables, réunies pour la plupart par l’un des élèves préférés de David, le peintre François-Xavier Fabre, également collectionneur, expert et marchand. L’ensemble légué par l’artiste à sa ville natale le noyau fondateur du cabinet des arts graphiques du musée Fabre. Autour de la personnalité de Fabre sont réunis les plus grands artistes de l’époque : David, Girodet, Vien, Fragonard ou encore Prud’hon.

Le parcours de l’exposition s’articule en quatre sections thématiques présentant les différents genres pratiqués par les artistes de l’époque, la constitution de mouvements artistiques et l’affirmation d’individualités mais également la diversité des techniques graphiques employées.

Dessiner pour apprendre
Jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, l’Académie royale constitue un passage obligé pour les artistes ambitionnant une carrière officielle. L’enseignement du dessin y occupe une place prépondérante qui requiert une maîtrise de la géométrie, la perspective et l’anatomie. Le dessin consacré à l’homme est jugé comme le plus noble, ainsi le terme d’académie désigne-t-il aussi ces nus masculins qui révèlent le talent en devenir des jeunes artistes. Avec l’avènement de la Révolution, la pratique du dessin connaît un essor extraordinaire.

Éloge de l’individu
Si la peinture d’histoire reste considérée comme la plus noble, au XVIIIe siècle, les représentations de la vie quotidienne et des plaisirs de la vie attirent une clientèle toujours plus nombreuse. Le portrait et la scène de genre, moins exposés aux fluctuations politiques et prisés par une bourgeoisie croissante, connaissent alors un essor sans précédent, dont Fragonard se fera par exemple une spécialité.

Les vertus de l’Histoire
À la Révolution, l’hégémonie du genre historique est exacerbée et se double d’un rôle moralisateur : la République naissante se saisit des exemples de vertu et d’héroïsme de la Rome antique, acquise au même idéal patriotique. L’intérêt pour les sujets tirés de la Bible et l’Histoire antique présage alors l’avènement du néoclassicisme. Parallèlement, d’autres imaginaires fascinent les artistes : le passé national, en particulier médiéval, et le Proche-Orient, mieux connu par les campagnes militaires et les recherches scientifiques, deux tendances qui seront à l’origine du néo-gothique et de l’orientalisme, qui marqueront le XIXe siècle.

Voyages et nature
Parmi les artistes qui choisissent l’exil, l’Italie reste une destination de prédilection. Si elle attire avant tout pour ses chefs-d’oeuvre de l’Antiquité et de la Renaissance, elle séduit également par ses vastes panoramas aux effets lumineux saisissants. Les artistes français séjournant dans la péninsule, en particulier François-Xavier Fabre et son entourage, s’aventurent dans la campagne pour immortaliser des sites grandioses, où la nature domine la figure humaine.

Commissariat général :
Annick Lemoine, directrice du musée Cognacq-Jay
Rose-Marie Herda-Mousseaux, conservateur en chef pour l’époque moderne au Louvre Abu Dhabi
Michel Hilaire, directeur du musée Fabre

Commissariat scientifique :
Benjamin Couilleaux, directeur du musée Bonnat-Helleu, Bayonne
Florence Hudowicz, responsable du département des arts graphiques et des arts décoratifs au musée Fabre



Citer ce billet
Maxime Georges Métraux (2019, 5 mars). Exposition : “Génération en Révolution – Dessins français du musée Fabre, 1770-1815”. Groupe de Recherche en Histoire de l'Art Moderne. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p6u8

Maxime Georges Métraux

Doctorant en Histoire de l'art moderne (Université Paris IV –Sorbonne, Centre André Chastel – UMR 8150). Expert pour la galerie Hubert Duchemin et chargé d’enseignement à l'Université Paris-Est Marne-la-Vallée. Commissaire scientifique de l’exposition "Chic Emprise : Cultures, usages et sociabilités du tabac du XVIe au XVIIIe siècle" (22 juin - 23 septembre 2019) au musée du Nouveau Monde de La Rochelle.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search