Colloque : « Résidences aristocratiques et vie sociale dans les capitales européennes au XVIIIe siècle « .

Etienne Louis Boullée (French, Paris 1728–1799 Paris)Elevation for the Garden-Front of the , Hotel de Brunoy, Faubourg St. Honoré, Paris, ca. 1779, Pen and black ink, brush and gray, green, and rose wash; 14 3/8 x 20 11/16 in. (36.5 x 2.6 cm), The Metropolitan Museum of Art, New York.

Type : colloque.
Date et horaire : 7 et 8 juin 2018 .
Lieu : Auditorium de l’INHA, galerie Colbert, 2 rue Vivienne, 75002 Paris (entrée libre).

Ce colloque privilégiera une approche pratique et sociale des résidences aristocratiques en Europe et de la vie de leurs occupants au quotidien, depuis la construction du bâtiment jusqu’aux repas. Comprendre l’organisation et l’usage permettra de saisir l’importance de ces lieux pour l’aristocratie des différents pays d’Europe dans l’affirmation de leur place dans la société. Pour cela une approche synthétique sera préférée aux études de cas.

Le choix du quartier, l’ampleur des bâtiments et de leurs annexes, le choix des matériaux et des décors extérieurs ne relevaient pas du hasard et exprimaient soit un conformisme soit un message familial plus personnel. L’organisation pratique du chantier mettra en lumière la place de l’architecte par rapport aux autres corps de métiers, le nombre d’ouvriers, la longueur d’un chantier de construction, la provenance des matériaux, le volume nécessaire, les moyens de transport pour les acheminer jusqu’au chantier… Est-il possible d’évaluer le coût total d’un hôtel en faisant la part de la construction, du décor intérieur et du mobilier, afin d’appréhender l’investissement nécessaire à une telle entreprise si importante pour l’expression de son rang social.
Le fonctionnement au quotidien d’une résidence aristocratique faisait appel à un personnel nombreux et plus ou moins spécialisé, depuis le cocher jusqu’au valet de chambre. Les commerçants fournissaient les éléments nécessaires tant à la vie quotidienne qu’à la représentation. L’analyse du rôle de ces différents acteurs aidera à comprendre l’organisation de la vie dans la résidence et à définir la part de chacun sur le plan matériel mais également symbolique pour l’expression du prestige des occupants.
L’importance des biens meubles, depuis les véhicules jusqu’à l’argenterie en passant par la garde-robe, sera également abordée dans une approche pratique avec leur importance numérique, leur usage, leur réemploi, leur entretien, leur valeur par rapport aux autres biens meubles.
Les divers espaces d’un hôtel accueillaient des personnes différentes selon des traditions et des règles sociales plus ou moins tacites, depuis la cour jusqu’à la salle de bain. L’usage des lieux permettra d’en mieux saisir la disposition ainsi que les rapports humains et dans cet univers que constituait une résidence aristocratique et leur évolution sur deux siècles témoigne de l’adaptation de ses membres au changement des mentalités, des nouveautés techniques ou des modes.

La comparaison entre les résidences des pays européens mettra en lumière la place tenue par l’aristocratie dans les différentes sociétés d’Europe, et quelle part prenait leur habitat dans l’affirmation de leur place dans la hiérarchie sociale et de leur rapport avec le pouvoir. Avant d’être des monuments historiques, ces résidences ont été des lieux de vie. Cadre d’un style de vie distinct, elles demeurent les témoins d’une organisation sociale et constituent le symbole matériel par lequel l’aristocratie affirmait sa place et sa puissance dans la société. Ces rencontres aideront à saisir les dimensions symboliques de la culture matérielle de ces résidences et leur participation à l’imaginaire de la société et de la culture de l’aristocratie. Cet imaginaire a été si impressionnant qu’il marqua profondément la culture française. Ainsi, bien après la disparition de la société d’Ancien Régime, ses codes et manières de vivre demeurèrent des références pour les élites jusqu’à la première guerre mondiale, comme en témoigne encore la Recherche du temps perdu de Marcel Proust.

Programme

  • JEUDI 7 JUIN 2018

Matin. Président de séance : Daniel Roche
9 h.            Accueil des participants.
9 h 30.       Présentation du colloque par Stéphane Castelluccio
9 h 45.       Christophe Morin. Les bâtiments d’utilité des hôtels particuliers parisiens
10 h 30.     Pause
10 h 45.     Anne Forray-Carlier. Le développement des boiseries au XVIIIe siècle : usage et esthétique
11 h 30.     Vincent Droguet. La galerie au XVIIIe siècle : un espace entre tradition et mutation
12 h 15.     Cécile Lestienne. Distributions et usages de la salle à manger française au XVIIIe siècle
13 h.          Déjeuner

Après-midi. Présidente de séance : Michèle Bimbenet-Privat
14 h 30.     Ronan Bouttier. « Se procurer des bains chez soi, sans frais et sans embarras ». Fonctionnement et usage des bains dans les grandes demeures parisiennes au XVIIIe siècle
15 h 15.     Guillaume Faroult. « Nous étions une copie de ce chef-d’œuvre : le boudoir libertin entre peinture, romans et réalité »
16 h.          Pause
16 h 15.     Alexandre Gady. Les logements des domestiques dans l’hôtel
17 h.          Stéphane Castelluccio. Les domestiques : un monde parallèle, loin et proche
17 h 45.     Discussion

  • VENDREDI 8 JUIN 2018

Matin. Président de séance : Eric Hassler
9 h.            Accueil des participants
9 h 30.       Michèle Bimbenet-Privat. L’orfèvrerie : catégories et usages
10 h 15.     Pascale Gorguet Ballesteros. Consommation vestimentaire, mode et jeu social dans les demeures aristocratiques parisiennes au Siècle des Lumières
11 h.          Pause
11 h 15.     David Hennebelle. Extraordinaire ou ordinaire ? Le personnel musical des résidences aristocratiques au XVIIIe siècle
12 h.          Clémence Pau. Entre lieu de vie et lieu de travail : étude des hôtels ministériels parisiens au XVIIIe siècle
12 h 45.     Déjeuner

Après-midi. Présidente de séance : Anne Forray-Carlier
14 h 15.     Eric Hassler. Le palais aristocratique, cœur de la vie sociale viennoise au XVIIIe siècle
15 h.          David Garcia Cueto. Les résidences aristocratiques de Madrid au XVIIIe siècle : de « casas principales » à « palacio »
15 h 45.     Pause
16 h.          David Adshead. Les résidences aristocratiques à Londres au XVIIIe siècle
16 h 45.     Discussion et conclusion du colloque