Le bureau du roi à Versailles : regards croisés entre histoire matérielle, « entretien, réparation et restauration » par Jean-Henri Riesener et ses suiveurs.

 

©Marc-André Paulin

Fig.1 : Jean-François Oeben, Jean-Henri Riesener, Bureau du roi, 1769, Versailles, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon ©Marc-André Paulin

Le bureau du roi pour le château de Versailles[1] (Fig. 1) est l’un des meubles les plus emblématiques de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Il est également l’une des pièces les plus coûteuses de son époque : 62 000 livres ont été dépensées par le Garde Meuble de la Couronne pour sa fabrication[2].

Il est réalisé par Jean-François Oeben (1721-1763), ébéniste du roi et terminé par son élève Jean-Henri Riesener[3] (1734-1806), qui le livre en 1769. L’achèvement du meuble, entre la commande passée à l’ébéniste et la livraison a demandé neuf années de réflexions et d’essais[4].

Si sa décoration en bronze doré et en marqueterie est d’une grande qualité, la prouesse est sans conteste l’exécution du mécanisme qui sert à ouvrir et à fermer le cylindre par un simple tour de clef, ce qui implique pour l’ébéniste de produire plusieurs mécaniques avant de réaliser celle qui fonctionne : « avoir fait différentes méchanique pour trouver le moien de faire monter et décendre le cilindre sans toucher avec la main ny monter de ressort. »[5]

Cette partie est celle qui nécessite probablement le plus de temps dans le processus créatif du bureau puisqu’il a fallu s’y reprendre à plusieurs fois pour finaliser la mécanique. Il en est très certainement de même avec les tiroirs sur les deux cotés qui permettent aux domestiques, lorsque le cylindre est fermé, d’accéder aux ustensiles (encriers, écritoires) pour les recharger.

Le bureau est donc livré en 1769 inscrit sous le numéro 2541 dans l’inventaire des meubles de la Couronne. Malheureusement, les pages du Journal du Garde Meuble relatives à sa livraison ont disparu, mais celles qui précèdent et qui suivent, permettent de situer le bureau pour la première fois à Versailles entre le 13 et le 20 mai de la même année. En revanche, l’inventaire général du château de Versailles en 1776, en donne une description détaillée :

« Un secrétaire de divers bois des Indes, à placages, à cylindre qui ferme, en abattant, tous les tiroirs. Le dessus en platte forme, orné d’une balustrade à oves de bois d’amaranthe et filets blancs et noirs ; dans le milieu de l’entablement sont les attributs de l’Ecriture, à droite et à gauche deux bouquets de fleurs. Sur le cylindre sont trois cartouches ; dans celui du milieu sont les attributs de la Royauté ; à gauche ceux de la Poésie dramatique avec la légende : non nisi grandia cantio- irridens cuspide figo ; à droite ceux de la Poésie lyrique : brevi completor singula cantu, – pastorum carmina ludo. Au-dessous du cylindre sont quatre tiroirs, dont deux de chaque côté, sur le devant desquels est un bouquet de fleurs. Le derrière dudit secrétaire est orné de deux cartouches ; dans celui de droite sont les attributs de l’Astronomie, et dans celui à gauche, les attributs de la Marine, et dans celui du côté droit sont les attributs de la Guerre ; au-dessous de chacun desquels est le chiffre du Roy, orné à gauche de coquilles, corails et perles et, à droite, de bleds, raisins et autres fruits.

Le dedans dudit secrétaire est aussy en marqueterie de divers bois des Indes. La table est couverte dans le milieu de velours vert avec une tresse d’or ; ledit milieu bascule formant pupitre, avec une caze garnie de trois tiroirs de bois de roze ; et de chaque côté du pupitre est un ornement dans le gout arabesque. Le dedans du devant a trois compartimens, séparés par quatre gaines de bronze, sur lesquelles sont des têtes d’enfans ; celui du milieu est un serre-papier de trois tablettes à coulisses de bois de roze, à chaque côté duquel il y a trois tiroirs, dont un à droite et l’autre à gauche garnis chacun d’un écritoire de bois de cèdre avec encrier, poudrier et boëte à éponge d’argent numérotés 424, lesquels deux tiroirs, par le moyen d’un loqueteau à ressort, s’ouvrent par les flancs en dehors du secrétaire pour nettoyer les écritoires. Le devant des six tiroirs et les flancs en dedans ornés de mosaïques de bois d’amaranthe et rosettes jaunes sur fond de satiné.

