L’Europe du Nord en peintures au Kelvingrove Art Gallery and Museum de Glasgow

Le Kelvingrove Art Gallery and Museum de Glasgow est une institution muséales aux collections variées : peintures, sculptures, objets d’art, d’histoire naturelle et archéologiques datant de la préhistoire au XXe siècle sont exposés dans ses différentes galeries. Le musée, construit sur les rives de la rivière Kelvin par les architectes John W. Simpson et E.J. Milner Allen, est ouvert en 1901 sous le nom de « Palais des Beaux-Arts » (Palace of Fine Arts) pour l’Exposition Internationale tenue à Glasgow cette année-là. Il présente aujourd’hui plus de huit mille objets déployés dans vingt-deux galeries. La plupart des peintures que l’on peut y admirer aujourd’hui ont été données à la ville de Glasgow par le collectionneur Archibald McLellan en 1854.

L’une de ces galeries est dédiée aux œuvres d’artistes néerlandais et flamands du XVIIe siècle. Les différentes peintures y sont regroupées de façon thématique, évoquant les diverses caractéristiques inhérentes à la peinture nordique de cette époque que nous allons alors aborder ici : Allégorie, Nature Morte, Marine, Paysage et Scène de genre.

Jacob Jordaens, Servante avec une corbeille de fruits et un couple d’amoureux, vers 1630-1635, huile sur toile, 1197 x 1565 mm, Kelvingrove Art Gallery and Museum.

Fig. 1. Jacob Jordaens, Servante avec une corbeille de fruits et un couple d’amoureux, vers 1630-1635, huile sur toile, 119.7 x 156.5 cm, Kelvingrove Art Gallery and Museum. © Glasgow Museums

L’art flamand apparait tout d’abord tel une entité distincte, regroupé dans une partie de la galerie. L’influence des peintres de la Renaissance italienne est évidente, rendue avec des œuvres aux compositions foisonnantes et colorées. Sculpture et architecture classique s’y déploient, parfois ornées de décors végétaux savamment disposés autour de figures aux muscles puissants ou aux formes rondes et charnues. La Servante avec une corbeille de fruits et un couple d’amoureux de Jacob Jordaens (1593-1678) attire notamment l’attention par sa composition étonnante : deux amoureux dissimulés sous une architecture richement sculptée, dans une pénombre à peine éclairée d’une bougie, sont dépeints auprès d’une servante à la figure quant à elle lumineuse, chargée d’un panier débordant de fruits (fig. 1).

Gerard Lairesse, Les Cinq Sens, 1668, huile sur toile, 1372 x 1829 mm, Kelvingrove Art Gallery and Museum.

Fig. 2. Gerard Lairesse, Les Cinq Sens, 1668, huile sur toile, 137.2 x 182.9 cm, Kelvingrove Art Gallery and Museum. © Glasgow Museums

Il est alors à remarquer que l’art flamand se plaît dans les représentations allégoriques, ce type d’images étant très populaire à l’époque. Il est possible de voir cela avec un certain nombre d’exemples, tel que Les Cinq Sens de Gérard de Lairesse (1641-1711), dans lequel se trouvent cinq personnages symbolisant chacun un sens, tandis qu’une sculpture de Cupidon représente l’amour qui est, contrairement aux cinq sens que possède l’homme, éternel (fig. 2). Une Allégorie de l’Abondance réalisée par Hendrik van Balen l’Ancien (1575-1632) et Jan Bruegel le Jeune (1601-1678) nous donne quant à elle un exemple de la vivacité des couleurs et de la profusion des éléments que l’on peut retrouver dans la peinture flamande, à travers une allégorie des quatre saisons introduite par le récit mythologique de Proserpine ici représenté (fig. 3).

Hendrik van Balen l'Ancien et Bruegel le Jeune, Allégorie de l’Abondance, vers 1631-1632, huile sur panneau, 736 x 1146 mm, Kelvingrove Art Gallery and Museum.

