L’enfant des Lumières au musée Marmottan Monet

    L’exposition[1] qui a lieu actuellement au musée Marmottan Monet, « L’Art et l’enfant », propose une histoire de l’enfance au travers d’œuvres allant du Moyen-Age jusqu’au XXe siècle. Pour le catalogue de cette exposition, Jacques Gélis[2] a rédigé deux contributions qui touchent plus particulièrement à la situation de l’enfant aux XVIIe et XVIIIe siècles dont nous donnons ci-après un compte-rendu.

Philippe de Champaigne (attribué à), Portrait de la famille Habert de Montmor, XVIIe siècle, huile sur toile, Sully-sur-Loire, château.

Philippe de Champaigne (attribué à), Portrait de la famille Habert de Montmor, XVIIe siècle, huile sur toile, Sully-sur-Loire, château.

Jusqu’à la fin du Moyen-Age, les représentations consacrées aux enfants sont peu courantes et elles restent encore modestes au XVIe siècle. De plus l’enfant ne figure jamais seul à moins qu’il ne s’agisse de l’enfant exceptionnel qu’est le dauphin royal ou l’Enfant Jésus.

Frans Pourbus le Jeune, Louis XIII en costume de deuil, 1611, huile sur toile, Florence, Palazzo Pitti.

Frans Pourbus le Jeune, Louis XIII en costume de deuil, 1611, huile sur toile, Florence, Palazzo Pitti.

Les sources écrites témoignent d’un certain détachement vis-à-vis de l’enfant dont on attend essentiellement qu’il perpétue la famille. La pudeur – voire la froideur – domine la relation entre parents et enfants, les gestes de tendresse semblant absents. Néanmoins le portrait de groupe commandé par le chef de famille est synonyme de réussite sociale et symbole d’avenir grâce aux enfants, héritiers d’une lignée. La famille Haber de Montmor témoigne de cette volonté d’enraciner les individus dans le passé ancestral, un univers où l’individu et le social sont étroitement imbriqués.

Il n’en reste pas moins que, dans la vision augustinienne de l’Eglise, l’enfant est un pêcheur parce qu’il est fils d’Adam. Il est indigne d’attention parce qu’il correspond à un moment déraisonnable de la vie de l’homme. Il se rapproche de l’animal, puisqu’il est incapable de s’exprimer et a un comportement erratique. Cependant, grâce à des précurseurs comme Erasme et Rabelais, le dédain ressenti pour l’enfant évolue progressivement. Etant donnée la forte mortalité, la procréation est un souci majeur et la limitation des naissances est impensable, laquelle fera tout de même son apparition dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Les parents ne sont pas indifférents à la mort de leurs enfants, mais, du fait de la forte natalité, ces derniers restent « remplaçables ».

Pierre Mignard, Louise Marie de Bourbon, duchesse d’Orléans, dite Mme de Tours, vers 1681 – 1682, huile sur toile, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Pierre Mignard, Louise Marie de Bourbon, duchesse d’Orléans, dite Mme de Tours, vers 1681 – 1682, huile sur toile, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Les enfants sont sujets à nombre d’accidents domestiques, physiques, épidémiques ou encore symboliques de par la croyance aux « esprits malins ». Ils sont souvent mal-aimés de leur parâtre ou de leur marâtre dont ils deviennent les souffre-douleur. Aussi, l’enfant roi (Louis XIII, puis Louis XIV) et l’enfant saint (à l’instar de Pierre de Luxembourg[3] ou de Thérèse d’Avila[4]) impressionnent les adultes du Grand Siècle : doués de toutes les vertus, ils sont la face lumineuse d’un monde vivant dans la précarité. Ils sont le contrepoint des enfants miséreux et des bâtards sans avenir dont les frères Le Nain nous révèlent l’existence et auxquels Vincent de Paul[5] et Louise de Marillac[6] veulent porter secours, suivi par l’Etat qui ouvre, en 1670, l’hôpital des Enfants-Trouvés.