Le dit secrétaire orné de quatre vaze aux quatre coins de la balustrade, d’une pendule entre deux cassolettes faite par Lépine, cadran d’émail, marquant par devant et par derrière les heures, minuttes et secondes, allant… (sic)…jours, et terminé par un groupe de deux enfants représentant les Arts et les Vertus cardinales portant le medaillon de Louis XV. Sur les cintres du cylindre, deux figures représentans à gauche Apollon avec sa lyre, celle de droite Calliope avec les trois livres d’Homere, portant chacune deux tiges et deux branches servant de girandoles. Le secrétaire, porté sur quatre pieds ornés de peaux de mufles de lion, ayant 5 pieds ½ de long sur 3 pieds de profondeur et 46 pouces de haut, compris la balustrade. »[6]

Le bureau suscite indéniablement un vif intérêt à la Cour : Pierre-Gaspard-Marie Grimod d’Orsay, comte d’Orsay (1748-1809) demande à Riesener vers 1770 pour son nouvel hôtel de Clermont, rue de Varenne à Paris, un secrétaire à cylindre[7], qui est dans sa forme générale, et dans l’emploi des marqueteries et des bronzes dorés relativement identique à celui livré pour le roi à Versailles (Fig. 2).

©Marc-André Paulin

Fig. 2 : Jean-Henri Riesener, Bureau du comte d’Orsay, vers 1770, Londres, Wallace Collection ©Marc-André Paulin

Selon Christian Baulez, le frère cadet de Louis XVI, Louis Stanislas Xavier, comte de Provence, futur Louis XVIII (1755-1824) aurait apposé ses initiales « LSX » en incisant la marqueterie sur le côté droit[8], peut-être dans un geste envieux de la situation du roi et par conséquent du bureau qui représente en quelque sorte son autorité.

La livraison du secrétaire à cylindre par Riesener en 1774 pour le comte de Provence à Versailles (Fig. 3) aujourd’hui conservé dans les collections Rothschild au château de Waddesdon Manor[9] pourrait confirmer cette hypothèse au regard de certaines similitudes avec celui du roi, notamment pour les tiroirs sur les deux côtés : « Un secrétaire en bois de marqueterie et à cilindre de 4 pieds 4 pou. de long sur 3 pieds 4 pou. de profondeur et 3 pieds ½ de haut représentant par devant les attributs de la Royauté et ceux de l’art militaire soutenus d’une tête de Mercure, sur le côté droit est représenté l’amour des arts et a gauche sont des enfans et un coq simbole de la vigilance et par derrière est un tableau représentant une lyre, un livre en 3 volumes, attributs de la poésie, sur le dessus sont les attributs de l’étude. »[10]

©Yannick Chastang

Fig. 3 : Jean-Henri Riesener, Bureau du comte de Provence, 1774, Aylesbury, Waddesdon Manor  ©Yannick Chastang

En dehors du fait que ce meuble sert comme bureau de travail à Louis XV et à Louis XVI, son statut n’en demeure pas moins celui d’une pièce d’apparat emblème de la Monarchie, mais aussi une pièce représentative et symbolique de la puissance française en Europe. C’est probablement en prenant en compte ces considérations que le Garde-Meuble de la Couronne ordonne à Riesener de réparer le bureau à plusieurs reprises afin de le rétablir dans sa fonction.

La première intervention a lieu en 1770 : on lit dans un Mémoire de Riesener de cette même année que l’ébéniste a « fait un voyage à Versailles pour accommoder la fermeture des tiroirs du bureau du Roy et en nettoyer les écritoires. » [11]

Les réparations suivantes ont lieu entre 1776 et 1796, date de la dernière intervention sur le bureau, du vivant de Riesener :

« Mémoire de Riesener, 1776-Ordre du 21.8bre. Avoir été à Versailles avec deux ouvriers pour remettre en état le bureau du Roy, avoir raclé et repoly tout la marqueterie composé de 20. pannaux et netoyé la garniture de bronze. » [12]