Fig. 3. Hendrik van Balen l’Ancien et Bruegel le Jeune, Allégorie de l’Abondance, vers 1631-1632, huile sur panneau, 73.6 x 114.6 cm, Kelvingrove Art Gallery and Museum. © Glasgow Museums

Peter Paul Rubens et Jan Bruegel l'Ancien, La Nature ornée, vers 1615, huile sur toile, 1067 x 724 mm, Kelvingrove Art Gallery and Museum.

Fig. 4. Peter Paul Rubens et Jan Bruegel l’Ancien, La Nature ornée, vers 1615, huile sur toile, 106.7 x 72.4 cm, Kelvingrove Art Gallery and Museum.  © Glasgow Museum

Enfin, une œuvre notable appartenant elle aussi au registre allégorique est ici visible : La Nature ornée, fruit d’une collaboration entre Peter Paul Rubens (1577-1640) et Jan Bruegel l’Ancien (1568-1625). Les figures, dépeintes par le premier, sont celles de trois nymphes (souvent assimilées aux Grâces) retirant le voile du terme personnifiant la Nature, représentée sous les traits de Diane d’Ephèse, alors aussi symbole de fertilité ; on peut également voir nymphes et satyres en bas de la composition, dont Silène, ainsi que des putti attachant fruits et fleurs à la guirlande végétale exécutée par Bruegel (fig. 4).

Rachel Ruysch, Fleurs près d’un tronc d’arbre, vers 1683, huile sur toile, 937 x 711 mm, Kelvingrove Art Gallery and Museum.

Fig. 5. Rachel Ruysch, Fleurs près d’un tronc d’arbre, vers 1683, huile sur toile, 93.7 x 71.1 cm, Kelvingrove Art Gallery and Museum. © Glasgow Museums

Les natures mortes sont ensuite mises à l’honneur, avec notamment les Fleurs près d’un tronc d’arbre de Rachel Ruysch (1664-1750), seule femme peintre de la galerie (fig. 5). Ce tableau démontre l’innovation apportée à la peinture de fleurs d’Europe du Nord par l’introduction dans la composition d’animaux et d’insectes, le tout agencé dans un espace boisé. Un Bouquet de fleurs dans une urne réalisé par Jan van Huysum (1682-1749) est volontairement accroché en hauteur, le tableau étant en effet originellement destiné à être placé en dessus-de-porte, une telle installation visant ainsi à restituer aux yeux du visiteur l’effet produit par une telle disposition. Juste au-dessous sont présentés sous vitrine des objets, tels que des assiettes et des vases dont la typologie se rapproche de ceux que l’on peut alors retrouver dans ces natures mortes, un parallèle étant ainsi fait entre objets tangibles et objets fictifs (fig. 6).

Jan van Huysum, Bouquet de fleurs dans une urne, 1727, huile sur toile, 157.5 x 109.2 cm, Kelvingrove Art Gallery and Museum.

Fig. 6. Jan van Huysum, Bouquet de fleurs dans une urne, 1727, huile sur toile, 157.5 x 109.2 cm, Kelvingrove Art Gallery and Museum.

 

Willem van de Velde le Jeune, Le Eendracht et d’autres bateaux de la flotte néerlandaise, 1673 ou 1678, huile sur toile, 64,7 x 85, 4 cm, Kelvingrove Art Gallery and Museum.

Fig. 7. Willem van de Velde le Jeune, Le Eendracht et d’autres bateaux de la flotte néerlandaise, 1673 ou 1678, huile sur toile, 64.7 x 85. 4 cm, Kelvingrove Art Gallery and Museum.

Bartholomeus van der Helst, Capitaine Willem van der Zaan, 1662, huile sur toile, 113 x 91,4 cm, Kelvingrove Art Gallery and Museum.

Fig. 8. Bartholomeus van der Helst, Capitaine Willem van der Zaan, 1662, huile sur toile, 113 x 91.4 cm, Kelvingrove Art Gallery and Museum.

Les marines sont aussi présentes ici, notamment avec un tableau de Willem van de Velde le Jeune (1633-1707), Le Eendracht et d’autres bateaux de la flotte néerlandaise (fig. 7), au côté duquel est présentée la maquette d’un bateau, similaire à ceux que l’on peut retrouver dans ces peintures. Un semblable rapprochement entre matérialité et représentation est fait avec le portrait du Capitaine Willem van der Zaan peint par Bartholomeus van der Helst (1613-1670) sous lequel se trouvent des armes à feux similaires à celle que l’on peut voir dans le tableau (fig. 8).

