Soutenance de thèse : « Architecture, théorie et représentation au temps de la Révolution française. Les dessins de l’Architecture Civile de Jean Jacques Lequeu (1757-1826) à la Bibliothèque nationale de France » par Elisa Boeri.

Jean-Jacques Lequeu, Section perpendiculaire d'un souterrain de la maison gothique, ca. 1777-1814, aquarelle et lavis de plume sur papier, 36 x 51 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Jean-Jacques Lequeu, Section perpendiculaire d’un souterrain de la maison gothique, ca. 1777-1814, aquarelle et lavis de plume sur papier, 36 x 51 cm, Paris, Bibliothèque nationale de France.

Type : soutenance de thèse.
Date : mardi 03 mai à partir de 10h.
Lieu : Palazzo Badoer, Università Iuav di Venezia.

Jury :

  • Jean-Philippe GARRIC, Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur de thèse.
  • Federico BUCCI, Professeur, Politecnico di Milano, directeur de thèse.
  • Pierre WAT, Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
  • Carlo MAMBRIANI, Professeur, Università di Parma.

Résumé :

Le travail de recherche vise à encadrer la figure de Lequeu dans le paysage culturel et architectural de la Révolution française, en proposant une prise de distance critique et une mise à part des célèbres dessins des Figures lascives, à l’aune lesquels la figure de l’architecte a été parfois grossièrement éclairée. Notre analyse se concentrera au contraire sur ce qui constitue le coeur de son oeuvre graphique: les planches numérotées de l’Architecture Civile, que Lequeu rédige à partir de 1778, et qui sont aujourd’hui conservées au Cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale de France. Visionnaire dans sa tentative de créer une nouvelle conception du dessin architectural, qu’il élabore conjointement au caractère de son architecture, les plus amères des contradictions du XVIIIe siècle se concentrent en lui: inévitablement attiré par le moderne, il en a systématiquement horreur et tourne son regard vers un passé idéalisé, rêvé comme un port salvateur mais insaisissable. C’est dans cette juxtaposition d’éléments, qui de la littérature chevaleresque aboutit aux traités théorico-pratiques de la Renaissance, que s’inscrit la grandeur de Lequeu : aucun architecte, avant lui, n’avait osé une combinaison tellement large de compétences différentes, rassemblées au fil de la narration. Le lien avec l’art de son temps, qui redécouvre les mouvements humains et entre en contact, pour la première fois, avec l’introspection psychologique, décrit donc le rôle de Lequeu, dans l’histoire de l’architecture européenne. Les planches de l’Architecture civile interprètent à la fois les angoisses d’un artiste aux prises avec l’ancien, et la modernité de la culture technique française du XVIIIe siècle.