Publication : “La Réception de Rembrandt à travers les estampes en France au XVIIIe siècle”.

PRIGOT Aude, La Réception de Rembrandt à travers les estampes en France au XVIIIe siècle, Rennes, PUR, 2018, 288 p.

Présentation de l’éditeur :

Au début du XVIIIe siècle, l’œuvre de Rembrandt demeure source de conflit entre un œil, séduit par une virtuosité artistique certaine et une raison encore pénétrée des normes italo-antiques. De fait, cet art tout à la fois iconoclaste et surabondant bouscule les habitudes du collectionnisme, sonne le glas d’une forme de discours sur les artistes qui ne serait que biographique, déplaçant l’intérêt de la personne à l’œuvre. Il entraîne, ce faisant, l’avènement de nouveaux acteurs dans la construction de cette discipline qu’est l’histoire de l’art. Bien avant Basan et son Dictionnaire des graveurs (1767), Lebrun et sa Galerie des peintres flamands, néerlandais et allemands (1792-1796), les marchands Gersaint, Helle et Glomy inaugurent en 1751 à travers le Catalogue raisonné de toutes les pièces qui forment l’œuvre de Rembrandt un modèle du genre. En replaçant les œuvres dans leur contexte, en situant via des anecdotes, un artiste parmi ceux de son temps et de son pays, en décrivant avec une précision toute scientifique les spécificités d’un faire, les trois auteurs substituent aux évaluations diachroniques des qualités une analyse méthodologique et pragmatique. L’œil se fait instrument de mesure, guide souverain auquel on se doit de se fier. Dès lors naît le désir de mieux voir, d’exercer son regard, apprentissage qui passe par l’exigence de « dresser » la main. Ce faisant, l’art de Rembrandt donne naissance à de nombreuses imitations et pastiches, fruit du labeur appliqué tant des graveurs professionnels que des amateurs éclairés. L’œil et la main en viennent ainsi à incarner, au XVIIIe siècle en France, les deux pans d’un diptyque inséparables de la réception de l’œuvre gravé de Rembrandt.

Diplômée de l’École du Louvre, où elle enseigne depuis 2007, Aude Prigot a soutenu une thèse de doctorat sur La Réception de Rembrandt van Rijn à travers les estampes en France au XVIIIe siècle à l’université de Provence – Aix-Marseille. Elle a par ailleurs fait partie du projet européen LexArt – Words of Arts: The Rise of a terminology (1600-1750), en tant que chercheur postdoctoral d’octobre 2013 à mars 2018, concentrant ses recherches sur les migrations lexicales et conceptuelles entre la France et les Pays-Bas au XVIIIe siècle.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.