Appel à publication : Studiolo 16 : « La main de l’artiste ».

Marie-Guillemine Benoist, Autoportrait, 1790, huile sur toile, collection particulière.

Type : appel à publication.
Date limite de l’appel : 15 décembre 2018.
Date de parution : fin 2019.

Publiée par l’Académie de France à Rome-Villa Médicis, Studiolo est une revue annuelle d’histoire de l’art dédiée aux échanges artistiques entre l’Italie, la France et l’Europe de la Renaissance à nos jours.
Elle constitue un espace ouvert aux recherches les plus actuelles qui occupent l’histoire de l’art, dans ses objets comme dans ses méthodes.
Chaque livraison comporte un dossier thématique, des varia, une rubrique regards critiques consacrée à l’historiographie et, dans la rubrique l’histoire de l’art à la Villa Médicis, une actualité des activités du département d’histoire de l’art et des chantiers de restauration de l’Académie de France à Rome – Villa Médicis. Enfin, dans champ libre, Studiolo ouvre ses pages aux pensionnaires artistes de l’année en cours.

Dossier thématique :

La main de l’artiste

Dans ces murs voués aux merveilles
J’accueille et garde les ouvrages
De la main prodigieuse de l’artiste,
Égale et sans rivale de sa pensée.
L’une n’est rien sans l’autre.

Ces vers fameux de Paul Valéry formulent puissamment une idée centrale des théoriciens de l’art d’Alberti à Vasari qui cherchaient à montrer que l’art n’était pas une pratique simplement mécanique mais une expression supérieure de l’inspiration créatrice. Le glissement linguistique puis conceptuel de « main » à « manière » et de « manière » à « style » souligne l’importance des enjeux symboliques et spéculatifs à l’œuvre.
La main de l’artiste devient progressivement le symbole même de la création artistique dans une interprétation démiurgique de l’artiste qu’incarne parfaitement, jusqu’à son accomplissement anagogique, La main de Dieu de Rodin (1902).
Cependant, peu d’années plus tard, le premier ready-made de Marcel Duchamp provoqua une cassure esthétique qui renversa brutalement ce paradigme. De fait, tout au long du XXe siècle, une part toujours croissante de la production artistique jeta un regard critique et soupçonneux sur la pratique du beau métier et l’antique valorisation de la main.
Le 16e numéro de la revue Studiolo s’intéresse à tous les enjeux conceptuels autour de la main de l’artiste dans une perspective aussi bien historique qu’historiographique sans négliger les questions de style et d’attributions.

Les articles peuvent être publiés en trois langues, français, italien et anglais, et doivent être inédits. Dans les rubriques dossiervaria et regards critiques, les articles doivent être compris entre 30 000 et 80 000 signes (espaces et notes comprises). Dans la dernière rubrique histoire de l’art à la Villa Médicis, ils doivent être compris entre 10 000 et 50 000 signes (espaces et notes comprises).
Les œuvres reproduites doivent être fournies par les auteurs et libres de droits.
Les auteurs devront se charger de mettre en forme leur article selon les normes éditoriales de la revue.
L’article doit être accompagné d’un résumé de 800 signes environ et d’une biographie de l’auteur de 800 signes également présentant ses fonctions, ses recherches en cours et ses publications récentes, et complété par son adresse électronique. Ce résumé et cette biographie sont transmis dans un document distinct.

Tous ces documents sont à envoyer par courriel, au format Word, à Patrizia Celli, secrétaire de rédaction : patrizia.celli@villamedici.it

Remise des articles : 15 décembre 2018
Parution : fin 2019

Directeur de la publication : Muriel Mayette-Holtz
Rédacteur en chef : Jérôme Delaplanche
Coordination éditoriale : Patrizia Celli et Cecilia Trombadori

Comité de rédaction : Marc Bayard (Mobilier National), Olivier Bonfait (Université de Bourgogne), Maurice Brock (CESR, Tours), Luisa Capodieci (Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne), Stefano Chiodi (Università di Roma 3), Elena Fumagalli (Università degli Studi di Modena e Reggio Emilia), Sophie Harent (musée Magnin, Dijon), June Hargrove (University of Maryland), Michel Hochmann (EPHE) Dominique Jarrassé (Université de Bordeaux 3, École du Louvre), Fabrice Jesné (École Française de Rome), Annick Lemoine (Université Rennes 2, Festival de Fontainebleau), Christophe Leribault (musée du Petit-Palais, Paris), François-René Martin (ENSBA, École du Louvre), Maria Grazia Messina (Università degli Studi di Firenze), Patrick Michel (Université Charles de Gaulle – Lille 3), Philippe Morel (Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne), Pierre Pinon (CNRS), Rodolphe Rapetti (Ministère de la culture), Patricia Rubin (Institute of Fine Arts, New York), Tiziana Serena (Università degli Studi di Firenze), Anne-Elisabeth Spica (Université de Lorraine).