« Mémoire de Riesener, 1777-Ordre du 4.8bre. Avoir été à Versailles pendant l’absence de sa Majesté au voyage de Fontainebleau avec plusieurs ouvriers, serurier, ebeniste, mechanicien et doreur, pour retablyr la méchanique, ferrures et dorure et ebenisterie du bureau du Roy tant interieur que exterieur, avoir remis à neuve et netoyé la mechanique qui fait agir le cilindre ainsi que celle du pupitre, avoir raclé et repoly la marqueterie, colé et ajusté des pièces qui manquoit, avoir fait garnir à neuve de moire bleu l’interieur des tiroirs et avoir netoyé tout la dorure. » [13]

« Mémoire de Riesener. 2e semestre 1785. Département de Versailles. Cabinet du Roy. Avoir retably la mecanique et les ressort du bureau du Roy, avoir démonté toute la dorure et les avoir mis en place et avoir netoyé et mis à neuve toute la marqueterie. » [14]

L’intervention sur les bronzes dorés est pratiquée par un certain Migault qui nettoie toutes les pièces et leur redonne l’éclat qu’il avait probablement perdu seize ans après sa livraison[15].

La notion « remise à neuve » a certainement pour but chez Riesener de combler les lacunes de la marqueterie mais surtout de repolir la marqueterie par ponçage afin que les bois sensibles au phénomène de photo-oxydation[16] retrouvent leur tonalité et leur clarté. Cette dernière intervention amena Riesener à venir plusieurs fois à Versailles ; il indique dans son mémoire avoir fait : « plusieur voyage à Versailles pour conduir lesdits ouvrages. »[17]

Entre 1769 et 1796 plusieurs interventions d’entretien et de restauration ont donc été nécessaires. Notons également que les détails signalés par l’ébéniste, par exemple le raclage et le polissage de la marqueterie, révèlent des méthodes qui seraient aujourd’hui considérées comme très invasives.

André Jacob Roubo dans son traité L’art du Menuisier Ebéniste signale que pour polir les bois des marqueteries les ébénistes utilisent la « peau de chien » qui est en réalité la peau de certains poissons tels que la roussette : « Les ébénistes ne se servent que des parties les plus fines, comme les nageoires […] lesquelles ont le grain le plus fin de toute la peau. »[18] Le tripoli, le charbon de bois et la pierre ponce sont également très utilisés.

Dans les premiers temps de la Révolution, le bureau reste à Versailles et nécessite à nouveau une réparation. L’ordre en date du 14 novembre 1789 est donné à Guillaume Benneman[19] (1750-1811) de se rendre dans l’appartement du roi pour : « la réparation d’un grand secrétaire à cilindre, avoir soudé et redoré la balustrade. »[20]

 Le bureau est ensuite transporté au Garde Meuble national, où il se trouve encore en 1795. Nous n’aborderons pas ici le cas des transformations de décor, en particulier la destruction de tous les symboles royaux sur le bureau en l’an IV (1796)[21]. Cette même année, lorsque le meuble est transféré aux Tuileries pour servir au Corps Législatif dans le Salon des Conférences, le citoyen Villette, directeur du Garde Meuble national ordonne à l’ébéniste d’intervenir à nouveau sur le bureau. Selon un Mémoire des ouvrages fait au Garde-Meuble National, rédigé par Riesener, ébéniste à l’Arsenal de Paris, ce dernier se serait rendu suite à un ordre du 24 floréal an IV « avec un ouvrier […] pour ouvrir un secrétaire méchanique dont la serrure étoit dérangée. »[22]

Le XIXe siècle apporte certainement sa contribution en matière de remise en état du bureau, notamment quand ce dernier est destiné aux secrétaires de Napoléon Ier au palais des Tuileries, ou bien quand l’impératrice Eugénie (1826-1920) le fait placer dans son cabinet de travail au château de Saint-Cloud, probablement vers 1855[23].

Une intervention d’entretien ou de réparation a été faite par un certain Juge[24] sur la mécanique du bureau, peut-être au moment où l’impératrice Eugénie en prend possession. La dernière restauration référencée du bureau se situe pendant la Seconde Guerre mondiale, alors qu’il est au musée du Louvre. La notice qui en fait mention, signale encore le terme de réparation :

« Je soussigné L. Hatfield déclare avoir fait la réparation et la restauration de ce bureau avec l’aide de mon ami Borgeat (André), ébéniste pendant l’occupation de Paris par les Allemands et avoir terminé ce travail la semaine même de la libération de Paris et la France et cela sous la surveillance de nos conservateurs Monsieur Fontaine et Monsieur Verlet. Paris, 28 août 1944. »

À ce jour, il est impossible de différencier les interventions de réparation sur la marqueterie faites par Riesener de celles réalisées par Benneman ou bien de celles effectuées au XIXe siècle ou encore de la dernière connue réalisée par Léopold Hatfield et Borgeat.

