Geste baroque : collections de Salzbourg

La saison XVIIIe du musée du Louvre donne actuellement lieu à trois expositions remarquables : Bouchardon (1698-1762), une idée du beau (jusqu’au 5 décembre), Un Suédois à Paris : la collection Tessin, et Geste baroque : collections de Salzbourg (toutes deux du 20 octobre 2016 au 16 janvier 2017).

Illustration 1: Philipp Harpff (attrib.), Salzbourg, vue du Nord, dessin à la plume lavé de bistre (composé de deux parties), 162 x 907 mm, Salzburg Museum, (c) Salzburg Museum / Rupert Poschacher

Illustration 1 : Philipp Harpff (attrib.), Salzbourg, vue du Nord, dessin à la plume lavé de bistre (composé de deux parties), 162 x 907 mm, Salzburg Museum, (c) Salzburg Museum / Rupert Poschacher

Le projet mis en œuvre par Regina Kaltenbrunner (Salzbourg Museum) et Xavier Salmon (musée du Louvre), avec le concours de leurs collaborateurs respectifs, permet aujourd’hui de réunir dans les salles Mollien du musée du Louvre une centaine d’œuvres (peintures, sculptures, dessins, gravures, maquettes et objets d’art) prêtées par le Salzburg Museum, la Residenzgalerie, le musée de l’abbaye Saint-Pierre et des édifices religieux de cette ville classée au patrimoine mondial de l’UNESCO (illustration 1).

Johann Lukas von Hildebrandt (esquisse), Matthias Rueff (façonnage), Benedikt Stöber (figurines en cire), Maquette d'une colonne mariale pour la place de la cathédrale de Salzbourg, 1710-1711, bois polychromé et doré, figurines en cire, initialement bronzées, aujourd'hui huilées, Salzburg Museum

Illustration 2 : Johann Lukas von Hildebrandt (esquisse), Matthias Rueff (façonnage), Benedikt Stöber (figurines en cire), Maquette d’une colonne mariale pour la place de la cathédrale de Salzbourg, 1710-1711, bois polychromé et doré, figurines en cire, initialement bronzées, aujourd’hui huilées, Salzburg Museum

Ces différents artéfacts révèlent les particularités, et même de vraies curiosités, issues du baroque et du rococo autrichiens et allemands par le truchement d’une muséographie claire et élégante. De plus, ces objets traduisent à Paris le cadre exubérant dans lequel Wolfgang Amadeus Mozart, né à Salzbourg en 1756, fit ses premiers pas. Afin de compléter cette reconstitution par l’objet, l’auditorium du Louvre programme d’ailleurs quatre concerts autour de l’œuvre de Mozart les 18, 19, 24 novembre et le 8 décembre 2016. L’exposition est appuyée par une présentation de Regina Kaltenbrunner et Xavier Salmon (23 novembre), et par un catalogue richement illustré, résultant là encore de la collaboration entre les deux commissaires (Louvre / Somogy, 296 pages, 220 illustrations, 39€).

Outre son intérêt scientifique et son aspect séduisant, cette exposition est un avantageux supplétif aux collections permanentes du Louvre, qui sont assez pauvres en œuvres du Barockzeit. Il est regrettable que les salles Mollien soient éloignées de celles consacrées à la peinture germanique : pour peu qu’on visite ces deux espaces, l’exposition offre une occasion unique de s’immerger plus largement dans la Geste baroque des principautés allemandes[1].

Le bicentenaire du rattachement de Salzbourg à l’Autriche (1816) incite à faire le point sur l’histoire de cette cité. Foyer artistique depuis le Moyen-Age sous l’impulsion de ses princes-archevêques, Salzbourg connaît une période particulièrement florissante entre la fin du XVIe siècle et le XVIIIe siècle, qui lui vaut le surnom de « Rome du Nord » en raison de son extraordinaire concentration d’édifices de style baroque italien. Elle doit en partie cette renommée à de célèbres architectes ayant travaillé à Rome, tels que Johann Bernhard Fischer Erlach (1656-1723) et Johann Lukas von Hildebrandt (1668-1745), ainsi qu’aux peintres, sculpteurs, orfèvres qui ont orné leurs édifices.