La question des paysages dans la peinture néerlandaise est ensuite abordée à travers le marché de l’art, ce type de représentations étant très populaire au XVIIe siècle. Les différents peintres se spécialisent dans un style de paysage particulier, le genre se diversifiant alors et répondant ainsi aux demandes variées de la clientèle. Tandis que les représentations de Nicolaes Berchem (1620-1683) sont inspirées de la peinture italienne, comme il est possible de voir avec Le Rassemblement près d’un pont (fig. 9), les paysages de Jacob van Ruisdael (1628/9-1682) font quant à eux davantage référence à la campagne locale, ce que nous démontre une Vue d’Egmond Aan Zee (fig. 10).

Nicolaes Berchem, Le Rassemblement près d’un pont, vers 1660-1665, huile sur toile, 733 x 987 mm, Kelvingrove Art Gallery and Museum.

Fig. 9. Nicolaes Berchem, Le Rassemblement près d’un pont, vers 1660-1665, huile sur toile, 73.3 x 98.7 cm, Kelvingrove Art Gallery and Museum. © Glasgow Museums

Jacob van Ruisdael, Vue d’Egmond Aan Zee, vers 1647-1652, huile sur toile, 498 x 683 mm, Kelvingrove Art Gallery and Museum.

Fig. 10. Jacob van Ruisdael, Vue d’Egmond Aan Zee, vers 1647-1652, huile sur toile, 49.8 x 68.3 cm, Kelvingrove Art Gallery and Museum. © Glasgow Museums

Adriaen van der Werff, Portrait d’une femme près d’une fontaine, vers 1693-1697, huile sur toile, 47.9 x 39 cm, Kelvingrove Art Gallery and Museum.

Fig. 11. Adriaen van der Werff, Portrait d’une femme près d’une fontaine, vers 1693-1697, huile sur toile, 47.9 x 39 cm, Kelvingrove Art Gallery and Museum. © Glasgow Museums

Des portraits, figurant des personnes pour la plupart inconnues, nous exposent ensuite les différentes tendances touchant ce type de peintures, certaines représentations cherchant un certain romantisme dans le rendu, comme on peut l’observer avec le Portrait d’une femme près d’une fontaine de Adriaen van der Werff (1659-1722), la mise en scène étant ainsi plus ou moins élaborée selon les portraits (fig. 11 et 12).

Nicolaes Eliasz Pickenoy, Portrait d'une jeune fille âgée de 15 ans, 1633, huile sur panneau, 69.8 x 53.3 cm, Kelvingrove Art Gallery and Museum. (c) Glasgow Museums

Fig. 12. Nicolaes Eliasz Pickenoy, Portrait d’une jeune fille âgée de 15 ans, 1633, huile sur panneau, 69.8 x 53.3 cm, Kelvingrove Art Gallery and Museum. © Glasgow Museums

Joost van Geel, La Reine de Cœur, vers 1660-1680, huile sur toile, 44.4 x 39 cm, Kelvingrove Art Gallery and Museum. (c) Glasgow Museums

Fig. 13. Joost van Geel, La Reine de Cœur, vers 1660-1680, huile sur toile, 44.4 x 39 cm, Kelvingrove Art Gallery and Museum. © Glasgow Museums

Klaes Molenaer, Les Musiciens, s.d., huile sur toile, 19.7 x 20.3 cm, Kelvingrove Art Gallery and Museum. (c) Glasgow Museums

Fig. 14. Klaes Molenaer, Les Musiciens, s.d., huile sur toile, 19.7 x 20.3 cm, Kelvingrove Art Gallery and Museum. © Glasgow Museums

