Présentation d’ouvrages : “À la découverte de Paris au XVIIIe siècle : police, boutique et gens de couleur”

Anonyme, Les musards de la rue du Coq ou La boutique du marchand d'estampe Martinet, vers 1810, eau-forte coloriée, 21,9 x 37 cm, Paris, musée Carnavalet. © Musée Carnavalet / Roger-Viollet

Anonyme, Les musards de la rue du Coq ou La boutique du marchand d’estampe Martinet, vers 1810, eau-forte coloriée, 21,9 x 37 cm, Paris, musée Carnavalet. © Musée Carnavalet / Roger-Viollet

Type : Cycle de conférences
Date de la journée : 21 juin 2016
Lieu : Archives Nationales CARAN, Salle d’Albâtre

Les Archives nationales proposent un cycle trimestriel de conférences intitulé Retour aux sources.

Les auteurs d’ouvrages récents présentent au public leur travail, sur le site même où sont conservés les principaux fonds qu’ils ont exploités, en détaillant leurs méthodes et leurs résultats : découverte d’archives méconnues, traitement novateur des sources, questions résolues et pistes ouvertes pour l’avenir.

Consacrée à Paris au XVIIIe siècle, la séance du 21 juin 2016 propose une immersion dans les coulisses de la capitale au temps des Lumières avec trois focus : la police, la boutique et les gens de couleur.

Le commissaire de quartier, figure familière, mais aussi représentant d’une autorité répressive, joue un rôle essentiel dans le maintien de l’ordre et la vie de la capitale ; parmi ses multiples attributions figurent le contrôle des marchés et des denrées, la surveillance du commerce et, bien sûr, la lutte contre le vol.

La boutique parisienne au XVIIIe siècle, entre archaïsmes et nouveautés, témoigne de la vitalité commerçante de Paris et de l’avènement d’une « culture de consommation » : le besoin cède la place au désir dans un contexte socio-économique et culturel favorable, même si la faillite côtoie, ici et là, la réussite.

L’importance des gens de couleur à Paris, à la veille de la Révolution, doit être revue à la hausse. Arrivés avec leurs maîtres ou objets du commerce d’entrepreneurs négriers, ils sont domestiques ou gens de métier ; bénéficiant en métropole de l’émancipation, ils se heurtent cependant à la méfiance et à une politique répressive.

Quelles sont les tâches quotidiennes du commissaire ? Comment surveille-t-il le commerce et lutte-t-il contre le vol ou les mauvais payeurs ? Quelles ont été les conditions de la réussite des boutiques à Paris au XVIIIe siècle ? Quelle est la cartographie de l’espace boutiquier parisien ? Quel impact ont eu l’essor des boutiques et la mutation de la consommation sur l’activité policière ? Que sait-on vraiment de la communauté de couleur à Paris au XVIIIe siècle ? Quel rôle joue la police des Noirs ? Comment ces derniers résistent-ils à l’expulsion ? Avec quelles sources fait-on aujourd’hui l’histoire de Paris ?

Les auteurs et le public auront l’occasion de débattre de tous ces sujets sous la présidence de Christiane Demeulenaere.

Programme :

14h – 14h15 – Accueil et introduction par Christiane Demeulenaere, conservateur général du patrimoine honoraire, vice-présidente de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France

14h15 – 15h – Policer Paris au siècle des Lumières par Justine Berlière, conservateur du patrimoine, directrice des archives départementales de la Corrèze

15h – 15h45 – Tenir boutique à Paris au XVIIIe siècle par Natacha Coquery, professeure à l’université Lumière Lyon 2, directrice adjointe du laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA, UMR 5190)

15h45 – 16h15 – Pause

16h15 – 17h – Dictionnaire des gens de couleur dans la France moderne, Paris et son bassin par Erick Noël, professeur à l’université des Antilles et de la Guyane, membre du laboratoire archéologie industrielle, histoire, patrimoine – géographie, développement,
environnement de la Caraïbe (AIHP-GEODE)

17h – 17h30 – Débats et conclusion par Christiane Demeulenaere


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Hadrien Volle (7 juin 2016). Présentation d’ouvrages : “À la découverte de Paris au XVIIIe siècle : police, boutique et gens de couleur” Groupe de Recherche en Histoire de l'Art Moderne. Consulté le 23 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/p65k


Hadrien Volle

Doctorant contractuel en Histoire de l'art moderne (Université Paris 1-Panthéon Sorbonne).

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search