Valorisation d’une collection publique : les peintures italiennes et hispaniques (XIVe-XVIIIe siècles) du musée de Tessé au Mans (catalogue et exposition)

cat114

Illustration 1: Juan de Valdés Leal, Sainte Paule, 1655-1657, huile sur toile 208 x 126 cm, Le Mans: musée de Tessé, (c) Musées du Mans/Alain Szczuczynski.

À moins d’une heure de Paris, la ville du Mans réunit quatre musées : le Carré Plantagenêt (archéologie et histoire), le musée Vert (histoire naturelle), celui de la Reine-Bérengère (art et histoire de la Sarthe) et le celui de Tessé (beaux-arts)[1].

Ce dernier est installé dans l’ancien évêché construit en 1848 sur l’emplacement de l’hôtel de la famille de Tessé, dont les collections forment une partie du fonds ancien du musée. Ce fonds originel a d’abord été enrichi par des érudits locaux dans la première moitié du XIXe siècle. Grâce à eux, le musée de Tessé fait notamment figure de précurseur en matière d’acquisition : il s’agit de l’un des premiers établissements français à acheter des peintures espagnoles (Illustration 1). Dans la seconde moitié du siècle, le conservateur Charles Dugasseau (1812-1885) réécrit les catalogues du musée, contribuant ainsi à augmenter la visibilité de la collection mancelle auprès du public.

cat5

Illustration 2: Pietro Lorenzetti, Sainte Agathe (?), c. 1315, panneau de bois peint, 64,9 x 33,3 cm, Le Mans: musée de Tessé, (c) Musées du Mans/Alain Szczuczynski.

Il accroît par ailleurs celle-ci en sollicitant des dépôts de l’État et en effectuant des achats, en particulier vingt-trois œuvres de « primitifs » italiens acquis lors de la vente après décès d’un collectionneur manceau, Évariste Fouret (1807-1863) (Illustration 2).

Cet ensemble de panneaux sur fond doré a été complété à la fin du XXe siècle par un dépôt de l’État, confirmant ainsi la particularité des collections du Mans (Illustration 3). Au début du XXe siècle, les collections du musée, jusque-là exposées dans l’ancienne abbatiale de Notre-Dame-de-la-Couture, font l’objet d’une réorganisation plus rationnelle dans le bâtiment actuel. En raison de l’intérêt précurseur du musée des beaux-arts du Mans pour la peinture espagnole, et de sa remarquable collection de « primitifs » italiens, la mise à l’honneur de ces deux écoles était attendue.

Illustration 3

Illustration 3: Jacopo del Sellaio, La Vierge adorant l’Enfant, c. 1465-1470, panneau de bois peint, 95 x 48 cm, Le Mans: musée de Tessé, (c) Maël Tauziède-Espariat

Cette valorisation a été initiée par Corentin Dury[2] lors de son cursus à l’École du Louvre, d’abord sous la direction de Michel Laclotte et Dominique Thiébaut pour la période s’étendant du XIVe au XVIe siècles, puis sous celle d’Olivier Bonfait pour les XVIIe et XVIIIe siècles. Ce travail consacré aux peintures italiennes et hispaniques des XIVe-XVIIIe siècles, enrichi par des échanges avec des chercheurs internationaux et appuyé par l’équipe du musée de Tessé, vient d’aboutir sous la forme d’un catalogue et d’une exposition.

L’exposition réunit quatre-vingt œuvres italiennes et hispaniques dans un parcours chrono-thématique. La qualité inégale de la collection a été exploitée avec intelligence : les chefs-d’œuvre justifient à eux-seuls une visite, mais toutes les œuvres sont mises en valeur de façon à appuyer un discours pertinent sur l’art. En d’autres termes, l’exposition fonctionne comme un lieu de délectation et d’apprentissage (comme cela devrait toujours être le cas).

Illustration 4

Illustration 4: D’après Caravage, La Vocation de Saint Matthieu, première moitié du XVIIe siècle, huile sur cuivre, 31,5 x 40,6 cm, Le Mans: musée de Tessé, (c) Maël Tauziède-Espariat.