Ceux-ci se trouvent présentés parmi des tableaux consacrés à la vie quotidienne, dépeinte à travers divers thèmes s’inscrivant dans la scène de genre, avec des œuvres telles que La Reine de Cœur de Joost van Geel (1631-1698) (fig. 13). Il est alors possible de remarquer que le thème le plus récurrent ici est celui de la musique : on peut en effet voir de nombreuses peintures figurant des musiciens, tel que sur un tableau attribué à Klaes Molenaer (vers 1630-1676) (fig. 14), mais aussi sous la forme de portraits avec un Violoniste chantant de Jacob Ochtervelt (1634-1682) (fig. 15) ou le Portrait d’un homme au lute de Jacob van Reesbroeck (1620-1704) (fig. 16), tandis que certaines sont traitées de façon pittoresque, tel que Le Musicien ambulant de Adriaen van Ostade (1610-1685) (fig. 17).

Jacob Ochtervelt, Violoniste chantant, 1666, huile sur toile, 25.7 x 20.6 cm, Kelvingrove Art Gallery and Museum. (c) Glasgow Museums

Fig. 15. Jacob Ochtervelt, Violoniste chantant, 1666, huile sur toile, 25.7 x 20.6 cm, Kelvingrove Art Gallery and Museum. © Glasgow Museums

Jacob van Reesbroeck, Portrait d’un homme au lute, vers 1655-1660, huile sur toile, 146 x 125.7 cm, Kelvingrove Art Gallery and Museum. (c) Glasgow Museums

Fig. 16. Jacob van Reesbroeck, Portrait d’un homme au lute, vers 1655-1660, huile sur toile, 146 x 125.7 cm, Kelvingrove Art Gallery and Museum. © Glasgow Museums

Adriaen van Ostade, Le Musicien ambulant, vers 1640-1660, huile sur panneau, 27.3 x 21.9 cm, Kelvingrove Art Gallery and Museum. (c) Glasgow Museums

Fig. 17. Adriaen van Ostade, Le Musicien ambulant, vers 1640-1660, huile sur panneau, 27.3 x 21.9 cm, Kelvingrove Art Gallery and Museum.  © Glasgow Museums

Un autre thème répandu est celui de la médecine, de nouveau traité de manière plus ou moins sérieuse, avec un Chirurgien soignant le pied d’un paysan de David Teniers le Jeune (1610-1690) (fig. 18) ou Le Charlatan de Benjamin Gerritsz Cuyp (1612-1652) (fig. 19).

David Teniers le Jeune, Chirurgien soignant le pied d’un paysan, vers 1630-1660, huile sur panneau, 368 x 273 mm, Kelvingrove Art Gallery and Museum. (c) Glasgow Museums

Fig. 18. David Teniers le Jeune, Chirurgien soignant le pied d’un paysan, vers 1630-1660, huile sur panneau, 36.8 x 27.3 cm, Kelvingrove Art Gallery and Museum. © Glasgow Museums

Benjamin Gerritsz Cuyp, Le Charlatan, 1645, huile sur panneau, 45.7 x 38.1 cm, Kelvingrove Art Gallery and Museum. (c) Glasgow Museums

Fig. 19. Benjamin Gerritsz Cuyp, Le Charlatan, 1645, huile sur panneau, 45.7 x 38.1 cm, Kelvingrove Art Gallery and Museum. © Glasgow Museums

Frans van Mieris l’Ancien, La Visite du docteur, 1657, huile sur cuivre, Kelvingrove Art Gallery and Museum.

Fig. 20. Frans van Mieris l’Ancien, La Visite du docteur, 1657, huile sur cuivre, Kelvingrove Art Gallery and Museum.

On retrouve l’univers médical avec La Visite du docteur, peinture sur cuivre de Frans van Mieris l’Ancien (1635-1681) (fig. 20). Cette technique de la peinture sur cuivre est ici visible dans une partie de la galerie qui lui est consacrée, et dans laquelle on peut notamment observer un Paysage avec le Repos pendant la fuite en Egypte qui nous montre une collaboration entre les artistes Jan Brueghel l’Ancien (1568-1625) et Hans I Rottenhammer (1564-1625), ce dernier ayant peint les figures tandis que Brueghel réalisa le paysage boisé qui les entoure (fig. 21).