Illustration 3: Paul Troger, Le jugement de Salomon (gauche), Daniel défendant Suzanne (droite), 1749, huile sur toile, 182 x 265 cm, Salzburg Museum (c) Salzburg Museum / Rupert Poschacher

Illustration 3: Paul Troger, Le jugement de Salomon (gauche), Daniel défendant Suzanne (droite), 1749, huile sur toile, 182 x 265 cm, Salzburg Museum

Les œuvres exposées font écho à des chefs-d’œuvre subsistants de l’urbanisme salzbourgeois, à l’exemple des églises de l’Université (Kollegienkirche) et de la Trinité (Dreifaltigkeitskirche), toutes deux réalisées par Fischer, mais aussi à des projets comme la colonne mariale de la place de la cathédrale de Salzbourg commandée à Hildebrandt et dont la maquette figure dans la première salle (illustration 2).

L’exposition se veut une promenade dans l’urbanisme de Salzbourg, et offre aussi un aperçu de la vie d’une quinzaine d’artistes, généralement peu connus en France.

Illustration 4: Ferdinand Sigmund Amende, Ostensoir, 1697, or coulé et repoussé, émail (croix), laiton peint (structure), pierres précieuses, 74,8 x 28,8 x 20 cm. Salzbourg, Domschatz (trésor de la cathédrale) (c) Dommuseum Salzburg / J. Kral

Illustration 4 : Ferdinand Sigmund Amende, Ostensoir, 1697, or coulé et repoussé, émail (croix), laiton peint (structure), pierres précieuses, 74,8 x 28,8 x 20 cm. Salzbourg, Domschatz (trésor de la cathédrale) (c) Dommuseum Salzburg / J. Kral

Elle met particulièrement à l’honneur les peintres Johann Michael Rottmayr (1654-1730), qui assiste régulièrement Fischer sur ses chantiers, et Paul Troger (1698-1762), dont l’œuvre révèle une nouvelle fois l’influence de l’Italie (notamment de Venise) sur le baroque germanique (illustration 3).

Si Salzbourg capte des influences stylistiques italiennes, aucun artiste italien ne semble s’y rendre : les artistes allemands assimilent la manière italienne et l’adaptent ensuite au contexte salzbourgeois[2]. Cette spécificité transparaît notamment dans l’orfèvrerie (illustration 4) et dans la sculpture (illustration 5).

À cet égard, les bozzetti préparatoires à une monumentale paire d’anges adorateurs en marbre qui se trouvent aujourd’hui encore sur l’autel de saint Candide dans l’abbaye bénédictine de Kremsmünster (Haute-Autriche) fusionnent la geste baroque italienne avec une expression dramatique plus proprement germanique (illustration 6). Ces petites sculptures de bois, autrefois peintes, de Michael Zürn le Jeune (1654-1698), révèlent à la fois la finesse du travail (chevelure, plumage) et l’ambition monumentale inhérente au projet (torsion des corps, mouvement du drapé).

Illustration 5 : Hans Conrad Asper, couvercle de sarcophage en forme de squelette, 1624, marbre d'Untersberg, Salzburg Museum

Illustration 5 : Hans Conrad Asper, couvercle de sarcophage en forme de squelette, 1624, marbre d’Untersberg, Salzburg Museum

            En conclusion, il est d’autant plus heureux que cette exposition ait vu le jour qu’elle a encouragé la restauration de la plupart des objets présentés. Elle est une invitation à découvrir Salzbourg à Paris durant trois mois, et à poursuivre cette exploration à Salzbourg même dans le cadre d’un partenariat qui se poursuit entre les deux musées et grâce auquel quatre-vingt dessins issus de la collection d’art graphique de Louis XIV seront présentés lors de l’exposition « Art royal : Meisterzeichnungenausdem Louvre » (2 juin au 3 septembre 2017).

Illustration 6 : Michael Zürn le jeune, bozzeto (gauche) pour des anges adorateurs, 1682, bois de tilleul, Salzburg Museum, (c) Salzburg Museum / Rupert Poschacher

Illustration 6 : Michael Zürn le jeune, bozzeto (gauche) pour des anges adorateurs, 1682, bois de tilleul, Salzburg Museum, (c) Salzburg Museum / Rupert Poschacher

[1]À la suite des conquêtes de Napoléon Bonaparte, quelques œuvres salzbourgeoises intègrent les collections françaises (la principauté archiépiscopale de Salzbourg est prise par les troupes françaises en 1800, et reste sous domination jusqu’en 1810).

[2] Témoin de cette italianisation, Johann Martin Hohenberg qui adopte le nom (transparent) de Martino Altomonte (1657-1745).