Mise en ligne de la base de données Art et Démocratie: Les débats liés aux arts du dessin entre 1789 et 1792 (UNIL).

Anonyme, « Les Arts sortant du temple du Gout vont faire leur petition à l’Assemblée nationale : il y a encore de grands artistes, mais la frivolité, le luxe, les modes font dégénerer les talens, et s’il n’arrive une heureuse revolution, le dieu du goût ne sera plus, comme on le voit ici, qu’un histrion entouré d’un vil cortège », 1791, eau-forte, 22,5 x 37 cm, Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, RESERVE QB-370 (16)-FT 4

Base de données constituée par Desmond-Bryan Kraege, Matthieu Lett et Sibylle Menal sous la direction de Christian Michel.

La base de données du projet « L’art et la démocratie, la naissance d’une question. Les réflexions sur la place et le statut des arts du dessin (juillet 1789 – août 1792) » contient l’ensemble des écrits consacrés aux arts du dessin (peinture, sculpture et gravure) dans les premières années de la Révolution française que nous connaissons. Ils sont classés respectivement par ordre chronologique et par auteurs sous les onglets corpus et auteurs.

Sur cette base, toutes les institutions monarchiques, sur lesquelles reposait le système des arts sous l’Ancien Régime, doivent être repensées et réformées. Ce sont pendant ces années qu’apparaissent des questions qui sont toujours d’actualité : la définition de l’artiste par rapport au praticien ou à l’artisan, la nécessité ou non d’un enseignement artistique, la forme que celui-ci doit prendre, la façon dont doivent être passées les commandes publiques, le droit des artistes sur la diffusion de reproductions de leurs œuvres, doivent désormais être fondés sur la raison et être compatible avec la liberté et l’égalité des droits.

Plus d’une centaine de textes, les uns sous la forme de pamphlets, les autres profondément raisonnés, sont écrits et publiés pendant les trois années qui séparent la revendication de la souveraineté populaire lors du Serment du jeu de paume en juin 1789 et la chute de la monarchie le 10 août 1792. Les plus importants sont les différents projets élaborés entre octobre 1790 et juin 1791. Bien qu’ils soient aujourd’hui largement méconnus, ils constituent les fondements, ou, tout au moins, les premières manifestations des arguments qui depuis alimentent les débats récurrents sur l’enseignement artistique, sur la place que doivent tenir les institutions d’État dans le développement des arts, sur l’intérêt économique qu’il y a à encourager les arts du dessin.

Pour accéder à  la base sur le site de l’Université de Lausanne, cliquez sur ce lien https://catima.unil.ch/art-democratie/fr.