A l’ombre des frondaisons d’Arcueil

Jean-Baptiste Oudry, Les Jardins d’Arcueil, 1744, dessin, 31,3 x 52,1 cm, New York, Metropolitan Museum.

Jean-Baptiste Oudry, Les Jardins d’Arcueil, 1744, dessin, 31,3 x 52,1 cm, New York, Metropolitan Museum.

L’exposition « A l’ombre des frondaisons d’Arcueil »[1] se propose de faire revivre ces jardins grâce aux dessins qu’en firent Jean-Baptiste Oudry (1686 – 1755), Charles-Joseph Natoire (1700 – 1777), François Boucher (1703 – 1770) et Jacques-André Portail (1695 – 1759). Comme le rappelle Xavier Salmon dans l’introduction du catalogue de l’exposition[2], le domaine est aménagé dès le XVIe siècle pour profiter de la déclivité pittoresque des lieux. Mais c’est véritablement au XVIIIe siècle, sous l’impulsion des princes de Guise qu’il connaît son expansion majeure (vingt hectares) et bénéficie d’embellissements réalisés par les architectes Germain Boffrand (1667 – 1754) puis Jean-Michel Chevotet (1698 – 1772), avant de décliner progressivement à partir de 1752. Aux alentours de 1744, les artistes font des jardins d’Arcueil l’une de leurs excursions préférées : Oudry y réalise tout un ensemble de feuilles dont on ignore la destination. Puis Natoire, Boucher et Portail prennent à leur tour le chemin d’Arcueil. L’ensemble de ces dessins a permis de retrouver la topographie des lieux.

Jacques de Lajoüe, Scène de jardin, vers 1745, huile sur toile, 54,6 x 64,8 cm, San francisco, Fine Arts Museum.

Jacques de Lajoüe, Scène de jardin, vers 1745, huile sur toile, 54,6 x 64,8 cm, San Francisco, Fine Arts Museum.

Dans son essai[3] Monique Mosser rappelle que si la rocaille participe, dès la Renaissance, à l’ornementation des fausses grottes, son usage s’intensifie au XVIIIe siècle, le motif de la coquille devenant omniprésent. De même, l’ornement végétal se démultiplie en des treillages vrais ou feints qui envahissent aussi bien la vie domestique que les jardins dépeints dans les tableaux de Lajoüe. Ces jardins, de même que les décors qui servent de fond aux fêtes galantes de Watteau, ont-ils eu une existence véritable ? Témoignent-ils d’un style Régence ou rococo spécifique ? On peut évoquer les jardins parisiens de l’hôtel de Rouillé ou le décor sculpté du parc du financier Joseph Bonnier de la Mosson (1702 – 1744) près de Montpellier, aujourd’hui tous deux disparus. De ce fait, il semble manquer tout un chapitre de l’histoire des jardins rococo ou rocaille dans la première moitié du XVIIIe siècle, un maillon manquant entre les jardins à la française du Grand Siècle dessinés par Le Notre et les jardins à l’anglaise dont la France s’entiche à partir des années 1770. D’un point de vue historiographique, Ernest de Ganay observait, dès  1943 : « L’on pourrait dire du parc du XVIIe siècle que c’est un grand seigneur, et du jardin du XVIIIe que c’est une jolie femme, car il en a tout le charme, l’imprévu, le caprice.[4] ». Dans les années 1980, deux historiennes allemandes[5] se posent à nouveau la question de l’existence d’un « jardin rococo » en étudiant les théoriciens (Dezallier d’Argenville[6], Jacques-François Blondel[7]), mais en ignorant la réalité in-situ, que des recherches récentes et des inventaires spécialisés ont mis à jour. Stylistiquement, l’art des jardins entre 1715 et 1760 semble pouvoir se caractériser par la complexité des tracés géométriques et l’existence de structures maçonnées qui appartiennent pleinement au vocabulaire rocaille. Parmi les ordonnateurs de ces jardins on peut compter les figures de Jean-Charles Garnier d’Isle (1697 – 1755), Pierre Contant d’Ivry (1698 – 1777) et Jean-Michel Chevotet. Les dessins qu’Oudry fait des jardins d’Arcueil, permettent d’évoquer non seulement Marly, du fait de l’importance des treillages, mais aussi les plans de Blondel du fait des jeux de diagonales très théâtraux, et le traité de Dezallier d’Argenville quant aux pelouses à l’anglaise. Ainsi, les jardins d’Arcueil invitent à effectuer une déambulation savamment orchestrée qui ne peut se confondre avec l’errance que proposent les jardins préromantiques à l’abandon.

Jean-Baptiste Oudry, Les Cascades devant la façade principale du Château neuf, 1744 – 1747, dessin, 29,8 x 51,6 cm, San Francisco, Fine Ars Museums.

Jean-Baptiste Oudry, Les Cascades devant la façade principale du Château neuf, 1744 – 1747, dessin, 29,8 x 51,6 cm, San Francisco, Fine Ars Museums.

Marie-Geneviève Lagardère et Gérard Vergison-Rozier[8] reviennent en détail sur l’histoire des jardins d’Arcueil qui doivent leur nom à l’aqueduc antique longeant la Bièvre, surmonté de l’aqueduc Médicis dans les années 1620. Détenues majoritairement au Moyen-Age, par les frères de l’abbaye de Saint-Denis-de-l’Estrée (protégés par la famille des Guise), les terres d’Arcueil accueillent successivement un Château vieux, puis Château neuf acquis par André Hurault (1539 – 1607), seigneur de Maisse. L’épouse de ce dernier, Catherine de Hellin restaure château et jardins et y reçoit à souper Louis XIII en 1613. Barthélemy Morand († 1686) achète la Maison des Fontaines (qui n’est autre que le Château neuf) en 1653 ; il poursuit la restauration du Château, y adjoint un corps de bâtiment et complète l’aménagement des jardins qui se dotent alors d’une grotte. Souhaitant rétablir l’apanage et le prestige de la maison de Lorraine, Françoise de Brancas (1652 – 1715), épouse d’Alphonse-Henri-Charles de Lorraine, acquiert l’ensemble en 1692 et le transforme au goût du jour grâce à Boffrand. En 1700, le Mercure galant relate la visite de la duchesse de Bourgogne qui admire la beauté des jardins et de ses fontaines jaillissantes. Anne-Marie-Joseph de Lorraine poursuit l’œuvre de sa mère. Il confie la création d’un jardin bas, le long de la Bièvre, à Jean-Michel Chevotet et emploie de nombreux artisans et artistes pour embellir l’ensemble des jardins, comme l’indique la longue liste des créanciers. En 1742, l’historiographe du roi, Jean-Aymar Piganiol de La Force (1673 – 1753) confirme, dans sa description du domaine d’Arcueil, le raffinement et la grande complexité des lieux. A la mort du prince de Guise en 1739, le domaine est progressivement divisé, démantelé et vendu à diverses industries et manufactures.

Charles-Joseph Natoire, Le Grand Escalier et l’entrée du bosquet de Diane, 1747, dessin, 23,2 x 32 cm, Sceaux, musée du domaine départemental de Sceaux.

Charles-Joseph Natoire, Le Grand Escalier et l’entrée du bosquet de Diane, 1747, dessin, 23,2 x 32 cm, Sceaux, musée du domaine départemental de Sceaux.

Dans son essai, Rozie Razzall cherche à définir les multiples bénéfices que les artistes ont retirés de leurs excursions dans les jardins d’Arcueil entre 1744 et 1750, date à laquelle ces derniers tombent en ruine. Situés à 6 km au sud de Paris, sur la route d’Orléans, ils sont d’un accès facile. L’abbé Gougenot[9] (1664 – 1748) place Oudry au centre du groupe d’artistes s’y rendant, le décrivant – peut-être un peu trop favorablement – « comme un professeur au milieu de son école » ; il est néanmoins fort probable qu’Oudry fut l’instigateur de ces excursions auprès de Boucher, Natoire et Portail. Cette pratique du dessin d’après nature, et dans le cadre d’une sociabilité, connaît des précédents dans les excursions organisées par Nicolas Vleughels à Rome à partir de 1724 ou dans celles de Watteau et Mariette dans les jardins de Pierre Crozat à Montmorency. Tandis qu’Oudry s’attache à rendre les jeux de lumière dans les feuillages et dessine les volières en ruines, Natoire restitue les dômes qui surmontaient ces dernières et peuple ses études de personnages. Boucher – comme Oudry – utilise la pierre noire et la craie sur papier bleu ou gris, Portail reste fidèle à la technique des trois crayons, Natoire opte pour un large éventail de techniques incluant la plume et l’encre ainsi que le lavis et l’aquarelle. Mais tous ont conçu des études abouties élaborant ainsi une démarche artistique valant pour elle-même, ce qui constitue un exemple majeur de pratique collective du dessin de paysage par des artistes français du XVIIIe siècle.

François Boucher, L’aqueduc Médicis et le bras mort de la Bièvre, dessin, 30,7 x 44,5 cm, Vienne, Albertina.

François Boucher, L’aqueduc Médicis et le bras mort de la Bièvre, dessin, 30,7 x 44,5 cm, Vienne, Albertina.

Florence Fesneau

————————————————————————————————————————————-

[1] Exposition du 23 mars au 20 juin 2016 à Paris, au musée du Louvre, sous le commissariat de Xavier Salmon.
[2] « Sous les frondaisons d’Arcueil », p. 11 – 15.
[3] « Jardins rocaille en France », p. 19 – 30.
[4] Ernest de Ganay, Les Jardins à la française en France au XVIIIe siècle, 1943, p. 110.
[5] Ingrid Dennerlein en 1981 et Iris Lauterbach en 1987.
[6] La Théorie et la pratique du jardinage où l’on traite à fond des beaux jardins appelés communément les jardins de propreté, paru en 1709 et réédité en 1713, 1732 et 1747.
[7] De la distribution des maisons de plaisance et de la décoration des édifices en général, 1737 – 1738.
[8] « Promenade historique dans les jardins d’Arcueil », p. 57 – 65.
[9] Louis Gougenot, Vie de M. Oudry, peintre et professeur de l’Académie royale de Peinture et de Sculpture, 1761.