Compte-rendu : visite du GRHAM au musée du Louvre-Lens

Charles Le Brun, Le Chancelier Séguier (détail), vers 1655-1661,  huile sur toile, 295 x 357 cm, Paris, musée du Louvre

Charles Le Brun, Le Chancelier Séguier (détail), vers 1655-1661, huile sur toile, 295 x 357 cm, Paris, musée du Louvre  

Le GRHAM s’est rendu au musée du Louvre-Lens le lundi 6 juin 2016 pour visiter l’exposition consacrée à « Charles Le Brun (1619-1690), le peintre du Roi-Soleil », ainsi que les collections semi-permanentes installées dans la Galerie du temps. A cette occasion, il a également été possible de découvrir les réserves et les œuvres actuellement en cours de restauration. L’association remercie chaleureusement l’accueil qui a été réservé à ses membres par Fabien Dufoulon, responsable du Centre de ressources du musée, et Caroline Chenu, régisseur des œuvres du musée.

Charles Le Brun (1619-1690), le peintre du Roi-Soleil

« Le Rubens français !
Comme Delacroix pour le Romantisme ou Monet pour l’Impressionnisme, Charles Le Brun incarne à lui seul l’art d’une époque : le Grand Siècle, ce XVIIe siècle considéré comme un apogée de l’art français, qui rayonne à travers toute l’Europe. Prodige repéré vers l’âge de 15 ans, Le Brun figure comme un véritable chef d’orchestre des arts sous Louis XIV, dont il fut le premier peintre pendant près de 30 ans. Également directeur de l’Académie royale de peinture et de sculpture et de la Manufacture royale des Gobelins, il est resté célèbre pour le décor de la galerie des Glaces du château de Versailles. Pourtant, sa longue et riche carrière nous a laissé des œuvres d’une extrême diversité, faisant de Le Brun un artiste d’exception. Il se distingue à la fois par la variété de ses dons, la vivacité de son imagination et son talent d’organisateur. À propos de son style, Le Bernin parlait « d’abondance sans confusion », pour qualifier un art généreux et foisonnant, mais structuré de manière parfaitement lisible. L’exposition au Louvre-Lens rend hommage au talent éclectique de Le Brun, à travers des peintures aux sujets historiques, mythologiques ou religieux, de grandes sculptures issues du parc de Versailles, de vigoureux dessins, d’immenses tapisseries, du mobilier précieux et de très rares éléments de décor provenant de résidences aristocratiques.
Au total, 235 chefs-d’œuvre sont réunis à Lens, dans une scénographie restituant aussi bien la grandeur du style Louis-Quatorzien que la nature intime des productions tardives de l’artiste. D’autres sont des révélations récentes, comme le Sacrifice de Polyxène découvert à Paris en 2012 dans la suite Coco Chanel, lors de la rénovation de l’hôtel Ritz. »

Commissaires : Bénédicte Gady et Nicolas Milovanovic, musée du Louvre.

Scénographie : Atelier Maciej Fiszer, chef de projet Thimothée Ma Mung

Graphisme : Atelier Bastien Morin avec Nathan Morel

Site de référence

 

Présentée selon un parcours chronologique, l’exposition consacrée à l’œuvre de Charles Le Brun présente dessins, gravures, cartons, tapisseries, peintures et sculptures répondant à des thématiques jalonnant la carrière de l’artiste selon les commandes auxquelles ils répondaient.

Grâce à de nombreux prêts provenant de collections parisiennes (notamment pour les études et cartons de tapisseries), d’églises (église Saint-Nicolas-du-Chardonnet de Paris, cathédrale Notre-Dame de Paris) et de musées majeurs (The Metropolitan Museum of Art de New York, Galleria degli Uffizi de Florence, Musée national du château de Versailles, ou château de Vaux-le-Vicomte), l’exposition représente l’ensemble des grands travaux menés par Charles Le Brun, des commandes de peintures pour des particuliers aux grands chantiers royaux menés sous Louis XIV.

L’exposition est organisée en dix sections : « L’éclat de la gloire » ; « Les années Séguier. Une formation entre Paris et Rome (1630-1646) » ; « Les grandes commandes parisiennes (1646-1661) » ; « L’expérience Fouquet, Vaux-le-Vicomte et Maincy (1657-1661) » ; « La confiance de Colbert » ; « Le Brun théoricien : l’expression des passions et de la physionomie » ; « Le Brun, directeur des Gobelins » ; « A la tête des chantiers royaux » ; « Le Brun et l’estampe : les grands décors en noir et blanc » ; « Le crépuscule d’un génie ». A travers ces thématiques, la richesse des talents de l’artiste est mise en avant, tout comme l’influence de ses réflexions et réalisations en Europe.