Dans les toutes dernières années du XVIIe siècle, les premières thèses populationnistes favorisent un lent changement des mentalités qui permet de sensibiliser les hommes des Lumières à la spécificité de l’enfance.

Louis, Antoine et Mathieu Le Nain, Enfants avec une cage à oiseaux et un chat, vers 1646, huile sur toile, Karlsruhe, Staatliche Kunsthalle.

Louis, Antoine et Mathieu Le Nain, Enfants avec une cage à oiseaux et un chat, vers 1646, huile sur toile, Karlsruhe, Staatliche Kunsthalle.

Mais c’est seulement au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle que s’amorce un début d’émancipation de l’individu et d’autonomisation de l’enfant aussi bien parmi les élites que parmi le peuple des villes, tandis que le monde rural reste attaché à un comportement ancestral qui n’accorde que peu de liberté à l’enfant.

Hyacinthe Rigaud, La famille Léonard, 1693, huile sur toile, 126 x 154 cm, Paris, musée du Louvre.

Hyacinthe Rigaud, La famille Léonard, 1693, huile sur toile, 126 x 154 cm, Paris, musée du Louvre.

Les représentations de l’enfant et de la vie familiale témoignent d’une certaine laïcisation de la société. L’influence de l’Eglise reste néanmoins très prégnante comme en attestent les tableaux de Greuze illustrant l’idéal de morale petite-bourgeoise avec un débordement de bons sentiments. L’enfant figure en bonne place dans les portraits de famille qui font montre non seulement d’un plus grand resserrement autour de la cellule familiale affranchie des pesanteurs de la communauté, mais aussi d’un développement des gestes d’affection, et d’un rôle croissant des parents – et nouvellement du père – dans la socialisation de l’enfant.

Jean Wyrsch (attribué à), Portrait de Claude Nicolas Ledoux, architecte, avec sa fille Adélaïde, vers 1780, huile sur toile, Paris, musée Carnavalet.

Jean Wyrsch (attribué à), Portrait de Claude Nicolas Ledoux, architecte, avec sa fille Adélaïde, vers 1780, huile sur toile, Paris, musée Carnavalet.

La famille compte moins d’enfants du fait du recul de la mortalité infantile. De plus, grâce à l’allongement de la durée de vie, les grands-parents peuvent désormais connaître leurs petits-enfants, ce qui développe de nouveaux affects.

L’éducation est favorisée par un Etat qui prend conscience du rôle idéologique de l’école et de l’intérêt que présentent des sujets éduqués. Le rôle du précepteur privé se développe, les collèges jésuites et oratoriens destinés aux fils de l’aristocratie s’ouvrent à ceux de la bourgeoisie, les curés assurent aux enfants des milieux modestes l’apprentissage de la lecture et de l’écriture. Les représentations d’enfants avec des livres se multiplient. Le petit prodige est valorisé et devient un exemple à suivre à l’image de Jean-Philippe Baratier[7] ou de Wolfgang Amadeus Mozart. Dans L’Emile, ou De l’éducation (1762), Rousseau dénonce une éducation favorisant la mémorisation des savoirs sous forme de listes et se fait l’avocat de l’éveil de la sensibilité, nécessaire à la formation de l’intelligence. En récusant l’image de l’enfant-adulte-en réduction, il permet de considérer l’enfant en tant que tel et pour lui-même.

Anne-Louis Girodet-Trioson, Benoît Agnès Trioson regardant des figures dans un livre, 1797, huile sur toile, Montargis, musée Girodet.

Anne-Louis Girodet-Trioson, Benoît Agnès Trioson regardant des figures dans un livre, 1797, huile sur toile, Montargis, musée Girodet.

Paradoxalement, c’est aussi au cours du XVIIIe siècle que la pratique de l’abandon atteint des records, de même que le taux de mortalité des bébés mis en nourrice. Si, en ce qui concerne la mise en nourrice, le bon air de la campagne est invoqué, les raisons économiques sont, en réalité, premières car le travail de l’épouse est nécessaire.