Jan Brueghel l’Ancien et Hans I Rottenhammer, Paysage avec le Repos pendant la fuite en Egypte, vers 1594-1625, huile sur cuivre, Kelvingrove Art Gallery and Museum. (c) Glasgow Museums

Fig. 21. Jan Brueghel l’Ancien et Hans I Rottenhammer, Paysage avec le Repos pendant la fuite en Egypte, vers 1594-1625, huile sur cuivre, Kelvingrove Art Gallery and Museum. © Glasgow Museums

Cet aperçu de la « Dutch Gallery » du musée de Kelvingrove se termine avec ce qui est considéré comme la « pièce-maitresse » de la collection : déployé sur le mur du fond, l’Homme en armure de Rembrandt Harmenszoon van Rijn (1606-1669) impose sa présence, couronnant le parcours (fig. 22). Ce tableau énigmatique, dans lequel l’attirail de la figure oscille entre pièces contemporaines et style suranné, représenterait Alexandre le Grand, dont les vertus sont ici reflétées : attachement à la ville d’Athènes et sagesse (indiquées par la présence sur le casque d’une chouette, animal symbolique de la déesse Athéna), jeunesse et puissance guerrière.

Rembrandt Harmenszoon van Rijn, Homme en armure, vers 1655, huile sur toile, 1375 x 1044 mm, Kelvingrove Art Gallery and Museum.

Fig. 22. Rembrandt Harmenszoon van Rijn, Homme en armure, vers 1655, huile sur toile, 137.5 x 104.4 cm, Kelvingrove Art Gallery and Museum. © Glasgow Museums

Entre Rembrandt, Gérard de Lairesse ou Jacob van Ruisdael, nombreux sont ici les artistes que l’on peut ainsi venir admirer au Kelvingrove Art Gallery and Museum, qui regroupe en son sein, entre art écossais et éléments d’histoire naturelle, une collection constituant l’un des plus importants rassemblements d’œuvres de l’Âge d’Or de la peinture néerlandaise et flamande au Royaume-Uni.

Dutch paintings at the Kelvingrove Art Gallery and Museum

The Kelvingrove Art Gallery and Museum of Glasgow owns a great variety of objects in its collections: paintings, sculptures, decorative arts, natural history and archaeology from prehistory to the 20th century are exhibited in its galleries. Built on the banks of the Kelvin River by the architects John W. Simpson and E.J. Milner Allen, the museum opens in 1901 as “Palace of Fine Arts” for the Glasgow International Exhibition. It has now more than 8 000 objects displayed in twenty-two galleries. Most of the paintings that we can see today have been given to the city in 1854 by the collector Archibald McLellan. One of these galleries presents Dutch and Flemish works from the 17th century. Organised thematically, they refer to the various categories of the so-called “Golden Age” paintings, a guideline that is to be followed here: allegory, still life, seascape, landscape and “everyday” scene.

Flemish art is first displayed on its own, approached separately from the rest. The influence of the Italian Renaissance’s masters is visible with works of complex and colourful compositions. Garlands of flowers, fruits and foliage ornate human figures, characterized by strong or fleshy bodies, alongside classical sculptures and architectures. The unusual composition of A Maidservant with a Basket of Fruit and Two Lovers by Jacob Jordaens (1593-1678) catches the eye: two lovers standing underneath a richly-ornamented architecture, barely lighted by a single candle, are depicted besides the bright figure of a maid carrying a basket full of fruits (fig. 1).

Flemish art is also represented through allegories, a very popular genre at that time. Among them, The Five Senses by Gerard Lairesse (1641-1711) shows a statue of Cupid symbolizing everlasting love, put in contrast with the ephemeral human senses represented by five figures (fig. 2). With allegories of the four seasons depicted through the myth of Proserpine, An Allegory of Abundance by Hendrik van Balen I (1575-1632) and Jan Bruegel II (1601-1678) is an example of the vibrant colours and profusion of Flemish paintings (fig. 3). Noteworthy is also the Nature Adorned by the Graces by Peter Paul Rubens (1577-1640) and Jan Bruegel I (1568-1625). The former depicted the figures, three nymphs (identified as the Graces) removing the veil of a sculpted herm of Diana of Ephesus that personifies Nature, while Bruegel created the garlands of fruits and flowers, attached by putti, nymphs and satyrs, Silenus among them (fig. 4).