Son père, le sculpteur Nicolas Ier Le Brun n’est pas étranger à l’orientation que prend la carrière de Charles Le Brun, comme en témoigne dès le début de l’exposition le portrait que le jeune artiste en dépeint alors qu’il n’a qu’entre 15 et 17 ans (ill.).

Portrait de Nicolas Ier Le Brun, huile sur toile, vers 1633-1635, Salzbourg, Residenzgalerie

Portrait de Nicolas Ier Le Brun, huile sur toile, vers 1633-1635, Salzbourg, Residenzgalerie

Formé dans les ateliers de François Perrier et Simon Vouet, le jeune peintre s’essaie également à la gravure à l’eau-forte à cette période. Protégé du chancelier Séguier, il réalise dès 1640 une première commande pour le cardinal de Richelieu (ill.). L’année 1642 marque son départ pour Rome où il séjourne pendant quatre ans, y copie Raphaël ou les Carrache et en revient fortement marqué par les œuvres de Poussin ainsi que de Guerchin.

A son retour en 1646, Le Brun répond à de nombreuses commandes émanant tant des églises parisiennes que de particuliers pour leurs hôtels privés ou encore pour les décors des intérieurs civils. Remplissant un rôle fondamental dans le changement qui s’opère au XVIIe siècle dans les arts et leur enseignement, il fonde en 1648 l’Académie de peinture et de sculpture protégée par Louis XIV, où il ne cessera de mener des recherches, en tant que théoricien de l’art, sur l’expression des passions, inspirées par les travaux de Descartes.

Hercule terrassant Diomède, 1640-1641, huile sur toile,  Nottingham, Castle and Art Gallery

Hercule terrassant Diomède, 1640-1641, huile sur toile, Nottingham, Castle and Art Gallery

En 1657, Nicolas Fouquet lui confie les grands travaux de décorations du château de Vaux-le-Vicomte. Le Brun y conçoit décors de fêtes, peintures et modèles de tapisseries. Soutenu par Colbert, surintendant des Bâtiments du Roi, l’artiste se voit confier entre 1664 et 1683 l’ornement des maisons royales et est nommé à plusieurs fonctions notables telles que : premier peintre du Roi, directeur des manufactures établies aux Gobelins (1663-1690) et maître d’œuvre des grands décors des chantiers royaux (1671-1687). C’est à cette époque que ses travaux, probablement parmi les plus connus aujourd’hui, sont réalisés comme : les tentures de l’histoire du roi (ill.) ou le décor de la galerie des Glaces au château de Versailles (1678-1684).

L’exposition n’omet pas de souligner la manière dont l’œuvre de Le Brun a été diffusée en Europe, à savoir par la gravure, et l’artiste lui-même obtient le privilège de propager ses travaux par ce relais à partir de 1656. La fin de sa carrière, davantage tournée vers la production de tableaux de petits formats émouvants, est marquée par deux points principaux : la succession à la charge de surintendant des Bâtiments du roi du marquis de Louvois dès septembre 1683, et la rivalité de plus en plus grandissante avec Pierre Mignard, qui prendra les fonctions de premier peintre du roi, directeur des manufactures et directeur de l’Académie royale de peinture et de sculpture à la mort de Charles Le Brun en 1690.

Manufacture des Gobelins, Atelier de Jean Jans le fils, d’après Charles Le Brun, Visite de Louis XIV à la manufacture des Gobelins, haute lisse à or, laine et soie, 4e quart du XVIIe siècle, Paris, Mobilier national

Manufacture des Gobelins, Atelier de Jean Jans le fils, d’après Charles Le Brun, Visite de Louis XIV à la manufacture des Gobelins, haute lisse à or, laine et soie, 4e quart du XVIIe siècle, Paris, Mobilier national

Pour finir, nous n’omettrons pas de souligner l’intérêt porté à la scénographie pour cette exposition : les espaces restituent les dispositions de certains plafonds peints (L’Apothéose de Psyché, fac-similé, décor pour l’hôtel de l’abbé de La Rivière), offrent au visiteur la possibilité de découvrir l’envers de la tapisserie (Manufacture des Gobelins, atelier de Jean de La Croix, Terpsichore, tapisserie de basse lisse, laine, soir et or, Paris, Mobilier national) et mettent en scène des sculptures ou pièces de marqueterie de marbre d’une richesse et d’un raffinement exceptionnels (ill.).

