Journée d’étude : “La place de l’objet matériel dans l’étude des biens culturels”.

Louis Léopold Boilly, La femme de l'artiste dans son atelier, ca. 1796-1799, huile sur toile, 40 x 32 cm, Williamstown, Sterling and Francine Clark Art Institute.

Louis Léopold Boilly, La femme de l’artiste dans son atelier, ca. 1796-1799, huile sur toile, 40 x 32 cm, Williamstown, Sterling and Francine Clark Art Institute.

Type : journée d’étude.
Date de la manifestation : 19 mars 2016.
Lieu : salle Jullian, Galerie Colbert, 1er étage – 2, rue Vivienne – Paris 2e arrondissement.

Cette journée d’étude organisée par le Centre de Recherche en Préservation des Biens Culturels (CRPBC) de l’HiCSA (EA 4100 – Université Paris 1) se propose d’explorer la place et la condition de l’objet dans les raisonnements relatifs à l’étude du patrimoine. Lorsque l’étude s’appuie sur l’analyse d’images, de plans ou de fragments, l’échelle et la matérialité de l’œuvre en sont profondément affectées. Quelles sont les conséquences de telles approches ? L’objet culturel est-il toujours au centre des connaissances produites par ces disciplines ? Il s’agit de mieux comprendre à quels niveaux technologiques (matière, matériaux, objet, corpus d’objets, image…) l’étude de l’objet s’effectue. Pour le conservateur-restaurateur, préserver la matérialité est un moyen de préserver l’image, l’histoire et les significations de l’œuvre. Quelle est la grille d’interprétation explicite des autres disciplines ? Quelles étapes logiques mènent-elles lorsqu’elles sont face à l’objet ?

Cette journée réunit des enseignants, chercheurs et conservateurs-restaurateurs travaillant sur différents supports (peinture, gravure, manuscrit, vêtement) et qui, à travers leurs expériences professionnelles et leurs recherches, exposeront les qualités propres à leurs « objets » d’étude.

Journée d’étude organisée dans le cadre du projet pédagogique « Faire, Défaire, Refaire le patrimoine ». Ce projet vise à rapprocher les partenaires d’heSam autour de la question de l’interdisciplinarité en conservation-restauration. Il bénéficie d’une aide de l’ANR au titre du programme Investissements d’Avenir.

Programme :
14h15 Introduction générale – Julie Chanut (Université Paris 1 — HiCSA).

14h30 Maguy Parot (Université Paris 1 – HiCSA),
De la nécessité du rapport physique à l’objet pour une plus juste perception de ses propriétés et de leurs influences sur la conservation-restauration.

15h10 Lola Cindric (Université Paris 1 – Université Paris 7),
L’expérience sensible du savoir-faire comme nécessité à l’étude des biens culturels.

15h40 Maxime Métraux (Université Paris 4),
Les matrices d’impression gravées en bois : typologie, fonction, valeur.

16h10 Pause.

16h30 Cécile Parmentier (Université Paris 1 – HiCSA),
Étudier un manuscrit : analyser l’objet pour comprendre le texte ; exemple du manuscrit Sloane 2052 de la British Library.

17h10 Silvia Mira (Università degli Studi di Torino),
L’importance de l’analyse des matériaux pour l’histoire de la mode.

17h40 Conclusion.

Organisation :
Julie Chanut, Alric Delaporte, Titania Hess, Lætitia Picheau et William Whitney.



Citer ce billet
Maxime Georges Métraux (2016, 11 mars). Journée d’étude : “La place de l’objet matériel dans l’étude des biens culturels”. Groupe de Recherche en Histoire de l'Art Moderne. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p623

Maxime Georges Métraux

Doctorant en Histoire de l'art moderne (Université Paris IV –Sorbonne, Centre André Chastel – UMR 8150). Expert pour la galerie Hubert Duchemin et chargé d’enseignement à l'Université Paris-Est Marne-la-Vallée. Commissaire scientifique de l’exposition "Chic Emprise : Cultures, usages et sociabilités du tabac du XVIe au XVIIIe siècle" (22 juin - 23 septembre 2019) au musée du Nouveau Monde de La Rochelle.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search