Publication : “Corail contre diamants. Réseaux marchands, diaspora sépharade et commerce lointain (de la Méditerranée à l’océan Indien, XVIIIe siècle)”.

TRIVELLATO Francesca, Corail contre diamants. Réseaux marchands, diaspora séfarade et commerce lointain (de la Méditerranée à l’océan Indien, XVIIIe siècle), Paris, Éditions du Seuil, 2016, 564 p.

TRIVELLATO Francesca, Corail contre diamants. Réseaux marchands, diaspora sépharade
et commerce lointain (de la Méditerranée à l’océan Indien, XVIIIe siècle), Paris, Éditions du Seuil, 2016, 564 p.

Présentation de l’éditeur :

Entre le milieu du XVIIe siècle et le milieu du XVIIIe siècle, un vaste réseau d’échanges relie le port toscan de Livourne, l’un des principaux centres de redistribution du corail méditerranéen, à Goa d’où sont exportés des diamants bruts provenant du monde indien. Ce commerce interculturel à grande distance est animé par la communauté des marchands juifs actifs à Londres, Amsterdam, mais aussi et surtout à Livourne, capitale méconnue de la diaspora sépharade. Il repose sur des relations de marché où la sécurité des échanges n’est pas nécessairement garantie par des institutions étatiques, mais par un ensemble de règles et d’accords informels assurant une confiance réciproque. Or comment et sur quoi des Juifs sépharades de Livourne, des Hindous de Goa membres de la caste des Saraswat, des Italiens catholiques de Lisbonne peuvent-ils s’entendre ? Telle est la question qui anime l’intrigue du livre de Francesca Trivellato, à travers l’étude des réseaux de la société commerciale Ergas & Silvera. Cette historienne de grand renom travaille à réconcilier microstoria d’inspiration italienne et histoire globale. Ou, plus précisément, à mener une ” histoire globale à échelle réduite “. Celle-ci plonge le lecteur dans la familiarité d’un groupe humain scruté de si près que sont restituées la saveur et la densité d’une expérience humaine singulière, tout en ménageant, par la description de la complexité des contextes sociaux mais aussi par le recours permanent à l’histoire comparée avec d’autres diasporas et réseaux marchands, un continuel effet d’étrangeté. S’il vaut évidemment pour l’audace de sa proposition méthodologique, le livre peut également se lire à différents niveaux – depuis le détail d’une saga familiale jusqu’aux horizons élargis du grand commerce mondial.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur.