Vente Robert de Balkany chez Sotheby’s – Paris

Sotheby’s en association avec Leclère-mdv procédera le 20 septembre 2016 (à partir de 17h) à la vente de la collection de Robert Zellinger de Balkany (1931 – 2015). Cet homme d’affaires qui avait fortune dans la promotion immobilière en se lançant dans la conception – novatrice à l’époque – de grands centres commerciaux, avait patiemment constitué une exceptionnelle collection au sein de son hôtel particulier, l’hôtel de Feuquières, situé 62 rue de Varennes.

Michel Hubert Descours, Portrait de Marie-Jacqueline Descours (1718 – 1777) dans son intérieur, vers 1740, huile sur toile, 149 x 113 cm

Michel Hubert Descours, Portrait de Marie-Jacqueline Descours (1718 – 1777) dans son intérieur, vers 1740, huile sur toile, 149 x 113 cm

Le Lot 15, estimé entre 40 000 et 60 000 €, est un tableau de Michel Hubert Descours (Bernay 1707 – 1775), Portrait de Marie-Jacqueline Descours (1718 – 1777) dans son intérieur, vers 1740, huile sur toile, 149 x 113 cm. Le peintre, qui représente ici sa femme, relate sa rencontre et son mariage avec celle-ci dans un petit texte de souvenirs Les Amours de M. Hubert – Descours avec Mademoiselle Marie Fabre écritte (sic) par luy même en 1737. Il s’inspire d’un tableau d’Hyacinthe Rigaud qui représente pour la première fois un modèle accompagné d’un petit serviteur noir en 1702 dans le Portrait de Catherine-Marie Le Gendre de Villedieu, aujourd’hui non localisé, mais connu par la gravure.

Le Lot 23, estimé entre 300 000 et 500 000 €, est une importante pendule au Jour et la Nuit en ébène, marqueterie d’écaille et de laiton, bronze patiné et doré d’époque Régence, par André-Charles Boulle (1642-1732), le cadran et le mouvement par Abraham Gilbert. Son appartenance a pu être établie dans l’inventaire après décès d’Etienne Perrinet de Jars en 1762. Au XVIIIe siècle plusieurs pendules similaires sont répertoriées, l’une livrée pour Machault d’Arnouville, une autre au prince de Condé, une troisième pour le duc de La Vrillère ; on en retrouve également un exemplaire chez le président de Nicolaÿ, ainsi que chez Jean de Julienne, le comte de Lauraguais et Randon de Boisset.

pendule portique en malachite, cristal de roche et bronze doré de la fin de l'époque Louis XVI, 65 x 40 x 22 cm

pendule portique en malachite, cristal de roche et bronze doré de la fin de l’époque Louis XVI, 65 x 40 x 22 cm

Le Lot 32, estimé entre 60 000 et 100 000 €, est une pendule portique en malachite, cristal de roche et bronze doré de la fin de l’époque Louis XVI, le cadran et le mouvement signé Le Paute / Hger Du Roy, 65 x 40 x 22 cm. Cette pendule appartenait à Jean-Baptiste Magon de La Balue (1713 – 1794), fermier général et seul banquier de la Cour à la fin du règne de Louis XV, supplantant ainsi Jean-Joseph de Laborde lors de la disgrâce du duc de Choiseul. L’Ariane qui repose aujourd’hui sur la plateforme de l’horloge s’est substituée à « un chat d’ancien bleu posé sur un coussin de bronze doré avec frise d’ornements » (tel qu’indiqué dans inventaire après-décès dressé le 9 fructidor an III soit le 26 août 1795). Ceci explique la frise de souris qui orne de manière inattendue et cocasse le socle.

Sir Anthony van Dyck (Anvers 1599 - 1641 Londres), Portrait d’Anne-Sophie, comtesse de Carnarvon, 1643, 198 x 129,5 cm

Sir Anthony van Dyck (Anvers 1599 – 1641 Londres), Portrait d’Anne-Sophie, comtesse de Carnarvon, 1643, 198 x 129,5 cm.

Le Lot 40, estimé entre 800 000 et 1 200 000 € est un tableau de Sir Anthony van Dyck (Anvers 1599 – 1641 Londres), Portrait d’Anne-Sophie, comtesse de Carnarvon, 1643, 198 x 129,5 cm.

