Un Suédois à Paris au XVIIIe siècle. ​La collection Tessin.

NM 864

Jean-Baptiste Oudry, Nature morte avec le basset Pehr, 1740, huile sur toile, 135 x 109 cm, Stockholm, Nationalmuseum ©Cecilia Heisser_Nationalmuseum

Dans le cadre d’un partenariat avec le Nationalmuseum de Stockholm, le musée du Louvre présente du 20 octobre 2016 au 16 janvier 2017 : Un Suédois à Paris au XVIIIe siècle. La collection Tessin. Composée en majorité de prêts du Nationalmuseum, dont les collections permanentes sont actuellement fermées pour rénovation, cette exposition réunit environ 120 œuvres qui avaient été commandées ou achetées par l’amateur suédois Carl Gustaf Tessin (1695-1770).

Rétrospective qui inaugure par ailleurs les nouveaux espaces qui seront désormais consacrés aux expositions d’arts graphiques, à l’ancien emplacement des galeries de l’histoire du Louvre, à l’entrée de l’aile Sully.

img_0761

Une « mode suédoise »

Dans la première moitié du XVIIIe siècle, les relations entre la France et la Suède sont connues par plusieurs biais. D’une part le souvenir des rapports avec la souveraine Christine de Suède au XVIIe siècle ne sont pas oubliés et la France connaît le règne de Charles XII, roi de Suède de 1697 à 1718, notamment à travers les écrits de Voltaire.

D’autre part, Paris est culturellement marquée par ce que Guillaume Faroult qualifie de « mode suédoise » dans les années 1730, que ce soit dans le monde scientifique par la publication du Voyage en Laponie – alors rattachée à la Suède – de Pierre-Louis Moreau de Maupertuis ; ou dans le domaine littéraire par la représentation de Gustave-Wasa d’Alexis Piron à la Comédie Française en 1738, pièce de théâtre qui connaît un grand succès dans la capitale.

C’est dans ce contexte que Carl Gustaf Tessin, fils et petit-fils d’architectes de la cour de Suède, est envoyé par sa famille à Paris pour s’imprégner de l’atmosphère artistique. Son père, Nicodème Tessin le Jeune (1654-1728) collectionnait lui-même des dessins et, à défaut de lui transmettre les mêmes prédispositions pour l’architecture, il lui communiqua ce goût pour l’art. Carl Gustaf, sans être artiste lui-même, sera toutefois considéré comme un concepteur accompagnant la réflexion des peintres. Il aura une influence notable tant sur l’art suédois que sur les échanges artistiques entre la France et son pays natal.

NM 2388

Louis Tocqué, Portrait du comte Carl Gustaf Tessin, 1741, huile sur toile, 80.5 x 64.5 cm, Stockholm, Nationalmuseum ©Cecilia Heisser_Nationalmuseum

Les commandes auprès des artistes français

Carl Gustaf Tessin effectue ainsi un premier voyage à Paris entre 1714 et 1716 au cours duquel il fait l’acquisition de ses premiers dessins et aurait rencontré Antoine Watteau. Il revient à Paris entre 1728 et 1729, cette fois accompagné de sa jeune épouse Ulla Sparre, filleule de Louis XIV, et en tant qu’ambassadeur extraordinaire pour obtenir l’aval de la France comme soutien à la Suède alors en guerre avec la Russie. Cependant l’intérêt de Tessin se concentra davantage sur les arts que sur l’aspect politique. Il rencontre notamment les émules de Watteau et porte son attention sur Nicolas Lancret.

Chargé du décor du Palais royal de Stockholm, il passe plusieurs commandes aux peintres français en vogue et les fait exposer à Paris avant que les œuvres ne soient envoyées en Suède. Noël-Nicolas Coypel réalise ainsi Le Jugement de Pâris (1728, Stockholm, Nationalmuseum). De même, François Lemoyne reçoit la commande de Vénus et Adonis (1729, Stockholm, Nationalmuseum) alors qu’il vient de remporter le concours pour le décor du plafond du salon d’Hercule du château de Versailles. Présentées au Salon, ces œuvres sont indiquées dans les livrets accolées au nom de Carl Gustaf Tessin, qui s’impose à la fois comme amateur et intellectuel.

chardin

Jean-Baptiste Siméon Chardin, La Toilette du matin, 1741, huile sur toile, 49 x 39 cm, Stockholm, Nationalmuseum

Proche d’artistes tels que Jean-Baptiste Siméon Chardin ou François Boucher, Tessin obtient d’eux des œuvres uniques. Grand francophile marqué par le succès des écrits libertins en cette première moitié de XVIIIe siècle, il écrit lui-même un conte qu’il fait illustrer par Boucher intitulé Faunillane ou L’infante jaune. Tessin a ainsi pris une place importante dans le paysage artistique parisien de cette période, parmi les artistes et parmi les collectionneurs.

