Appel à Communication : « Aménagement intérieur et cohabitation des styles aux époques moderne et contemporaine » / “Design and Style Cohabitation From the Eighteenth to the Twentieth Century”

HEBEY Isabelle, Architecture d’intérieur et décoration, Lausanne, Edi-Pop, 1972

Type : Journée d’études
Proposition de communication : 6 novembre 2017

Date de la journée : 19 mars 2018
Lieu : Paris, Institut national d’histoire de l’art, salle Vasari

Cette journée d’études interrogera l’adaptation dans un espace domestique, de façon usuelle et pragmatique, d’objets qui n’étaient originellement pas destinés à se rencontrer, en jouant malgré ou avec leur dissemblance. Ce thème a été récemment mis à l’honneur par la Galerie des Gobelins lors de l’exposition À table avec le mobilier national[1], où les peintures, cartons et tentures du XVIIIe siècle de la manufacture royale encadraient 50 ans de création mobilière de l’Atelier de Recherche et de Création (1964-2014).

Si dans le domaine de l’histoire de l’art il est courant de rencontrer des exemples d’intérieures où l’harmonie décorative a pu être conçue selon l’idéal d’ « œuvre d’art totale », c’est ici un versant opposé qui sera observé. Il s’agira de s’intéresser aux assortiments dans un même espace d’objets d’époques différentes, et aux réflexions alimentées par ses rapprochements inattendus, parfois surprenants.

Grand salon de l’appartement de Paul Durand-Ruel, 35 rue de Rome à Paris, vers 1900-1910 ; photo Archives Durand-Ruel © Durand-Ruel & Cie

À quel moment, par exemple, a-t-il été envisagé que le mobilier du XVIIIe siècle puisse s’associer et s’harmoniser avec la peinture impressionniste ? Une telle pratique, si anodine dans bien des cas, a-t-elle seulement été théorisée en amont ou a posteriori ?

Ce sujet a éminemment partie prenante avec une histoire du goût. Or, si quelques publications consacrées à l’aménagement de l’espace domestique des collectionneurs ont pu nous désigner des particuliers ayant souhaité harmoniser un mobilier ancien à une collection d’œuvres d’art moderne, a contrario les exemples de mobilier moderne confronté à des œuvres anciennes pourront aussi être convoqués dans le cadre de cette journée.

Loin du mécanisme historiciste, déjà bien étudié pour le XIXe siècle par exemple (décor et mobilier à l’antique, néo-gothique ou néo-Renaissance), le débat se concentrera ici sur la nécessité pratique pour un collectionneur, marchand ou particulier, de composer un intérieur, à partir de tableaux modernes et de mobilier ancien, ou inversement, c’est-à-dire d’éléments a priori disparates par leur âge, leur forme ou leur usage.

Cette thématique soulève bien des questions sur la flexibilité des beaux-arts et des arts décoratifs, et confronte les valeurs et/ou pratiques associées à l’œuvre d’art, assimilée à un élément décoratif, ainsi qu’à l’objet d’art utilitaire, également apprécié pour ses qualités plastiques.

Si composer un intérieur peut s’étendre de l’espace privatif à l’atelier d’artiste, ou encore aux démonstrations d’espaces domestiques dans une galerie marchande, l’étude pourra encore prendre en compte la diffusion publique de ces espaces par l’image. L’enjeu de cette journée consistera également à définir quel type de support a pu participer à cette transmission. La littérature et la presse jouent par exemple un rôle notable dans la circulation de ces vues d’intérieurs et des valeurs qui leur sont associées.

La journée d’études propose notamment plusieurs axes de réflexion :

  • Adaptabilité, flexibilité, ou caractère modulable des tableaux et des objets d’art ;
  • Migration ou confusion des valeurs et des comportements scopiques et pratiques face aux peintures et au mobilier ;
  • Auctorialité et motivations créatives et récréatives du collectionneur et du décorateur.

Les propositions qui étendraient la perspective à d’autres formes d’objets de collection, et en particulier à la sculpture, seront également étudiées avec le plus grand intérêt.

Propositions de 500 mots + CV à envoyer d’ici le 6 novembre 2017 à l’attention de Barbara Jouves (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Hadrien Viraben (université de Rouen et université Paris-Nanterre) aux adresses suivantes : Barbara.Jouves@univ-paris1.fr et hadrien.viraben@gmail.com.

[1] A table avec le Mobilier national, exposition du 18 novembre 2014 au 18 janvier 2015, Paris, Galerie des Gobelins.


Call for Papers: Study Day “Interior Design and Style Cohabitation From the Eighteenth to the Twentieth Century”

(Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, March 19th, 2018)

This study day will question the adaptation in domestic spaces, as a common and pragmatic custom, of objects that originally were not destined to meet, playing despite or with their differences. This theme was recently addressed by the Galerie des Gobelins with the exhibition À table avec le mobilier national[1], where eighteenth century paintings, paperboards and wall hangings from the royal manufacture oversaw fifty years of furniture creation by the Atelier de Recherche et de Création (1964-2014).

While it is common in the field of art history to encounter examples of interiors where the decorative harmony was conceived according to the ideal of a “total work of art,” the opposite will be examined. The assortment in a common space of objects from different periods and the ensuing reflections brought up by these unexpected, sometimes surprising, convergences will be our object of interest.

When, for example, was it intended for eighteenth century furniture to be associated and fit in with an Impressionist painting? Was this type of seemingly insignificant practice theorized ahead of time or retrospectively?

This subject is linked to the history of taste. While a few publications devoted to collectors’ arrangements of domestic spaces have pointed out some individuals who wished to harmonize old furniture to a modern art collection, on the contrary, examples of modern furniture confronted with old works of art could be discussed during this Study Day.

Far from the historically based mechanism, already well studied for the nineteenth century for example (Antiquity, neo-gothic or neo-Renaissance decor and furniture), the debate here will focus on the practical necessity for a collector, dealer or individual, to design an interior with modern paintings and old furniture – or inversely – that is elements apparently disparate by their age, forms and uses.

This thematic raises questions relating to the flexibility of fine arts and decorative arts and confronts the values and/or practices associated with the work of art, considered as a decorative element, as well as a utilitarian object of art, equally appreciated for its plastic qualities.

While composing an interior can extend to the private space, the artist’s studio, or demonstrations of domestic spaces in art galleries and department stores, the study can even include how these spaces were spread to the public by images. We will aim to define what type of media participated in this transmission. The literature and the press play for example a significant role in the circulation of these interior views and the values to which they are linked.

The Study Day suggests – but is not limited to – several topics:

  • Paintings’ or art objects’ adaptability, flexibility or modular nature;

  • Migration or confusion of values and contemplative behaviors and practices when faced with paintings and furniture;

  • Authorship and collectors’ and decorators’ creative and recreational motivations

Proposals that extend their analysis to other types of objects and collections, particularly to sculpture, will also be reviewed with the greatest interest.