Exposition : « En société. Pastels du Louvre des XVIIe et XVIIIe siècles ».

Maurice Quentin de La Tour, Jeanne Antoinette Lenormant d’Étiolles, marquise de Pompadour (1721-1764). Entre 1752 et 1755. Salon de 1755. Pastel et rehauts de gouache sur au moins huit feuilles de papier bleu dont un empiècement pour le visage, collées en plein sur une toile tendue sur châssis. 178,5 x 131 cm. Musée du Louvre © Musée du Louvre, dist. RMN – Grand Palais / Laurent Chastel

Le Musée du Louvre présente jusqu’au 10 septembre 2018 une exposition de plus de cents pastels de issus de ses propresfonds, qui rappelle la richesse sans égalede cette collection de pastels du XVIIe et du XVIIIe siècles. L’exposition est ainsi l’occasion de montrer une sélection d’œuvres qui ont été restauréesrécemmentgrâce au mécénat des American Friends of the Louvre. La campagne de restauration, qui a durée plusieurs années, a permis un travail très poussé: démontagedes œuvres pour entreprendre une action de dépoussiérage et enlèvement de la moisissure. Cela a donné lieu à plusieurs découvertes et à la proposition de nouvelles attributions.

Les pastels sont des bâtonnets créés à travers une alliance de pigment, charge et liant, où la précision mathématique de la production du matériau est représentative d’un procédé qui n’autorisaitpas d’erreur. Les éléments devaient être calibrés avec exactitude afin d’obtenir un outil façonné selon les désirs de l’artiste et qui permettait le dialogue avec le support. Employé depuis leXVe siècle dans les dessins préparatoires, le pastel voit unchangement au niveau esthétiqueau XVIIe siècle, passant d’une fonction auxiliaire à la création, au statut d’œuvre d’art autonome, à admirer et conserver. L’exposition commence en ce moment précis de l’histoire. Nous sommes frappés par les dimensions imposantes des œuvres de Joseph Vivien (1657-1734), sept portraits en pastel intégral (comme les décrit Ratouis de Limay) qui représentent l’évolution de sa carrière : de ses morceaux de réception à l’Académie royale de peinture et de sculpture en qualité de peintre à pastel (1701) – les portraits de Robert de Cotte et de François Girardon– jusqu’aux commandes royales.

Rosalba Carriera, Nymphe de la suite d’Apollon. 1721. Pastel sur une feuille de papier bleu avec un trait de corde horizontal au centre, marouflée sur toile tendue sur châssis assemblé à mi-bois. 62,9 x 56,3 cm. Musée du Louvre © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Michel Urtado

Rosalba Carriera (1673-1757), célèbre artiste vénitienne, occupe une place importante dans l’histoire du pastel puisque depuis son séjour parisien, entre 1720 et 1721, la fraicheur de ses portraits eut un impact sur la production des artistes français contemporains ainsi que sur la génération suivante. Une attention spéciale est réservée à Maurice Quentin de La Tour (1704-1788), figure fondamentale de l’art du pastel du XVIIIe siècle qui a su reproduire sur le papier les états d’âmes de ses modèles. Il est possible d’apprécier une des acquisitions récentesdu musée (2014), le Portrait de Marie-Gabrielle-Louise de La Fontaine Solare de la Boissiere, ainsi que de parcourir étape par étape la carrière du pastelliste et de voir les commandes faites à La Tour qu’elles soient royales ou privées. C’est aussi l’occasion de redécouvrir un des chefs-d’œuvresde l’artiste, le portrait de La marquise de Pompadour, exposé au Salon du 1755, et qui a été l’objet d’une restauration récente, très délicate à cause des dimensions considérables de l’œuvre, et qui lui a conféré un nouvel éclat.

Attribué à Maurice Quentin de La Tour, Portrait de religieuse. Pastel sur papier bleu collé sur carton. 0,62,1 x 51 cm. Musée du Louvre © Musée du Louvre, dist. RMN – Grand Palais / Philippe Fuzeau

Par ailleurs, l’étude comparée de certains éléments, comme le traitement des yeux du modèle, a permis au commissaire de l’exposition d’avancer une nouvelle attribution pour le Portrait de religieuse à Maurice Quentin de la Tour.

