Conférence du GRHAM : « La face cachée des pastels : étude des différents supports utilisés par les artistes au XVIIIe siècle », par Valérie Luquet (Paris, 13 décembre 2018).

 

Type : Conférence (entrée libre).
Date de l’événement : 13 décembre 2018, 19h.
Lieu : Salle Vasari, Institut national d’histoire de l’art, Paris.

Le XVIIIe siècle est souvent considéré comme l’âge d’or de la peinture au pastel malgré les critiques parfois très virulentes de certains académiciens ou d’Etienne de La Font de Saint-Yenne : « Le nombre des Peintres en Pastel est infini. Mais il est bien à craindre que la facilité & la célérité de ses fragiles craïons ne fassent négliger l’huile beaucoup plus lente à la vérité, mais infiniment plus savante, & incomparable pour la durée* ». L’art du pastel est un domaine dans lequel on remarque, tout au long du siècle des lumières, une intense activité de recherche menée par les artistes ou les marchands de couleurs.

Cette présentation se propose d’examiner cette face cachée des peintures au pastel que constitue leur support. Les campagnes de restaurations récemment menées au Louvre ou au musée d’Orléans ont permis de faire apparaître et de mieux connaître l’extrême diversité des supports utilisés : papiers marouflés ou non sur une toile, papier préparés ou non, parchemin, toile enduite, plaque de cuivre… Le choix d’un support pour la réalisation d’un pastel dépend non seulement de ce souci qu’avaient les artistes d’assurer la pérennité de leurs œuvres, mais aussi de leurs habitudes de travail, de leurs moyens financiers et de ceux de leurs commanditaires, du format de l’œuvre ou encore des effets graphiques recherchés. Cette approche de la matérialité des œuvres permettra de s’interroger sur les liens entre artistes et artisans, de suivre l’émergence du commerce des marchands de couleurs et d’aborder la notion de « complexe technique » dans ce domaine.

Valérie Luquet est restauratrice diplômée de l’INP, en charge de la conservation préventive et de la restauration des fonds graphiques des musées d’Orléans. A la suite d’un master en histoire à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ayant pour sujet « L’histoire des techniques de montage et encadrement des dessins », elle a décidé de poursuivre ses recherches sur les supports et techniques d’encadrement des pastels du XVIIIe siècle. Elle est l’auteur de plusieurs articles sur la conservation et la restauration des pastels ainsi que sur l’apport de la restauration à la connaissance matérielle des œuvres et des techniques utilisées par les artistes.

* LA FONT DE SAINT-YENNE, Étienne (1688-1771), Réflexions sur quelques causes de l’état présent de la peinture en France. Avec un examen des principaux Ouvrages exposés au Louvre le mois d’Août 1746, La Haye, 1747