After Flemish paintings, still lives are displayed with for instance An Arrangement of Flowers by a Tree Trunk by Rachel Ruysch (1664-1750), only female painter of the gallery (fig. 5). This work is a good example of the innovation that was the introduction of animals and insects in Dutch flower pieces of the 17th century, here in a woodland setting. Flowers in a Terracotta Urn by Jan van Huysum (1682-1749) is hung high up in order to render to the spectator the effect of its initial location, that is above a door. Below it are displayed objects such as plates and vases close from the ones seen in the paintings, thus drawing a parallel between tangible and false objects (fig. 6).

Seascapes can also be seen with works such as The Eendracht and Other Ships of the Dutch Fleet by Willem van de Velde the Youger (1633-1707), besides which is displayed a ship model, similar to the ships depicted in the paintings (fig. 7). Another correlation between materiality and image is made with the portrait of Captain Willem van der Zaan by Bartholomeus van der Helst (1613-1670), under which are presented firearms once again very much alike the painted ones (fig. 8).

It is then through the question of the art market that the public discovers the landscapes of the collection. This genre was indeed very popular at the 17th century. With painters specialising in specific types of landscapes, they tended to diversify in order to meet the various demands of the customers. If Nicolaes Berchem’s (1620-1683) compositions find inspiration in Italian paintings, as can be seen in A Country Gathering by a Bridge (fig. 9), the landscapes of Jacob van Ruisdael (1628/9-1682), such as A View of Egmond Aan Zee, resemble more the local countryside (fig. 10).

Various portraits, of mainly unknown persons, are then displayed. Noticeable is the ‘romantic’ feeling given by some works, such as the Portrait of a Lady by a Fountain by Adriaen van der Werff (1659-1722), with more or less sophisticated staging (fig. 11 and 12). Besides them are exhibited “everyday” scenes, such as The Queen of Hearts by Joost van Geel (1631-1698) (fig. 13). It is then interesting to see that the most recurring theme of these paintings is music: musicians are depicted many times, as in a work attributed to Klaes Molenaer (circa 1630-1676) (fig. 14), but sometimes also in portraits, with A Young Man Singing to a Violin by Jacob Ochtervelt (1634-1682) (fig. 15) or the Portrait of a Man with a Lute by Jacob van Reesbroeck (1620-1704) (fig. 16). Adriaen van Ostade’s (1610-1685) An Itinerant Musician handles the topic with a touch of humour (fig. 17). A number of medicine-related paintings can also be seen here, with works such as A Surgeon Treating a Peasant’s Foot by David Teniers II (1610-1690) or The Quack Doctor by Benjamin Gerritsz Cuyp (1612-1652), some having therefore been created in a way more or less comical (fig. 18 and 19).

The theme of medicine is also visible with The Doctor’s Visit, a painting on copper by Frans van Mieris the Elder (1635-1681) (fig. 20). A part of the gallery offers a focus on the painting technique of the oil on copper. Among the works displayed a Landscape with the Rest on the Flight into Egypt is an example of a collaboration between two artists, Hans I Rottenhammer (1564-1625) having composed the figures while Jan Brueghel the Elder (1568-1625) designed the wooden landscape (fig. 21).

Lastly, the highlight of the collection is displayed at the centre of the back wall: A Man in Armour by Rembrandt Harmenszoon van Rijn (1606-1669) is the culmination of the visit, putting it to an end. In this mysterious work, the figure, wearing an armour with both contemporary and classical elements, is identified as Alexander the Great. His virtues are represented in the painting: his intellect and reverence to Athene (with the owl, symbol of Athena, on its helmet), as well as his youth and military power (fig. 22).

From Rembrandt to Gerard de Lairesse and Jacob van Ruisdael, the Kelvingrove Art Gallery and Museum thus presents, alongside Scottish art and natural history, a collection of Dutch and Flemish art. Considered as one of the finest in the United-Kingdom, this collection merits indeed recognition.