Appel à communication : Réception critique de la restauration XVIIIe – XXe siècles

William_Hogarth_-_Time_smoking_a_picture

William Hogarth, Time Smoking a Picture, 1761, gravure sur cuivre, 23 x 18,3 cm, Brooklyn, Brooklyn Museum.

Type : Appel à communication.
Date de la manifestation : 27 octobre 2016
Lieu : Paris, Institut national d’histoire de l’art
Date limite : 1er mai 2016.

Cette journée d’étude s’intéressera, à travers des sources manuscrites ou imprimées, aux regards portés sur une discipline, la restauration, constamment en évolution depuis le XVIIIe siècle. Regards d’experts, de journalistes, d’écrivains, d’artistes et de restaurateurs eux-mêmes seront confrontés afin de mettre en avant différents points de vue quant à l’évolution des interventions et des pratiques sur les œuvres d’art.

L’intérêt de cette journée d’étude portera notamment sur la forme et le support employés pour transmettre ces commentaires, qu’il s’agisse de simples constats ou de critiques tant positives que négatives, tout comme l’identité des auteurs de ces textes. Par quels moyens de diffusion ont-ils transmis leurs impressions ? Utilisaient-ils leurs noms ou des pseudonymes ? De quelle manière ont-ils pris connaissance des restaurations d’œuvres ? Leurs statuts professionnels et leurs connaissances justifiaient-ils leurs prises de position ?

Il s’agira de se demander comment les restaurations des œuvres d’art sont appréciées depuis le XVIIIe siècle et quelle est la notoriété de leurs praticiens ? Est-il nécessairement question de regards contemporains ou ceux-ci sont-ils postérieurs aux interventions pratiquées tant sur des peintures, des œuvres d’arts graphiques, photographiques ou cinématographiques, des objets d’arts décoratifs, des sculptures que sur des édifices architecturaux ? À travers cette approche, nous nous demanderons si les éléments récurrents dans ces observations, positives ou négatives, sont les restaurations ou les restaurateurs eux-mêmes.

Les réflexions quant au domaine de la restauration se concentrent généralement sur la définition de la discipline et du métier. Il s’agira ici d’adopter une démarche différente : alors qu’il est d’une part possible d’isoler la figure du restaurateur, les pratiques, les œuvres restaurées et la notion même de restauration, il est d’autre part important de mettre en exergue les figures qui commentent ces points et de s’intéresser aux domaines dont ces auteurs sont issus. Considérée par certains comme à l’origine de nombreuses destructions et par d’autres comme garante de la survie du patrimoine, la restauration est également porteuse de réponses et se dote d’une signification sociale et culturelle.

Ces questions amèneront par ailleurs à concevoir s’il existe une variation de l’intérêt pour les procédés employés ainsi qu’envers les formations des restaurateurs ? Dans la mesure où le champ de la restauration est à la fois lié aux sciences humaines et aux sciences exactes, cette journée d’étude offrira l’occasion d’aborder la réception des expériences scientifiques et de la méthode d’expérimentation en restauration.

Autant de questions auxquelles chercheurs, restaurateurs ou encore professionnels des musées seront invités à partager leurs réflexions au cours de cette journée d’étude.

Pour candidater :

La candidature se composera d’une proposition de communication de 3000 signes maximum et d’un Curriculum Vitæ à envoyer à l’adresse mail suivante avant le 1er mai 2016 : Barbara.Jouves@univ-paris1.fr

Les langues acceptées sont le français, l’anglais et l’italien.

Date limite : 1er mai 2016

Date et lieu de la journée d’étude : 27 octobre 2016, Paris, Institut national d’histoire de l’art

Organisateurs : Alric Delaporte et Barbara Jouves