Dans ce parcours il ne pouvait manquer, face à De La Tour, les portraits de deux autres grands maitres du pastel du XVIIIe siècle : Jean-Baptiste Perronneau (c.1716-1783) et Jean-Etienne Liotard (1702-1789). La seule œuvre exposée de l’artiste suisse, le Portrait de Madame Jean Tronchin, se distingue par son style très particulier qui englobe toute l’esthétique de la pensée de Liotard, le rejet de toute trace visible de la touche, voire des traits dupastel. Autre nom d’envergure, même s’il est toujours un peu oublié par la critique, Joseph Boze (1745-1826) est ici représenté par plusieurs de ses œuvres.

La campagne de restauration a aussi été l’occasion de démonter les cadres, ce qui a permis une analyse de l’aspect matériel de l’œuvre ainsi qu’une étude approfondie de la technique du pastel. L’exposition souligne donc cette attention pour la matérialité et se propose de répondre à nombreuses questions : quel type de support a été utilisé par l’artiste ? Combien de morceaux de papier constituent les œuvres de dimensions majeures ? Comment se déroulent les séances de pose ? En parcourant les salles, le visiteur pourra découvrir plusieurs exemples qui dévoilent subtilement les réponses. Un regard attentif arrivera à repérer les jointures entre les différents morceaux de papier, les repentirs ou les retouches.

Si d’un côté les cartels pourraient être plus explicatifs et donner davantage d’informations sur la nature de la commande, sur l’artiste ou sur le contexte de l’œuvre, de l’autre côté les indications techniques sont rédigées dans les moindres détails. Il faut toutefois regretter le manque de pédagogie sur la technique du pastel– comment sont fabriqués les bâtonnets de pastel ? Comment les feuilles de papier étaient collées entre elles pour former de support de grand format ? Y a-t-il une préparation particulière pour le papier ? Une telle pédagogie aurait aidé un publicplus large à se pencher sur sesquestions assez pointues.

Dans cette optique, le Portrait de Clément Belle, morceau de réception de Alexis III Loir (1712-1785) exposé au Salon en 1779, fournit un rare exemple de pastel sur cuivre. Quant au petit accrochage dédié à Joseph Ducreux (1735-1802), il permet de comprendre qu’il utilisait les académies de son atelier pour composer un support de papier plus résistant, en les collant les unes sur les autres, de manière à pouvoir maroufler le pastelsur ce support de papier au lieu de la toile.

Comme un écho aux œuvres de Rosalba Carriera,le parcours de visite propose ensuite une sélection des pastels de trois artistes femmes de la fin du XVIIIe siècle. Marie-Suzanne Giroust (1734-1772), épouse du peintre Alexandre Roslin, voit exposé son morceau de réception à l’Académie royale (1770) – Portrait de Pigalle sculpteur, assis, un costume de chevalier de St Michel-, tandis que la sélection d’œuvres d’Adelaïde Labille-Guiard (1749-1803) et de Elisabeth Louise Vigée Le Brun (1755-1842), reçues ensemble en 1774, est plus généreuse. Parmi les pastels de cette cernière, deux autres acquisition du musée (2014) : le Portrait de la marquise de Montesson ainsi que son pendant ,le Portrait du duc Louis-Philippe d’Orléans.

La dernière salle accueille quelques œuvres de John Russell, le plus célèbre pastelliste anglais du XVIIIe siècle, élève de Francis Cotes, qui sont un clair exemple de son style qui réunit la leçon de Rosalba Carriera avec la liberté de l’esprit artistique anglais, en permettant une comparaison avec la production française. Enfin, la dernière partie est consacrée aux pastels du fonds de la récupération artistique (MNR), exposés avec toutes les informations connues jusqu’à aujourd’hui sur leur provenance.

Une publication accompagne l’exposition : Pastels du musée du Louvre, XVIIe-XVIIIe siècles. Il s’agit du catalogue exhaustif des pastels de la collection du Louvre, un travail de recherche mené par Xavier Salmon, directeur du département des Arts graphiques, spécialiste du pastel et du XVIIIe siècle. Ce catalogue raisonné met à jour celui rédigé par Geneviève Monnieren 1972, il reproduit toutes les œuvres de la collection en couleur et il entend devenir un ouvrage de référence.

L’exposition est donc l’occasion de faire découvrir non seulement des nouvelles acquisitions mais aussi de montrer des œuvres connues, et faire sortir de l’ombre d’autres pastels moins célèbres, en essayant de faire voir au visiteur la fortune de ce medium particulier, que les hommes du XVIIIe appelaient poussière précieuse.

 

Alice Ottazzi