Soutenance de thèse : “Les chantiers d’églises paroissiales à Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles”.

Type : soutenance de thèse.
Date : samedi 18 mars 2017 à 14h.
Lieu : Institut national d’histoire de l’art (INHA), 4-6 rue des Petits-Champs, 75002 Paris (Entrée par la Galerie Colbert) Salle Perrot, 2e étage.

Léonore Losserand soutiendra sa thèse, intitulée Les chantiers d’églises paroissiales à Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles, et préparée sous la direction de M. Claude Mignot (Université Paris-Sorbonne).

La soutenance se tiendra devant un jury composé de :
Robert Carvais (CNRS)
Laurence Croq (Université de Nanterre)
Alexandre Gady (Université Paris-Sorbonne)
Claude Mignot (Université Paris-Sorbonne)
Hélène Rousteau-Chambon (Université de Nantes)

Paris sous les premiers Bourbons voit fleurir nombre d’édifices religieux, parmi eux, les églises paroissiales forment un cas à part. Édifice de culte dévolu à un territoire urbain, l’église paroissiale est édifiée et financée par un maître d’ouvrage aux multiples facettes, aux intérêts parfois contradictoires : marguilliers, curés et paroissiens. Tenu par des contraintes financières spécifiques au cas paroissial, le chantier de ces églises doit s’insérer dans la comptabilité des fabriques et dans le quotidien des paroissiens pendant de nombreuses décennies. 

Les chantiers de construction ou reconstruction totales sont l’objet de cette étude : Saint-Jacques-du-Haut-Pas (1630 – vers 1690), Saint-Sulpice (1646 – vers 1791), Saint-Roch (1633 et 1653 – 1740), Saint-Nicolas-du-Chardonnet (1656 – vers 1720), Saint-Louis-en-l’Île (1656 – vers 1735), et Sainte-Marguerite (à partir de 1624). L’établissement du projet, qu’il soit d’ensemble ou partiel, commence parfois longtemps avant le début des travaux et la consécration de l’église ne signifie pas toujours l’achèvement du gros œuvre. Du projet aux adjonctions finales (façade, chapelles, etc.), en passant par le creusement des fondations ou encore les suspensions des travaux, le chantier paroissial révèle un aspect pérenne, qui le distingue des autres chantiers de son temps. Ces églises sont néanmoins mises en œuvre selon les techniques et avec les matériaux communément utilisés à l’époque dans le bassin parisien et par des artisans nombreux, bien que mal documentés.
À travers la restitution des différentes phases du chantier, c’est l’histoire de la construction moderne qui trouve ici un visage.

Merci de signaler votre présence à l’adresse leonore.losserand@gmail.com afin de faciliter l’organisation.


Cette entrée a été publiée dans Actualités, Rencontres scientifiques le par .

À propos Maxime Georges Métraux

Doctorant en Histoire de l'art moderne (Université Paris IV –Sorbonne, Centre André Chastel – UMR 8150). Expert pour la galerie Hubert Duchemin et chargé d’enseignement à l'Université Paris-Est Marne-la-Vallée. Commissaire scientifique de l’exposition "Chic Emprise : Cultures, usages et sociabilités du tabac du XVIe au XVIIIe siècle" (22 juin - 23 septembre 2019) au musée du Nouveau Monde de La Rochelle.