Symposium : « L’invention de la Bohème des Lumières à Mai 68 ».

Jean Louis Demarne, Femmes et soldats festoyant, ca. 1780, huile sur bois, 49 x 56 cm, Londres, Wallace collection.

Type : Symposium (grand public)
Date : 25 octobre 2017.
Lieu : Paris, Mairie du 11e arrondissement.
Sous la direction de : Christophe Henry, Sébastien Chauffour et Cécilie Champy.

En 1849, le théâtre des Variétés donne La vie de Bohème, pièce en 5 actes de Henry Murger. Rodolphe, un jeune bourgeois poète, fuit la veuve fortunée qui lui est promise pour rejoindre une troupe de bohèmes et mener avec eux une existence précaire faite de rêves déçus de gloire et d’amours décomposées. Avec La Bohème (1895), opéra promis à un succès mondial, Giacomo Puccini donne de ce roman une interprétation féerique et tragique, inséparable de cette fête permanente que les écrivains désirent rejoindre pour découvrir leur véritable personnalité.

Si, comme l’ont rappelé les auteurs du catalogue de l’exposition Bohèmes (Paris, Galeries nationales du Grand Palais, 26 Septembre 2012 – 14 Janvier 2013), la Bohème est un phénomène lié au cosmopolitisme, mêlant bien souvent artistes et peuples nomades dans l’invention de valeurs esthétiques inséparables du dénuement économique et du rêve de gloire, on peut envisager qu’elle s’est inventée depuis plusieurs décennies avant cette fin de XIXe siècle auquel nous l’associons.

Certes la Bohème des artistes s’organise après la tentative de révolution européenne de 1848 qui inaugure l’ère de l’émancipation totale des comportements et des formes artistiques. Mais son esprit n’est pas absent de la cour des rois, qui fréquente les bas-fonds et n’ignore rien, dès le XVIe siècle, des libertinages sensuels et spirituels qui font exister la vie au risque de la perdre.

Des bandes d’artistes vandales du règne de Louis XIII à Serge Gainsbourg, des bacchanales camouflées de Watteau à l’inspiration décadente de Paul Poiret, le septième Symposium d’Histoire de l’Art de la Mairie du 11, qui se tiendra le 25 octobre prochain, explorera l’histoire de cette identité bohème dont chacun d’entre nous reste profondément imprégné.

Les Symposium d’Histoire de l’art de la Mairie du 11 sont destinés à un large public d’amateurs, étudiants et curieux. Les conférences proposées, d’une durée de 20 à 30 minutes, sont conçues par les intervenants (professeurs, conservateurs, chercheurs) pour être aisément accessibles et suivies de questions et d’échanges. Aucune formation, réservation ou inscription ne sont nécessaires.

Programme

9h30 Accueil des participants

9h45 Cécilie CHAMPY et Christophe HENRY Formes de la Bohème de la Fronde à Mai 68

MYTHE OU IDENTITÉ DE L’ARTISTE MODERNE

Présidence : Sébastien CHAUFFOUR (Conservateur, Archives du Ministère des Affaires étrangères)

10h François GILLES (École Boulle / École Normale Supérieure Cachan) Mythe et réalité de la vie d’ornemaniste

10h30 Cécilie CHAMPY (Musée des Beaux-Arts de la ville de Paris – Petit Palais) Ivres du vin de Bohème ? Le portrait d’artiste de Simon Vouet à Charles Baudelaire

11h00 Discussion et pause café

SUBLIMES FIGURES DE LA DÉCHÉANCE

Présidence : Cécilie CHAMPY (Musée des Beaux-Arts de la ville de Paris – Petit Palais)

11h30 Johannes SCHWABE (Universités Humboldt de Berlin & Paris 1 Panthéon-Sorbonne) « Il résistait aux tentations des besognes faciles et lucratives, ne reculant devant aucun sacrifice, excepté celui de son originalité ». Thomas Couture et sa stratégie de conquête du Salon de 1847

12h Martine DEBIEUVRE (Première adjointe chargée de la culture & de la mémoire, Mairie du 11) Proust. Une manière de Bohème.

12h30 Discussion et pause méridienne

UN RÊVE D’ABSOLU : FABRIQUE ET RÉPLIQUES

Présidence : Joëlle ALAZARD (Professeur agrégé d’histoire, docteur en histoire)

14h15 Markus A. CASTOR (Centre allemand d’Histoire de l’Art) Rêverie de Charles-Amable Lenoir (1893) : les nymphes de la Charente s’épanchent dans Paris

14h45 Christophe HENRY (Académie de Lille) Serge Gainsbourg et la société du spectacle. Apogée et crépuscule de la Bohème

15h15 Discussion et pause café

UN PARFUM DE BOHÈME : DÉFIANCE DE L’ART ET NOSTALGIE DE LA MODE

Présidence : Pierre SANNER (Mission Française du Patrimoine et des Cultures Alimentaires)

15h45 Frank CLAUSTRAT (Maître de conférences en histoire de l’art contemporain, Université Paul Valery Montpellier 3) Anders Zorn (1860-1920): artiste anti-bohème ?

16h15 Laetitia PIERRE (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – Istituto Marangoni, Paris) La mille et deuxième nuit. La mode de Paul Poiret inspirée par Théophile Gautier

16h45 Discussion et pause

17H15 CONFÉRENCE DE CLÔTURE : GÉRARD SUTTON, Du roman à l’opéra: La Bohême de G. Puccini Présentée par Martine DEBIEUVRE (Première adjointe chargée de la culture & de la mémoire, Mairie du 11)

Pianiste, historien de la musique, de la danse et du spectacle et conférencier, Gérard Sutton est professeur au Conservatoire à Rayonnement Régional de Saint-Maur des Fossés, au Conservatoire municipal de Paris XI, à la Schola Cantorum et directeur de mémoire à Columbia University Programs de Paris.

18h15 Discussion plénière

18h45 Clôture des débats