Publication : « Louis Le Nain : La Forge ».

MILOVANOVIC Nicolas, Louis Le Nain : La Forge, Paris, Somogy/Louvre, 2017, 48 p.

Présentation de l’éditeur :

Portrait de groupe dans une forge : travailleurs peints sur le vif ? reconstitution d’atelier ? portrait de famille ? On est frappé d’emblée par le calme qui semble habiter les êtres, par l’équilibre de la composition, la justesse et la précision de la touche, l’intensité des regards qui convergent vers le spectateur, la puissance du coloris, cette « mélancolie triste », enfin, qui enveloppe la scène.
La peinture des frères Le Nain connaît une vogue durable dès le XVIIe siècle, sans doute en raison de sa parenté d’inspiration avec l’école nordique. Portraitistes reconnus, c’est surtout leur prédilection pour les sujets de genre et leur habileté à représenter le quotidien qui fait le succès de leur atelier.
La Forge, considérée très tôt comme le chef-d’œuvre de Louis, semble concentrer tout ce qui caractérise l’art des Le Nain : le refus de l’anecdote, la puissance de l’évocation, un temps qui semble arrêté, une qualité de silence et, surtout, l’importance primordiale donnée aux êtres humains.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.


Cette entrée a été publiée dans Actualités, Publications le par .

À propos Maxime Georges Métraux

Doctorant en Histoire de l'art moderne (Université Paris IV –Sorbonne, Centre André Chastel – UMR 8150). Expert pour la galerie Hubert Duchemin et chargé d’enseignement à l'Université Paris-Est Marne-la-Vallée. Commissaire scientifique de l’exposition "Chic Emprise : Cultures, usages et sociabilités du tabac du XVIe au XVIIIe siècle" (22 juin - 23 septembre 2019) au musée du Nouveau Monde de La Rochelle.