Colloque : « La représentation sculpturale du pouvoir : la France, l’Italie et leur rayonnement en Europe à l’époque moderne ».

Jean Warin, Louis XIV, roi de France, XVIIe siècle, marbre, 208 x 104 x 62 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Jean Warin, Louis XIV, roi de France, XVIIe siècle, marbre, 208 x 104 x 62 cm, Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

Type : colloque.
Date de la manifestation : 17 et 18 mars 2016.
Lieu : Paris, Société historique et littéraire polonaise – Bibliothèque polonaise à Paris.
Direction scientifique : Sabine Frommel (EPHE, Paris), Pawel Migasiewicz (Instytut Sztuki PAN, Varsovie ; EPHE, Paris), Paweł Ignaczak (ASP, Varsovie).
Comité d’organisation : Sabine Frommel (EPHE, Paris), C. Pierre Zaleski (SHLP – BPP), Anna Czarnocka (SHLP – BPP), Paweł Ignaczak (ASP, Varsovie), Paweł Migasiewicz (IS PAN, Varsovie ; EPHE, Paris), Witold Zahorski (SHLP – BPP).

Dès l’Antiquité, la sculpture jouait toujours un rôle crucial dans la propagande du pouvoir et son importance augmenta encore depuis le début de la Renaissance. En France, au cours de l’époque moderne, la redécouverte puis l’étude de la sculpture héritée de l’Antiquité, portée par le pouvoir royal, ont donné lieu à l’élaboration progressive de formes que l’historiographie a qualifiée de classiques. Fruit du dialogue entre le royal commanditaire et l’artiste, la sculpture française manifeste, soit explicitement par ses thèmes, soit par les formes retenues, la geste du pouvoir ; elle constitue, pourrait-on dire, comme la façade et l’ambassade du pouvoir royal français, en France comme à l’étranger.

La journée d’étude internationale vise à réfléchir, dans une perspective interdisciplinaire, aux multiples formes d’usage de la sculpture comme outil de transmission des idées politiques et théologico-politiques en France et en d’autre pays européens depuis le début du XVIe siècle jusqu’à l’apogée de l’absolutisme monarchique sous le règne de Louis XIV. Le colloque aura pour but d’apporter des éclairages sur le processus d’introduction, d’adaptation et de mise en œuvre de la sculpture au service du pouvoir royal en France. Le propos de ce cette manifestation est non seulement de présenter de nouvelles recherches sur des œuvres glorifiant et commémorant de manière directe des souverains (statues érigées dans l’espace public, monuments funéraires), mais aussi d’explorer la problématique des décorations sculpturales extérieures et intérieures de résidences royales, d’édifices publiques et d’églises ainsi que de jardins qui portent une signification politique de manière allusive. Il s’agira d’étudier, au travers de cas précis les liens qui unissent formes et discours politique. Ainsi ces études de cas permettront-elles de mieux cerner l’évolution (permanences, mutations, ruptures) des formes de discours politique traduit dans la sculpture.

Programme :

Jeudi 17 mars 2016

9.15-9.30 Mot d’accueil et ouverture du colloque par C. Pierre Zaleski (Président de la SHLP, Directeur de la BPP), Sabine Frommel (EPHE, Paris), Paweł Ignaczak (ASP, Varsovie), Paweł Migasiewicz (IS PAN, Varsovie ; EPHE, Paris).

SESSION I

9.30-13.00

Présidence de séance : Flaminia Bardati (Sapienza – Università di Roma).

9.30-10.00 Sabine Frommel (EPHE, Paris), Supports anthropomorphes pendant la Renaissance italienne et française : fonction esthétique et signification politique.

10.00-10.30 Tommaso Mozzati (Università di Perugia), La tomba di Luigi XII, le guerre d’Italia e la legittimazione europea della monarchia francese: iconografia, modelli e riflessi continentali (Le tombeau de Louis XII, les guerres d’Italie et la légitimation européenne de la monarchie française : iconographie, modèles et leurs reflets continentaux).

10.30-11.00 Discussion.

Pause-café.

11.30-12.00 Maria de Lurdes Craveiro (Universidade de Coimbra), Entre la France, l’Italie et le Portugal: l’image sculptée du pouvoir à Coïmbre dans la première moitié du XVIe siècle.

12.00-12.30 Juliette Ferdinand (EPHE, Paris), Sculpter les éléments. La représentation du pouvoir dans les banquets d’Italie et de France au XVIe siècle.

12.30-13.00 Discussion.

13.00-14.30 Déjeuner.

14.30-15.00 Visite guidée de la Bibliothèque polonaise – Anna Czarnocka (BPP, Paris) et Paweł Ignaczak (ASP, Varsovie).

SESSION II

Présidence de séance : Olga Medvedkova (INHA, Paris).

15.00-15.30 Flaminia Bardati (Sapienza – Università di Roma), « Non est enim potestas nisi a Deo » : l’expression de la royauté chez les derniers Valois.

15.30-16.00 Giulia Cicali (EPHE, Paris), Figurer l’alliance des Médicis et des Bourbons : entre célébration et commémoration.

16.00-16.30 Discussion.

Pause-café.

17.00-17.30 Michał Wardzyński (Instytut Historii Sztuki UW, Varsovie), L’égal des césars ? L’idée du porphyre comme manifestation impériale dans les fondations monarchiques de la République des Deux-Nations aux XVIe et XVIIe siècles.

17.30-18.00 Damien Bril (Centre Georges Chevrier, Dijon), Monuments à la régence. Représentations sculptées d’Anne d’Autriche et imaginaire du pouvoir.

18.00-18.30 Discussion.

Vendredi 18 mars 2016

SESSION III

Présidence de séance : Sabine Frommel (EPHE, Paris).

9.30-10.00 Sébastien Bontemps (École du Louvre), Le sculpteur dijonnais Jean Dubois et la célébration du règne de Louis XIV.

10.00-10.30 Daniela del Pesco (Università di Roma Tre), La sculpture au service du pouvoir royal : le conflit des manières (Gian Lorenzo Bernini et Jean Warin face à Louis XIV).

10.30-11.00 Discussion.

Pause-café.

11.30-12.00 Paweł Migasiewicz (Instytut Sztuki PAN, Varsovie ; EPHE, Paris), Le tombeau de Jean-Casimir de Pologne à l’abbatiale de Saint-Germain-des-Prés. Un monument au « rex orthodoxus ».

12.00-12.30 Raphaël Tassin (EPHE, Paris), La sculpture comme outil de représentation du pouvoir en Lorraine sous le règne de Stanislas.

12.30-13.00 Pascal Julien (Université Toulouse – Jean Jaurès), Une glorification de l’abject : asservissement et soumission dans la statuaire royale, des Valois aux Bourbons.

13.00-13.30 Discussion et conclusion.