Manufacture des Gobelins, Plateau en mosaïque de marbres et pierres dures, dernier quart du XVIIe siècle, Paris, musée du Louvre

Manufacture des Gobelins, Plateau en mosaïque de marbres et pierres dures, dernier quart du XVIIe siècle, Paris, musée du Louvre

 

La Galerie du temps

Galerie du temps, renouvellement 2015-2016, Lens, musée du Louvre

Galerie du temps, renouvellement 2015-2016, Lens, musée du Louvre

« La Galerie du temps montre le long et passionnant cheminement de l’humanité. Elle offre un parcours inédit à travers l’histoire de l’art, de la naissance de l’écriture en Mésopotamie au 4e millénaire avant notre ère, jusqu’à la révolution industrielle en Europe au milieu du 19e siècle. Sur une surface spectaculaire de 3 000 m2 d’un seul tenant, elle réunit plus de 200 chefs-d’œuvre du Louvre. Élégante et astucieuse, la scénographie à  la fois chronologique et pluridisciplinaire crée un dialogue nouveau entre les époques, les techniques et les civilisations. »

Site de référence

Inaugurée à l’occasion de l’ouverture du musée le 4 décembre 2012, la Galerie du temps présente des œuvres progressivement renouvelées depuis sa mise en place, selon un parcours chronologique s’échelonnant de 3500 avant notre ère à 1850.

S’adressant à tous types de publics, plusieurs visites s’y déroulent notamment pour les groupes scolaires à travers de thématiques différentes chaque jour de la semaine. Elle permet par ailleurs aux publics individuels de découvrir des œuvres jusqu’alors non exposées à Paris, comme L’Allégorie sur l’état de la France avant le retour d’Egypte, huile sur toile peinte par Jean-Pierre Franque (1774-1860).

Réserves et ateliers de restauration

La seconde partie de la visite du musée du Louvre-Lens s’est déroulée au niveau -1 sous l’ensemble du musée, où se trouvent les réserves et ateliers de restauration.

En parties accessibles au public sur rendez-vous, les réserves du musée du Louvre-Lens se remplissent progressivement des œuvres envoyées par Paris. Pièces de mobilier, moulages, tableaux, cartons, palettes d’artistes ou encore œuvres antiques se côtoient dans un souci de médiation auprès des publics, en attendant l’ouverture des réserves de Liévin (prévue pour 2018). Répondant aux différentes conditions de conservation des différentes œuvres, ces réserves sont composées de mobiliers portant les pièces les plus lourdes, d’armoires protégeant les plus fragiles ou encore de crémaillères pour les peintures. Lieu dédié à la connaissance et à la conservation des œuvres, conservateurs, installateurs et chercheurs s’y rendent régulièrement.

Charles Le Brun, Christ au jardin des Oliviers (avant restauration), vers 1660, Paris, musée du Louvre, réflectographie infrarouge © C2RMF / Jean-Louis Bellec

Charles Le Brun, Christ au jardin des Oliviers (avant restauration), vers 1660, Paris, musée du Louvre, réflectographie infrarouge © C2RMF / Jean-Louis Bellec

A quelques pas, deux ateliers de restauration accueillent actuellement une toile de Charles Le Brun dans une pièce, et des éléments architecturaux provenant de la basilique de Tigzirt dans une seconde. En lien avec l’exposition actuellement présentée, Le Christ au jardin des oliviers peint vers 1659 par Le Brun a récemment fait l’objet d’une acquisition par le musée du Louvre et a commencé à être restauré ce 6 juin 2016, pour un achèvement prévu au 24 août 2016. Très noircie et fragile, cette huile sur toile a été retrouvée il y a quelques années dans une abbaye. La restauration de ce tondo verra se succéder actions sur le support et sur la couche picturale et répondra aux points suivants : la dépose de la toile du châssis ; le dépoussiérage de la toile et le décollage des fibres de polyester recouvrant les bordures ; le refixage de la peinture par la face et protection par un papier de cartonnage ; le décrassage de la toile et le retrait des bandes et adhésifs ; le montage de la toile sur son châssis définitif ; la régénération et l’allègement des vernis ; le refixage de la peinture et la consolidation des déchirures ; le masticage, la réintégration picturale et la protection finale.

Œuvre à (re-)découvrir une fois restaurée à l’automne 2016 !

Photographies de la visite