Paris : capitale du marché de l’art  XVIIIe siècle ?

L’année 1741 voit la mise en vente de la collection du banquier Pierre Crozat. Pierre-Jean Mariette rédige le catalogue de cette vente à laquelle participent quatorze amateurs. Parmi ceux-ci, Tessin, alors en ambassade à Paris, achète plus des deux mille dessins qui représentent selon lui un panorama de l’histoire de l’art. Domenico Bigordi, Albrecht Dürer ou encore Annibale Carraci en font partie comme d’autres nombreux grands noms que Tessin cataloguera quelques années plus tard.

Son intérêt se portait également sur les peintres des écoles du Nord. Il prit soin d’acquérir des pièces singulières auprès des plus grands marchands parisiens tels que Gersaint. Ces experts participaient notamment à la mise en place d’un nouveau goût du marché de l’art où se côtoient les noms de Rubens, Rembrandt, Van Dyck ou Jordaens.

De retour en Suède, Tessin est ruiné par sa propre collection et se voit contraint de vendre ses peintures au roi du Suède Frederick Ier. Il se sépare également de ses dessins qu’il répertorie en 1749 dans 25 livrets pour les céder au prince héritier Adolf Frederick. Le livret n°16, « dessins d’élite et proprement collés » rassemble ainsi les 108 dessins, dont 78 de l’école italienne, que Tessin estimait le plus.

img_0797

Reconstitution : cabinet du manoir d’Årekö

Carl Gustaf Tessin ne sera réintroduit à la cour qu’à la fin de sa vie alors qu’il s’est retiré, avec son épouse, au manoir d’Årekö dont le décor rappelle le séjour du couple à Paris et dénote l’influence de l’art français. Une conférence du musée du Louvre sera d’ailleurs organisée sur les maisons occupées par l’amateur Carl Gustaf Tessin.

Au sein de plusieurs musées aujourd’hui, la notion de conservation est mise à l’honneur et non plus écartée dans des expositions comme celle-ci. Les conservateurs soulignent en effet que le tableau de François Boucher, Le Triomphe de Vénus, a exceptionnellement voyagé jusqu’à Paris alors que cette peinture à l’huile est toujours sur sa toile d’origine. D’ailleurs, toutes les bordures sont mentionnées comme étant d’origine.

mms_img605421614

François Boucher, Le Triomphe de Vénus, 1740, huile sur toile, 130 x 162 cm, Stockholm, Nationalmuseum

Le catalogue met également à l’honneur ces questions concernant la matérialité des œuvres et Magnus Olausson mentionne les restaurations d’œuvres effectuées par les marchands au XVIIIe siècle.

Enfin, les dessins sont ici présentés dans de nouveaux cadres moulurés en chêne qui créent une cohérence esthétique dans l’ensemble de l’exposition.

img_0806

Site de référence

Autour de l’exposition :

Lundi 24 octobre 2016 à 18h30

  • Les relations artistiques entre la France et la Suède au XVIIIe siècle par Magnus Olausson, Nationalmuseum, Stockholm

Jeudi 27 octobre 2016 à 12 h30

  • Présentation de l’exposition par Guillaume Faroult, Xavier Salmon et Juliette Trey, musée du Louvre

Lundi 31 octobre 2016 à 18h30

  • Les maisons de Carl Gustaf Tessin par Xavier Salmon, musée du Louvre

Lundi 7 novembre 2016 à 18h30

  • Carl Gustaf Tessin, un goût parisien pour la peinture par Guillaume Faroult, musée du Louvre

Samedis 12, 19 et 26 novembre 2016 à 11h30

  • Cycles de visite : le goût des arts au XVIIIe siècle

Commissaires de l’exposition : Magnus Olausson, directeur des collections, et Carina Fryklund, conservatrice chargée des dessins, Nationalmuseum, Stockholm ; Xavier Salmon, conservateur général, directeur du département des Arts graphiques ; Guillaume Faroult, conservateur en chef du département des Peintures et Juliette Trey, conservatrice au département des Arts graphiques, musée du Louvre.