Toutefois, nous pouvons constater une succession des ponçages sur la marqueterie pour rétablir une meilleure lisibilité au décor qui ont occasionné la disparition de matière originale. Le résultat de ces interventions est une diminution parfois importante de son épaisseur.

On constate donc que l’acte de restauration, avec toute sa méthodologie et ses théories pour le domaine des arts mécaniques, et plus particulièrement pour l’ébénisterie, est une discipline encore bien récente dans le domaine de l’histoire de l’art.

Marc-André Paulin

Télécharger l’article pdf

Notes :

[1]Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, inv. V. 3750.

[2]Verlet P., Le Mobilier royal français, Paris, Ed. Picard, 1992, tome II, p. 65-75.

[3]Jean-Henri Riesener est ébéniste ordinaire de la Couronne de 1774 à 1784.

[4]L’ordre passé par l’intendant du Garde-Meuble de la Couronne à Jean-François Oeben pour la réalisation du bureau est en 1760, ce denier décède en 1763. Son successeur Jean-Henri Riesener accède à la maîtrise qu’en 1768. Oeben a également le titre de mécanicien du roi, ce qui lui confère une certaine facilité pour concevoir la mécanique du bureau, ce qui n’est pas le cas de Riesener au moment du décès de son maître. A ce titre, Oeben, a reçu une médaille d’or donnée par louis XV à ne pas « porter à l’habit » pour la réalisation d’un fauteuil mécanique destiné au jeune duc de Bourgogne handicapé livré en 1760.

[5]Arch. nat., O1 3621, cité par P. Verlet, ibid., p. 67.

[6]Arch. nat., O1 3457, cité par P. Verlet, ibid., p. 65, 66.

[7]Le bureau est conservé à la Wallace Collection, Londres, inv. F 102.

[8]Je remercie M. Christian Baulez, conservateur général honoraire au château de Versailles, qui m’a aimablement communiqué cette information.

[9]Inv. WI/63/4.

[10]Arch. nat., O1 3319.

[11]Arch. nat., O1 3622.

[12]Arch. nat., O1 3625, cité par P. Verlet, op. cit., p. 69.

[13]Arch. nat., O1 3626, cité par ibid.

[14]Arch. nat., O1 36351, cité par ibid.

[15] Verlet P., op. cit., p. 74.

[16]Les bois qui renferment des tanins ou extractibles se saturent en couleur tandis que ceux qui en contiennent très peu se désaturent.

[17]Voir note 12.

[18]Roubo A.-J., L’art du Menuisier Ebéniste, première édition en 1774, Tours, Bibliothèque de l’Image 2002, p. 858.

[19] En 1784, le nouvel intendant du Garde-Meuble de la Couronne, Marc-Thierry de Ville d’Avray destitue Jean-Henri Riesener du titre d’ébéniste ordinaire de la Couronne pour des raisons de coûts élevés de ses productions au profit de Guillaume Benneman.

[20] Arch. nat., O1 3291, f°114 et O1 36502, cité par P. Verlet, op. cit., p. 74.

[21]Une étude technique est en cours, elle est réalisée conjointement par le C2RMF et Yves Carlier, conservateur général du patrimoine au château de Versailles.

[22]Arch. nat., O2 479, cité par P. Verlet, op. cit., p. 72.

[23]Ibid, p. 73.

[24]L’axe central qui relies les poulies dentées insérées dans les deux cotés est signé Juge. Je remercie M. M. Tigréat, ancien responsable du service de restauration des objets d’art de la Direction de musées de France S’il on se réfère au bureau de Riesener conservé au département des Objets d’art du musée du Louvre, inv. OA 6085, il porte sous la ceinture la marque au feu G. Juge. D’après Daniel Alcouffe, il pourrait s’agir d’un restaurateur au XIXe siècle.