Au travers du filtre italo-espagnol, la première section montre comment la collection s’est constituée, d’abord avec des saisies révolutionnaires telles qu’une petite Vocation de saint Matthieu peinte à l’huile sur cuivre d’après Caravage (Illustration 4), mais aussi grâce à des panneaux peints sur fond doré ayant appartenu à É. Fouret et à des dépôts de l’État.  La jonction avec la section suivante est assurée par un Saint Jérôme attribué à Baldassarre di Biagio (Lucques, c. 1428 – idem, 1484) exposé de telle sorte que les deux faces du panneau soient visibles : son revers fait apparaître un sceau. Cet exemple révèle combien le potentiel esthétique et éducatif de chaque œuvre a été exploité. En effet, si les marques de collections dans les arts graphiques sont aujourd’hui aisées à déchiffrer grâce à la base de données de la fondation Custodia (en ligne), les sceaux apposés par les collectionneurs au revers des peintures sont encore peu identifiés (projet en cours du RKD : Marks on Art database). La muséographie met en avant cette lacune de la recherche contemporaine tandis que le catalogue y répond sous la forme d’un court chapitre reproduisant et analysant les dix-huit sceaux qui se trouvent au revers des peintures du musée de Tessé.

Illustration 5

Illustration 5: Copie d’après Federico Barocci, La Mise au tombeau, fin du XVIe siècle, huile sur toile, 100 x 77,5 cm, Le Mans: musée de Tessé, (c) Musées du Mans/Alain Szczuczynski.

La troisième section souligne avec pédagogie le fait que les chefs-d’œuvre conservés de la peinture italienne des Tre et Quattrocento sont avant tout des fragments provenant de polyptiques, de croix, de cassone etc. La muséographie et le catalogue proposent des reconstitutions virtuelles replaçant les fragments du Mans, à l’exemple de la célèbre Sainte Agathe peinte par Pietro Lorenzetti (Sienne, c. 1280 – idem, c.1348) (Illustration 2), dans des ensembles plus importants (en l’espèce, le polyptyque de Monticchiello). La salle suivante, dédiée au Cinquecento, questionne le phénomène des copies anciennes d’œuvres célèbres (Illustration 5), ou encore celui d’ateliers poursuivant l’œuvre d’un maître disparu, tels que les Haeredes Pauli Caliari Veronensis en Vénétie à la fin du XVIe siècle. Ces témoignages picturaux permettent notamment d’interroger la fortune de certains modèles, le statut des copies et de les intégrer à une histoire du goût.

Illustration 6

Illustration 6: Le Cinquecento du XIXe siècle, Le Mans: musée de Tessé, (c) Maël Tauziède-Espariat.

La section suivante poursuit cette réflexion autour de copies réalisées au XIXe siècle et exposées selon les habitudes muséographiques de cette époque (Illustration 6). Le Seicento du Mans réunit des peintures bolonaises, milanaises, napolitaines et romaines, dont le célèbre Couronnement d’épines de Bartolomeo Manfredi (Ostiano, c. 1582 – Rome, 1622) et Le retour du fils prodigue (Illustration 7) de Mattia Preti (Taverna, 1613 – Valette, 1699), malheureusement desservis par les conditions d’éclairage de cette pièce.

cat86

Illustration 7: Mattia Preti, Le Retour du fils prodigue, c. 1646-1651, huile sur toile, 202 x 258 cm, Le Mans: musée de Tessé, (c) Musées du Mans/Alain Szczuczynski.

La section De Séville au Mans rend hommage à l’intérêt précoce du Mans pour la peinture espagnole et présente notamment sur ses cimaises une impressionnante Sainte Paule de Juan de Valdés Leal (Séville, 1622 – idem, 1690) (Illustration 1). La dernière salle fait clairement réapparaître la trilogie esthétique-pédagogique-scientifique en présentant au visiteur différents enjeux autour de la collection (proposition d’attribution, identification d’un faussaire, distinction entre le maître et l’élève ou encore entre les écoles française et italienne). Avec un nouveau catalogue des peintures italiennes et hispaniques (le dernier remonte à 1932), l’exposition offre une visibilité méritée aux collections du musée Tessé, où se trouvent par ailleurs des œuvres remarquables de Vouet, Champaigne, La Hyre, Boucher, Géricault, ainsi qu’un beau Portrait de famille en mal d’attribution (Illustration 8)[3]. À quand une exposition et un catalogue pour les peintures des écoles française et nordique[4] ?

dsc_1109

Illustration 8: Entourage de Jacques-Louis David, Portrait de famille, huile sur toile, Le Mans: musée de Tessé, (c) Maël Tauziède-Espariat.

De Florence à Séville: peintures italiennes et hispaniques du musée de Tessé au Mans (26 novembre 2016 au 21 mai 2017).

[1] Les musées du Mans sont placés sous la direction de François Arné, conservateur général du Patrimoine.

[2] Conservateur récemment diplômé de l’Institut National du Patrimoine, commissaire scientifique de l’exposition.

[3] Il serait souhaitable que des cartels soient installés à côté des œuvres des collections permanentes.

[4] En attendant, voir notamment Élisabeth Foucart-Walter, Le Mans, musée de Tessé : peintures françaises du XVIIe siècle, Inventaire des collections publiques françaises, 1991.