Le musée des Beaux-Arts de Budapest s’expose au musée du Luxembourg

Jusepe de Ribera, Saint Jérôme, 1620, huile sur toile, 123,5 x 95,5 cm, Budapest, musée des Beaux-Arts.

Jusepe de Ribera, Saint Jérôme, 1620, huile sur toile, 123,5 x 95,5 cm, Budapest, musée des Beaux-Arts.

L’exposition[1] qui a lieu actuellement au musée du Luxembourg, sous le commissariat de Laurent Salomé et de Cécile Maisonneuve, permet d’admirer quelques-uns des chefs-d’œuvre du musée des Beaux-Arts de Budapest actuellement fermé pour rénovation[2]. Elle est divisée en huit sections allant de « La fin du Moyen-Age » jusqu’au « Symbolisme et modernité ». Trois sections sont plus particulièrement consacrées aux œuvres des XVIIe et XVIIIe siècles.

Jacques Blanchard, Saint Jérôme, 1632, huile sur toile, 145,5 x 116 cm, Budapest, musée des Beaux-Arts.

Jacques Blanchard, Saint Jérôme, 1632, huile sur toile, 145,5 x 116 cm, Budapest, musée des Beaux-Arts.

La salle consacrée à « Un nouvel élan religieux » permet de comparer le Saint Jérôme de Jusepe de Ribera (Xàvita, 1591 – Naples, 1652) avec celui de Jacques Blanchard (Paris, 1600 – 1638). Le premier est pris en plein travail confrontant les textes de la Bible en plusieurs langues, bras droit levé, plume en main. Le second est plongé dans la méditation, la main droite posée sur un crâne. Ce tableau, qui appartenait au peintre et marchand Jean-Baptiste Pierre Lebrun (Paris, 1748 – 1813) aurait dû rejoindre les collections du Museum central, alors en cours de constitution, mais fut finalement acquis par le marchand parisien Guillaume-Jean Constantin (Paris, 1755 – 1816), puis acheté en 1808 par le prince Nicolas II Esterhazy (Vienne, 1765 – Côme, 1833).

Jan Steen, Une joyeuse compagnie, dit La Famille des chats, vers 1673 – 1675, huile sur toile, 150 x 148 cm, Budapest, musée des Beaux-Arts.

Jan Steen, Une joyeuse compagnie, dit La Famille des chats, vers 1673 – 1675, huile sur toile, 150 x 148 cm, Budapest, musée des Beaux-Arts.

Dans la section consacrée à « L’âge d’or hollandais », on notera le tableau de Gerbrand van der Eeckhout (Leyde, 1626 – 1679) qui aborde un épisode de l’Ancien Testament narré dans le Second Livre des Rois (chap. IV), peu fréquemment illustré : Le Prophète Elisée et la Sunamite[3]. Elisée ayant promis la naissance d’un enfant à un couple stérile de Sunem, un fils leur naît, mais meurt jeune. Le tableau décrit le moment où la Sunamite vient implorer le Prophète qui défend à son serviteur de la repousser. Ayant écouté les suppliques de la Sunamite, il consentira à ressusciter son fils.

Une joyeuse compagnie, dit La Famille des chats de Jan Steen (Leyde, 1626 – 1679) montre le peintre fêtant son admission dans une des chambres de rhétorique de Leyde. Le tableau illustre un dicton ; « les jeunes piaillent comme chantent les vieux », mais recèle aussi un message moral ; le crâne sur le rebord du balcon fait référence au caractère éphémère des joies terrestres, tandis que le hibou et le corbeau rappellent la faiblesse et la stupidité de l’homme qui refuse de penser à la brièveté de la vie.

Giacomo Ceruti, Jeune paysanne à la quenouille, vers 1740, huile sur toile, 48 x 39,2 cm, Budapest, musée des Beaux-Arts.

Giacomo Ceruti, Jeune paysanne à la quenouille, vers 1740, huile sur toile, 48 x 39,2 cm, Budapest, musée des Beaux-Arts.

Enfin la section intitulée « Caractères » privilégie les portraits, les têtes d’étude et les scènes de genre de telle manière à créer des regards croisés et des dialogues permettant de mieux approcher les artistes. La jeune paysanne à la quenouille, après avoir été attribuée à Murillo et Pietro Rotari est aujourd’hui considéré comme l’œuvre de Giacomo Ceruti (Milan, 1698 – 1767) surnommé le Pitocchetto (le petit mendiant) du fait de ses nombreuses scènes de vie décrivant des gens misérables. Avec son regard franc et le léger sourire qu’elle esquisse en direction du spectateur, la jeune paysanne de Ceruti dément l’idée de mélancolie que pourrait suggérer la pause qu’elle adopte, la tête appuyée dans la main. La quenouille rouge évoque le travail féminin, mais aussi la Parque Nona (qui dans l’art vénitien entre parfois dans l’iconographie des maisons closes), ce qui renforce, ici, le caractère érotique de l’œuvre.

Le contexte est autre, mais on retrouve un regard tout aussi direct dans le portrait que Goya (Fuendetodos, 1746 – Bordeaux, 1828) fait de l’actrice Manuela Camas y de las Hera, dite l’Aragonaise, épouse de l’écrivain Juan Cean Bermudez, ami proche et mécène du peintre.

Un regard qui invite à un dialogue à poursuivre … au musée du Luxembourg.

Francisco de Goya y Lucientes, Portrait de Manuela Camas y de las Heras, épouse de Juan Cean Bermudez, vers 1792 – 1793, huile sur toile, 121 x 84,5 cm, Budapest, musée des Beaux-Arts.

Francisco de Goya y Lucientes, Portrait de Manuela Camas y de las Heras, épouse de Juan Cean Bermudez, vers 1792 – 1793, huile sur toile, 121 x 84,5 cm, Budapest, musée des Beaux-Arts.

Florence Fesneau

————————————————————————————————————————————-

[1] « Chefs-d’œuvre de Budapest » du 9 mars au 10 juillet 2016, sous le commissariat de Laurent Salomé, conservateur en chef du Patrimoine, directeur scientifique, RMN-Grand Palais et Cécile Maisonneuve, docteur en histoire de l’art, chargée de mission, conseil scientifique, RMN-Grand Palais.
[2] La construction du musée des Beaux-Arts de Budapest (Szépművészeti Múzeum) est votée en 1896 dans le cadre des préparatifs pour les fêtes du Millénaire. Sous la gouverne des architectes Albert Schickedanz et Fülöp Herzog le chantier dure de 1900 à 1906. Le musée, inauguré le 1er  décembre 1906 par l’empereur d’Autriche et roi de Hongrie François-Joseph, ouvre ses portes au public quatre jours plus tard. Il est fermé depuis le 16 février 2015 pour une réouverture en mars 2018.
[3] 1664, huile sur toile, 111,5 x 157,5 cm.