Joseph-Marie Flouest, Départ de l’enfant en nourrice, fin XVIIIe siècle, huile sur toile, 49,5 x 61,5 cm, Dieppe, musée-château.

Joseph-Marie Flouest, Départ de l’enfant en nourrice, fin XVIIIe siècle, huile sur toile, 49,5 x 61,5 cm, Dieppe, musée-château.

A partir des années 1760 – alors que fleurissent les thèses populationnistes – naît un mouvement en faveur de l’allaitement pour contrer la mise en nourrice et redonner au lien mère-enfant sa dimension affective. Néanmoins, la « mode de la mamelle » se développe bien plus en peinture que dans les faits. La création de l’Académie royale de chirurgie en 1731, puis de médecine en 1776 – 1778, facilite l’émergence de praticiens de qualité dont certains s’intéressent aux maladies infantiles. Cependant, même si le duc d’Orléans prend l’initiative de faire inoculer ses enfants, cette pratique peine à convaincre. En revanche, les formations que Mme Du Coudray[8] assure aux sages-femmes en parcourant le pays avec ses planches et son mannequin, sont couronnées de succès pour réduire la mortalité en couche ainsi que la proportion d’enfants mourant à la naissance. Les Sociétés de charité maternelle et les institutions – telle celle de l’abbé de l’Epée pour les jeunes sourds-muets – préfigurent ce qui deviendra la pédiatrie. A la famille comme corps communautaire ancestral, dépositaire d’une lignée, se substitue la famille resserrée autour des parents et des enfants dont Greuze chante la félicité dans La Mère bien-aimée.

Tout est prêt pour qu’au XIXe siècle le thème de l’enfant atteigne son apogée.

Jean-Baptiste Greuze, La Mère bien-aimée, 1769, huile sur toile, 99 x 131 cm, Madrid, collection particulière.

Jean-Baptiste Greuze, La Mère bien-aimée, 1769, huile sur toile, 99 x 131 cm, Madrid, collection particulière.

Florence Fesneau

————————————————————————————————————————————–

[1] L’exposition a lieu du 10 mars au 3 juillet 2016, sous le commissariat de Jacques Gélis, Marianne Mathieu, Dominique Lobstein avec la contribution d’Anne Galloyer pour la recherche iconographique. Ils sont assistés d’Aurélie Gavoille et Laurène Marin.

[2] Historien, professeur émérite d’histoire moderne de l’université Paris VIII Saint-Denis.

[3] Pierre de Luxembourg (1369 – 1387) est nommé évêque de Metz (à l’âge de 15 ans), puis cardinal d’Avignon en 1386, à chaque fois par l’antipape Clément VII (Robert de Genève, 1342 – 1394). Menant une vie austère, il distribue largement des aumônes aux pauvres et fait rapidement l’admiration du peuple. Il est gratifié d’extases, au cours desquelles le Christ lui apparaît.

[4] Sainte Thérèse d’Avila (1515 – 1582).

[5] Vincent de Paul (1576 ou 1581 – 1660).

[6] Louise de Marillac (1591 – 1660), fondatrice – avec saint Vincent de Paul – des Filles de la Charité en 1633.

[7] Jean-Philippe Baratier (Schwabach, 1721 – Halle, 1740), est un enfant prodige d’origine française. En 1732, à l’âge de 11 ans, il compose la traduction en français d’un texte hébreu du XIIe siècle, les Voyages de Rabbi Benjamin, avec des notes et des dissertations qui étonnent les commentateurs par l’abondance de lectures et la force de logique qu’elles supposent chez un auteur aussi jeune. Ce travail suscite l’admiration de Voltaire. En 1738, Baratier adresse à l’Académie des sciences de Paris un projet d’étude sur les longitudes et propose une boussole de son invention.

[8] Angélique Marguerite Le Boursier du Coudray (Clermont-Ferrand, 1714 ou 1715 – Bordeaux, 1794) est la première sage-femme à enseigner devant public l’« art des accouchements ».