Le Lot 46 estimé entre 200 000 et 300 000 € est un tableau de Jacopo Robusti, dit Le Tintoret (Venise 1518 – 1594), Portrait en pied de Nicola Doria, 1545, huile sur toile, 193 x 115 cm. C’est l’un des premiers portraits de Tintoret, peint par l’artiste à vingt-six ans et l’un des rares exemples de portrait grandeur nature. Lors de son séjour à Gênes entre 1621 et 1627, Van Dyck vit et admira ce portrait alors qu’il se trouvait au Palazzo Doria.

Cabinet en pierres dures, ébène, bronze doré et argent, travail romain, vers 1620, 178 x 126 x 54 cm pour le cabinet et 84 x 153,5 x 65,5 cm pour la console

Cabinet en pierres dures, ébène, bronze doré et argent, travail romain, vers 1620, 178 x 126 x 54 cm pour le cabinet et 84 x 153,5 x 65,5 cm pour la console.

Le Lot 56 dont l’estimation n’est pas fournie est, sans conteste, la pièce maîtresse de cette vente. Il s’agit d’un exceptionnel cabinet en pierres dures, ébène, bronze doré et argent, travail romain, vers 1620, provenant du pape Paul V Borghèse, puis du roi George IV, 178 x 126 x 54 cm pour le cabinet et 84 x 153,5 x 65,5 cm pour la console. La façade est recouverte de lapis-lazulis, de jaspes blanc et rouge, rouge orangé, jaune strié, d’agates, de cornalines et d’autres pierres dures tachetées de nacre. Au centre se trouve un ovale en améthyste et à l’intérieur de la niche un placage de jaspe jaune de Sicile. L’histoire de ce cabinet précieux est retracée dans l’ouvrage de Simon Swynfen Jervis and Dudley Dodd, Roman Splendour English Arcadia, The English Taste for Pietre Dure and the Sixtus Cabinet at Stourhead (2015).

Antoine-François Callet, Portrait d'apparat de Louis XVI, dans le grand habit du jour de son sacre, 1778, huile sur toile, 268 x 190 cm.

Antoine-François Callet, Portrait d’apparat de Louis XVI, dans le grand habit du jour de son sacre, 1778, huile sur toile, 268 x 190 cm.

Le Lot 71, estimé entre 60 et 100 000 €, est un tableau d’Antoine-François Callet (Paris 1741 – 1823), Portrait d’apparat de Louis XVI, dans le grand habit du jour de son sacre, 1778, huile sur toile, 268 x 190 cm. C’est le Comte de Vergennes, à la tête du Ministère des Affaires Etrangères, qui passe cette commande d’un portrait officiel de Louis XVI, devant servir de modèle à ceux destinés à être envoyés dans les Ambassades et Cours étrangères ou offerts par le Roi à certains de ses ministres. A cette date, Callet jouit d’une grande renommée : il vient de créer le nouveau décor de la chapelle de la Vierge à l‘église Saint-Sulpice, il a peint – à la demande du comte d’Artois – six tableaux pour le boudoir de Bagatelle et présente au Salon d’août 1778 (hors Livret), son morceau d’agrément à l’Académie Royale de Peinture et de Sculpture obtenu l’année précédente avec Cérès implorant Jupiter (Boston, Museum of Fine Arts).

Grande horloge à sonnerie des heures et à orgue, entre 1737 et 1740, 252 x 111 x 108 cm pour le corps et 112 x 54 cm pour la coupole.

Grande horloge à sonnerie des heures et à orgue, entre 1737 et 1740, 252 x 111 x 108 cm pour le corps et 112 x 54 cm pour la coupole.

Le Lot 120, estimé entre 180 000 et 250 000 €, est une grande horloge à sonnerie des heures et à orgue signée ‘C. Clay London’ sur le cadran et ‘Cha. Clay, London’ sur le cylindre, la plaque du cadran estampillée ‘N. Larkin’, la peinture du cadran attribuée à Jacopo Amigoni (c. 1685-1752), les appliques en argent d’après John Michael Rysbrack (1694-1770), la musique en partie par George Frederick Haendel (1685-1759), entre 1737 et 1740, 252 x 111 x 108 cm pour le corps et 112 x 54 cm pour la coupole. La plaque du cadran, peinte par Jacopo Amigoni, représente Apollon sur le Mont Parnasse entouré des Muses avec Minerve, qui les surveille à gauche, et Pégase qui vole en arrière-plan à droite. Deux obélisques dorés en bas-relief sont appliqués au-devant de la scène avec à chaque côté, en haut-relief, Apollon ou Orphée et Diane et au centre, et aussi en haut-relief, des figures représentant les sept arts libéraux d’après Rysbrack.

Florence Fesneau