Publication : “Gloriae : Figurabilité du divin, esthétique de la lumière et dématérialisation de l’œuvre d’art à l’âge Baroque”.

COUSINIE Frédéric, Gloriae : Figurabilité du divin, esthétique de la lumière et dématérialisation de l’œuvre d’art à l’âge Baroque, Rennes, PUR, 2018, 552 p.

Présentation de l’éditeur :

La Gloire de Dieu c’est en premier lieu le poids et la réputation d’un être dont les qualités supérieures suscitent, en retour, la glorification : rendre Gloire, par les louanges, les chants, les cérémonies, mais aussi par la création artistique. Entre anthropomorphisme et symbolisme, entre matérialité, monumentalité et expansion lumineuse dématérialisée, la Gloire ne se laisse cependant guère aisément appréhender. Où est véritablement « l’œuvre » dans le continuum spatial qui caractérise la Gloire ? Comment percevoir ce qui joue entre focalisation, dispersion de l’attention et éblouissement ?

Frédéric Cousinié est professeur d’histoire de l’art moderne à l’université de Rouen. Derniers ouvrages parus : Esthétique des fluides : sang, sperme, merde dans la peinture française du XVIIe siècle (Paris, Le Félin, 2011) ; Trajectoire des images : culte marial et intermédialité au XVIIe siècle (Paris, 1:1, 2017) ; Soleils baroques. La Gloire de Dieu et des Princes en représentation dans l’Europe moderne (ouvrage collectif co-dirigé avec A. Lemoine et M. Virol, Rome/Paris, Somogy/Académie de France à Rome, 2018).

Table des matières

Glorification I. Économie générale de la Gloire : Andrea Pozzo à S. Ignazio (1691-1694)

  • Lumen de Lumine

Glorification II. La chapelle Spada/Borromée de S. Maria in Vallicella (1663-1679)

  • Le Nom en Gloire
  • Maria in Sole

Glorification III. Apothéose et communion des saints dans la Gloire céleste : Giovan Battista Gaulli au Gesù (1672-1685)

  • Raptus in Coelum
  • Gloire et Lumière



Citer ce billet
Maxime Georges Métraux (2018, 23 juin). Publication : “Gloriae : Figurabilité du divin, esthétique de la lumière et dématérialisation de l’œuvre d’art à l’âge Baroque”. Groupe de Recherche en Histoire de l'Art Moderne. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p6qw

Maxime Georges Métraux

Doctorant en Histoire de l'art moderne (Université Paris IV –Sorbonne, Centre André Chastel – UMR 8150). Expert pour la galerie Hubert Duchemin et chargé d’enseignement à l'Université Paris-Est Marne-la-Vallée. Commissaire scientifique de l’exposition "Chic Emprise : Cultures, usages et sociabilités du tabac du XVIe au XVIIIe siècle" (22 juin - 23 septembre 2019) au musée du Nouveau Monde de La Rochelle.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search